Shivers : le forum du chlex

D'abord unique forum français entièrement dédié au couple Chloé/Lex de Smallville, Shivers se tourne aujourd'hui vers l'écrit sous toutes ses formes !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Smallville] [M] Le temps d'une photo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:06

Voilà le topic et le prologue de notre fic en commun! Un grand merci à Elina, Sixpence, Marm, Chlo, Pret’, Kfn et Alexiel pour participer!! Je suis très contente et fière que vous ayez accepté ce projet!  
J'attaque en postant le prologue, le chapitre 1 est en cours, je pense que dans une semaine (voire un tout petit peu plus) donc il ne tardera pas!

Disclaimer habituel : rien n'est à nous et l'histoire dont s'inspire cette fic appartient aux scénaristes de Proposal Daisakusen...


Le Temps d'une Photo


PROLOGUE par Winnie

Biiip... biiip... biiip... biiip...
Le réveil s’entêtait avec ses petits bruits aigus et désagréables.
Biiip... biiip... biiip...
Le jeune homme envoya sa main tâter le rebord de son lit puis sa table de nuit. Finalement ce n’était pas le réveil. Non, il affichait ses chiffres digitaux en silence. Et il avait fait exprès de ne pas le régler avant d’aller se coucher. Mais d’où venait ce bip strident ?
Biiip... biiip...
Il se redressa en grognant et se dit que s’il avait des cheveux, ils auraient été incoiffables pour la journée. La lumière forte du soleil printanier le fit grimacer de plus belle. Il s’étira en plissant ses paupières et comprit d’où venaient les petites vibrations insupportables.
Biiip...
_ Allô ? Marmonna-t-il en décrochant son portable.
_ ‘LEX BON SANG ! OU ES-TU ?!’
_ ... Pete ?
_ ‘On est tous à l’église et Chloé arrive dans quelques minutes ! Clark l’attend déjà au pied de l’autel !!’
Lex se raidit en ouvrant de grands yeux.
_ Merde ! J’arrive !
Il ferma le clapet du portable, sauta du lit, défonça la porte de la salle de bain, s’immergea sous l’eau quelques secondes, ressortit en s’essuyant, dérapa plusieurs fois sur son parquet sans tomber, se débattit cinq minutes entières avec son nouveau boxer français, enfila son costume en un temps record, glissa ses bras dans sa veste avec la cravate entre les dents et les chaussures délassées, termina d’accorder les accessoires dans l’ascenseur, bouscula trois vieilles dames dans le hall de son immeuble et débarqua dans la rue sans savoir où aller. Prendre la voiture, il ne fallait pas y penser. Il n’était plus à Smallville où les routes étaient désertes et les places de parking à foison. Il repéra le son des cloches qui tintaient déjà et détala le plus rapidement possible.
Si Chloé ne le voyait pas, il se ferait égorger sur l’autel post-mariage. Ce qui était vraiment paradoxal puisqu’il n’avait aucune envie d’y aller, mais qu’il le devait parce qu’il était témoin du marié et meilleur ami de la mariée.
_ Oh pardon ! Lança-t-il après avoir renversé sa quatrième grand-mère de la journée.
Il traversa les routes en courant, prenant les feux verts au dernier moment, se fraya un passage parmi la foule des magasins du samedi pour enfin apercevoir le clocher de l’église. Le sprint final se fit sans trop d’encombres. Il arriva sur le parvis, la limousine de Chloé était déjà garée devant l’entrée. Il n’eut que le temps de voir la jeune femme ajuster son voile avec son père et une Lana surexcités à ses côtés.
_ Bonjouuur ! Salua-t-il sans s’arrêter.
Il dévala la nef par les bas-côtés pour enfin se ranger près du marié. Clark aussi ne semblait pas tenir en place. Il ne l’engueula même pas. Il avait un indécrottable sourire aux lèvres. Pete par contre, qui s’occupait de filmer la cérémonie, s’approcha avec une grimace menaçante.
_ Mais qu’est-ce que tu foutais ?! Fit-il à voix basse. T’as pas oublié les alliances au moins ?
Lex retint sa respiration en blêmissant. Il tâta sa veste et soupira en sentant le petit sachet de velours noir dans sa poche intérieure.
_ Je les ai.
_ Clark n’a peut-être rien remarqué, mais Chloé va te tuer ! Elle va te massacrer ! Tu devais être là pour contrôler ton père et son père !
_ Hey j’vois pas le mal, mon père n’est pas son beau-père.
_ Ils ont jamais pu se voir tu le sais très bien !
_ Chloé n’avait qu’à pas inviter mon père.
_ C’est pour toi qu’elle l’a fait !
_ J’ai rien demandé.
Pete s’approcha, son nez frôlant presque le sien.
_ T’es un homme mort.
_ Je te remercie pour ta compassion.
Lex pivota et tapota l’épaule de Clark pour le féliciter. La marche nuptiale débuta à l’instant même et Gabe remonta l’allée centrale, Chloé à son bras. Pete en profita pour arracha l’étiquette de la veste de Lex d’un geste sec et il se planta devant l’autel avec la caméra. Le milliardaire se massa la nuque en grognant. Bien franchement, il valait mieux mourir sous les coups de Chloé que de vivre jusqu’au bout cette journée insupportable.
La jolie blonde était plus que belle. La robe à bustier la mettait en valeur, ses longs cheveux bouclés remontés en chignon avec une longue mèche qui caressait sa nuque ressemblaient à un aphrodisiaque. Et malgré toute la délicatesse de ses traits, du grain de sa peau et du vert de ses yeux, elle était réputée depuis le lycée pour son caractère déterminé et intraitable. Elle avait toujours eu ce qu’elle voulait. Et Lex n’en faisait pas parti. Enfin si, mais dans le rangement ‘meilleur ami’.
Or le milliardaire lui vouait, depuis de nombreuses années, un amour sans borne. Depuis qu’il l’avait vue au lycée la première fois. Depuis le premier café qu’il lui avait offert, et depuis qu’il l’avait vue rire. Mais il n’avait jamais trouvé l’occasion de le lui avouer. Parce que Chloé était amoureuse de Clark depuis de nombreuses années, elle aussi. Et puis Lex avait toujours pensé qu’un jour il arriverait à lui dire, mais voilà, il se retrouvait là, témoin du mariage qu’il avait espéré organiser avec elle. Il avait clairement laissé sa chance passer.
Chloé arriva à la hauteur de Clark, ils échangèrent un sourire de bonheur, et avant que le prêtre ne commence la cérémonie, la petite blonde se pencha vers Lex.
_ Pour ton retard discret j’espère que ton cadeau vaut le coup, glissa-t-elle avec un clin d’œil.
Elle lui arracha un petit rire, à contrecœur. L’échange des vœux débuta, mais il ne suivit rien. Il ne se vit même pas donner les alliances. A présent que ça arrivait, il prenait conscience de son immobilisme. A préférer la sécurité, il avait loupé le coche de sa vie. C’est lui qui aurait dû dire ‘je le veux’. Lui qui aurait dû l’embrasser sous les applaudissements, lui qui aurait dû lui tenir la main sur la photo à la sortie de l’église.
Avant il vivait dans l’espoir qu’un jour elle le voit, à présent il vivrait dans les regrets.

*

_ Lex ? Tu viens ?
Pete sortait de la salle de réception, une coupe de champagne à la main. Si au début il avait témoigné une grande méfiance envers Lex, il était rapidement devenu son ami-confident. Il fallait dire que Clark était plus proche des filles que d’eux. Il était sorti avec Lana avant de craquer pour Chloé.
_ Ouais j’arrive
Il tira une dernière bouffée de sa cigarette, assis dans le parc adjacent.
_ Je ne sais pas pourquoi Chloé ne t’a pas massacré.
Parce qu’elle s’en foutait bien, pensa Lex. Quand la vie changeait, qu’on passait à autre chose, on relativisait les colères passées.
_ C’est l’enfer de travailler pour un studio de cinéma, cette année j’ai non seulement ce mariage à filmer, mais aussi trois baptêmes et deux communions dans ma famille.
_ Courage Spielberg, un jour tu filmeras Eva Mendes... avec un peu d’chance.
_ Fous-toi d’moi, répliqua Pete en lui envoyant amicalement son poing sur son bras.
_ Ah vous êtes là, aperçut Lana en les rejoignant. Qui aurait cru qu’ils se caseraient ensemble les premiers hein ?
Lex leva les yeux au ciel. Faisait-elle référence à sa pitoyable histoire d’amour non partagée et non réciproque avec la mariée ?
_ Tu l’as toujours bien pris toi, constata Pete.
_ Clark et moi, c’était une belle erreur. Mais le prochain mariage, ça sera le mien !
_ Ça se fait de fêter les divorces avec ostentation ? Grommela Lex.
_ Si ça t’arrive, surtout tu m’appelles, j’pense rafler une palme à Cannes ou un ours à Berlin avec ça.
_ Les gars, ils vont projeter le diaporama que j’ai fais, vous venez ? Invita Lana.
Les deux garçons se levèrent et entrèrent dans la grande et belle salle d’un hôtel de luxe. Les deux familles n’avaient pas vu les dépenses à la légère. Les Kent et Gabe étaient trop heureux d’être liés grâce à leurs enfants pour chipoter sur les factures. Des petites tables rondes et blanches éparpillées accueillaient le buffet, seuls les mariés restaient assis à leur longue table rectangulaire recouverte de fleurs blanches. Mais pour le moment, elle était vide. Lex chercha Chloé des yeux et l’aperçut un peu plus loin. Il inspira profondément et s’avança vers elle.
Dès qu’elle le vit arriver, elle s’excusa et s’empara joyeusement de son bras.
_ Tu es magnifique, se pressa-t-il de dire nerveusement.
Son sourire s’élargit un peu plus.
_ Tu ne me trouves plus ‘garçon manqué’ comme au lycée ?
_ Qu’est-ce que tu racontes !
_ Tu as la mémoire courte, se moqua-t-elle.
_ C’est possible, mais je me souviens parfaitement de chacun des compliments que j’ai pu te faire.
_ Toujours ce qui t’arrange, se mit-elle à rire.
Il sourit à son tour. Il voyait sa petite main à son bras, l’anneau doré brillait fièrement... Parfois il regrettait d’avoir laissé Clark prendre autant d’importance dans la vie de son amie. Pourquoi n’avait-il jamais rien fait ?
_ Ah on va projeter le diaporama de Lana, ça te rafraîchira la mémoire, fit-elle en relâchant son bras.
Il acquiesça et regarda la main le quitter pour s’accrocher à Clark.
Pourquoi ? Pourquoi pourquoi ?! Pourquoi n’avait-il jamais rien dit ? Pourquoi il avait tout fait pour en arriver là ? Voir la femme de sa vie en épouser un autre et n’être à ses yeux qu’un ami à taquiner !
Les lumières de la salle se tamisèrent légèrement alors qu’un écran s’abaissa. Chloé et Clark s’étaient assis à leur table, tous les invités portèrent leur attention sur les photos d’enfance des jeunes mariés.
Lex en profita pour avaler une coupe entière de Champagne, préférant noyer ses remords dans l’alcool plutôt que de s’infliger ça. Bon sang ce qu’il regrettait ! Si seulement on lui offrait une seconde chance ! Si seulement elle se disait subitement qu’elle avait fait le mauvais choix ! Et qu’elle devait fuir avec lui ! Si seulement il avait su lui dire qu’il l’aimait ! Une seconde chance ! Rien qu’une seconde et dernière chance ! Et il...
Clap !
La salle fut brusquement plongée dans le noir. Lex leva les yeux de son verre et s’aperçut que tout le monde était figé. Il haussa les sourcils avant de secouer la tête. Est-ce qu’il rêvait ? Son coeur accéléra lorsqu’il comprit que rien ne revenait à la normale. Il tourna sur lui-même, abasourdi, puis il se prit un gros flash de lumière dans les yeux qui l’aveugla sur le coup.
_ Regrets des regrets, fit une voix masculine derrière lui.
Lex pivota et tressaillit de surprise. Un homme en costume trois pièces et chapeau haut-de-forme l’observait avec un mince sourire un peu moqueur.
_ Qu’est-ce que c’est qu’ça... Souffla Lex.
_ Un ‘qui êtes-vous’ serait plus approprié.
Le milliardaire jeta ses yeux partout autour de lui, la salle était paralysée, le temps semblait arrêté.
_ Qui êtes-vous ? Répéta-t-il mécaniquement.
_ Une fée.


A suivre...

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:08

sixpence
Quelle belle mise en bouche !! J'adore !
déjà, super surprise avec l'appel de Pete, ça laissait supposer l'amitié entre les deux hommes !
et puis viiii confirmation plus bas !
mdr, je sais pas si c'est l'effet recherché mais quand Lex réalise qu'il a jamais su réagir quand il le fallait pour récupérer Chloé, j'ai envi de dire MAIS QUEL BOULET CE MEC !
heureusement la "bonne fée" est d'humeur,a lui laisser sa chance de faire ses preuves ! enfin normalement !

vivement le chap' 1 !

chlo
Aie caramba! c'ets là que je suis fière et heureuse de participer à cette fanfiction! Ahhhh le pied! c'ets extra! J'aime tout! le style, les regrets du boulet (avouons le .... là il fait son Lex boulet!) Mais sinon je dis impeccccccccc!

ca se dévore tout seul

Ahhhh trop hate de voir la suite (ah ben faudrait peut etre que je commence un peu à taper ça moi? non )

bravoooo

vaness
RHO OUI OUI OUI quelle belle mise en bouche comme le dit Six ! RHO j'adore trop ce prologue !! EXCELLENT, il n'y a pas mieux pour nous plonger dans cette fic qui s'annonce toute aussi excellente !!

Première chose à dire, quelle belle suprise de voir Lex et Pete amis, c'est génial ! J'aDoRe !!
Rho et de suite on sent les regrets de Lex ! Ah OUI j'aDoRe !
Bon et puis l'apparition de la fée...OUI, je l'aime déjà lol !!

Bref tout ça pour dire que J'aDoRe le début de cette fic en commun et j'ai hate de lire la suite de cette histoire. Elle va être excellente surtout avec les auteurs qui vont l'écrire !

Alors je le dis déjà BRAVO à tous !!
Et BRAVO à winnie pour cet EXCELLENT début !!

pretender
YOOOOOUUUUUUUUUUHHHHHOOOOOUUUUU T'AS POSTE!

alors ça c super cool! c génial que le projet soit lancé comme ça, t'avais raison, ça booste la motivation!

bon, amitié Pete/Lex super, regrets de Lex, presque envie de lui dire "bien fait" mais je vais quand même pas le faire vu qu'on est sensé l'aider à réparer ses conn...! lol
vivement la suite!

Pret

kfn
wow wow wow !!
today is a great day !!!

je pensais pas du tout que t'allais démarrer comme ça, avec de l'humour et tout !! j'ai adoré !!

la scène où il s'habille en vitesse est super !!

Citation :
Il ferma le clapet du portable, sauta du lit, défonça la porte de la salle de bain, s’immergea sous l’eau quelques secondes, ressortit en s’essuyant, dérapa plusieurs fois sur son parquet sans tomber, se débattit cinq minutes entières avec son nouveau boxer français, enfila son costume en un temps record, glissa ses bras dans sa veste avec la cravate entre les dents et les chaussures délassées, termina d’accorder les accessoires dans l’ascenseur, bouscula trois vieilles dames dans le hall de son immeuble et débarqua dans la rue sans savoir où aller.
cette idée est super, j'ai hate de rentrer dans les moments photos, ça va vraiment etre super...

oulala je suis toute émoustillée !!


elina
oui ba comme tout le monde la relation Pete/Lex est géniale. J'espère que quoiqu'il arrive avec les diapos...ils soient encore amis!
J'imagine tout à fait Lex monté les marches de l'église 4 par 4 à la Rocky...
Je vais peut être me faire insulter mais moi je trouve pas qu'il fasse son boulet. Des fois le temps passse tellement vite qu"on ne s'en rend pas compte et arrivé devant le fait accompli là on se dit "j'aurai peut être du..."

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:10

Ayééé! Suis contente j'ai réussi à finir ce chapitre plus rapidement que je ne l'aurais cru! voilà donc le premier épisode de notre saga, j'espère ne pas avoir fait d'erreur, je suis volontairement restée 'neutre', disons que tout est encore à faire lol (vous verrez!) je suis restée dans le même ton que le prologue, un peu d'humour et un rythme relevé (si je puis dire lol) mais rien ne vous empêche de changer ça et de faire un épisode plus dramatique ou autre! j'ai aussi laissé deux trois clins d’œil à l'époque des études ou à l'époque adulte, si celles qui s'en occupent sont intéressées, elles peuvent toujours rebondir dessus! J'ai aussi mis des dates, ça peut servir de repère au cas où. Ah et les relations aussi, tout peut changer, il peut y avoir des crises ou des passades d'une nuit etc, le tout c que rien ne change (fondamentalement) à la fin quand Lex revient! Que dire d'autre, j'crois que c'est bon!

Ah et pour les feeds, merci bien sûr!! les réactions différentes n'annoncent que du bon pour les différentes approches qu'on va voir je pense! J'ai hâte de lire la suite en tous cas!


CHAPITRE 1 : Aux Portes du Temps. par Winnie

Métropolis, 2011.

_ Hein ? Une fée ?
_ Un Esprit si tu préfères.
_ Ok. Si c’est une blague, ça ne me fait pas rire ! S’exclama-t-il en s’attendant au retour des lumières et à une profusion de rires.
Mais rien ne vint.
_ Un... Esprit.
_ L’Esprit des Unions pour être plus précis.
L’homme, ou la fée, peu importait, avait plutôt une approche énigmatique et chaleureuse à la fois.
_ Okkkk, fit Lex de plus en plus perplexe.
L’Esprit croisa ses mains dans son dos et déambula dans la salle.
_ J’en ai vu des mariages, dans le monde entier, dans plusieurs cultures, à diverses époques. Et des regrets, j’en ai entendu tellement souvent que ça ne me surprend plus du tout. Parfois je les laisse dire, ils ne sont pas assez sincères. Parfois ils ne sont que des reflets de peur... ‘Je n’aurais jamais dû l’épouser.’ ‘Je n’aurais pas dû porter du blanc je suis enceinte.’ ‘Je n’aurais jamais dû coucher avec la mariée hier soir.’ ‘Je suis gay, qu’est-ce que j’fais là !’
_ Je... ne vois pas vraiment le rapport.
L’homme lui fit face et pointa un index accusateur sur Lex.
_ Tes regrets mon garçon, ont touché mon âme.
Le milliardaire haussa les sourcils. Avait-il accidentellement regretté de ne pas être gay ?
_ Et tes regrets ! Continua l’Esprit avec cérémonie. Me font dire combien tu es stupide !
_ Pardon ? Réagit immédiatement Lex.
_ Je compte dix années de regrets. Dix ! Qu’as-tu bien pu faire pendant dix ans !
Le jeune homme haussa les épaules, incertain.
_ Mmh. Jamais décidé, quelque soit le sujet.
_ Elle... elle...
_ Ah oui, ‘tout est de sa faute, blablabla’.
_ Mais c’est vrai, grommela Lex. Chloé a toujours été terrifiante, murmura-t-il.
_ TU es terrifié, et sans son aide.
L’Esprit le toisa, attendant une réponse qui se faisait désirer.
_ Je me suis peut-être trompé en venant à toi. Personne d’autre ici n’a de regret. Certainement pas les mariés. Alors je vais rentrer dans mon merveilleux monde et finir de regarder cette merveilleuse réception et...
_ Ok ok ok ok ! S’empressa Lex de couper. Que dois-je faire ? Enlever Chloé ? J’aurais droit de dire à la police qu’une petite voix m’a poussé à le faire ?
En guise de réponse il reçut une tape à l’arrière du crâne.
_ Idiot ! Je suis l’Esprit des Unions, pas des transgressions fédérales.
_ Alors vous allez claquer des doigts et hop ! Je serais à la place de Clark ?
_ Idiot ! Répéta-t-il. Où serait l’initiation si je faisais tout pour toi ?
_ Est-ce que je dois encore poser des questions et réserver une chambre dans un asile ou vous allez m’expliquer ?
L’Esprit poussa un soupir et se remit à déambuler.
_ Aucune patience, aucune naïveté touchante, tu n’es pas le prince charmant. Mais c’est un défi, et je le relève.
Il s’arrêta devant la mariée.
_ J’espère qu’elle sera capable de tomber amoureuse de toi.
_ Vous voulez dire que je vais me taper tout le travail ?
_ Mon grand, je vais te renvoyer dans le temps pour que tu agisses différemment. Tout va dépendre de toi, elle ne va pas changer si tu dis ou fais rien de neuf par rapport aux versions précédentes. Tu me suis ?
_ Je crois. Je peux vous appeler Doc’ ?
_ Parle-moi plutôt de cette photo.
Lex se tourna face à l’écran. Le diaporama de Lana s’était arrêté sur une photo qui devait avoir une dizaine d’années. C’était encore l’époque du lycée pour Chloé, Clark, Lana et Pete. Lui, il venait d’arriver à Smallville. Ils étaient tous dans le Talon, une énorme banderole était déroulée au-dessus d’eux : ‘Joyeux Anniversaire Chloé !’ Seulement la jeune femme, fille à cette époque, semblait faire un peu la gueule, et elle était à l’opposé de lui. Fallait dire que Lana et Clark vivaient le grand amour au milieu.
_ Ça doit être l’anniversaire de Chloé.
L’Esprit tourna lentement la tête vers le milliardaire.
_ Quel sens de l’observation. Pourquoi fait-elle la tête ?
_ Je ne m’en souviens plus. Probablement à cause de Clark. Il ne la regardait jamais assez.
_ En es-tu sûr ?
Lex jeta un œil sur l’Esprit. Il ne voyait vraiment pas ce que ça pouvait être d’autre.
_ Tu vas avoir du boulot.
L’Esprit se redressa avec cérémonie.
_ Souhaite et les portes du temps te seront ouvertes !
_ Euh... Je veux Chloé.
_ Mon grand, c’est de la rhétorique, contente-toi de dire ce que chaque marié se dit devant l’autel.
_ Oui, je le veux.
_ Plus d’entrain !
_ Oui je le veux !
_ Allez, tu peux faire mieux.
_ OUI JE LE VEUX !
Une sorte de tourbillon hyper lumineux l’aspira aussitôt. Il n’eut même pas le temps d’entendre les mots de l’Esprit. Il crut même qu’il était mort, peut-être d’ivresse ou il s’était jeté sous une voiture, ou Chloé l’avait réellement tué... Le tourbillon aveuglant semblait durer aussi bien une seconde qu’une journée entière. Savoir où il allait atterrir...

*

Smallville, 2001.

Il ouvrit les yeux et retint un cri de justesse. Ok. Il n’était plus à la réception ça c’était sûr. Il était allongé sur un lit, il avait chaud, il ne sentait plus son bras droit et il reconnaissait le papier peint bordeaux du mur en face de lui. Le manoir. Il était dans son ancienne chambre au manoir. Il tourna le visage sur le côté pour découvrir la raison qui lui coupait la circulation du bras droit.
_ Chloé ?
Elle dormait ! La tête sur son épaule ! Dans son lit ! Damned ! C’était aussi facile que ça ? Il l’avait souhaité et hop !
_ Merci, murmura-t-il à l’intention de l’Esprit des Unions.
C’était trop beau ! Elle s’agrippait à son tee-shirt, elle avait replié une jambe sur lui, son genou tout contre son entrejambe, l’extase...
Ok. Pas de perte de temps. Si c’était une chance limitée, il devait l’embrasser de suite et lui dire qu’il l’aimait. Il se contorsionna lentement pour approcher ses lèvres des siennes sans la réveiller et comme si le destin lui montrait le chemin, elle pencha inconsciemment son visage face à lui.
Quel instant de grâce... Quelle délicatesse, quelle beauté... Aaah Chloé...
Lex tendit la bouche et s’apprêtait à se poser lorsque subitement, il reçut une grosse baffe dans la figure, la jeune fille grogna comme un morse, se mit à rouler jusqu’à tomber du lit, se mit à gémir avant de déclamer d’une voix aussi sensuelle qu’une alcoolique de soixante ans :
_ Meeeeeerdeuuuuuh !
Parce que Chloé, c’était ça aussi.
_ Qu’est-ce que tu m’as fait boire hier ?
Lex était vraiment sorti de sa phase ‘petit nuage’. Il fixait la date sur le réveil, incrédule. Il avait bien remonté le temps dix années auparavant.
_ Bon anniversaire, souhaita-t-il encore un peu hésitant.
_ Merci. Mais j’ai dix-sept ans, pas vingt-et-un. Si les flics testent ma gueule de bois actuelle, tu sortiras de taule trentenaire.
Aaaah il avait vingt-et-un ans de nouveau... LE PIED ! Purée il ne se souvenait pas l’avoir bourrée d’alcool par contre.
_ Qu’est-ce... qu’est-ce qu’on a fait hier soir ? Interrogea-t-il.
Chloé émergea de l’autre côté du lit, elle avait les cheveux courts, c’était bien l’époque du lycée.
_ Tu ne t’en souviens pas ?
_ Pas vraiment non.
_ Wow, et t’as osé conduire ?
_ ... Ooooui... ?
_ Ok. Au moins t’étais pas suffisamment ivre pour refuser que... Amber, écrive son numéro sur ton bras. Félicitatiooooons, sourit-elle en hochant la tête.
Lex fronça les sourcils et plaqua son bras sous ses yeux en se redressant comme un ressort.
_ Et merde ! S’exclama-t-il.
Comment pouvait-il lui déclarer son amour avec le numéro d’une illustre inconnue sur le bras !
_ Oh mon dieu ! J’vais être en retard ! Enchaîna Chloé en se relevant pour chercher son sac et sa veste.
Lex décida de se rattraper en assurant. Il se leva, il enfila une chemise sur son tee-shirt, il portait déjà un jean, il n’eut plus qu’une veste et ses clés de voiture à chopper. En quelques minutes ils étaient dehors et Lex redécouvrait avec nostalgie sa Porsche grise. Il ouvrit la portière à une Chloé toute pimpante. Même sans douche et avec les mêmes vêtements que la veille, elle était fraîche. C’était sans doute grâce à son sourire électrique.
Il alluma la radio en démarrant et sourit en entendant les nouvelles.
_ Qu’est-ce qui t’arrive pour sourire comme ça ? S’amusa Chloé.
_ Rien rien, je pensais juste à un truc que t’as pas encore vu.
_ Hin hiiin.
_ Tiens, le président en 2008 sera un noir démocrate.
Chloé éclata de rire.
_ Rha la soirée t’a fait plus de mal que prévu !
Bon sang ! Il se souvenait ! Avant qu’elle ne sorte avec Clark, ils avaient tous les deux une complicité infaillible. Ils sortaient et s’amusaient, mais c’était il y a si longtemps, qu’il avait presque oublié cette époque. Avec Clark entre eux, et lui, incapable de lui avouer ses sentiments, ils s’étaient un peu éloignés.
_ T’as pas oublié pour ce soir hein ?
Il lui fallu quelques secondes pour savoir de quoi elle parlait. Son anniversaire !
_ Non, bien sûr que non.
Elle lui adressa un sourire tout guilleret. Pourquoi croyait-elle qu’il aurait oublié son anniversaire puisqu’il le lui avait souhaité un peu plus tôt ? Lex se mit à douter. Il avait la mémoire qui flanchait. Mais il ne pouvait lui demander, elle n’allait pas aimer.
Il se gara en trombe devant le lycée, au moins fier de ne pas avoir de retard.
_ Et voilà ! S’exclama-t-il.
Chloé tourna des yeux ronds sur lui.
_ Ben quoi ?
_ J’ai pas cours ce matin.
_ Hein ?
_ Rho là là mais t’es sûr que t’as pas accepté un cachet du bonheur hier ?
Alors là il ne comprenait plus rien.
_ Mais tu m’as dis que t’allais être en retard.
_ Pour l’happy hour matinale du Talon Lex ! Le café à moitié prix !
Rha saleté de Lana et ses idées débiles !! Qui avaient certes doublé le chiffre d’affaires du Talon, mais quand même !
_ Dépêche Lex ! On a encore vingt minutes ! Motiva Chloé.
Le milliardaire grogna et fit demi-tour pour se garer dans le centre ville et se retrouver devant le café en dix minutes. Chloé le bouscula pour se ruer dans le Talon, se jeter sur le comptoir et commander quatre allongés à une Lana qui semblait la chronométrer. Lex entra, fasciné par le voyage dans le temps. Il avait oublié l’odeur et l’ambiance du Talon. C’était cool, calme, ze...
_ Viens par là toi ! Agressa une voix nerveuse en le kidnappant direction les toilettes.
Il se retrouva face à un Pete en baggy-basket-anorak, l’ancien Pete, avant qu’il ne porte que des costumes très tendance.
_ Mec !
L’ancien Pete qui osait encore employer le mot ‘mec’.
_ Est-ce que tu vois un truc que t’aurais fais sur cette liste pour la soirée de Chloé ?!
_ J’avais oublié que t’étais toujours sous tension.
Énième claque à l’arrière du crâne.
_ Sans rire ! Tu sais comment elle est ! La seule liberté qu’on a c’est notre tenue ! Et encore !
Lex s’empara de la liste pour regarder. Il devait juste réserver le Talon, facile, il était copropriétaire, il devait appeler un petit groupe musical de Denver sur lequel Chloé avait craqué, les pas-encore-célèbres The Fray, et un magnum de Champagne en toute discrétion puisqu’ils étaient tous mineurs.
_ Bon ben je vais le faire, pas d’panique.
_ Tu n’as pas oublié ce qu’elle t’a expressément demandé au moins ?
Rha merde ! C’était pas sur la liste !
_ Euuuh...
_ Oh non. Non, ne me dis pas que tu ne l’as pas fait ! La date limite c’est aujourd’hui !
Mais la date limite de quoi ?!
_ Mais si, je vais le faire, assura-t-il en grimaçant. C’est fait même...
Pete s’approcha de lui et colla son nez contre le sien.
_ Qu’est-ce qui t’arrive... mec, fit-il en appuyant son index sur son épaule.
_ Pete, il faut vraiment qu’on parle de l’usage du mot ‘mec’...
_ Hey les gars ! Regardez ! Surgit Clark avec son sourire ultra bright habituel.
Il n’avait pas changé d’un pouce. Il tenait un coffret DVD de films avec une sorte de petite peluche grisâtre qui ressemblait à un rat, scotchée dessus.
_ C’est mon cadeau pour Chloé !
Et subitement Lex se souvint de cette discussion au Talon. Il s’était dépêché de d’engueuler Clark pour son mauvais goût, Chloé n’avait jamais aimé les films d’horreur du genre la trilogie de L’Invasion des Rats (L’Invasion des Rats, Les Rats le Retour, Les Rats The Come-Back Sanglant III) Clark avait changé son cadeau en suivant exactement ses directions et Chloé avait pleuré de joie en l’ouvrant. Elle avait avoué au milliardaire le soir même, qu’elle pensait que le fermier l’aimait ne serait-ce qu’un peu pour avoir su aussi bien choisir. Au final, Lex avait involontairement poussé Clark dans les bras de Chloé.
Alors, avant que Pete n’ouvre la bouche, Lex le bâillonna pour sourire au fermier.
_ Elle va adorer ! Soutint-il.
_ C’est vrai hein ? Elle m’a toujours dis qu’elle aimait les rongeurs !
_ Elle va sauter d’joie !
Pas d’pitié pour les rivaux !
_ Super ! S’enthousiasma Clark avant de sortir.
Pete fixa Lex comme s’il le voyait pour la première fois... avec un maquillage de clown et un ballon en forme de lapin.
_ Mais Chloé déteste ça, et si elle voit que son Clark n’est pas capable de savoir ce qu’elle aime...
_ Ça lui fera un électrochoc, entreprit de convaincre Lex.
_ Un électrochoc ?
_ Si elle lui en veut suffisamment sur ce coup, Clark apprendra à se débrouiller tout seul.
_ Wow... Tu viens de réfléchir. Je suis impressionné mec, acheva Pete en sortant.
_ Rha Peeeete... J’avais oublié que ça me tapait sur les nerfs les ‘mecs’ ! Soupira Lex avant de sortir à son tour.
Il rejoignit directement Chloé qui semblait planer au-dessus de ses tasses. Et elle lui en avait commandé deux, elle était décidément adorable. Il s’assit en face d’elle et attira une tasse. Elle ouvrit les yeux et le stoppa en un éclair.
_ Tu fais quoi là ?
_ Et bien je...
_ Tss tss tss, menaça-t-elle en reprenant sa tasse pour en poussant une autre vers lui.
_ Mais ma puce, elle est à moitié vide.
_ Chuis pas ta puce mon loulou.
‘RHAAAA JE T’AAAAIMEUUUUH !!’
_ Je suis si impatiente de voir le tirage au sort ce soir ! Enchaîna Chloé toute excitée. Grâce à toi mon ptit chou !
Pete passait son temps à dire ‘mec’ et Chloé était la seule personne au monde dont il autorisait la profusion de surnoms des plus choux aux plus ridicules. Sauf qu’il ne se souvenait pas du tout de quel tirage au sort elle parlait.
_ Oui moi aussi... je suis impatient.
_ Mon ptit chou-bidou-bidouuu, chantonna-t-elle en le fixant.
Elle était complètement folle ! Mais il se souvint que faire perdre les pédales à ses interlocuteurs, était son jeu favori. Sauf que lui, il n’avait pas envie de la frapper, il avait envie de la déshabiller sur le champ.
_ Chou-bidou-bidouuuu, continuait-elle.
Ok, ça devenait une torture. Peut-être qu’elle se doutait qu’il avait oublié, alors elle commençait à le cuisiner bien propre. Parce que si elle continuait à dire ‘choubidou’ en léchouillant sa cuillère avec un érotisme parfaitement involontaire, il ne répondrait plus de lui-même.
_ Chouuu-bidouuu-bidouuuu... Tu baves Lex.
Le milliardaire avait la tête légèrement penchée sur le côté.
_ Lex ?
Il se redressa en se réveillant de l’hypnotisme sullivanien.
_ Hein ? Quoi ? Répondit-il en s’essuyant la bouche.
_ Qu’est-ce qui t’arrive aujourd’hui ? S’amusa-t-elle.
C’était peut-être une occasion de se rapprocher d’elle comme jamais, de créer un tel lien de complicité qu’elle ne pourrait regarder que lui après ! Il se rapprocha, coudes sur la table, signalisation du complot selon Chloé.
_ Et si je te disais que je remonte le temps ? Que là d’où je viens, j’ai 31 ans et toi 27 ? Et que notre président est un sénateur noir et démocrate ?
Chloé le fixait avec un regard perçant.
_ Je dirais que tu viens de découvrir la nouvelle série 24 Heures Chrono et que tu n’es définitivement pas Jack Bauer.
_ Je ne plaisante pas Chloé ! Tiens, cette série s’est arrêtée au bout de 7 saisons ! A cause des grèves de scénaristes et des problèmes judiciaires de l’acteur !
_ Bon sang l’alcool fait de ces ravages, commenta la jeune fille. Il faut que j’arrête maintenant.
_ Mais je n’invente rien ! Tiens ! J’ai encore une preuve ! En 2008 on va avoir une crise financière incroyable à cause des prêts immobiliers que personne ne peut rembourser ! Ce ne sera pas de la même teneur que 1929, mais quand même ! Et...
Chloé ne l’écoutait pas vraiment, elle se penchait de plus en plus sur le côté, hypnotisée par quelque chose derrière lui.
_ Et... Et on va perdre de l’argent, continua-t-il, perplexe. Et puis tu seras aussi chauve que moi et tu vas épouser Clark.
_ Hin hiiiiin, fit-elle sans écouter.
Lex jeta un coup d’œil derrière lui. Rien d’étonnant, Clark faisait son numéro du ‘tee-shirt-mouillé’ et se retrouvait torse nu. Le milliardaire grommela et remarqua qu’elle jouait les équilibristes sur les deux pieds latéraux de sa chaise. Il laissa donc courir son imagination et fit un croche-patte sec au meuble, faisant rouler sa propriétaire sur le sol. Il prit le temps de boire son café et finit par se pencher, décontracté.
_ Ça va ma puce ?
_ Super, répondit-elle en clignant des paupières. J’vois des étoiles.
_ Des étoiles ?
_ Et des planètes dorées.
Lex se précipita à ses côtés et l’aida à se relever
_ Qu’est-ce qui s’est passé ?
_ Hum... Je n’sais pas, tu as basculé, malencontreusement.
_ Chloé ? Ça va ? Je t’ai vu faire un vol plané.
Clark s’était avancé à son tour, et finalement le plan de Lex prenait un sale tour. Attirer l’attention du Super Sauveur n’était pas son intention. Et Chloé redoubla de sourires et pétillements oculaires.
_ Oh ça va ça va, dit-elle simplement avant de bégayer. Eee-en fait je crois que j’ai mal, changea-t-elle avec une nouvelle grimace.
_ Où ?
_ ... Au coude !
Lex observait son manège, bouche bée. Avait-il déjà remarqué son machiavélisme ? Elle retournait tout à son avantage et c’était lui qui lui avait tendu cette perche !
Comme prévu, Clark frotta gentiment son coude pour calmer la douleur, pour le plus grand bonheur d’une Chloé qui le dévorait des yeux... avec de la chantilly et un nutella mental plus qu’évident.
_ Lex, t’aurais pu faire quelque chose, rajouta même le fermier avec sa leçon de morale légendaire.
_ Il n’est pas aussi prévenant que toi, papillonnait la petite blonde.
_ Qu’est-ce qu’on ferait si on te perdait, sourit Clark en lui tapotant la joue.
Chloé se mit à glousser, il ne manquait plus que le déhanché et les plumes colorées en balançant l’arrière-train pour que la parade d’accouplement soit complète.
_ LANA ! Appela Lex en sentant son sang lui cramer le visage.
La serveuse vint vers eux, complètement aveugle aux manœuvres de l’apprentie journaliste.
_ Oui ?
_ Clark a besoin de te parler en privé, somma Lex.
Le fermier haussa les sourcils, surpris.
_ Mais...
_ Va Clark, va lui dire ce que tu m’as dis.
Le brun ne comprit pas, mais le chauve ne lui laissa pas le choix et le bouscula près de la serveuse. Les trois lycéens se tournèrent alors vers lui, croisant les bras et posant un regard critique sur sa personne.
_ On va au lycée ? Intervint Pete.
Il attendit une réponse qui ne vint pas.
_ J’ai loupé quelque chose ?
_ Allez-y, je vous rejoins dans une heure, fit alors Lana en s’éloignant pour continuer son service.
Clark et Chloé rassemblèrent leurs affaires, visiblement les deux garçons partaient ensemble dans le pick-up deux places du fermier. Chloé fit un signe au milliardaire qui reprit ses esprits et ses clés. Son amie garda un silence presque embarrassant. Ils s’installèrent dans la voiture et Lex hésita presque à démarrer.
_ Je sais ce que tu fais, déclara Chloé.
Le jeune homme se figea, ne sachant comment interpréter cela.
_ Écoute Lex, je tiens à toi et tu tiens à moi, c’est ce qui fait que notre amitié est unique et forte. Mais je n’ai pas besoin que tu veilles sur moi à ce point.
_ Tu crois ? Répliqua Lex en suivant l’idée.
_ Je sais ce que je ressens pour Clark et je n’attends pas un miracle. Enfin si, en quelque sorte, marmonna-t-elle. Mais... rassure-toi, je gère pour l’instant. D’accord ?
Lex acquiesça. C’est une chose qui ne se ferait pas en 24 heures, il en prenait conscience. Et il remarquait aussi qu’elle tenait compte de son opinion, malgré tout.
_ Et j’espère que je peux aussi te conseiller et que tu m’écouteras au moins partiellement, ajouta-t-elle avec un sourire.
_ Bien sûr, dit-il avec le même rictus ravi.
_ Alors n’appelle jamais cette Amber ! Elle a tout de la salope vulgaire !
Peut-être qu’il l’avait appelée dans ce passé, il ne se souvenait plus vraiment. C’était bien pour cette raison que Chloé n’avait rien à craindre de cette inconnue.
_ Promis.
Il allait démarrer quand il se redressa. Il savait ce qui pourrait lui faire plaisir toute la journée. Il sortit rapidement en lui lançant un ‘attends-moi là !’ et il se rua dans le Talon en commandant un Coffee Giant, le suprême de la maison, un gobelet collector de café à emporter. Lana le lui prépara avec un sourire complice. Lex trépignait d’impatience.
_ Tu as déposé ta candidature pour le tirage au sort du Daily Planet ?
Le sujet partagé des deux hommes au comptoir attira aussitôt son oreille.
_ Quel tirage au sort ?
_ Le grand tirage au sort de ce soir !
_ Connais pas.
_ Mais voyons ! Le Daily Planet va mettre à la disposition de tous la Salle Nathaniel Butler, la célèbre salle des réceptions du journal et de la ville dans les années 30.
_ Pourquoi ? A quoi ça leur sert ?
_ Ils ont besoin d’argent, t’as pas entendu parler de leurs problèmes financiers ? Au lieu de licencier des employés ils ont décidé de louer la salle pour des fêtes ou des événements, la liste d’attente est déjà longue.
_ Et le tirage au sort alors ?
_ Ce soir ils vont tirer au sort une personne qui pourra bénéficier de la Salle gratuitement pour inaugurer le concept !
_ Et tu penses gagner toi ?
_ Pourquoi pas ! Je pourrais organiser le mariage de mon frère là-bas.
Lex s’était raidi. Mais oui ! Le tirage au sort de la Salle Nathaniel Butler ! Comme à cet instant, il ne s’en était pas souvenu dans le passé, il avait oublié, et Chloé lui avait tiré la gueule pendant des jours. Pas qu’elle pensait forcément gagner, mais c’était le fait d’oublier une telle chose ! Elle avait vraiment envie de participer et d’espérer. Le Daily Planet traversait une phase très difficile mais le nouveau rédacteur en chef Perry White avait l’intention de prendre le taureau par les cornes et de foncer. Et il allait réussir. Lui-même, en 2002, donnerait un grand gala de charité dans cette salle.
_ Tiens Lex, fit Lana en le ramenant sur terre.
Il saisit le café en remerciant la serveuse et sortit à toute allure.
_ Qu’est-ce que tu fais ? Interrogea Chloé qui l’attendait à l’extérieur de la voiture.
_ Prends ! C’est cadeau ! Se pressa-t-il. Il faut partir !
Le délai de dépôt des candidatures allait bientôt fermer, il ne devait plus perdre de temps. Chloé s’installa sans un mot, l’énorme café en mains, s’inquiétant un peu pour son ami. Il ne semblait pas... comme d’habitude. Quelque chose avait changé. Elle en fut encore plus persuadée lorsqu’il la balança hors de la voiture et qu’il partit dans un crissement de pneus digne de James Bond.
Lex décrocha son portable en grognant parce qu’il ne trouvait pas de kit mains libres. Son écran était encore noir et blanc d’ailleurs.
_ « Allô ouais ? »
_ Allô Mr The Fray ?
_ « Pardon ? »
Argh ! C’est vrai que The Fray est devenu The Fray en 2002 ! Là ce n’était qu’un avatar du groupe !
_ Isaac Slade ?
_ « Oui c’est bien moi, qui est à l’appareil ? »
_ Lex Luthor, je vous ai entendu en show-case à Métropolis il y a quelques semaines, et j’aimerais louer vos talents pour une soirée d’anniversaire.
_ « Ce soir ? Je suis à Denver ! »
_ Je vous envoie un jet et vous êtes là dans deux heures.
_ « ... Hin hiiiin... Et pour tous ces moyens, vous ne pouvez pas avoir Madonna ? »
_ La femme de ma vie vous adore ok ?! Dites oui ou je vais venir vous voir pour vous regarder droit dans les yeux avec sincérité ! Je vais peut-être me demander pourquoi je suis venu parce que vous regarderez à gauche pendant que je resterais droit ! Du coup je me demanderais ce que j’aurais mal fait pour perdre cette amie là ! Et je vais vouloir rester avec vous toute la nuit pour vous convaincre ! VOUS ALLEZ APPRENDRE TOUT CA DE MOI ! COMMENT SAUVER UNE VIE !
Lex reprit son souffle, il était parti dans tout un discours décousu, paniqué à l’idée de louper la soirée qui pouvait changer sa vie.
_ Allô ?
_ « ... Oui oui, je notais juste... vos paroles, ça ferait une chouette chanson. »
_ À vot’ service, et pour moi ?
_ « J’aurais volontiers dis oui après cette démonstration mais Fred a le bras plâtré, il ne peut pas jouer de la guitare. »
_ Fred ?
Ah bah merde, le vrai groupe n’était même pas complet encore.
_ Appelez Joe King, il le remplacera.
_ « Joe King ? Comment vous le connaissez ? »
_ Rhaaa je suis médium à moitié, si vous chantez avec lui, c’est la fortune assurée ok ?
_ « Vous avez d’autres preuves ? »
_ Le président en 2008 sera un noir démocrate.
_ « Et si ça s’avère faux ? »
_ Vous aurez droit de dire dans les journaux que Lex Luthor est un mythomane à ptite queue ! Ça vous va là ?!
_ « Ok ! J’appelle Joe. »
_ Super ! Je vous envoie un jet immédiatement ! Je vous installe un piano, une estrade, des micros, vous aurez un succès fou !
Après quelques civilités comme les honoraires, Lex raccrocha. Soufflant à moitié. Il accéléra un peu, tant qu’il conduisait dans la rase campagne, et rapidement la ville se profila. Il se demandait vraiment pourquoi il n’avait pas insisté la première fois auprès du groupe. Bon il ignorait que Joe King n’avait pas encore rejoint Isaac Slade, mais quand même ! Et puis, en jetant des coups d’œil angoissés à son poignet et à sa montre, il aperçut le numéro d’Amber. Et tout lui revint en tête. Il l’avait appelée, pour oublier Chloé, comme s’il avait bu une bouteille entière. Et là, s’il ne l’avait pas fait, c’était parce que Chloé le lui avait conseillé. Et c’était parce qu’il l’avait protégée de Clark. Et c’était parce qu’il l’avait fait tomber de sa chaise. L’effet papillon.
Le problème à présent, c’était que l’heure limite des dépôts de candidature pour le tirage au sort était dépassée. Il s’y attendait, mais il ne savait toujours pas quoi faire pour y remédier. Et puis s’il s’en souvenait correctement, c’était bien l’homme de Smallville qui avait gagné, il avait organisé le mariage de son frère dans la salle. Et cet homme était musulman. Le mariage selon les traditions de son pays avait échauffé les esprits car le 11 septembre était encore tout frais, l’événement ne datait que de quelques semaines. Et pourtant le Daily Planet n’avait pas refusé et avait même lancé un appel à la tolérance qui avait impressionné Lex. Il ne pouvait donc pas imposé sa candidature au risque de changer ce futur là.
Ce fut donc une autre solution qui germa dans son esprit. Il se gara devant le journal et sortit, le pas déterminé. Il devait parler à Perry White, au péril de sa carrière...

*

15H45. Intercours. Tout était organisé. Il avait fait les choses en grand. Bon, son père risquait de péter une durit, mais il était assez fier de lui sur ce coup. Lex pénétra dans l’enceinte du lycée pour kidnapper Chloé. Il venait d’envoyer une bonne série de SMS à tous les participants de la fête pour les prévenir du changement de plan, restait à dépasser Clark pour garder l’entière attention de Chloé sur lui.
Il devait leur rester encore une heure de cours qui n’allait pas tarder à débuter. Il se colla à la porte de la salle de classe et chercha la tête blonde des yeux. La cible une fois repérée, il saisit son vieux portable moche, regrettant encore une fois de ne pouvoir lui envoyer des photos cochonnes comme ils s’amuseraient à le faire lorsqu’elle serait étudiante. Il se pinça la langue et envoya son message avant de guetter ses réactions.
Chloé baissa les yeux sur sa trousse en remarquant la petite vibration. Discrètement elle afficha le SMS.
« Sèch ton cours ac moi. Pr l’évasion, g le plan tatoué sur le torse. »
Elle haussa les sourcils, surprise et perplexe.
« Appelle-moi Michael Scofield. » Envoya-t-il à la suite. Il était ok pour ne pas changer des événements tels que le mariage musulman au Daily Planet, mais il était parfaitement d’accord pour qu’elle l’appelle Michael Scofield sans qu’elle ne sache pourquoi.
« Lex ? Ça ne s’arang pas décidémen... » Comprit-elle en regardant dans sa direction.
« Prétend un malaiz et sors ! »
Elle lui jeta un sourire un peu hésitant. Puis, comme presque toujours, capitula. Elle leva une main en grimaçant et déclara avec quelques maux de ventre mensuels, ce qui lui permit de sortir avec un clin d’œil pour Pete.
_ Mais qu’est-ce qui te prend ? S’amusa-t-elle une fois sur le parking. T’as peur des tatoueurs ! ‘Michael Scofield’ !
_ Tais-toi Gueule d’Ange, continua Lex, souriant de l’ironie du sort.
_ Si ça continue je vais avoir mes règles toutes les deux semaines.
_ Tu ne sèches pas aussi souvent !... N’est-ce pas ?
Elle le fixa de travers un court instant.
_ La faute à qui, grogna-t-elle.
Ah ouais, vraiment ? Il avait oublié qu’il la faisait sécher autant de fois.
_ Bon mais là c’est différent ! C’est ton anniversaire ! Grimpe en voiture !
Ce rappel la fit sautiller de plaisir et elle embarqua rapidement dans le coupé sport. Lex démarra, le plan se mettait en place. Il devait l’occuper le temps que tous ses amis et son père se rendent à la fête. Et c’était peut-être bien la partie la plus agréable à faire.
_ Alors, où on va Michael ?
_ Dans ton café préféré, répondit-il plein d’assurance.
_ Quoi, au Talon ?
_ Nope ! Dans ton ‘futur’ café préféré.
_ Ah oui, j’oubliais, tu voyages dans le temps, Marty MacFly.
_ Tu vas voir !
Il roula plus sereinement jusqu’à Métropolis alors que la jeune fille s’étonnait de quitter Smallville. Elle devait réellement s’inquiéter, de plus en plus. Il fallait peut-être qu’il se calme avec ses ‘je voyage dans le temps’, ça ne le conduirait à rien sauf à l’internement psychiatrique.
Elle lui raconta son après-midi de cours, s’attardant un peu plus longuement sur les dernières pitreries à la mode au lycée. Et lentement mais sûrement, Lex gara son véhicule dans la rue appropriée et Chloé cligna des paupières devant ‘son futur café préféré’.
_ ‘Irma Savante, experte en voyance’.
Lex regardait avec des yeux ronds la façade de la boutique.
_ Lex, j’ignorais que tu avais de telles tendances, avoua gravement Chloé. Au départ je pensais que c’était simplement une plaisanterie, mais là... La scientologie t’a approché ou quoi ?
Vite, sortir une excuse plus valable que ‘il n’est pas encore construit !’...
_ Ah, on n’est pas sur la bonne rue, c’est plus loin.
Chloé plaqua sa main d’office sur son front, s’élevant sur la pointe des pieds. Cette petite et douce attention fit chuter la tension du milliardaire. C’était dans ces actions qu’il se prenait à chaque fois la claque de son amour dans la figure. Cette fille bourrée d’intelligence, de répartie, de joie de vivre, d’humour et d’affection le bouleversait encore et toujours. C’était peut-être l’instant idéal pour lui faire part de ses sentiments.
_ T’as pas de fièvre pourtant.
Elle encadra son visage de ses mains.
_ Qu’est-ce que tu as mon ptit chou à la crème ?
Au fond elle devait aimer cette familiarité avec un milliardaire, une familiarité presque malsaine, faite d’un rabaissement taquin qui lui faisait plaisir, mais toujours dosé avec de la tendresse. Si quelqu’un d’autre s’était avisé de lui parler de cette manière, il l’aurait massacré en direct. Alors l’enjeu de lui dire à elle, qu’il l’aimait, prenait des mesures incalculables. Si elle le rejetait complètement parce qu’elle ne l’aimait pas du tout, il ne survivrait pas.
_ Je... Je...
Oh non, il avait bien trop peur de tout gâcher ! Alors il la blottit brusquement contre lui pour ne pas avoir à parler. Et ce fut l’un de ses instants uniques, entre l’érotisme innocent et le souvenir inoubliable. Le corps surpris de cette jeune fille pressé contre le sien, l’odeur suave de ses cheveux, le galbe ferme de ses seins... Il ne vivait que pour elle !
_ Euh... J’ignorais qu’on pouvait se permettre ce genre de... ‘câlin’ amical... entre nous, fit remarquer Chloé, embarrassée. Allô ? Lex ?
_ Je suis juste content que tu sois là, bredouilla-t-il dans son cou.
La lycéenne en fut encore plus estomaquée. Lex avait toujours été son ami ‘délirant’, son meilleur confident, le garçon avec qui elle pouvait partager les railleries et les soirées incroyables. Et jamais encore il n’avait dis une chose pareille. Aucun garçon ne l’avait serrée dans ses bras de cette manière, et c’était étrange que ce soit Lex le premier. Elle referma ses bras à son tour, un peu plus maladroitement, et eut un sourire touché, elle savait qu’elle garderait cet ami toute sa vie.
Lex était ravi. C’était sûr que son futur changerait lorsqu’il repartirait. Jamais il ne se serait permis un tel geste avec la Chloé adulte. Il ne l’avait jamais fait à la Chloé adolescente, c’était une large différence par rapport à la première version.
_ Allez viens, je t’emmène boire un vrai café dans un endroit palpable, glissa-t-il à son oreille.

*

Bien, après plusieurs heures de déambulation amicale, l’heure était venue.
_ Lex, je croyais que vous m’aviez organisée une fête au Talon, s’impatientait Chloé, les yeux bandés.
_ On y va.
_ Mais ça fait un moment qu’on roule non ?
_ Smallville c’est loin, expliqua Lex qui tournait en ville depuis plusieurs minutes. Ah on arrive.
_ Et pourquoi tu m’as bandée les yeux ? Je connais le Talon.
Parce qu’il n’allait pas au Talon, il avait réussi à négocier la Salle Nathaniel Butler pour la soirée à un prix défiant les hauteurs certes, mais il avait réussi ! Et tous les amis de Chloé avaient passé leur fin d’après-midi à transférer les décorations de Smallville à Métropolis. Lex sortit de la voiture en la guidant lentement.
_ Tu t’es garé loin, commenta-t-elle.
_ Oui, il y a beaucoup de monde.
_ Mais il n’y a pas d’ascenseur dans le Talon.
_ ... Possible oui.
_ Lex ? Où on est ?
Ding !
Le milliardaire l’entraîna dans un vaste espace sombre et silencieux. Il lui retira le bandeau d’un coup et la lumière inonda la haute et grande Salle Art Nouveau du Daily Planet. Pile à cet instant, tous les invités lancèrent un ‘SURPRIIIIISE !!’ et Chloé plaqua ses mains sur sa bouche, ébahie.
_ J’le crois paaaas ! S’émerveillait la jeune fille.
Lex jubilait dans son coin, très satisfait de l’effet. Lana et Clark tombèrent sur la petite blonde en riant, Pete filmait avec son petit caméscope et son père entrait dans son champ de vision...
_ Papa ?! Sursauta Lex.
_ Viens par là benêt, grogna-t-il en l’attrapant par l’oreille.
Il l’attira dans un coin, le jeune homme restait frappé par la ‘jeunesse’ de son père. Étrange, il avait vraiment pris un coup d’vieux avec les années.
_ Pourquoi Perry White m’a remercié pour mon don très généreux au Daily Planet ?! Siffla-t-il entre ses dents. J’ai toujours détesté Perry White !
Et oui, à vingt-et-un ans, il n’avait pas encore assez de pouvoir ni de moyens pour offrir lui-même et publiquement un paquet d’argent en tant que ‘mécène’.
_ Mais LuthorCorp sera gravé sur le mur des donateurs aux côtés d’Elvis Presley, tenta Lex. C’est bon pour notre image !
_ Je voulais racheter le journal et mettre à sa tête un homme de confiance !
_ Tu n’y es jamais arrivé papa, soupira Lex en retrouvant le malade des affaires qu’il était.
_ Je réussis toujours tout ce que j’entreprends !
_ Papa...
_ Quand je pense que je suis poignardé dans le dos par mon propre fils !
_ Papa !
_ Et qu’en plus il invite Gabe Sullivan à cette sauterie sans aucun sens !
_ Papaaaa !
_ C’est une honte Lex ! Une honte !
_ Paaaa ! C’est l’anniversaire de Chloé ! C’est normal que son père y soit !
Lionel le fixa avec des yeux ronds.
_ Tout ça pour l’anniversaire d’une gamine... Soupira-t-il. Tu me déçois.
L’homme exécuta un demi-tour cérémonieux qui réussit à paniquer Lex. Il eut subitement peur d’avoir complètement changé le futur. Cette même peur redoubla lorsqu’il aperçut enfin Chloé au milieu de la salle, dansant, blottie dans les grands bras de Kent. Le même câlin que lui. SON câlin ! Elle venait d’en faire l’expérience et elle courait le mettre en pratique avec Clark ! Lana ne voyait rien du tout, aveuglée par le fermier, comme toutes les nanas qu’il avait bien pu approcher. Chaque action en entraînait d’autres qui n’avaient pas existé, et il avait plus l’impression d’envenimer la situation plutôt que de la sauver.
‘Les-pas-encore-The-Fray’ chantaient dans leur coin, découvrant leur talent, Lionel évitait soigneusement Gabe Sullivan, et les lycéens s’éclataient dans une salle historique qui avait vu et entendu, entre autres, un célèbre discours de Roosevelt. Et de son côté, Lex était épuisé de chercher et rechercher des idées qui visiblement ne servaient à rien. Peut-être qu’au fond il n’était pas du tout fait pour elle. Elle devait peut-être bien finir avec Clark. S’il ne lui avait pas donné son premier câlin, elle aurait attendu plus longtemps avant de faire ce premier pas vers Clark.
Agacé, il sortit de son observation intense accompagnée de grognements pour se diriger vers le bar et attraper des verres de punch à peine alcoolisés, le magnum de Champagne ayant mystérieusement disparu. Il aurait besoin de vider la vasque entière pour se saouler à ce train-là.
_ Lex ? Un commentaire ?
Il tourna une mine sombre face à la caméra de Pete. Au choc visuel, le garçon éteignit rapidement son appareil avant de soupirer.
_ Ça va aller, tu t’en remettras.
_ De quoi tu parles ? Grommela Lex.
Pete désigna le couple dansant d’un mouvement du menton. Lex hésita à comprendre.
_ Laisse tomber ton baratin tu veux, continua le lycéen. T’es amoureux d’elle, ça crève les yeux.
_ Comment tu sais ça toi ? S’abasourdit Lex.
_ Réussir à louer la salle entière pour elle ? Alors que ça fout ton père en rogne ? Si c’est pas une preuve d’amour, c’est quoi !
Ah merde ! Il était en train de tout changer ! Pete n’avait jamais su !
_ Mais... Tu... Tu t’en doutais aussi avant aujourd’hui ? Réussit-il à formuler.
Pete éclata de rire.
_ Bien sûr mec ! Ça crève les yeux que Chloé aime Clark et que toi tu aimes Chloé ! Ça ne l’empêche pas d’être aveugle, comme Clark et comme Lana !... Ouh là ! C’est pas trop caricatural tout ça ? J’devrais me lancer dans le cinéma, on tient une idée de scénario là !
Ouf ! Il le savait déjà !
Lex tapota son épaule.
_ Tu devrais oui, sourit-il.
Pete lui renvoya un sourire chaleureux avant de remettre les pieds dans le plat.
_ Alors ? Tu comptes faire quoi ?
_ Comment ça ?
_ Meeeeec ! Est-ce qu’il va y avoir de l’action ! Ou tu laisses tomber ?
_ J’en sais rien, lâcha simplement Lex.
Autant ne pas repartir sur le délire du voyage dans le temps.
_ Peut-être que je vais...
_ Pete ! Lex ! Interrompit Lana en accourant avec son appareil photo en main. Venez !
Pete embarqua le bras du milliardaire pour le traîner vers Clark et Chloé qui ne quittait pas l’affreux rat en peluche que le fermier lui avait offert. Elle avait aussi retourné ce désastre à son avantage en faisant promettre à Clark de regarder les films d’horreur avec elle. Il aurait dû voir le plan ‘pelotage sur canapé’ se profiler, il l’avait pratiquement inventé !
_ Allez resserrez-vous ! Ordonna Lana en cadrant.
_ Papa prends la photo ! Lança Chloé. Viens Lana !
La brune confia son appareil et se colla contre Clark. Chloé se déporta donc près de Lex. Elle accrocha son bras autour de son cou pour déposer un baiser sur sa joue.
_ Merci, c’est le plus beau cadeau qu’on m’ait jamais fait, déclara-t-elle en gardant sa main sous son coude.
_ Souriez les jeunes ! Prévint Gabe.
Les têtes s’immobilisèrent et les dents blanches apparurent. Lex déglutit et se tourna vers la jeune fille.
_ Chloé...
_ Un ! Compta Gabe.
_ Il faut que je te dise tant que je le peux...
Elle lui décocha un regard pétillant.
_ Deux !
_ Chloé je t’...
_ Trois !
Le flash de l’appareil les aveugla et Lex se crispa. Il avait l’impression de devenir aveugle tant la lumière blanche s’acharnait sur ses pupilles. Il se mit à crier lorsqu’il se sentit tomber dans une spirale sans fin. Tout ce qui l’inquiétait à cet instant, c’était sa moitié de déclaration pathétique...

*

Métropolis, 2011.

Lorsqu’il ouvrit les yeux, il était de retour dans la salle de mariage. Rien n’avait changé, à première vue. Chloé et Clark étaient mariés, assis à leur table d’honneur, et le diaporama de Lana était enclenché. Lex cligna des paupières un instant. Avait-il rêvé tout ça ?
_ Quand je pense que tu as inspiré The Fray ce soir là, et que tu n’as jamais reçu de droits d’auteur ! Aborda Pete.
Lex avait sursauté en sentant la main de son ami sur son épaule.
_ Par conte je me demande encore ce que tu as bien pu leur dire pour qu’ils écrivent ‘How to save a life’.
_ C’est privé, prétexta Lex, déboussolé.
_ Quand je pense que Chloé n’a fait aucune remarque sur cette soirée, continua Pete en réservant son harcèlement ‘The Frayesque’ pour plus tard.
_ D’habitude elle gère tout, et là, elle n’avait rien prévu, et elle n’a rien dis.
_ Elle m’a dis qu’elle avait détesté la trilogie des Rats, intervint Lana. Maintenant je pense qu’elle a fait exprès d’apprécier pour peloter Clark.
Lex n’osa pas répliquer qu’effectivement, ça lui ressemblait.
_ Tu te souviens Pete, tu disais toujours ‘mec’ ! S’amusa Lana.
_ Ouais, mais pour l’époque, c’était le summum de la cool-attitude ! Se défendit Pete. J’ai gardé un film très marrant de Lex qui fait la gueule pendant cette soirée.
_ Non ! Il faut trop que tu me la passes ! S’enthousiasmait Lana.
Lex lui, fixait le couple. Ils semblaient toujours aussi heureux ensemble. A quoi ça avait servi ce voyage débile !
Clap !
Le noir de nouveau, la subite lumière intense dans les yeux et l’apparition imperturbable de la fée. Après s’être protégé la vue, Lex baissa lentement les bras. L’Esprit au costume trois pièces l’observait avec des paupières plissées.
_ C’est de l’arnaque, imposa aussitôt Lex. Rien n’a changé !
_ Bien sûr que rien n’a changé, à quoi t’attendais-tu ?
Il haussa les épaules.
_ A autre chose, elle est toujours avec lui.
_ L’amour est un travail à plein temps mon grand. Et certaines choses ont changé, regarde bien autour de toi.
Lex pivota lentement. Les invités étaient les mêmes, la déco était la même, son père faisait toujours autant la tronche, ne voyant pas son utilité à un mariage d’inconnus, et le diaporama était le m... Non ! La photo avait changé ! Bien sûr ! Et Chloé ne faisait plus la tête, elle lui souriait alors qu’il allait baragouiner une déclaration ! Lex se tourna aussitôt vers la mariée, elle était figée, mais elle le regardait. Avec l’un de ses petits sourires d’adolescente qu’il n’avait plus vus depuis longtemps sur son visage. Plein de malice et de complicité. Une fois adulte, elle avait oublié cette attitude dans un creux de sa mémoire. Et là, elle la ressortait entièrement en un regard. Pour lui.
_ Finalement tu as peut-être tes chances, déclara l’Esprit.
_ Vous croyez ? Rétorqua Lex qui ne pouvait quitter son sourire des yeux.
_ Et bien... disons qu’il y a encore du travail, mais pourquoi pas. Le jeune homme de vingt-et-un ans que tu étais, ne devait pas être assez attentif et un peu trop lâche. Tu ne crois pas ?
_ Oui j’avais abandonné depuis un moment.
_ Abandonné quoi, tu n’as jamais commencé, critiqua l’Esprit.
Lex leva les yeux au ciel pour ne pas reconnaître cette vérité.
_ Bon ! Je pense revenir rapidement, annonça la fée en lui tournant le dos.
_ Vous partez déjà ? Retint Lex un peu perdu.
_ Oui. Mais prends le temps de réfléchir à tes actions passées. Et n’oublie pas de regarder la prochaine photographie !
Il disparut en un clin d’oeil et la salle reprit vie. Lana et Pete riaient encore près de lui, Clark et Chloé devaient évoquer leurs souvenirs de cet anniversaire, et Lex se concentra sur le grand écran, attendant avec impatience le cliché suivant...


A suivre, Elina!

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:11

elina
Wahou! tout simplment, Wahou!
Bon forcément je ne cacherai pas que tu as placé la barre très haute. Bon mais je vais me tenir à la durée de 2 semaines pour poster la suite.

C'est super bien trouver les passages sur ce qui existe et ce qui n'existe pas encore. ET puis je en m'attendais vraiment pas à ce qu'ils aient une relation comme ça.. Mais finalement on comprend mieux pourquoi Lex peut avoir un comportement si ado.
Le passage également avec le groupe. Enorme!!!!. Mine de rien c'est pas rien. Etre à l'initiative de la création d'un groupe!!!MDR

Un grand bravo!

kfn
waw wawa et WAW !!!
j'adore vraiment le ton, la franche ironie, voire le foutage de gueule...
oh et puis the fray comment j'ai ri !! il peut toujours se faire producteur s'il arrive pas à la séduire !! c'est vraiment super j'ai hate de lire la suite, et ne t'en fais pas élina je suis bien sure que tu seras à la hauteur !!
suite !!

sixpence
Excellent ce premier chapitre !!!
Perso je m'attendais pas du tout à cette relation là avec Chloé ! ça surprend vachement ! mais j'adore ! ça me rappelle les supers moments de la fic de Chlo "une journée de fou à Smallville" le ton est quasiment le même !
Pareil, l'amitié avec Pete fait super plaisir à voir, limite il est agaçant mais s'est un super complice et un bon atout pour Lex je pense!
Clark tu as envi de lui foutre des baff tellement il est chiant ! enfin ça s'est ce qui ressort des pensées de Lex.
On voit qu'il est motivé pour concquérir sa belle, j'aim bien ce côté un peu court partout à la dernière minute pour changer le cours des choses, et en plus il arrive à réfléchir, et pour se rappeler de ce qu'il a bien pu faire il y a 10 ans, et de ce qu'il ne doit pas changer pour éviter les catastrophes ! super sympa !

vivement la suite !!!

elina
J'ai bien tenu la règle que je m'étais fixée à savoir garder la limite de deux semaines pour poster la suite. Et ça aurait été possible si pc n'avait pas planté. EN fait G perdu beaucoup de chose. Mais dans mon malheur G de la chance parce que la suite je l'avait écrite tout sur du papier, et je l'ai gardé ce qui faut c'est juste que je recopie. Mais je pars ce soir et je reviens que dimanche soir donc la suite promis juré vous l'aurez dans la semaine. J'espère que vous ne m'en voulez pas trop. C'est vraiment pa de ma faute... Mais sachez qu'elle sera là très vite. Merci de votre compréhension.

winnie
oh là t'en fais surtout pas! c'est la hantise de beaucoup de voir son pc planter et de perdre des données, j'espère que ça va s'arranger, et pour la fic, t'as l'excuse parfaite lol alors te fais pas de souci pour ça! prends ton temps pour te remettre!

alexiel
Pareil que Winnie, ne te fais pas de soucis, on peut patienter encore un peu !

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:13

Voilà enfin mon chapitre. Avec deux semaines de retard je m'en excuse encore une fois. Finalement j'avais perdu pas mal de truc même si les écrits étaient restés...

Bon alors j'espère que l'idée cous plaira. Je pensais que ce serait plus dur à trouvé une photo, mais je sais pas c'est venu tout seul. Bon pas d'énorme changement en revanche.
Alors bonne lecture et bonne chance à celle qui me suit parce que je vous l'accorde je finis en queue de poisson...

****************************************************************

Chapitre 2
par Elina

Métropolis – 2011

La réalité était encore plus dure lorsqu’on vous l’envoyait en pleine face et au ralenti. C’est exactement ce que pensa Lex en fixant l’image. Il savait combien elle avait été heureuse sans être avec lui. Et trop de questionnement sur sa capacité à altérer la personnalité des gens qui le fréquentaient, avait fait de sa vie une suite de moments freinés.
- Pourtant vous étiez complice à ce que j’ai pu voir, pourquoi doutez-vous tout le temps ?
- Ho et bien si vous devez revenir sur Terre, essayer de vous réincarner en fils de Luthor et on en reparlera.

Lex tourna brusquement la tête vers l’apparition.

- Attendez, vous pouvez lire dans mes pensées ? se méfia t-il
- Nooooonnnnn, réfuta t-elle théâtralement.

Lex haussa simplement des épaules et son attention fut de nouveau captée par le sourire qui illuminait l’écran. Même à travers les photos, on pouvait sentir son naturel. Avec Chloé, ce n’était pas qu’une simple métaphore de dire que son sourire pouvait illuminé une pièce. C’était réellement le cas. Elle n’en avait pas conscience. C’était d’autant plus touchant. Il fallait qu’elle le sache parce que cette photo, plus qu’une autre, était le commencement réel de l’histoire entre Chloé et Clark. Les proches de Clark, à cette époque, s’habituait à le voir changer de personnalité tous les 4 matins. Aujourd’hui ils étaient quelque uns à savoir réellement le pourquoi. Mais à l’époque de la photo, ils devaient juste subir. Ce jour là Chloé avait décidé de tester sa méthode infaillible pour évaluer le taux de normalité de Clark. La méthode, simple et efficace, consistait à lui jeter un saut d’eau. Elle avait éclaté de rire en voyant la tête finalement « normale » de Clark, et Pete était arrivé au bon moment pour immortaliser le moment. Il fallait absolument qu’il y retourne pour que Chloé ne soit pas attirée par le bad Clark.

- Oui je le veux.
- Tu veux quoi ?

Lex fronça des sourcils.

- Ba retourner à l’époque de la photo, comme la photo d’avant.
- Ha ! Ça !! Non mais tu y mets tellement de cœur quand tu le dis, que j’ai du mal à être convaincue.
- …
- Nan mais je blague, ça faisait un petit moment que je ne m’étais plus occupé de personne, faut bien que j’en profite. Allé, bon voyage !

Smallville – 2002

Il ne se ferait peut être pas au voyage. C’était, il fallait l’avouer, assez violent. Mais il était impatient de pouvoir encore une fois agir sur son passé. Étourdi au milieu du couloir qui menait à la cuisine, il n’avait aucun moyen de savoir à quel jour exactement il avait été parachuté. Cependant il espérait que ce soit le jour où Chloé était venue chez lui profiter de la piscine. Il prit donc la direction de la piscine. Elle était là. Allongée sur une chaise longue, sous un parasol. Pas un souffle de vent ne venait perturber ce moment calme. Ce n’était pas un regard malsain qu’il posait sur elle. Pas un regard amoureux non plus, parce qu’il ne savait pas qualifier le sentiment qu’il ressentait quand il la regardait. Il avait l’impression que le corps de Chloé tout entier l’appelait. Rien que la blancheur et la douceur de sa peau l’auraient convaincu. Mais ces formes de jeunes femmes (à l’époque), son calme à cet instant précis et son naturel à d’autres moments étaient d’autres arguments tout à fait convainquant. Seulement il restait un homme avant tout, et la peau transpirante attirait inévitablement ses yeux vers le décolleté du soutien gorge de son maillot de bain. Chaque perle d’eau était un supplice.

- Lex, je suis toujours entrain de me dessécher, l’interrompit-elle dans sa contemplation le faisant légèrement sursauter.

Elle se retourna, s’appuyant sur les accoudoirs de la chaise blanche.

- Ba ! Et les rafraîchissements ?
- Les rafraî… tu voulais quoi déjà ?
- Je ne sais pas, tu m’as dit que tu allais me faire un cocktail spécial moi !
- Oui c’est vrai. Je venais juste te demander si tu n’étais allergique à aucun fruit exotique.
- Et je t’ai déjà dit non.
- J’y retourne.
- C’est déjà Alzheimer qui tu guettes ? cria t-elle à Lex qui marchait déjà en direction de la cuisine.

Il n’était pas sûr de savoir ce qui le dérangeait le plus. S’être fait prendre entrain de la « mater », ou être sous le choc de ses yeux verts le regardant.
Il revint avec deux verres de boissons sucrées bien fraîches. Chloé s’en empara et colla son verre directement contre sa peau. Elle frissonna. Il savait bien qu’il aurait du prendre des glaçons.
Il aurait aimé profiter de cette après midi, mais il savait que dans peu de temps, Clark allait lui envoyer un message sur son portable. Elle courrait vers lui, et l’embrasserait et leur histoire commencerait plus ou moins là. Il devait absolument l’en empêcher. S’il devait changer un seul jour dans son passé, autant ne pas rater le coche. Clark avait été contaminé par de la kryptonite rouge, il l’avait appris bien plus tard. A y repenser, les aliens étaient vraiment des êtres chétifs. A voir la taille de la particule qui avait contaminé Clark en comparaison du cataclysme que ça avait causé…A quoi ça sert de battre tous les records du monde dans toutes les disciplines si le moindre problème d’une taille ridicule est capable de vous déréglé ?

- Tu veux pas faire le lézard avec moi ? demanda Chloé en tapotant la chaise longue vide à ses côtés.
- Tu sais bien moi et les lézards…

La vraie raison de son refus, c’est qu’il craignait trop de ne pouvoir s’empêcher de la regarder. Elle finirait par le prendre par un pervers.

- Non je n’étais pas au courant, toi et lui vous avez eu une histoire compliquée ? Raconte tout à tata Chloé.
- Ces petites choses qui s’infiltre dans les moindres fissures… ça me fait penser à des paparazzis.
- Aïe t’es si atteint que ça ? Peut être…

Elle s’interrompit. Un petit bip les avertit tous les deux qu’elle venait de recevoir un message sur son portable.

- Tu ne veux pas qu’on aille à New York ? paniqua Lex
- Hum, hum acquiesça la jeune fille sans vraiment l’écouter
- Là, maintenant, tout de suite !
- Pourquoi pas
- Je t’emmènerai voir le New York Times, s’enflamma t-il risquant ces derniers atouts
- Comme tu veux
- Et comme ça tu vas pas voir Clark et tu ne te maries pas avec lui dans 9 ans mais avec moi. Hein t’en dis quoi ?

Chloé sortit de sons message. Se leva et enfila sa robe à bretelle. Elle devait rejoindre Clark, ça avait l’air urgent.

- Lex, on reprendra cette discussion, mais avant de te marier présente-la moi, mon avis est indispensable et tu le sais. Si tu veux éviter un nouveau divorce.

Il la regarda s’enfuir sans rien pouvoir dire. Elle ne l’avait pas du tout calculé. Pourquoi avait-il tant d’importance à ses yeux. Son passé et son présent lui échappait totalement. On lui donnait une nouvelle chance, mais la méritait-il ?

Sa voiture était là. Il ne devait pas perdre de temps. Il voulait se battre pour elle. C’est à cette conclusion qu’il en était arrivé et c’est pourquoi il avait décidé de prendre sa voiture et de la suivre à la ferme et d’empêcher l’événement. Il poussa la lourde porte de la grange. Et resta discret, à l’affût tel un bigle devant le terrier d’un lapin, les oreilles dressées en moins. Il monta silencieusement quelques marches. Il s’arrêta. N’entendit rien. Peut être était-il déjà trop tard et alors la vision qu’il allait avoir le hanterait toute sa vie. Il monta les dernières marches deux à deux.

- Laisse la tranquille, fit-il menaçant.

Trois regards immobiles le fixaient. Chloé et Pete étaient assis dans le canapé. Face à eux, Clark appuyé contre son bureau leur montrait des photos de biologie.

- Tu viens vraiment de menacer quelqu’un ? demanda Pete.
- J’étais convainquant ?
- Euh…ça dépend de qui tu menaçais, répondit Clark en fronçant des sourcils traduisant une incompréhension totale.

Lex avança vers eux les mains dans les poches. Il devait trouver un moyen de se sortir de cette situation ridicule.

- Vous venez d’assister à ma première représentation.
- Ta première représentation ? ne comprit pas Pete
- Bon visiblement je ne suis pas convainquant c’est pas grave ! Je vais y aller.

Et sans attendre une réponse ou une réaction, il tourna les talons. Ce n’était décidément pas comme ça qu’il allait séduire Chloé. Mais comment, lui le dragueur super doué pouvait-il se ridiculiser si facilement. C’était un coup à ce que Chloé s’inquiète pour lui et qu’elle lui face l’amie super proche à laquelle il pouvait se confier. ARRGGG !! l’amitié finalement quel horrible mot.

Affalé dans son fauteuil avec un verre de scotch à la main, les yeux dans le vague il prenait conscience qu’avoir des regrets c’étaient nettement plus facile que de les éviter. Mais il restait persuadé que si on lui accordait une autre chance, il devait la saisir et prouver que sa vie ne se résumait pas seulement à un gâchis
« Pas cette fois-ci » était en quelques sortes un crédo au quel il voulait croire. Mais combien de SMS Clark envoyait-il à Chloé ? Il refusait de devoir les surveiller tous les deux. C’était un coup à se faire sermonner par Jonathan Kent une fois de plus.
Il se redressa d’un coup, renversant un peu de whisky sur lui. Il avait un avantage. Il avait été assez proche de Clark et Chloé pour savoir. Il devait faire encore un effort pour se souvenir.

- Lex !

Encore une fois il sursauta, son verre se vidant un peu plus.

- Chloé! Je ne t’avais pas entendu, fit-il en se retournant tout en inspectant la pièce à la recherche du matériel.
- C’est nécessaire ça ? le gronda t-elle gentiment en pointant le verre d’alcool du doigt.
- T’inquiète pas, ma chemise en a plus profité que moi.

Elle lui prit le verre des mains et le posa sur le bar.

- Est-ce que ça va ?
- Est-ce que cette question est en rapport avec mon entrée dans la grange ?
- A ton avis ?

Embêté il rangea ses mains dans ses poches.

- Écoute, fit-elle en lui prenant la main ne se doutant pas de l’empreinte brulante qu’elle lui laissait dans la paume et l’emmena vers le canapé de cuir, est ce que tu as des problèmes ?
- On dirait que tu parles à un ado
- Tu ne fais rien pour me dissuader que tu n’en es pas un.
- Je ne sais pas je voudrai pouvoir donner une autre image de moi
- Tu t’en fous des autres, moi je t’aime comme tu es.
- Tu m’aimes ?
- Alors c’est ça ? Tu nous fais une petite déprime, s’attendrit-elle en lui prenant les joues dans ses mains. Comment je ne pourrai ne pas t’aimer ? Tu es comme mon frère.

Rectification pire que l’amitié, le « tu es comme mon frère ».

Il était de nouveau seul, dans le salon du manoir. Chloé était repartie depuis une demi-heure. Il avait réussit à dévier rapidement la conversation. Et finalement il était heureux qu’elle soit venue le voir. Il appréciait ces discussions. Et il sentait malgré tous qu’elle n’était pas menée comme avant. La première photo avait bel et bien apporté quelques changements. Bien sûre pas fulgurants mais assez importants pour changer quelques petites choses. Comme cette conversation, mi sérieuse, mi taquine qu’il venait d’avoir avec elle. Il avait également joué le jeu sans être discret sur sa vie, comme à chaque fois. Il avait même cru voir, dans les yeux de la jeune journaliste, un genre de remerciement. Elle pouvait se considérer à part, parce qu’elle avait réussit à percer certains secrets de Lex Luthor et il ne lui en aurait pas voulu qu’elle se vante d’être dans ses petits papiers. Il l’imaginait sautiller comme une gamine, en demandant à sa cousine qui vivait à Métropolis de deviner ce qui lui arrivait. Il la trouvait encore plus craquante. Si naturelle.
Il devait, maintenant, absolument trouver de la krytonite verte pour empêcher Clark. Mais il avait beau chercher, aucune trace de la pierre. C’est dingue, ces machins il suffisait de se baisser pour en ramasser, et pour une fois qu’il en cherchait, tout de monde avait décider de les sniffer, de les ingérer ou d’autres choses encore plus bizarre auxquels il était habitué avec les pierres vertes.

Ça faisait maintenant des heures qu’il cherchait. Mais rien. On aurait dit qu’un ouragan était rentré dans le manoir avait tout retourné, et était ressorti par la fenêtre sans rien casser. Bizarre. C’est exactement ce que semblait penser Pete en entrant dans le bureau de Lex.

- Merde, tu t’es fait cambrioler, mec ?
- Nan.
Pete se figea sur place. Lex venait-il vraiment de dire « nan » ?

- OK, mec, là tu me fais vraiment flipper. Qu’est ce qui te prend. D’abord à la grange, maintenant là tu parles bizarrement. Après Chloé m’a dit qu’elle avait eu une journée assez bizarre avec toi. C’est vraime… Ha oui et puis l’année dernière, je me souviens t’étais aussi bizarre, tu…
- Ça va Pete. C’est rien un coup de fatigue. Au fait est ce que tu n’aurais pas dans tes affaires une météorite ?
- Pour en faire quoi ? se méfia immédiatement Pete.
C’est vrai. Lex avait oublié que Pete connaissait le secret. Mais Pete était son ami le plus stable. Encore aujourd’hui il savait qu’il pouvait compter sur lui. Ils avaient une complicité très particulière, que Lex n’avait jamais connue avant ça. Autant ne pas faire son Luthor, de toute manière il sera bien assez tôt au courant. Et il aurait le package « emmerde » qui allait avec.
- C’est un peu compliqué mais je te jure que c’est pas ce que tu crois !
Pete le regarda de travers.

- Et qu’est ce que je crois ?
- Ça n’a pas d’importance, mais il en va de ma vie avec Chloé, avoua t-il en se souvenant que Pete savait qu’il était amoureux de Chloé.
- Ta vie avec Chloé ? Ok là j’appelle un médecin, c’est vraiment grave.
- Pete !s’écria t-il alors que le jeune homme se retournait déjà, pour partir, j’ai vraiment besoin de ton aide.
- Ouuuhhh ! Pour que Lex Luthor me demande de l’aide. Ça doit être…
Une sonnerie les interrompit. Ça devait être du Bach ou un truc de genre.

- Ho non mais arrête d’être ringard avec ta musique de vieux riche. Tu sais que tu as seulement une vingtaine d’année, mais qu’est ce que les filles te trouvent ? Un bon vieux rock y a rien de mieux !
Lex leva les yeux, Pete avait exactement le comportement d’un homme de son âge. Lex lui n’avait jamais été comme ça. Peut être le regrettait-il. Mais avant il devait s’occuper de soin plus grand regret, qui d’ailleurs était de l’autre côté du téléphone.

- Il est grrr ! Je comprends pas comment je peux être attiré par un macho comme ça. Mais c’est tellement…
- Grrr ? proposa Lex sachant exactement de quoi elle parlait. T’es où là, demanda t-il visiblement agacé.
- Je rentre chez moi. Mais il doit venir me voir ce soir, et son côté grrr m’excite terriblement, est ce que je dois en profiter quitte à me faire enfermer pour viol après ?
- Je ne suis pas sûre que Martha apprécie que tu parles de son fils unique de la sorte.
- Oh ! t’es pas marrant.
Elle raccrocha.

- Pourquoi Chloé et Clark ? Ça va bien ensemble aussi Lex et Chloé !
- C’était Chloé ? soupçonna Pete.
- Ouais et elle a réussit à me parler de Clark et viol dans la même phrase. Alors tu as de la météorite ?
Pete sentit l’impatience dans la voix de Lex. Il savait que sa petite conversation avec Chloé l’avait profondément blessé. Il était face à un sérieux dilemme. Clark était son meilleur ami. Celui qui lui avait fait assez confiance pour lui dire la vérité. Mais Lex depuis quelques temps, il y avait une complicité qu’il ne trouverait jamais avec Clark, parce que trop coincé. Il avait deux amis, et il redoutait plus que tout qu’un jour ils deviennent ennemis. Lui finalement il n’y gagnait rien dans cette histoire…

- Non mais vers Crater Lake y en a pas mal. On a qu’à y aller.
- Nan moi je vais en chercher et toi tu fonces chez Chloé et tu empêches le viol. Ha au fait pense à prendre un appareil photo, ça peut servir …pour les preuves pour la police

Pete accéléra le pas, mais avant de sortir il se retourna vers Lex.

- Et si quand j’arrive Chloé est déjà entrain de le violer ?
- Promis je te paierai des heures de psy pour effacer cette image..
- Toi aussi t’en auras besoin, je compte bien tout te raconter dans les moindres détails.

Lex eut un frisson de dégoût. Il ne devait plus perdre de temps. Il sauta dans sa voiture en direction de la forêt. Puis se mit à inspecter le moindre petit bout de caillou. Il faisait noir, et son entreprise n’était pas vraiment sans espoir, mais presque. Ce n’est pas la motivation qui lui manquait. Mais de savoir que Pete était peut être arrivé trop tard. Que le mal était déjà fait.

Près d’une heure plus tard, Lex était assis sur le capot de sa voiture. Démoralisé plus que jamais. Il n’osait pas appeler Pete, encore moins Chloé. Il avait du y avoir une battue à la météorite parce que pas moyen d’en trouver ne serait-ce qu’une miette. Valait mieux qu’il rentre chez lui, parce qu’il savait qu’il allait se mettre à penser à Chloé et à ce voyage finalement complètement inutile puisqu’il n’avait rien changé. Il sortit la clé de sa voiture, et là un reflet. Son cœur s’emballa. Enfin il l’avait trouvé. Il se baissa et la prit dans sa main comme un véritable secret. On aurait dit que l’objet était fragile comme du cristal.

- Lex !
- J’en ai une, cria Lex en brandissant la pierre au dessus de sa tête ayant reconnu la voie de Pete.
- Laisse tomber c’est fini ça sert plus à rien. Mais franchement c’est con que tu n’étais pas là. T’aurais du voir super Chloé à l’action. Mais t’inquiète j’avais bien pris mon appareil. C’est tout là dedans, fit-il en brandissant son appareil. Allé vient je vais tout te raconter.
Alors que Lex avançait vers Pete, il avait l’impression d’être retenu en arrière. Une force invisible le faisait tomber. Puis la spirale apparu de nouveau, puis plus rien.

À suivre

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:15

kfn
le big mac se décale donc je feeeeeeeeeeeede !
oula j'ai franchement adoré !
je sais pas ton style est toujours là, c'est de l'élina ùais c'est différent, cette idée de fic en commun va révéler de nouvelles facettes de nos talents !
j'ai adoré l'idée, la photot est très bien, Lex me plait vraiment, il est lui meme, luthorien, mais je crois qu'il ne m'est jamais apparu aussi humain que dans cette partie.. c'est vraiment crédible ce qu'il est, j'aime j'aime !!

Encore une fois il sursauta, son verre se vidant un peu plus.

- Ho non mais arrête d’être ringard avec ta musique de vieux riche. Tu sais que tu as seulement une vingtaine d’année, mais qu’est ce que les filles te trouvent ? Un bon vieux rock y a rien de mieux !
Lex leva les yeux, Pete avait exactement le comportement d’un homme de son âge. Lex lui n’avait jamais été comme ça. Peut être le regrettait-il. Mais avant il devait s’occuper de soin plus grand regret, qui d’ailleurs était de l’autre côté du téléphone.

(désolé, je sais pas si c'est mon ordi ou le forum qui bugge, mais je n'ai accès à aucun smiley et pas au bouton citation non plus ^^)

donc voilou, du bon boulot !!!
oh et puis j'adore ta "fée" (c'est ça??? elle est vraiment marrante !!)

elina
Merci beaucoup kfn. C'est un beau compliment que tu fais sur mon style d'écriture. Merci encore.
Je dois dire que j'avais peur parce qu'en perdant le truc sur mon PC (forcément j'improvise toujours des petits trucs par écrit) j'avais peur de pas retrouver l'envie, mais non.

ALors merci encore pour ce feed.

chlo
hum...

les filles on ne tape pas une malheureuse Chlo qui n'avait pas vu qu'on avait déjà posté des trucs pour la fic en commun... Honteux je sais mais véridique! j'en reviens pas moi meme d'etre passée à coté de ça!

Sinon, j'ai eu juste le temps d'attaquer en entier la partie elina et... Mon dieu! J'adore! je suis fan de cette fic comme pas croyable! C'est divin! Ton style est adorable, mignon et plein de surprises. et voir lex comme ça c'est craquant (oui Six là tu peux sortir Bisounoursette lol suis accro grave)


Félicitation!

Winnie je ferai un post juste pour ta partie de la semaine

winnie
ayaaaaaaaaaaaa! la suite!! lol me suis jetée dessus et j'adore le thème, bonne idée la tof! t'as bien réussi la fée aussi, chlo a raison, c'est tout léger ton chapitre, au moins autant que les pensées de lex devant chloé en maillot de bain lol cela dit, la blonde est trop forte lol
"- Non je n’étais pas au courant, toi et lui vous avez eu une histoire compliquée ? Raconte tout à tata Chloé." ptdr!
La conversation de lex 'tout seul' est pas mal aussi, j'adore chloé qui répond des 'ouais ouais' sans faire gaffe!
"Rectification pire que l’amitié, le « tu es comme mon frère »." ça c le coup de poignard dans le dos! lol
"- Et si quand j’arrive Chloé est déjà entrain de le violer ?
- Promis je te paierai des heures de psy pour effacer cette image..
- Toi aussi t’en auras besoin, je compte bien tout te raconter dans les moindres détails." mdr bien joué aussi la complicité entre lex et pete, c bon de voir qu'ils continuent sur cette voie! par contre ça finit un peu sec, on sait pas vraiment ce qu'il a changé, mais bon ça rajout du challenge pour la suivante lol donc six'! la suiiiiite!


Ps: t'en fais pas chlo! lol

elina
C'est vrai que le chapitre finie assez en queue de poisson. ça s'enchaine très vite, trop vite. J'ai toujours des problèmes avec mes fins. Et là je dois dire que d'avoir perdue la première version n'a pas facilité les chose. Je suis donc aussi désolée puisque visiblement c'est Chlo qui reprend le flambeau... Courage fillette...Oui t'as le droit de me hair...

En tout cas merci, encore pour vos feeds!

chlo
après une énorme minute de stress (temps qu'il a fallu pour fouiller dans le forul) Je t'annonce que c'ets d'abord Alexiel et Marm puis moi!

Nonnnn j'ai pas paniqué lol

alexiel
Chlo a écrit:
après une énorme minute de stress (temps qu'il a fallu pour fouiller dans le forul) Je t'annonce que c'ets d'abord Alexiel et Marm puis moi!
Nonnnn j'ai pas paniqué lol


J'ai moi aussi eu ma minute de stress, la prochaine c'est Sixpence, et ensuite y a Marm. Moi j'écris le dernier chapitre.

elina
Bon ok je crois que j'ai vraiment créé une difficulté je m'en excuse. oops...

alexiel
T'inquiète c'est pas bien grave !

Laenan
J'ai beaucoup aimé Autant Winnie qu'Elina, c'est un réel plaisir cette fic !

Bonne chance aux suivantes !

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:17

Bonjour, valà j'ai finit mon chapitre, pas exactement dans les temps mais je suis contente de pouvoir respecter mon timing de vacances !
J'espère qu'il vous plaira, me suis bien marrée à l'écrire.
Et comme j'ai trouvé une bonne photo j'ai fait un 'ti montage !

Bonne lecture !!


Chapitre 3 par Sixpence


Métropolis, 2011

Comme la fois précédente, Lex fut littéralement catapulté sur son siège et dû bien s’accrocher pour ne pas faire de plongeon en avant, ou en arrière mais d’après ce qu’il pouvait voir, personne n’avait rien remarqué d’anormal. Ils étaient tous concentré sur cet écran, tous les regards étaient rivés dans la même direction et alors que les yeux de Lex vagabondèrent de sièges en sièges, de rangées en rangées, il aperçu avec un pincement au cœur les deux jeunes mariés, main dans la main, discutant avec quelques personnes, même si bizarrement, il croyait sentir une certaine distance entre eux.
Avant que Lana ne diffuse la prochaine photo, il tenta de faire un bon dans le passé un peu prématuré et se sentit aussitôt lamentable. Il était tout simplement incapable de se souvenir ou même d’anticiper sur le cliché qui allait défiler d’ici quelques secondes. Au moment crucial, un flash sembla l’éblouir et se prit la tête dans la main pour cacher la vision qui s’offrait malheureusement à lui et eu un sourire sceptique. Pas étonnant que son esprit ait volontairement choisi d’effacer cet humiliant souvenir de sa mémoire.
Il allait tenter de relever la tête lorsqu’une main s’abattit sur son épaule avec une force assez inouïe qui fit presque bondir Lex sur sa chaise.
_C’est pas vrai ! Vous pourriez pas vous annoncer avant de débarquer comme ça l’air d’un rien !
_Tu aurais dû me voir, mais comme tu avais l’air en pleine réflexion.
_Vous avez pas un système de, sonnerie, ou quelque chose pour vous annoncer, une clochette ! Après tout, vous êtes bien une fée ? Lança-t-il dans un sourire taquin.
_Je te conseille d’oublier tout de suite l’image négative que je vois circuler dans ta tête. Si j’étais toi je me soucierais davantage du boulot qui t’attend. Dit-il en lui indiquant la photo d’un signe de la tête.
_Je souhaiterais tellement être à sa place. Dit-il plus pour lui dans sa rêverie.
Il tenta par tous les moyens d’oublier la bouche de Clark ventousée à celle de Chloé, dans les bras l’un de l’autre, encore sous l’enchantement d’une danse tous les deux dans leur costume, Clark, ridiculement accoutré dans son déguisement de Zorro et Chloé dans sa magnifique robe rose façon Marie-Antoinette aux manches finement lassées au niveau des coudes, au corset blanc crème brodé de perles nacrées qui descendaient en cascades sur la bas bouffant de la robe. Ses cheveux blonds étaient remontés en un chignon tressé où des milliers de paillettes illuminaient la photographie et s’accordaient parfaitement à son maquillage et ses joues roses.
_Et je peux savoir ce que tu attends pour te bouger le train et faire en sorte de changer les choses et les tourner à ton avantage ?
_Oui je le veux. Annonça-t-il avec beaucoup plus de détermination dans la voix.
C’était sans doute dû à la vision chaotique de cette photo dans sa tête et qui lui faisait déjà serrer les dents. Il remarqua que chacun portait dans sa main un masque, il se souvenait maintenant de cette fameuse soirée.
_Wouah ! Mais c’est qu’il y a du progrès !
Et de nouveau, Lex fut comme aspirée dans une sorte de gouffre aveuglant sans fin, plus motivé que jamais à l’idée de prendre la place de ce justicier masqué à deux ronds.

Smallville, 2003

Aussitôt atterrit, aussitôt bousculer par, des formes non identifiables à première vue. Juste le temps de se remettre de ce voyage temporel toujours aussi désagréable. Haa, une horde de, lycéens ou étudiants ? Il passa sa main sur son crâne le temps de réfléchir dans quelle année il avait atterrit ce coup-ci et son regard ne put qu’être attiré par une affiche rose fluo de très mauvais goût destinée aux étudiants. Donc il avait bien fait un bond en 2003, première année à l’université, aussi synonyme de beaucoup de changements. Notamment celui de ne plus avoir Chloé à Smallville. A la longue il pensait qu’il s’y serait fait, la voir occasionnellement revenir les week-ends, mais là encore il s’était mis le doigt dans l’œil bien profond. Il ne s’y était jamais fait, elle lui avait énormément manqué et il se demandait comment, cette année là, il avait encore pu resté passif.
Mais inutile de débattre sur ce qu’avait été le passé, il était encore dans le présent, oui enfin revenu dans le passé, et le plus important, il était là pour changer les choses et tout faire pour empêcher ce baiser de la mort.
Alors, qu’annonçait cette affiche ? Oui, en s’approchant encore un peu, les prochains événements étaient bien en adéquation avec la photographie. Soirée spéciale Halloween, déguisement et masque obligatoires. En se remémorant l’accoutrement de Clark, il sourit en pensant qu’il avait surtout pensé à la cape. Chloé était d’ailleurs venu le voir quelques heures avant la fête, pour lui faire partager sa furie passagère. Elle avait détesté ce déguisement, en prétextant qu’il était tout juste bon pour les gamins qui faisaient la quête aux sucreries et aux farces. Il fallait donc absolument qu’il s’assure que Clark revêtisse bien ce costume en particulier, ce détail pourrait avoir de l’importance.
Pour ne prendre aucun risque, il prit le soin de noter les horaires sur son agenda électronique. La seconde étape consistait à se rappeler pourquoi il se retrouvait au beau milieu des couloirs de la fac. Il aurait voulu que ce soit pour Chloé, mais dans l’immédiat il était difficile d’y mettre la main au feu. Et pourtant, en relevant la tête, comme dans un rêve, il la vit s’approcher de lui de sa démarche souple et gracieuse, laissant flotter ses cheveux qui commençaient à allonger.
_Salut, c’est gentil de t’être déplacé et d’avoir pris un moment pour moi.
_Mais je t’en pris, c’est tout à fait normal. Lui sourit-il.
Bon, il n’avait pas la moindre idée de l’objet de leur rencontre du jour, mais le fait qu’il se soit libéré pour elle était un avantage en soi et un signe plutôt encourageant.
_J’ai conscience que ce n’est pas une activité des plus réjouissantes mais j’ai vraiment besoin de ton avis, et je ne mettrais aucun tabou sur une éventuelle remarque de ta part concernant cette mini crise post-adolescente qui consiste à croire qu’un tout petit détail pourrait changer la face du monde. D’accord ?
_Très bien, comme tu voudras. Fit-il, complètement dépassé par les événements.
Il fronça les sourcils avant de se mettre à la suivre jusqu’à la sortie. D’une part, il commençait à atterrir et à réaliser qu’elle n’était pas dans son habituel état d’excitation quasi constante, elle semblait, soucieuse, perturbée peut-être, mais il n’arrivait pas à retrouver pourquoi. D’autre part, il aurait pu faire une objection sur ses derniers mots, qu’en fait une modification d’un détail pouvait changer beaucoup de choses, enfin, une accumulation de détails pouvait entraîner de gros changements.
Il aurait voulu lui demander où ils allaient, mais il avait le sentiment que ce ne serait que lui donner un coup de massue sur la tête, alors il la suivait sans rien dire. Elle marchait vite et crispait ses petites mains sur la lanière de son sac, oui, quelque chose n’allait définitivement pas. A lui maintenant de trouver le tact nécessaire pour qu’elle se confie.

Elle le traîna jusque dans un bâtiment adjacent qu’il se rappelait être les chambres. Il n’avait pas souvent eu l’occasion de s’y rendre avec elle, mais les rares fois où elle lui avait ouvert la porte de sa chambre c’était, spécial. Il avait l’impression de partager son intimité, il affectionnait ses moments. Et savoir qu’il allait de nouveau en vivre un comme le faisait déjà frissonner.
_Ne fait pas attention au bordel, j’ai pas encore prit le temps de m’occuper de ça. Prévint-elle en enjambant une pile de vêtements sales.
_ça ne fait rien, du moment que tu t’y retrouves.
_Assied toi ! L’invita-t-elle, la tête plongée dans son armoire.
Il prit donc place sur le bord du lit de la jeune femme, gardant les yeux bien rivés sur la décoration de la chambre plutôt que sur ce lit moelleux dans lequel il s’imaginait très bien dormir avec elle. Il appréciait vraiment à redécouvrir l’endroit, mais à cet instant, il avait plutôt la sensation d’être comme plongé dans une photographie que d’être dans une réalité.
_Dis-le moi si tu ne souhaites pas t’éterniser, je comprend très bien que tu sois débordé de boulot. Et voilà ! S’exclama-t-elle en balançant de gauche à droite le cintre sur lequel était suspendue la fameuse robe rose bouffante. Le milliardaire acquiesça dans un petit sourire, l’image de la photo dans la tête.
_Franchement, comment tu trouves ? Demanda-t-elle dans une grimace, pas du tout convaincue d’avoir fait le bon choix.
Pour une fois, il savait exactement ce qu’il allait lui dire, se serait facile puisque d’une certaine façon il l’avait déjà vu dans cette robe. Il se leva, enfouit ses mains dans ses poches et se rapprocha d’elle.
_Chloé, je suis certain que tu seras resplendissante dans cette tenue, et puis, tout à fait personnellement, je trouve que le rose c’est une couleur qui te va bien, qui se complète avec tes yeux.
_Mais, est-ce que tu penses que ça plaira à Clark ?
Il baissa la tête un instant, ainsi, c’était toujours en encore lui le vrai problème. Son cerveau était en pleine ébullition, il cherchait pour retrouver ce qui avait bien pu se passer à cette période précise de sa vie.
_Tu vois, j’ai envi de mettre le paquet ce soir, j’ai envi qu’il me voit, qu’il se souvienne que j’existe et que je ne sers pas QUE accessoirement de taxi le week-end pour retourner à la ferme voir papa, maman.
D’un air las, Chloé s’avachit sur son lit, le cintre dans les mains et soupira bruyamment, les yeux dans le vide. Lex la rejoint, les idées à présent claires et n’hésita pas un instant avant de la prendre tout contre lui, déposant un baiser sur son front. Effectivement, Clark et Chloé étaient en période de froid à ce moment là. Chloé s’investissait corps et âme dans sa première année de journalisme tandis que Clark alternait entre foot et études, ce qui leur laissait finalement peu d’occasions de se retrouver tous les deux. C’était bien connu, la distance générait des tensions dans les couples et d’après le bilan qu’il pouvait établir de la situation, Chloé comptait sur cette soirée pour que les choses s’améliorent avec Clark. Quant à lui, son objectif était finalement le contraire, Chloé et Clark ne devaient pas se retrouver ce soir, ou du moins ne pas s’embrasser. Se serait d’autant plus difficile qu’il devrait tout faire pour contrecarrer les plans de la blondinette.
_Tu verras, se sera génial. Assura Lex pour la réconforter.
Chloé lui sourit tendrement pour toute réponse, se leva, rangea sa robe et proposa quelque chose à boire à Lex qui profita qu’elle ait le dos tourné pour souffler un bon coup. L’Esprit avait raison, il avait du pain sur la planche.


Après avoir ingurgité avec plaisir et retrouvé toute la saveur d’un bon cappuccino à la Chloé, avec une tonne de chantilly et des pépites de chocolat, Lex se dirigea dans le seul endroit où il était à peu près certain de trouver le jeune Kent. Il arpenta les couloirs de la fac jusqu'à atteindre le terrain de sport. Il se fit une réflexion bizarre à ce moment là, il était incapable de se souvenir avec clarté des événements qui avaient eu lieu à cette période précise, mais en revanche, il n’avait pas besoin qu’on lui indique le chemin, ça, il se rappelait.
Il descendit les gradins, apercevant comme il se serait douté les joueurs s’entraîner et s’accouda à la rambarde, observant le jeu, cherchant Clark des yeux. Il sourit à sa chance en entendant leur coach annoncer dix minutes de pause. Il vit le jeune brun retirer son casque et courir dans sa direction.
_C’est plus du sport à ce rythme là, c’est de la torture !
_Salut Lex.
_C’est pour quand le prochain match ?
_Demain, alors tu vois, on en plein entraînement intensif, en plus il va nous manquer un joueur alors…..
_Je vois. J’imagine que dans tout ça tu ne penses pas vraiment à la soirée. En déduit-il, espérant évidemment entendre une réponse positive.
_Chloé me tuerait si je ne l’accompagnais pas à cette soirée, seulement dans son impatience je crois qu’elle a zappé que j’ai toujours détesté ces soirées déguisées. Expliqua-t-il en faisant tourner le ballon dans ses mains.
_Hum, et tu n’as jamais trouvé un moment pour le lui dire ?
_Non, on se croise comme d’habitude et les seuls moments qu’on peut passé tous les deux je préfère les occuper à autre chose que lui prendre la tête avec ça.
_Mais tu vas y aller ? demanda-t-il directement.
_Je n’ai pas le choix, de toute façon les gars sont pris eux aussi sinon on aurait pu s’entraîner encore….
Lex baissa la tête et le laissa continuer à parler. Il comprenait où était le problème maintenant, ils s’étaient réellement éloignés tous les deux à un point qu’ils ne parvenaient même plus à se comprendre. Clark allait se forcer à se rendre à cette soirée pour ne pas décevoir Chloé, alors que la blondinette se fichait pas mal de la soirée, elle voulait seulement passé du temps avec lui.
_Et alors, comment tu comptes te déguiser ?
_J’ai réussit à récupérer le déguisement d’un copain de l’équipe, Zorro.
_Super.
_Ouais, j’avais pas d’argent à dépenser pour louer un déguisement de toute façon.
_Et Chloé tu crois qu’elle a fait comment ? S’énerva-t-il soudainement.
Clark releva seulement un regard étonné sur Lex, ne comprenant pas le brusque changement de son comportement et s’excusa brièvement avant de retourner au milieu du terrain au pas de course.
Lex longea le stade en serrant les dents, s’il n‘avait pas retenu son coup, et si Clark n’était pas son ami il ne se serait pas gêné de lui mettre son poing dans la figure. Il était clair qu’il ne portait pas l’attention que Chloé semblait lui porter, il ne la méritait pas. Il était clair qu’il allait lui gâcher la soirée à ce train là. Et pourtant, s’il ne faisait rien il parviendrait quand même à l’embrasser, ça le sidérait. Chloé avait toujours tendance à pardonner à tort et à travers. Dans sa colère, une idée totalement farfelue lui traversa l’esprit, mais non, il ne pouvait quand même pas envisager cette possibilité. Il allait retourner à sa voiture mais sentit son téléphone vibrer dans sa poche et s’adossa à la portière de son véhicule.
_Oui.
_ « Wouah, est-ce que le cours de la bourse est en baisse ? »
_J’en sais rien, et je m’en fou, si t’es partant j’ai besoin d’un truc alcoolisé, maintenant !
_ « Sur une échelle de un à dix, où se situe le problème ? »
_Au niveau des vingt.
_ « Alors tu me rejoins au bar, je prend une pause dans mon service et je t’offre une bière, ça te va ? »
_J’arrive, t’es le meilleur.
_ « Je sais je sais, Pete le Boss. »


Un quart d’heure plus tard, Lex était attablé en face de Pete sur un grand tabouret, une pinte de bière entre les mains, et le jeune milliardaire ne semblait pas vouloir décrocher son regard de là.
_Tu sais, c’est pas nouveau que Clark n’aime pas ce genre de soirée, c’est vraiment kitch si tu veux mon avis, je serais juste là pour faire le DJ au début et prendre des photos à la fin mais vous me verrez pas nan plus en costume. Bon après, pour ce qui les concerne, j’aime pas trop me mêler de leur histoire, mais j’ai du mal à dire à qui va la faute. Clark joue au football parce qu’il aime ça, mais aussi parce qu’il n’avait que sa bourse pour entrer à l’université de Métropolis, tu sais bien que se ne sont pas ses parents qui ont les moyens de lui payer ça. Chloé elle a un objectif bien précis en tête, entrer au Daily Planet et nul par ailleurs, alors elle fait tout pour être la meilleure, et elle n’a pas le choix si elle veut avoir ses chances. Et au final, ni l’un ni l’autre n’a de temps à accorder à l’autre.
_Je veux y aller Pete.
_Heu, oui, aller où ?
_A la soirée.
_Attends, TOI, le milliardaire Lex Luthor s’incruster à une fête étudiante, naaaaaaaaaaaaaaan, oublie vieux, je la sens mal cette affaire. Dit-il en lui donnant une tape dans le dos.
_Tu oublies les masques, ils sont obligatoires. Personne ne me reconnaîtrait.
_Peut-être, éventuellement, et alors ? Pourquoi tu veux aller là bas, quel intérêt ?
_Mais Chloé ! Tu comprends rien ou quoi ?
_Hein hein ! Mais, n’est-elle pas déjà sensée avoir un cavalier ?
_S’il le pouvait il lui poserait un lapin, il ne pense qu’à son match de demain. Assura-t-il en avalant une grande gorgée.
_Et tu vas faire quoi ? L’enlever et l’emmener loin du campus pour lui déclarer ta flamme.
_C’est encore trop tôt pour ça. Répondit-il du tac au tac, croyant parler à l’Esprit de l’église.
_Bon alors raconte moi tout, c’est quoi ton plan ? Demanda-t-il, finalement content de savoir qu’il y aurait un peu de piment à cette soirée.
_Il n’y a pas de plan, je vais, improviser au fur et à mesure. Révéla Lex, plus sûr de lui.


Assis dans sa voiture, Lex sortit son agenda électronique pour s’assurer des éventuels rendez-vous ou réunions qu’il aurait pu avoir aujourd’hui. C’était étrange qu’en ce vendredi il ne soit pas enfermé dans son bureau comme s’était souvent le cas, mais il prendrait quand même le temps de passer à Luthorcorp pour se donner bonne conscience. Il s’apprêtait à démarrer mais son téléphone s’était remis à sonner, il était décidément très demandé. Un léger rire traversa la barrière de ses lèvres en voyant qu’il s’agissait de Chloé. « Besoin d’une présence. Chloé. (Toujours croulée sous les bouquins et autres amoncellements de papier) »
Bon, le bureau attendrait, d’abord priorité à sa blondinette. Dans ses souvenirs, elle pouvait être soit dans sa chambre, soit à la bibliothèque. Des images lui revenaient en masse, comme s’il était amnésique et qu’il recouvrait peu à peu la mémoire. Il se voyait encore venir la ravitailler en café pendant sa pause du midi et il était prêt à parier que ce n’était certainement pas Clark qui aurait ne serait-ce que l’idée de ce genre d’initiative. D’ailleurs, quand il voyait l’heure bien avancée de la matinée, il n’allait pas déroger à la règle et lui apporter quelques douceurs.
Mauvaise pioche, il était d’abord aller frapper à la porte de sa chambre, mais personne ne lui avait répondu, direction la bibliothèque. Il poussa la lourde porte avec délicatesse, l’image de la vieille bibliothécaire acariâtre lui sautant au visage, et elle était toujours là, installée à son bureau, pivotant la tête de façon mécanique vers le moindre bruit suspect qui lui parvenait. Lex referma donc la porte avec la même vigilance et traversa les grandes allées, littérature du XVIII, du XIX et du XX pour trouver au bout, une rangée de table au milieu de laquelle Chloé était avachie, la tête dans une main, faisant tourner son stylo entre ses mains, prisonnière autour de ses cadavres de feuilles chiffonnés.
_Il n’y a pas grand monde aujourd’hui, est-ce qu’ils se sont tous dévoués comme main d’œuvre gratuite pour finir les préparatifs de la soirée ? Dit-il en s’asseyant en face d’elle.
_Au moins eux s’amusent. Répondit-elle sans quitter sa feuille des yeux.
_Un petit remontant ça t’aiderait à tenir le choc ? Demanda Lex en posant le gobelet de café fumant à côté d’elle et lui passant un sachet d’où émanait une bonne odeur de croissant.
_Ho nan, Lex ! S’exclama-t-elle en sortant immédiatement la pâtisserie pour mordre dedans. Tu es un amour !
_C’est pas grand-chose, je voulais te faire plaisir.
En pleine dégustation, la jeune femme lui sourit et sembla trouver l’inspiration pendant quelques instants. Lex croisa les mains sur la table et la regarda écrire tout en se régalant. Il n’y avait rien à faire, quoi que Chloé puisse faire ou dire, il la trouvait à croquer.
Elle allait de nouveau chiffonner une énième feuille mais il la lui arracha des mains avant qu’elle ne soit en trop mauvais état et lu son contenu pendant que Chloé s’acharnait sur son crayon.
_Ce que tu as écrit est très bien, pourquoi tu t’énerves comme ça ?
_J’ai pas, franchement appréciée apprendre du quaterback que j’allais danser avec Zorro ce soir.
_J’ai su ça, après ta visite ! Se défendit-il devant le regard agrandit et furieux de la petite blonde.
_Franchement tu crois pas qu’il aurait pu faire ne serait-ce qu’un minuscule petit effort ! Oui, un gamin de cinq ans peut porter ce costume ridiculement kitch pour aller faire la tourner des maisons le soir d’Halloween, mais il aurait pu….
_Chercher autre chose. Termina-t-il.
_Oui, parce que le problème est bien là il n’a pas cherché, il s’en fiche de cette soirée, il s’en fiche de moi, tout ce qui compte pour lui aujourd’hui c’est le football ! Même la nuit au plus profond de ses rêves je suis sûr qu’il cour encore après son ballon, j’en ai marre !
_Attend peut-être de voir comment ça va se passer.
_Ho oui, j’imagine facilement, une petite danse avec ses deux pieds gauche, un verre avec les copains et au dodo, il ne faudrait pas fatiguer monsieur pour son match. Pour finir je vais rester dans ma chambre. Décréta-t-elle en croisant les bras sur sa poitrine.
Lex baissa la tête dans un rictus, Pete avait raison, et il reconnaît dans le comportement de Chloé des restes de l’adolescente qu’elle était au lycée, faisant la tête chaque fois que Clark avait le malheur de faire quelque chose qui lui déplaisait. Mais il devait l’encourager à y aller, car lui aussi serait de la partie il était décidé.
_Ne raconte pas n’importe quoi. Ce soir tu vas mettre ta belle robe, te transformer en, princesse ou en reine et vas t’amuser. Sinon fais attention c’est moi qui vais t’y emmener par la peau des fesses s’il le faut.
Chloé se cacha le visage avec sa main et éclata de rire mais acquiesça, elle avait très envi d’y aller, se serait dommage qu’elle reste enfermée.
Chloé termina tranquillement son café en discutant d’autres choses avec le milliardaire, qui lui ne l’écoutait que d’une oreille. Leur petite conversation lui donnait des idées. S’il voulait se fondre dans la masse d’étudiants, il allait lui falloir un costume digne de ce nom et d’un goût qui conviendrait mieux à celle qu’il voulait séduire. Il la regarda un instant et l’idée lui sauta aux yeux, il avait encore quelques heures pour dénicher LE costume pour s’accorder parfaitement avec celui de Chloé. Se serait une petite course contre la montre, mais avec les ressources dont il disposait il doutait que ça puisse poser un problème majeur. Un demi sourire étira sa bouche, si un jour on lui avait dit qu’il aurait fait des pieds et des mains pour aller à une soirée pour étudiants, et tout ça pour empêcher Chloé d’embrasser Clark, il l’aurait pris pour un fou. D’ailleurs, ce qu’il s’apprêtait à faire était d’une folie totale, parce que si Chloé le reconnaissait facilement ce soir et grillait sa couverture, ce qui avait de grandes chances d’arriver, il ignorait bien ce qu’il pourrait lui dire.


Les sourcils froncés, Lex tenta par tous les moyens d’ajuster le col de sa chemise tout en essayant de ne pas trop se fixer dans le miroir. Pour tout dire, il se trouvait ridicule. Les deux seuls arguments qui l’encourageaient à avancer étaient le port obligatoire du masque, et bien entendu Chloé, pour qui il faisait tout ça. Alors franchement il y avait intérêt que ce petit voyage temporel soit couronné de succès. Il grimaça en attrapant le dernier accessoire qu’il avait à enfiler, la perruque. Et oui, il allait oser la mettre. Il l’avait choisit blanche pour qu’elle n’attire pas trop l’attention avec son costume de couleur assortit. Encore pire ! Il avait oublié la sensation d’avoir des cheveux sur le crâne, même des cheveux artificiels. Rapidement, il enfila son masque or pailleté et grâce à cette petite touche essentielle, il sentait revenir toute sa détermination pour séduire sa reine. Automatiquement, il souleva sa manche bouffante et constata qu’il avait juste le temps de partir pour arriver à l’heure. Il retira donc sa montre. Oui, il fallait être sur ses gardes, Chloé connaissait sa montre, pour la lui avoir offerte, il était donc exclu qu’il la garde. Sans rire, il avait pris toutes les précautions nécessaires. Il avait prévu d’arriver avec tous les étudiants pour mieux se fondre dans la masse, et il avait même loué une voiture qui passerait inaperçu à leurs yeux. Il était donc fin prêt à se prendre au jeu, en espérant que les choses tournent en sa faveur.
Avant de partir, il envoya un message à Pete qui devait s’occuper de la seconde partie de son plan qui consistait à occuper Clark suffisamment longtemps pour que lui ait le temps de danser avec Chloé, profiter de la soirée avec elle et éventuellement prendre la place de Clark sur la photo, ça, se serait dans le meilleur des cas. Mais son principal objectif restait de tenir le pseudo footballeur à l’écart de la blondinette le plus longtemps possible pour empêcher ce baiser de la réconciliation.

Au-delà du simple amusement de se retrouver mélangé à tous ces jeunes, il ressentait une certaine excitation. Il avait garé sa voiture sur le parking entre deux 4X4 d’où étaient sortis des joueurs de foot, coéquipiers de Clark. Il avait sourit quand on l’avait saluer d’une tape sur l’épaule, le croyant comme l’un des leurs. Alors à compter de cet instant, il savait que Chloé serait la seule personne capable de griller sa couverture. Il passa les portes du gymnase où avait lieu les festivités et chercha immédiatement Chloé des yeux. Forcément, il cherchait du rose, mais la salle explosait ses couleurs de partout, entre les ballons suspendus et les confettis qui tombaient du plafond il y avait de quoi se tromper. Il avait donc eu tort de croire que tout le monde ici se serait limité aux éternelles couleurs noires et orange ?
Tout en haut des gradins réaménagés en scène, il apercevait Pete, un casque sur la tête, remuant déjà la tête d’avant en arrière, prêt à donner l’ambiance ce soir. Et comme promis, il était resté conventionnel, avec un jean et un tee-shirt jaune. Il sourit, sortit son téléphone portable et fit savoir qu’il était arrivé. « Poussin, Louis XIV est dans la basse-cour ». Il déambula ensuite entre des Barbies, des fées, des soldiers, des fantômes, des sorcières, des Cléopâtre, des beach boys et il en passait, mais la plus belle du lot était encore introuvable.
Plus de cinq minutes et Poussin ne lui avait toujours pas répondu ! Ha si, « Zorro en mission, éblouit là, à toi de jouer ». Il fit encore quelques pas à la périphérie de cette meute et s’arrêta net, bouche grand ouverte en apercevant la seule personne qu’il n’avait pas encore revue depuis qu’il est revenu dans le passé. Lana Lang ne devait pas avoir bien saisi le concept de soirée déguisée, ou alors s’attendait-elle à ce que tout le monde entame la joyeuse parade amoureuse des animaux. Elle avait revêtue un hideux costume de Maya l’abeille et retint son envi de vomir en voyant les fausses ailes pleines de poils et de moutons qui lui donnait un aspect répugnant. Lui non plus ne prendrait pas le risque de l’approcher à moins d’un mètre. Il doubla encore une Sailor Moon et un joueur de hockey avant de trouver enfin une rangée de sièges, au bout de laquelle elle semblait l’attendre, la plus divine. De ses petites mains gantées, elle épousseta sa robe en espérant chasser un faux pli et remua son éventail de temps en temps. Elle avait l’air abattue et de s’ennuyer ferme. Il se mit donc dans un coin, sans la quitter des yeux, attrapa un cocktail au passage et allait attendre le bon moment. Maintenant qu’il l’avait trouvé, il ne la lâcherait plus.
C’était bien pratique tout compte fait ces masques, ils irritaient peut-être la peau, démangeaient et empêchait d’avoir une vue globale, mais ce n’était pas ce qui l’intéressait dans l’immédiat. Bon il se promit que se serait le seul écart qu’il se permettait, mais la vue sur le décolleté plongeant de sa Marie-Antoinette le faisait craquer.
Lex posa subitement sa coupe sur la table dressée derrière lui et se retourna pour voir qui osait mettre les pattes sur sa location cousue main à partir de costumes d’époques qui lui avait coûté la peau des fesses, pour bien parler, même pour lui. En disant pattes, il ne se serait pas attendu à ce qu’il soit aussi proche de la vérité, une Catwoman aux yeux de biche mal intentionnée commençait déjà à se frotter à lui. Il la reconnaissait celle-là, c’était la pom-pom girl en chef qui en avait fait baver à Chloé le mois dernier en lui faisant croire que Clark la trompait avec elle. Début de leur période de mésentente d’ailleurs. Il était sur le point de refuser, mais il se souvint des paroles de Clark comme quoi cette petite garce était fourbe, elle serait capable de lui faire un sale coup comme de retirer son masque s’il refusait de danser avec elle, et il pourrait dire bye bye à Chloé. Aller, pour elle, il la regarda une dernière fois avant d’entraîner miss silicone dans son déguisement en latex sur la piste de danse. Si dans le futur il se mariait avec Chloé après tant d’efforts fournis, il se ferait un plaisir de lui rappeler cette soirée tient !
Il faisait tout pour la tenir à l’écart juste en effleurant sa main posée dans la sienne, son autre main sur sa taille et les fit tournoyer. Au moins il pouvait se rassurer à l’avance, il était bon danseur, et la fille semblait apprécier. Tant qu’elle ne le retenait pas plus longtemps après ça lui allait très bien, loin de lui l’envi d’être son casse-croûte. Il esquissa une grimace quand il la sentit se coller à lui, imitant un miaulement d’une crédibilité incroyable et rechercha Chloé du regard. Parfais, elle n’avait pas bougé.
Pour se débarrasser du pot de colle, il la fit tourner une fois, deux fois, en espérant profondément lui donner la nausée et la ramena contre lui avec regret. Dans un sursaut, il sentit son téléphone vibrer dans sa poche, ça c’était le signe du ralliement, Pete ne devait le rappeler seulement et seulement si Zorro se pointait, d’ailleurs, grosse angoisse, Chloé n’était déjà plus sur son siège, enfer et damnation, il devait déjà être là et elle s’était empressée de lui sauter dans les bras. Nan nan nan, il devait relativiser, si ça se trouvait elle était aux toilettes, arrrgggghh, il la sentait très très mal cette affaire.
Enfin, la chanson se termina et il courut le plus loin possible de cette furie en chaleur, il devait retrouver Chloé. Il tourna sur lui-même plusieurs fois, complètement affolé et alors que son regard effleura l’abjecte abeille, une forme humaine rose se dessina, Chloé ! Avec un verre dans les mains. Il reprit un instant sa respiration, rassuré comme jamais. La soirée ne faisait que commencer et elle le faisait déjà transpirer. Soulagé, il regarda son téléphone et profita du brouhaha pour rire à plein poumon, Clark lui avait laissé un message vocal le suppliant de passer le prendre parce que sa voiture était en panne sèche de batterie. Il lança un regard plein de gratitude à Pete même si celui-ci ne pouvait pas le voir. A présent, plus rien ne pourrait lui barrer la route, il n’avait plus qu’à profiter et apprécier.
Pour faire passer les derniers débris de stress et autres angoisses intempestives, il alla se chercher un autre verre qu’il vida d’un trait et se posta de nouveau face aux rangées de sièges. Même si Lana et Chloé étaient amis, il y avait peu de chances pour que la blondinette s’encombre d’un déchet ce soir. Elle n’était pas désespérée à ce point là. Bingo, comme prévu, elle revint à sa place initiale. C’était à présent à lui d’entrer en scène. Il s’éclaircit la gorge et s’avança prudemment jusqu’à elle, qui avait la tête tournée dans une autre direction. Tant mieux, l’effet de surprise en serait décuplé.
_Excusez-vous, m’accorderiez-vous cette danse ? Proposa-t-il en avançant sa main qu’il avait également prit le soin de recouvrir par un gant, car la petite futée serait aussi capable de les reconnaître.
Complètement estomaquée, Chloé plongea son regard dans ceux du jeune homme devant elle, mais le trop plein de paillettes dorées sur son masque dissimulait entièrement sa vision. Un peu perdue, elle regarda à droite et à gauche pour être sûre que c’était elle qu’on invitait, et rapidement ses joues s’empourprèrent plus qu’elles ne l’étaient déjà par le maquillage.
Dans une grimace qui se voulait être un sourire, elle accepta la main tendue et suivit son mystérieux cavalier sur la piste de danse. Lex sourit, tout d’un coup, il la sentit devenir toute timide, l’impressionnait-il ? Ce dont il était sûr, c’est qu’il entendait son cœur battre la chamade.
Dans un mouvement lent et gracieux, il la fit tourner pour la retourner face à lui et doucement poser une main sur sa taille pour la rapprocher de lui, tandis que l’autre tenait sa petite main avec ferveur. Il la sentait émue, ses yeux brillaient et sa lèvre tremblait légèrement. Il lui donna alors un sourire rassurant et commença à danser avec elle. Il la voyait le détailler, forcément, Chloé devait le trouver d’une toute autre élégance que son footballeur de petit ami. Tout ce qu’il espérait, c’était qu’elle ne s’imagine pas être dans ses bras. Pourtant il y avait peu de chances, il était légèrement plus petit que Clark et sûrement et ce n’était pas pour se vanter, meilleur danseur. A plusieurs reprises, il fit tournoyer Chloé qui émit un petit rire, lui souriant chaque fois qu’elle se retrouvait face à lui. Lex remarquait un détail qui ne l’étonnait guère venant de Chloé, elle ne cessait de le fixer, espérant trouver un indice sur son identité. Mais il n’était pas inquiet, elle ne trouverait jamais. Dans un rictus, Chloé renonça, décidant de se laisser porter et appuya sa tête contre son épaule, se rapprochant encore plus de lui et déposa une main sur son torse. Avec hésitation, Lex fit passer sa main dans le bas de son dos sans devenir trop provocateur sans arrêter de la bercer au rythme de la musique. Au milieu de la foule, Lex aperçu son collègue levé le pouce, appareil photo en main et se rapprocha de du couple royal. De deux doigts sous le menton, avec une certaine appréhension de sa réaction, Lex releva le visage de la jeune femme et chercha réellement son regard envoûtant pour la première fois. Lex vit sa peau laiteuse frémir un instant. Il leva alors la main, longea son visage en caressant sa joue et la passa délicatement sur sa nuque. Il rapprocha son visage du sien et tous les deux levèrent les yeux au plafond, les ballons étaient libérés et rebondissaient partout dans une explosion de couleur. C’était le moment parfait. Sans la brusquer, il ne fit qu’effleurer ses lèvres, frissonnant de sentir leur souffle s’emmêler. Et alors qu’il ne la sentait pas réticente, sa bouche ce posa simplement sur la sienne pour le plus chaste des baisers. Encore une fois, elle n’avait aucun mouvement de recul, il l’embrassa donc une nouvelle fois, usant de la même douceur, seulement, plus il l’embrassait, et plus il voulait l’embrasser, telle une drogue. Avec plus de ferveur, il continuait ainsi sans pouvoir se décoller d’elle, et au bout d’un moment, elle non plus ne résista pas à la tentation.
La musique pouvait très bien avoir repris, ils ne dansaient plus, ne bougeaient plus. Lex avait fermé les yeux, les narines emplies du parfum fruité de Chloé et les mains moites toujours campées sur la taille et la nuque de la demoiselle dans ses gants. Et, dans la passion du moment, il quémanda l’autorisation d’aller plus loin, passant sa langue sur la commissure de ses lèvres et gémit de plaisir au contact de la langue de Chloé sur la sienne. Il ignorait combien de temps ce baiser avait duré, mais lorsqu’il s’écarta enfin, il la vit autant, voir plus chamboulée que lui.
Lex profita de cet instant d’égarement pour rejoindre Pete qui lui prouva l’existence de la photo, qu’il aurait été difficile de rater d’ailleurs. Plus que satisfait, il donna une tape amicale à Pete sur l’épaule et se hâta de trouver le chemin de la sortie, il n’allait pas tarder à être ramené dans le présent. Dans sa course, il n’entendit pas tout de suite quelqu’un lui courir après, le suppliant de s’arrêter, mais il ne pouvait pas, sauf quand il entendit crier derrière lui.
_Lex !
Dans l’embrasure de la porte, Lex se stoppa, incapable de cacher son sourire, ou alors elle avait simplement cité le premier nom qui lui passait par la tête pour tenter sa chance. Avec hésitation, il se retourna, pour tomber face à un visage interdit et bouleversé. En guise d’au revoir, il lui sourit de telle façon qu’il était impossible qu’elle ne le reconnaisse pas, et l’entendit hoqueter de surprise avant de traverser les portes de la petite cour derrière le campus. Il aurait voulu s’asseoir un instant pour se remettre de ses émotions, mais il sentit de nouveau cette désagréable sensation d’aspiration et tomba pour de bon dans cette spirale infernale qui le ramenait au mariage.


Métropolis, 2011

Cette fois, il faillit louper son siège et se prit l’accoudoir en plein dans les côtes et se courba de douleur, prêt à pester dès que la lumière blanche referait son apparition. Et apparemment il n’avait qu’à demander.
_Dur voyage ? Demanda l’Esprit.
_J’ai une mission à accomplir alors tâcher de me bichonner, je voudrais sortir vivant de cette histoire !
_Si tu n’étais pas autant distrait tu serais revenu à l’endroit même d’où tu es parti. Haussa-t-il des épaules.
‘Facile à dire quand vous venez juste d’embrasser la fille de vos rêves’
Lex se passa de commentaires oraux et se rassied correctement sur son siège. De la grimace, son visage passa en un deux millième de seconde au plus grand sourire, la photo, il était dessus, avec Chloé, c’était officiellement acquis !
‘Mémo perso, demander une copie à lana à la fin du diaporama’
Il dégustait d’avance, il avait hâte de voir la tête des quelques dizaines d’invités. Il allait ricaner de satisfaction, mais au moment où la salle reprit vie, une autre photo apparut sur l’écran, reflet d’un autre souvenir qu’il devrait une nouvelle fois modifier s’il voulait conquérir Chloé.

A suivre….

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:19

kfn
waw waw waw !!
cette partie m'a emballée !!
'aime l'idée du bal costumé, de Lex qui cette fois ci n'hésite pas à y aller franco !!
Clark est oparfait dans sa nullité... et ce coup ci c'est Chloé qui est vaugle !!
et le baiser ! et elle l'a reconnu !!
yahou !!!
vivement la suite !! (c'est pas moi d'ailleurs ??? roh je sais plus !! )
en tout cas suite !

Marm
He, he, ça m'a bien bottée ton chapitre six'.
J'ai adoré... j'avais presque l'impression que ça serait la fin (pour ainsi dire) et qu'ils seraient ensemble, et ben non !

Et non kfn, c'est pas ton tour, c'est le mien. J'viens d'aller vérifier, j'avais un peu zappé en fait lol.

Laenan
Excellente cette suite également !
C'est une bonne idée cette coopération, félicitation.

elina
Six'...vient ici que je t'embrasse ! Non non, un simple bisous de fille super contente d'avoir eu une suite. Et quelle suite!!!
Non j'ai vraiment adoré. Le bal des étudiants, c'est toujours super typique améicain, mais on en avait besoin...

Dis juste pour savoir leur si tu avais du les faire danser sur une chanson ça aurait été quoi ? Parce que là vraiment magnifique passage. J'étais complètement plogée dedans. Rhô et puis Chloé qui lui court après...Ce serait bien qu'elle ait prononcé son nom, non pas parce qu'elle l'a finalement reconnu, mais parce qu'elle espérait que ce soit lui...C'est tellement plus....grrr

Bon allé suite, suite, suite!

sixpence
Merciiiiiiiiiiiii pour les feeds ! contente que ça vous ait plu !

Alors pour répondre à ta question Elina, ça me fais rire parce que j'en ai écouté plusieurs, mais bon, majoritairement je me suis mis à tourner l'album des Lifehouse. ça met bien dans l'ambiance.

elina
Haaaaaaa trop bien!!! je crois pas que je connaissais, et ben c'est tout à faite le style smallvillien!!! Là j'ai en fond une chanson "you and me" et le chanteur il est sur le terrain de basket et il chantent devant les supporters... Ha ba non maintenant il est sur un plateau avec un défilement d'étoile derrière lui...C'est dingue la technologie...Trop fort

Ha si mais si en fait c'est super connu, la chanson Somewhere Only We Know...

pretender
rho wouha! super partie ! magnifiquement décrit et très réaliste! j'imagine trop bien la photo, c'est dingue! on sait que lex est bien écrit quand on se dit qu'on voudrait être à la place de chloé ! lol et décidément, qu'est-ce que j'adore la complicité pete/lex !
j'crois ke j'avais oublié de feeder les parties précédentes, mais vous avez toutes fait un super boulot les filles ! Ca met la barre bien haut pour les suivantes ! *commence à transpirer et à trembler, puis s'aperçoit qu'elle a encore le temps avant sa partie et se détend* à toi de jouer Marm ! (je crois lol)

Pret

Pouya
Niaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhh mais c'est génial cette fic!!! Youhou!!! J'adore!

Bravo pour l'idée de départ, qu'elle imagination débordante, y'a pas à dire! (comme par hasard encore un drama à l'origine de tout ça lol)

Bon comme on s'en doute, j'ai adoré (encore une critique très constructive...)

J'étais totalement absorbée par ta partie Six', superbement bien écrite, chapeau... Le bal, classique mais qu'on adore... le baiser trooooop romantique... niahhh Lex je t'aime (désolé ça faisait longtemps )

Citation :
« Poussin, Louis XIV est dans la basse-cour ».
[...]
« Zorro en mission, éblouit là, à toi de jouer ».

Six', où tu vas chercher tout ça... expdr

Citation :
une forme humaine rose se dessina
A un moment, j'ai cru que t'allais parler de Lana... je comprenais pas pourquoi.. et là ah non, c'est Chloé... oups! ^^


Bref, très bonne fic, c'est bien d'avoir différent styles, on ne s'ennuit jamais...

J'attends avec impatience la suite!

alexiel
Rho la honte sur moi, je n'avais pas encore feedé. Mais comme je suis totalement à la masse en ce moment, je vais me contenter de dire que j'ai adoré et que c'était vraiment du grand Sixpence !

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:20

Et bah... je pensais pas tout écrire en une fois... c'est pour ça que je poste à quasiment 3h du matin (poussée d'inspiration, j'ai pas voulu la lâcher... :s).

Bonne lecture =)


***************

Chapitre 4 par Marm


Metropolis 2011

Il soupira lourdement, se demandant une fois de plus combien de souvenirs de Clark et Chloé pouvaient bien animer ce diaporama. Il dévisagea les deux tourtereaux, et le sourire qu'il avait abordé quelques secondes auparavant se transforma en une moue dégoûtée.
Il retint un second soupir quand enfin, le temps décida de se figer. Il avait prévu le retour de l'Esprit, et stratégiquement, cacha ses yeux derrière son bras.
- Ah, ben quand même... j'étais à deux doigts de rendre mon déjeuner, ironisa Lex.
Le nouveau venu ne répondit pas et se retourna pour observer la photographie.
- Vous êtes sûr que vous faites quelque chose pour la conquérir, demanda-t-il avec un air perplexe.
- J'aimerai vous y voir vous... j'ai l'impression que les seuls moments où j'arrive à faire quelque chose, c'est uniquement quand je retourne dans le passé. Mon 'autre moi' doit définitivement être trop stupide pour agir.
- Nan, mais écoutez le parler, fit l'Esprit. Je te signale que tu n'as pas changé d'un pouce mon gars... et ce que tu as fais pour le moment, à instaurer un peu le doute dans l'esprit de ta bien aimée! C'est pas en changeant deux ou trois événements de sa vie que tu arriveras à la séduire... faut qu'il y ait plus... beaucoup plus.
- Et si vous me renvoyiez faire le briseur de couple plutôt que de me faire la morale, bouda Lex.
- Tes désirs sont des ordres, répondit l'Esprit.
Et avant que Lex n'ait le temps de lui répondre, il se retrouva projeter de nouveau dans le passé.


Smallville 2004

Et voilà, il l'avait ratée cette fois. Il se retrouva par terre, se frottant douloureusement les fesses car il avait raté sa chaise après sa magnifique apparition dans ce monde. Il devait probablement être sur le point de s'asseoir quand il arriva dans son corps.
- Et merdeuh, jura-t-il en se relevant.
Il ne remarqua pas la présence dans son bureau, ni le regard réprobateur de son père.
- Et merdeuh, répéta-t-il. Qu'est ce que tu fous là, râla-t-il.
Lionel arqua légèrement un sourcil avant de regarder sa montre.
- Tu as voulu me voir... un sujet de la plus haute importance... et tu étais justement en train de m'en parler avant que tu... que tu ne... Lex? Tu ne sais plus t'asseoir, s'inquiéta Lionel avec un sourire mesquin.
- Très drôle. Je vois que ton humour s'améliore de jour en jour, grommela Lex.
Il jeta un rapide coup d'oeil sur les documents qui jonchaient son bureau et remarqua enfin la date précise. Il attrapa la veste de son costume avant de sortir en courant de la pièce.
- Meeting reporté, cria-t-il par dessus son épaule. J'ai à faire.
Il se précipita dehors et s'engouffra dans sa voiture. Avant de démarrer, il farfouilla dans ses poches... non. La technologie n'était toujours pas assez avancée pour qu'il puisse prendre des photos potables avec son téléphone. Il jura une troisième fois puis démarra en laissant un nuage de poussière derrière lui.

Il se souvenait très bien de cette journée. Une pièce de théâtre... à l'université de Métropolis. Et c'est là que Clark et Chloé s'étaient encore (comme d'habitude en fait) réconcilier. Il n'avait pas pu venir voir la représentation, même si au départ, quand elle lui en avait parlé, il était vraiment intéressé. Mais après qu'elle ait mentionné Clark, il avait abandonné l'idée et avait prétexté des réunions interminables. Cela expliquait donc la présence de son père dans son bureau...
Il bidouilla encore un peu sur son portable, essayant de faire marcher l'antiquité qui avait décidé de lui en faire voir des vertes et des pas mûres, quand enfin, il parvint à trouver le numéro de Pete dans ce répertoire complètement désorganisé. Il appela aussitôt le numéro et attendit quelques secondes avant de se laisser emporter par la panique qui l'habitait depuis qu'il avait quitté le manoir en catastrophe.
- Pete Ross, bonjour, fit le jeune homme d'une voix faussement gentille.
- Pete! Pete! Je suis dans la merde la plus totale avec Chloé, j'ai besoin d'un coup de main... maintenant !
- Tu choisis mal ton moment, mec. Ca fait déjà plusieurs mois que j'essaye de te secouer pour que tu essayes de te bouger avec Chloé, mais depuis le bal d'Halloween l'année dernière, tu t'es transformé en chiffe molle.
- Ouais, ben là, j'suis de retour. Alors tu sors de ton pieu et tu me rejoins à l'université! Faut trouver un moyen de bloquer Clark.
- Ok mec, c'toi le boss.
Lex soupira. Il fallait vraiment que Pete arrête de l'appeler mec... ce surnom lui donnait l'impression de régresser.
Il gara la voiture sur le parking universitaire et sortit du véhicule en s'étirant légèrement. Aller jusqu'à Métropolis sans faire une seule pause... la prochaine fois, il prendrait l'hélicoptère, mais dans sa panique, il avait oublié qu'il disposait de tels moyens. Il soupira et s'appuya contre sa voiture avant de ressortir son téléphone et d'écrire un sms à l'objet de ses pensées.
'Suis a metropolis pour la journée. rdv a lendroit habituel'
Il hésita quelques secondes... devait il rajouter quelque chose ou envoyer le message tel quel? Il haussa les épaules avant de valider et de remettre le portable au fond de sa poche.
Pete ne devrait plus tarder maintenant, et ils devaient échafauder un plan pour que Clark ait un empêchement de taille pour ne pas se rendre à la pièce. Cette pièce était d'une importance cruciale: Clark n'avait pas pu faire en sorte que Chloé puisse interviewer les acteurs amateurs pour le journal de la fac, ce qui lui avait attiré les foudres de la journaliste en herbe, mais le coeur d'or qu'est Chloé lui a rapidement pardonné, quand le lendemain, il lui avait proposé d'aller revoir la pièce... Mais Lex allait faire en sorte que les acteurs n'aient plus envie de jouer à Métropolis... quitte à leur payer une carrière à Hollywood, il ferait en sorte que Chloé ne les rencontre qu'une seule fois... et cette fois là, ce serait quand il sera là, et qu'il aura tout organisé. Un léger sourire anima ses lèvres, mais il frôla la crise cardiaque quand son téléphone se mit à émettre le son d'une sirène de pompier.
- Mais qu'est ce que c'est qu'ce bordel, râla-t-il en fouillant dans ses poches. Mais... pourquoi... Putain!
Il venait de réaliser pourquoi son téléphone déraillait. Chloé. Il grimaça. C'était elle qui avait truqué son téléphone... elle était venue au manoir quelques jours avant, et il n'avait toujours pas trouvé comment faire pour que son antiquité remarche normalement.
'Savais que taimerais pas les sonneries cadeaux de ton tel. jarrive'
Il cligna plusieurs fois des yeux avant de réaliser la portée de son message. Rapidement il rappela Pete.
- Ouais, ouais, quelle impatience. Je suis en chemin, bougonna Pete.
- Pas la peine... Chloé arrive. Arrange toi pour que Clark soit pris ce soir, je te revaudrai ça.
- No problem, mec.
Pete raccrocha aussitôt, laissant un Lex perplexe fixant son téléphone.
- Tu comptes faire quoi avec? Le manger?
Lex sourit au son de la voix douce qui le fit tout de même sursauter.
- En fait, c'est à toi que j'aimerai le faire manger, menaça-t-il avec un sourire aux lèvres.
Chloé s'approcha un peu plus et le surprit grandement en le prenant dans ses bras. Elle le serra légèrement, jusqu'à ce qu'il lui rende son étreinte, puis s'extirpa.
- Ca va? J'ai l'impression que ça fait des mois qu'on s'est pas vus, enchaîna-t-elle.
Lex réfléchit quelques instants.
- C'est le cas, interrogea-t-il en sentant le doute s'installer en lui.
- Disons qu'on ne s'est pas trop vus quand je suis venue à Smallville la dernière fois, répondit elle. Tu m'as manqué.
- Toi aussi tu m'as manquée, sourit il.
- Tu as donc décidé d'arrêter de m'éviter, demanda-t-elle.
- Hein?
- Depuis que tu m'as obtenu ce job au Daily Planet, j'ai l'impression que tu me fuis comme la peste.
- Mais non, j'ai juste été un peu... débordé, c'est tout, prétexta-t-il.
- Ou alors, c'est parce que tu n'as toujours pas trouvé le moyen de remettre ton téléphone à la normale, reprit-elle. Je serai vexée que tu ne sois là que pour ça...
- Hm... en fait non. Mon téléphone qui imite les pompiers et la dernière de mes préoccupations.
- Et je croyais que tu avais des réunions importantes, douta-t-elle.
- Ouais... c'était le cas. Mais bon, les confrontations avec mon père, disons que je m'en passerai... vraiment.
Lex sursauta encore une fois en entendant son téléphone se remettre à sonner.
- Luthor.
- Mec? Ok, j'arrive pas à trouver Clark.
- Désolé, mais je suis un peu occupé, fit Lex avec une voix sérieuse.
- Oh? T'es avec elle? Bon, alors je vais faire ce que je peux pour retenir Clark. Mais quand il disparaît comme ça, il est rarement là pour faire plaisir à Chloé. Tu l'connais nan?
- Oui, absolument.
- Voilà c'que je te propose. Si jamais il réapparaît, je fais en sorte qu'il soit occupé... Un entraînement, ou un truc dans le genre.
- D'accord. Je regarderai mon agenda, et vous rappellerai pour fixer un rendez-vous.
- Je t'appelle si jamais y a un soucis.
- Très bien. A bientôt.
Lex raccrocha, un air faussement désolé abordant ses traits.
- Excuse moi, il fallait que je réponde.
- Aucun problème.
Ils se promenèrent doucement, relatant les faits de ce qui s'était passé durant les derniers mois. Clark et Chloé étaient en effet en froid, et Lex et elle s'étaient beaucoup rapprochés. Etrangement, il trouvait ça bien, même s'il culpabilisait un peu pour le sort de Clark. Il chassa cette pensée de son esprit. Vu le nombre de fois où Clark avait bavait devant Lana, il ne voit pas pourquoi lui devrait culpabiliser. Est ce que Clark pensait faire du mal à Chloé quand il faisait les yeux doux à Lana? Non, bien sûr que non. Lana était la seule qui avait compté aux yeux de Clark. Et maintenant... Maintenant qu'il pouvait avoir Chloé, il enchaînait bourdes sur bourdes et n'était même pas capable de la garder. Lex bouillonnait intérieurement, et avait l'impression qu'un jour ou l'autre, il finirait bien par exploser et dire tout ce qu'il pensait à Clark. Il secoua légèrement la tête. Ce n'était pas la peine de se mettre dans un état pareil... surtout lorsque Chloé était justement à ses côtés. Il tourna rapidement la tête en entendant la voix de cette dernière le tirer hors de ses pensées.
- Tu veux venir voir la pièce avec moi ce soir, demanda-t-elle.
- Tu as pensé à demander à Clark, interrogea Lex.
Oui, il était obligé de lui demander avant d'accepter. C'était toujours comme ça que leur relation avait marché... et marcherait probablement.
- Oui... mais je ne pense pas qu'il sera là.
Lex acquiesça et retint le sourire qui ne demandait qu'à s'étirer sur l'ensemble de son visage. Gagner le cœur de Chloé était décidément beaucoup plus excitant que de gagner n'importe quelle affaire.
- Othello, c'est ça?
- Oui, confirma-t-elle. D'après ce qu'on m'a dis, les acteurs ne sont que des étudiants, mes ils sont excellents. Le peu de moyen dont ils disposent font de la pièce quelque chose que je n'aimerai pas manquer... et puis, j'aimerai bien rencontrer quelques uns des acteurs pour les interviewer, mais je ne pense pas que ce sera possible. Ils sont débordés.
Il avait eu raison sur toute la ligne. Ses souvenirs avaient décidément étaient exacts... mais cela lui semblait étrange. Alors que pour les autres fois il avait eu quelques jours pour essayer de changer un événement précis, là, il ne disposait que des quelques heures. Il fronça les sourcils. Peut être que la pièce de théâtre n'était pas le seul événement qui avait poussé Chloé à retourner avec Clark. Il essaya de chasser cette idée, mais en vain. Ce n'étais pas normal... définitivement pas normal. Les fois précédentes, il avait disposé de trois ou quatre jours pour se préparer.
- Lex? Tu veux bien venir avec moi, invita-t-elle tirant une fois de plus le milliardaire hors ses pensées.
- Bien sûr. J'ai toujours adoré Shakespeare, fit Lex avec un large sourire.
- Voilà qui ne m'étonne pas. Des relations amoureuses tordues et tortueuses. C'est bien digne de toi, taquina-t-elle.
- J'ai toujours été fasciné par les oeuvres qu'il a bien pu faire... et puis Iago... je trouve qu'il ressemble à mon père.
- Mauvaise langue, répondit Chloé en souriant.
- Ose dire que tu n'es pas d'accord avec moi.
- J'ai jamais dis que je ne l'étais pas, répliqua-t-elle.
- A quelle heure la pièce?
- Vingt heures. Tu as quelque chose de prévue, douta-t-elle.
- Hm... j'ai juste une ou deux dispositions à prendre. Je suis parti un peu sur un coup de tête de Smallville, je n'ai pas eu le temps d'annuler mes autres rendez vous, expliqua Lex.
- Tu n'es plus à la hauteur de ta réputation, plaisanta Chloé.
- Mais oui, mais oui, soupira Lex.
Ils arrivèrent devant la chambre de Chloé et elle ouvrit doucement la porte. Elle fronça les sourcils en découvrant que la porte était ouverte... et que la lumière était allumée... et que quelqu'un était dans sa chambre. Elle recula doucement, poussant Lex devant elle pour qu'il la protège. Lex balaya la chambre du regard avant de retenir sa colère. Voilà comment Clark avait réussi à reconquérir Chloé. La sous ses yeux, il y avait un Clark tout penaud, avec une rose dans les mains. Il était assis sur un lit, et semblait attendre l'arrivée de Chloé. Il n'avait pas encore remarqué qu'il y avait du monde devant lui... et que Lex aurait pu le tuer rien qu'avec un regard. Lex recula aussitôt, et poussa Chloé devant lui. Il savait que la blonde détestait les gestes dégoulinant de romantisme... mais lorsque ça venait de Clark, évidemment, elle adorait. Pour la seconde fois en l'espace de quelques heures, Lex bouillonnait intérieurement.
Il voyait la mine de la jeune journaliste changer à mesure qu'elle avançait dans la pièce. Ses traits passaient de l'inquiétude, à la joie, puis à la tendresse. Lex ferma la porte et jura en faisant le chemin inverse. Il avait perdu cette manche... il devait se l'avouer. Il ne pourrait pas, en un peu moins de trois heures, se débarrasser de Clark. Il passa une main sur son visage pour essayer de chasser la colère qui animait ses traits, quand il entendit la voix de Chloé s'élever à travers la porte. D'ailleurs, cette même porte s'ouvrit, Clark fut littéralement foutu dehors alors que Lex sentit une main s'abattre sur lui et le tirer dans la chambre de Chloé. Il avait raté quelque chose là. De toute façon, il ratait toujours les bonnes choses. Par contre, il se serait bien passé d'une Chloé furibonde qui arpentait sa chambre en long, en large et en travers, manquant de creuser des tranchées sur son passage.
- Euh... Chloé, hasarda Lex légèrement méfiant.
- Ce crétin... ce débile... je me demande ce que je peux bien lui trouver, maugréa-t-elle plus pour elle que pour Lex.
- Qu'est ce que... il a fait quoi cette fois?
- Me dire qu'il ne pourrait pas venir ce soir. J'avais raison, tu vois!
Lex hocha la tête. Connaissant Clark, il devait avoir une idée derrière la tête, car il avait clairement vu un sourire sur le visage du jeune brun. Comme si... comme si il préparait quelque chose. Clark, qui préparerait quelque chose... non, ce n'était pas possible... à moins qu'il n'ait hérité d'un cerveau. Il n'arrivait pas à se rappeler précisément de cette période, parce que évidemment, en voyant que Chloé tenait trop à Clark, il avait fini par se retirer et mettre des distances avec ses amis. C'est seulement après quelques temps, un an peut être, qu'il s'aperçut que ce n'était pas une solution pour lui. Il préférait voir Chloé un peu tous les jours plutôt que de ne pas la voir du tout. Donc il était dans la période 'creuse'. Cette période où il ne voulait plus voir aucun de ses amis. Alzheimer devait probablement le guetter. Il n'arrivait même plus à se souvenir de ce qui s'était passé quelques années plus tôt.
- Lex? Lex... LEX!
- Quoi?
- Mais tu nous fais quoi? Du somnambulisme éveillé?
- Désolé, j'étais ailleurs.
- T'as l'air de l'être beaucoup dernièrement. Bon, je dois bosser un peu. On se revoit dans quelques heures, ok?
- D'accord, accepta Lex.
Chloé lui sourit légèrement avant de répéter le geste de tout à l'heure, quand il s'était rencontrés près de la voiture. Mais cette fois, Lex réagit plus tôt et entoura ses bras autour d'elle plus rapidement, lui rendant son étreinte avec plus de force. Ca aussi, il pourrait s'y faire. Il ne s'était jamais vraiment accueillis de la sorte avant... et pour lui, c'était tout nouveau, presque intime. Et en y réfléchissant, il se disait qu'ils avaient atteints un certain niveau de confiance tous les deux. Peut être même avaient ils discuté du baiser partagé lors de la fête d'halloween. C'était clair qu'elle l'avait reconnu quand il s'était enfui. Il se replongea encore dans ses pensées, sachant que ce n'était vraiment pas le moment de remuer le passé... passé bien trop récent pour lui, alors que pour elle, tout ça s'était passé il y a longtemps. Il soupira légèrement.
- A tout à l'heure, dit il en souriant.
- Ouaip.
Il sortit, et la laissa seule. Il fit le chemin inverse... il commençait à connaître le chemin par coeur maintenant. Il sortit son téléphone pour appeler Pete, et se souvint seulement à cet instant que Chloé ne lui avait pas reprogrammé son portable. Il lâcha un juron, et composa le numéro.
- Pete Ross, le Boss, pour vous servir.
- Pete... faut sonner l'alerte rouge.
- A ce point là?
- Je crois que Clark a un plan. Et je n'aime pas ça...
- Qu'est ce que tu veux dire, s'inquiéta aussitôt Pete.
- Il était dans la chambre de Chloé tout à l'heure, pour lui faire une surprise. Mais j'ai l'impression qu'il a fait exprès de tout foutre par terre pour mieux se faire pardonner ce soir.
- Ce soir? Mais y a quoi ce soir?
- Une pièce de théâtre assez importante aux yeux de Chloé.
- Euh... Lex. Chloé adore le théâtre, mais si tu veux mon avis, si Clark prépare quelque chose, c'est pas pour la pièce de théâtre.
- C'est pour quoi alors, s’inquiéta Lex.
- J'en sais rien moi... j'suis pas dans la tête de Clark. Mais c'est p'tet quelque chose d'important. Si ça se trouve, il lui prépare une surprise pour la fin de l'année scolaire et...
Lex ne laissa pas le temps à Pete de finir son argumentation et coupa son téléphone. Mais oui... la fin de l'année universitaire... La pièce de théâtre... ce n'était qu'un bonus... Mais quel idiot. Lex s'insulta intérieurement. Et il se disait aimer la petite blonde alors qu'il n'était même pas capable de se rappeler un détail aussi mineur. Mais quel crétin.
Lex manqua de faire une crise cardiaque quand son téléphone se remit à sonner.
- Luthor.
- Dis donc mec, tu sais que c'est malpoli de raccrocher au nez des gens.
- Va encore falloir que je me démène pour faire plaisir à Chloé, soupira Lex.
- Tu ne vas quand même pas abandonner?
- Non... non. Mais la dernière fois, je m'étais tellement démené... je ne sais plus quoi faire pour elle maintenant.
Un silence perplexe lui répondit.
- T'as fais quoi la dernière fois, finit par demander Pete en brisant le silence.
- Ben, le groupe de rock, tout ça.
- Mais... c'était y a trois ans, pour son anniversaire. Depuis ça, tu n'as rien fait de potable pour Chloé. A par peut être son stage au Daily Planet.
- J'aurai du faire plus attention à elle, râla Lex.
- Si tu veux mon avis, tu n'as pas besoin de l'impressionner avec ta fortune... trouve juste quelque chose qui lui plaît... pas de romantisme... elle risquerait de t'écorcher vif. Je pense que seul Clark peut survivre, vu que Chloé devient comme lui lorsqu'il bavait devant Lana.
- Pete, rappela Lex à l'ordre.
- Bah, c'est vrai. Sauf que Chloé n'a pas encore atteint le stade limace baveuse, c'est tout.
- Pete, répéta Lex.
- Bon, j'avoue, le spectacle de Chloé qui se languit pour Clark, je le trouve définitivement plus douloureux que l'image pitoyable que Clark pouvait bien offrir. Je pense qu'elle se fait du mal, Lex.
Le milliardaire resta muet pendant quelques secondes. Pete venait de donner son avis sur toute cette situation, alors que pendant toutes ces années, il avait fait en sorte de rester à l'extérieur de ce conflit... et de rester neutre.
- Merci Pete.
Lex raccrocha sans rien ajouter. Il lui restait quelques heures pour trouver un plan pour devancer Clark. Au maximum un jour pour organiser une fête pour Chloé. Mais comment s'y prendre. D'après Pete, il ne fallait pas qu'il essaye d'impressionner Chloé avec sa fortune. Voilà qui n'allait pas être une mince affaire. Il soupira et se dirigea vers sa voiture. Il trouverait bien quelque chose.


*****


Les quelques heures qui les séparaient de la représentation théâtrale passèrent avec une rapidité fulgurante, au grand désespoir de Lex. Il n'avait rien trouvé pour Chloé... il ne savait pas ce qui pourrait bien faire plaisir à une Chloé d'à peine 20 ans. Tous ses rêves semblaient avoir été réalisés... et elle allait en réaliser un autre ce soir.

Ils s'installèrent sur les banc de l'amphithéâtre où avait lieu la pièce. Lex devait l'avouer, il trouver la mise en scène assez rustique, mais réellement ingénieuse. Certains monologues, et principalement ceux de Iago, avaient été préalablement enregistrés et étaient diffusés sur un écran assez grand pour être vu par tous les spectateurs.
Les acteurs étaient excellents et convaincants, une mention spéciale pour Iago et Cassius. Par contre, il reconnaissait qu'il n'avait jamais autant ri devant du Shakespeare. Un problème de lumière avait fait que les acteurs avaient malencontreusement été aveuglés et avaient engendré un fou rire aussi bien sur scène que chez les spectateurs. Ensuite, plusieurs fois, il y eut quelques fautes de texte. Certains acteurs se trompaient dans leur texte. Cela avait été flagrant quand Iago avait voulu répondre à Cassius et avait dit:
« Voyons Iago... euh... Cassius... »
Et enfin, le dernier petit accident était lorsque Iago voulut prendre la fuite et se heurta à un faux mur, faisant tomber une bonne partie du décor. Heureusement, cet incident eut lieu à la fin de la pièce, sinon il serait sorti parce qu'on l'aurait remarqué à cause de son fou rire.
Lorsqu'ils sortirent, Lex attrapa Chloé par le bras et la força à le suivre.
- Lex? Mais tu m'amènes où là?
- Surprise, murmura Lex.
- J'ai jamais vraiment aimé les surprises, argumenta Chloé.
Lex ne répondit pas et continua de tirer Chloé par le bras.
- Ecoute, ils ne restent pas longtemps, expliqua-t-il en continuant à marcher. Et je pense que tu serais heureuse de les rencontrer... de leur poser quelques questions...
A cet instant, ils arrivèrent devant une porte. Il frappa doucement, avant d'ouvrir soudainement la porte et de s'engouffrer dedans avec elle. Chloé écarquilla les yeux en voyant la troupe d'acteurs devant elle. Ils avaient l'air fatigué, mais souriaient malgré tout. Elle leur rendit leur sourire avant d'interroger Lex du regard.
- Tu m'as dis que tu voulais les interviewer. C'est leur dernière représentation en ville, et je me suis dis que je pouvais essayer d'organiser une petite rencontre entre vous tous, éclaira-t-il.
Chloé hocha la tête, alors qu'un large sourire animait son visage. Lex s'éclipsa discrètement, laissant la reporter faire son travail. Il avait réussit la première partie de son plan.

Après une bonne heure d'attente, Lex vit Chloé sortir de la loge des acteurs. Elle avait un immense sourire, qui se révélait contagieux, et Lex se mit à sourire à son tour.
- Alors?
- Merci Lex, t'es un ange.
- Mais de rien... C'est normal. Tu voulais absolument les interviewer de toute façon.
Chloé hocha légèrement la tête avant de déposer un baiser sur la joue de Lex.
- Y a des fois, je me demande ce que je ferai si tu n'étais pas là, dit elle avec un sourire tendre.
Lex lui rendit son sourire. Il ne trouva rien à lui répondre, son dernier geste l'ayant totalement envoyer dans un autre monde. Il souriait presque bêtement, et se frottait distraitement la joue.
- Lex?
- Hm?
Chloé hésita quelques instants avant de hausser les épaules.
- Non, rien, oublie.
- Qu'est ce qu'il y a?
- Je trouve que tu agis bizarrement... et ce n'est pas la première fois que ça arrive. T'as déjà eu ce genre d'absence avant... et à chaque fois, ça arrive avec à peu près un an d'intervalle.
- Tu as une imagination débordante, fit Lex en sentant l'instinct journalistique de Chloé se manifester.
- Tu trouves?
Lex haussa les épaules en guise de réponse.
- Oui, c'est fascinant.
- Comme Shakespeare, cita Chloé. Fascinant, ça doit vraiment être le mot.
Un silence confortable s'installa entre eux. Lex trouvait ça incroyable qu'ils pouvaient rester aussi proche sans que les silences qui les enveloppaient pouvaient devenir lourds et pesants. Un mince sourire anima ses lèvres alors que Chloé avait manqué de découvrir une partie de la vérité vis à vis de ses voyages dans le temps. En espérant qu'elle en était bien loin. Elle se doutait juste d'un changement dans Lex qui n'apparaissait qu'une fois par an... et pourtant, il restait la personne normale qu'elle avait toujours connue. Donc elle qualifiait son comportement qui ne durait que quelques jours de bizarre et heureusement.
Il soupira légèrement... il avait devancé Clark sur ce point. Mais cela ne durerait pas... il ne savait pas ce qu'il concoctait pour Chloé, et il devait se l'avouer, ça le rendait presque dingue d'être plongé dans l'ignorance la plus totale.


*****


Il ne lui restait plus que quelques heures pour préparer la fête de fin d'année pour ses amis. Ils s'étaient mis d'accord pour tous se réunir dans une discothèque à la mode dans le centre de Métropolis. Évidemment, Lex aller encore se faire remarquer en traînant avec des étudiants, mais qu'importe. Maintenant il disposait d'assez de pouvoir pour pouvoir agir à sa guise sans avoir son père qui le rappelle à l'ordre.
Il aperçut ses amis au bar, discutant et s'amusant... il remarqua aussi les verres remplis d'alcool, et sourit légèrement, avant de rejoindre les quatre amis au bar. Il se commanda une double vodka et accompagna ses amis pour fêter la fin de cette année scolaire. Avec un peu de chance il se réveillerait probablement avec Chloé à ses côtés, mais bizarrement, il en doutait.
Pete avait une fois de plus sortit l'appareil photo. Lex lui avait donné des consignes précises quant aux photos à prendre ou non. Son complice avertit, Lex réussit à entraîner Chloé sur la piste de danse, et à lui parler un peu. Ils discutaient paisiblement quand Pete lui fit signe que c'était dans la boîte. Un sourire se dessina sur les lèvres de Lex. Et lorsque Clark s'interposa entre Lex et Chloé, Lex laissa Chloé au soin de Clark à contre cœur... mais il voyait dans les yeux de Chloé une certaine déception.
La fête continua... et l'alcool continua de couler.


Quand il ouvrit un œil et qu'une horrible migraine manqua de lui faire exploser le cerveau, il grogna, maudissant cette étoile jaune qui l'agressait dès le matin. Par contre, ce qu'il n'avait pas prévu, c'était cet étrange poids qui l'empêchait de respirer convenablement. Il respira fortement, espérant se débarrasser du poids sur sa poitrine, mais en vain. Et comme il était en pleine récupération d'une gueule de bois, il ne pourrait pas ouvrir les yeux avant un bon moment. Intérieurement, il espérait que ce soit Chloé qui était à ses côtés, mais il devait se faire une raison. Dans les méandres de ses souvenirs de la nuit dernière, il avait vu Clark et Chloé repartir ensembles... c'était probablement pour ça qu'il était ivre mort, et qu'il ne connaissait pas l'identité de l'inconnu... ou inconnue à ses côtés. Il tenta une seconde fois d'ouvrir les yeux et remarqua que la lumière lui faisait moins mal. La migraine s'était calmée, et lorsqu'il observa la personne à ses côtés, il manqua de faire une crise cardiaque.
'Ok... ok. D'accord. Chloé... c'est Chloé, mais comment elle est arrivée là? Comment on est arrivés là? Et en plus... elle... elle... elle a pas de vêtements.'
Lex sentit la température de son corps augmenter brusquement vu que lui non plus n'avait pas de vêtements. Et le bras de Chloé en travers de son torse le brûlait à présent. Il sentit les gouttes de sueurs perler sur son front alors qu'il faisait tout en son pouvoir pour garder son calme. La seule solution qui lui vint à l'esprit fut de s'extirper discrètement hors du lit avant de déposer ce qu'il avait préparé comme cadeau pour son ange. Il leva les yeux au ciel lorsqu'il vit qu'il était définitivement à poil. Il attrapa son pantalon et l'enfila maladroitement, essayant de se retrouver dans les flash blacks de la soirée. Il était sûr que rien ne s'était passé. Il s'en souviendrait sinon. Par contre, il se souvint de Chloé qui était rentrée avec lui... de Clark qui avait été distrait par Pete. Et que Lex et Chloé avaient eu la superbe et magnifique idée de jouer au strip chess.
Lex se mit à sauter sur un pied en jurant à voix basse. Ils n'avaient même pas rangé le jeu d'échecs. Il enfila un t shirt et sortit discrètement de la chambre. Il se mit à fouiller tout l'appartement essayant de se rappeler où il avait bien pu mettre son cadeau pour Chloé. Il eut une illumination et sourit en se précipitant dans la bibliothèque... plus petite qu'au manoir. Il préférait définitivement Smallville à Métropolis.
Il fouilla rapidement et enfin, trouva l'énorme boîte. Il espérait vraiment que cela lui plairait... Avant de retourner dans la chambre, il décida de préparer un petit déjeuner.
Après avoir fait une dose conséquente de café, il retourna dans la chambre et déposa son cadeau sur le lit. Il regarda la jeune femme dormir avant de se décider à la réveiller.
- Chloé...? Debout... il est trois heures de l'après midi.
Un léger sourire anima les lèvres de Lex alors que Chloé s'étira comme un chat. Oubliant totalement qu'elle ne portait rien sous la couette, il continua de la couver du regard avant de reprendre la parole.
- Y a du café dans la cuisine, et je t'ai amenée un petit quelque chose pour fêter la fin de l'année universitaire.
- Lex, appela une voix endormie, pourquoi j'suis à poil sous tes draps?
- On a joué au strip chess.
- Huhu, fit Chloé en gardant les yeux fermés. On a peut être un peu trop fait la fête.
- Dis toi que j'ai eu la peur de ma vie tout à l'heure en me réveillant, répondit Lex.
- Vraiment?
- Ouaip. Je savais plus où j'étais, je me souvenais de rien de la nuit dernière, et en plus, y avait quelqu'un à moitié couché sur moi.
- Et... euh... Lex? On... on n'a rien fait, hein?
- Hein?! Non! J'veux dire, à part le strip chess, on a fait que dormir après.
- Tu me rassures là.
- Sympa pour moi...
Chloé se retourna, et lui offrit un immense sourire.
- Un cadeau? Pour moi?
- Non, pour le pape... Pourquoi tu crois qu'il est devant toi, hein?
- Qu'est ce que c'est, demanda-t-elle en déchirant le papier.
- C'est... une surprise!
Chloé ouvrit la boîte et écarquilla les yeux. Elle sortit plusieurs livres anciens, possédant encore leurs jackets, ainsi que plusieurs DVD.
- Mais... qu'est ce que?
- Je me suis dis que tu aimerais pouvoir les lire, expliqua Lex.
- C'est... du Shakespeare? Du théâtre... j'ai toujours aimé le théâtre, fit Chloé toujours sous le choc. Mais comment tu as...
- Je faisais la collection quand j'étais gamin. C'était un de mes passes temps préférés, lire des pièces. Et puis comme tu n'arrêtais pas de parler de cette pièce, je me suis dis que tu aimerais bien pouvoir lire certaines des œuvres... alors j'ai réuni la collection que j'avais, et je me suis procuré les dvd des représentations de la troupe que tu as interviewé y a quelques jours.
- Lex... c'est...
Chloé avait du mal à dire ce qu'elle ressentait. Ce cadeau de la part de Lex, c'était une part de lui qu'il avait jamais montré. Ok, il était attentionné, et il était un ami sur lequel elle pouvait compter... mais c'était la première fois qu'il lui offrait quelque chose sans faire usage de la fortune colossale qu'il possédait.
Oubliant totalement le fait qu'elle soit toute nue, Chloé se jeta dans les bras de Lex et le serra aussi fort qu'elle le put.
- Merci. Merci beaucoup...
Lex lui rendit son étreinte et soupira de contentement. C'est d'ailleurs à cet instant précis que cette désagréable sensation d'être aspiré se manifesta. Il sentit son corps être privé de l'étreinte affective et en vint presque à maudire l'Esprit.


Métropolis 2011

Il cligna plusieurs fois des yeux, et sourit en voyant la photo. C'était la meilleure de toute. Du moins, pour l'instant... peut être y en aurait il d'autre, vu que là, c'était toujours Clark et Chloé qui étaient devant l'autel. Il pesta contre lui même avant de se reprendre. Il devrait définitivement remercier Pete pour sa collaboration. Cette photo... elle était sublime. Chloé était collée à Lex alors qu'elle fusillait Clark du regard. Et Pete et Lana semblaient être vraiment à côté de leurs pompes, vu qu'ils ne regardaient même pas l'objectif, ils avaient l'air de rigoler bêtement. L'alcool avait fait de sacré ravages cette nuit là.
Lex frôla encore une crise cardiaque... ça devait être au moins la dixième depuis ce dernier voyage.
- Je déteste quand vous faîtes ça, râla-t-il.
- C'est une des choses qui m'amusent énormément. Alors ce voyage?
- Si ça ne tenait qu'à moi, vous seriez mort. J'étais dans les bras de Chloé avant que je ne sois rapatrié ici.
L'Esprit lui sourit légèrement.
- Des menaces, toujours des menaces, ironisa-t-il.
Avant que Lex ne put lui répondre, une nouvelle photo apparut sur l'écran. Lex leva les yeux au ciel, retenant un juron. Ce n'était toujours pas acquis...
Et pourtant, lorsqu'il se décida à regarder vers les mariés, il vit le sourire attendri de Chloé. Les choses n'étaient définitivement pas perdues... il lui restait juste encore du chemin à faire.


A suivre...

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:22

winnie
Ah la vache! t'as été rapide! j'voulais juste poster mon feed à sixpence et hop! dans la nuit tu nous fais une suite! bon du coup j'vais en profiter pour lire ta fic dans la journée et feeder dans la soirée, priorité à la fic en commun!

Feed écrit en même temps que la lecture :
rhaaaaaaa quel bon début! lol et j'imagine trop le coup des clochettes!
"J’ai conscience que ce n’est pas une activité des plus réjouissantes mais j’ai vraiment besoin de ton avis, et je ne mettrais aucun tabou sur une éventuelle remarque de ta part concernant cette mini crise post-adolescente qui consiste à croire qu’un tout petit détail pourrait changer la face du monde. D’accord ?" -- PTDR! j'adore la tirade qui fout à peine la pression! j'adore chloé!
"_Mais, est-ce que tu penses que ça plaira à Clark ?" -- ou comment le ramener sur terre avec tact mdr! chais pas comment tu as pu douter de toi six', c'est que le début et j'ai l'iompression de voir réellement lex remonter dans le temps, avec sa vision personnelle et tout!
"Clark allait se forcer à se rendre à cette soirée pour ne pas décevoir Chloé, alors que la blondinette se fichait pas mal de la soirée, elle voulait seulement passé du temps avec lui." -- bien trouvée l'idée du conflit! on voit qu'ils évoluent ces deux-là! c clair que s'ils s'embrassent c qu'ils peuvent franchir les difficultés et donc former un super couple!
"_ « Sur une échelle de un à dix, où se situe le problème ? »
_Au niveau des vingt." -- juste PTDR!
"« Besoin d’une présence. Chloé. (Toujours croulée sous les bouquins et autres amoncellements de papier) »" -- idem! j'l'adore! lol (dans le genre comments qui servent à rien!)
"pivotant la tête de façon mécanique vers le moindre bruit suspect qui lui parvenait." -- ptdr j'fais pareil! c d'ailleurs chiant les bruits suspects en bibliothèque! lol
Le bal s'annonce alléchant, j'ai ma ptite idée sur ce qu'il va faire pisque tu me l'avais soufflée, mais là j'me demande comment il va se débrouiller pour réussir lol
"« Poussin, Louis XIV est dans la basse-cour »" -- PTDR! ça c'est du code! sont trop forts les deux compères!
Maya l'abeille mdr! tu l'as pas épargnée blana! j'crois que dans toutes les fics en général, quand il s'agit de costume, elle se paye toujours les pires horreurs! lol ça serait marrant de les répertorier tiens!
"Si dans le futur il se mariait avec Chloé après tant d’efforts fournis, il se ferait un plaisir de lui rappeler cette soirée tient !" -- mdr! j'me demande si raconter ça serait un motif de divorce quand même! lol
", Clark lui avait laissé un message vocal le suppliant de passer le prendre parce que sa voiture était en panne sèche de batterie. " PTDR! décidément!
Pour le baiser, un smiley à bave serait le plus correct des smileys lol
Bon j'confirme, t'as trop assurée six'!! bravo!! le retour est parfait, l'enchainement nickel! le souvenir était à croquer!!


A Marm, fatalement! mdr!

Pouya
Youhou Marm génial!

Rhhhaa Lex est trop choupi avec toutes ces attentions!!! Et Chloé, non mais quand est ce qu'elle va ouvrir les yeux! lol

Pauvre Clark tout de même, trop à l'ouest... Ahhh mon pauvre Clarky que je suis venu à aimer avec Lois... mais du Chlark, c'est vraiment beurk! Alors Gambate (courage) Lex, tu vas l'avoir ta Chloé!

J'adore les filles!! Continuez!!

kfn
waw !!!
j'aime j'aime j'aime !

Lex me fait bien marrer, tout pareil que pouya en fait, il est craquant, Clark est à tuer de stupidité et Chloé est quant à elle bien aveugle...
et le coup du réveil nu ! gloups j'ai trop halluciné ! mais non, juste une partie de strip chess, et ça ne choque aucun des deux de s eréveiller tous nus dans les bras l'un de l'autre ! sont prets pour la vie en couple à ce stade non???

suite !
(et non, je ne flippe pas de voir que mon tour se rapproche petit à petit...)

winnie
Et voilà, il l'avait ratée cette fois. -- mdr! fallait bien que ça finisse par lui arriver!
Mais après qu'elle ait mentionné Clark, il avait abandonné l'idée et avait prétexté des réunions interminables. Cela expliquait donc la présence de son père dans son bureau... -- c encore une fois un super plan d'inactif! lol
Mais Lex allait faire en sorte que les acteurs n'aient plus envie de jouer à Métropolis... quitte à leur payer une carrière à Hollywood, il ferait en sorte que Chloé ne les rencontre qu'une seule fois... -- c moi ou cette histoire fait de lex un inventeur de plans machiavéliques toutes les sauces? lol! c'est vraiment fort les idées que vous arrivez à développer les filles!
ah super sonnerie de chloé! lex est tjs un peu beaucoup sur les nerfs, il a de quoi vu comme il est parti! lol
Etrangement, il trouvait ça bien, même s'il culpabilisait un peu pour le sort de Clark. Il chassa cette pensée de son esprit. Vu le nombre de fois où Clark avait bavait devant Lana, il ne voit pas pourquoi lui devrait culpabiliser. -- oh vi j'allais l'dire! j'crois qu'en effet il peut arrêter de suite de culpabiliser!
Il fronça les sourcils. Peut être que la pièce de théâtre n'était pas le seul événement qui avait poussé Chloé à retourner avec Clark. -- ah, un pitit évènement mystère dont il ne se souvient plus? alléchant!
La sous ses yeux, il y avait un Clark tout penaud, avec une rose dans les mains. Il était assis sur un lit, et semblait attendre l'arrivée de Chloé. -- rha là là la vache! c tellement clunk ça! et c tellement ce que chloé peut aimer seulement de lui! j'imagine trop bien lol et surtout le dégoût de lex, même moi j'm'attendais pas à un clunk à cet endroit!
- Qu'est ce que... il a fait quoi cette fois?
- Me dire qu'il ne pourrait pas venir ce soir. J'avais raison, tu vois! -- YEAAAAAAAAAAAAAAHH CA C MON CLUNK!!
Comme si... comme si il préparait quelque chose. -- ah flûte! le benet prépare quelque chose lol
trouve juste quelque chose qui lui plaît... pas de romantisme... elle risquerait de t'écorcher vif. -- mdr parfois chloé fait un peu peur!
Et enfin, le dernier petit accident était lorsque Iago voulut prendre la fuite et se heurta à un faux mur, faisant tomber une bonne partie du décor. -- effectivement ça ruine un quelconque romantisme que shakespeare pourrait inspirer! lol
rha sont trop mignons tous les deux et chloé qui commence à soupçonner quelque chose ça aussi c fort!
Il était sûr que rien ne s'était passé. Il s'en souviendrait sinon. Par contre, il se souvint de Chloé qui était rentrée avec lui... de Clark qui avait été distrait par Pete. Et que Lex et Chloé avaient eu la superbe et magnifique idée de jouer au strip chess. -- j'hésite entre le 'bien joué!' et le 'rhà zut z'étaient à ça de conclure!' lol! en tous cas, joli coup pour pete!
Rhooooo trop choupinet tout le shakespeare!!
mais c'était la première fois qu'il lui offrait quelque chose sans faire usage de la fortune colossale qu'il possédait. -- génial! j'crois que c la première fois qu'il marque des points aussi sincères me semble!

super chapitre encore un fois, t'as assuré toi aussi! les choses avancent doucement, rien n'est gagné, ça promet pour la suite! Bravo Marm!
Et bon courage pour la suivante à savoir Chlo!

elina
Grand bravo Marm.
Tu nous offres une vision différente, premièrement du voyage. J'imagine bien le sentiment bizarre que doivent avoir les gens face à Lex quand il change d'âme/ esprit...Comme ici quand il se casse la figure par terre, alors que visiblement il n'avait q'uà s'asseoir.
Comment a-t-il fait pour mettre de la distance entre lui et Chloé après le baiser du bal...grrr. J'te jure que des fois il mériterait qu'on l'étrangle...Toutes comme ça il aurait moins de chance de survivre !
La dernière scène est vraiment sympas. Le streap chess. C'est Chloé qui en a eu l'idée...Mais dis moi ta Chloé elle n'aurait pas un peu l'esprit mal placé??? uh uh Et là je revien sà la vision que tu donnes au voyage. Imagine quand l'âme du Lex d'aujourd'hui s'en va, et que c'est celui du passé qui reprend le contrôle de son corps... IL a quelques jours d'amnésie et en plus il se retrouve avec une Chloé nue dans les bras....ha ha ha. Trop bien !

Lana et Clark qui rigole comme des idiots à l'arrière plan de la foto...J'ADOOOOOORRREEEE !!!!

Bon ba Chlo...suite!

sixpence
Super chapitre !
mdr j'adore Lex qui laisse son père en plan comme ça, et puis c'est pas mal de retrouver dans chaque chapitre cette impression que Lex ne fait que courir dans tous les sens pour devancer ce qui doit normalement arriver, tout en se forçant à se souvenir de ce qui aurait du se passer. c'était trop mignon les scènes chlex, au réveil je croyais qu'ils l'auraient fait, mais nan !

et puis Chloé, pitite futée qui s'aperçoit que Lex change comme ça, m'enfin, pas étonnant s'il s'est éloigné pendant un an, quel crétin alors !
et puis on sent bien qu'ils se rapprochent toujours un peu plus à chaque fois, on sent l'évolution dans les chap' !!

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:23

Et voilà, après des heures de labeur et de corrections (merci pouya! ) J'y suis arrivée. J'espère que vous allez aimer cela, et je dois dire que je suis très contente de participer à ce projet avec vous toutes. Je suis partante pour d'autres projets

Bonne lecture !

Et énormes bisous à tous les lecteurs/lectrices et autres!
et courage pour la suivante

----------------------------------------------------------------

Chapitre 5
par Chlo

La nouvelle photo lui rappelait quelque chose, mais il ne savait pas vraiment dire quoi. A peine avait-il trouvé à quelle époque elle se situait que le sol se déroba sous ses pieds et le voyage fut pour lui comme une immense chute. Et toujours cette lumière aveuglante.
Malgré cette impression de chute, Lex arriva convenablement. Aucune catastrophe. Pour une fois, il était debout, sans aucun soucis à l’horizon. Il remarqua tout de même qu’il y avait de drôle de choses. Par exemple, la présence de ce curieux plancher, ce n’était certainement pas le manoir. Ça, il en était certain.
Des bruits de pas.
- Monsieur Luthor ? Vous allez bien ?
- Pardon ?
- Vous allez bien ?
- Ais-je l’air malade ?
Décidément, il n’aimait vraiment pas ce ton affectueux. Sauf avec Chloé remarqua-t-il avec amusement. Mais ce n’était pas encore gagné… Bon un souci à la fois, que voulait cette rouquine ?
- Monsieur, la conférence est-elle annulée ?
- Mais bon sang, pourquoi voudriez-vous annuler une conférence alors qu’il n’y a pas plus de conférence ici que de martiens sur Mars !
Il avait dit ça en balayant l’espace toujours indéfini du… théâtre de Métropolis noir de monde.
- Oh non.
Des centaines d’yeux ébahis tournés vers lui… Et vu le power point qui se trouvait juste devant lui… Il était en train de présider la conférence des filiales de la LEX CORP. Vraiment très… Discret. C’est vrai, il aurait pu tomber pire !
Non ! Non ! Ne pas tenter la fée ! Ne jamais proposer pire elle serait capable de le faire ! Lex se demanda soudain si elle n’avait pas un prénom… mais ceci était le moindre de ses soucis à cet instant.
Par contre, il s’obligea mentalement à se souvenir qu’il faudrait vraiment envoyer une mission spatiale sur Mars pour s’excuser auprès de tous les martiens d’avoir douté de leur existence…
- Quelqu’un peut me dire où j’en étais ?
- Vous expliquiez que les affaires c’était… comme faire l’amour à une femme…
Lex était dérouté. Ce n’était pas vraiment son genre de faire des comparaisons pareilles… A croire que les changements qu’il opérait avaient aussi un impact sur lui-même. Déjà que chaque retour au présent ne lui permettait pas d’accéder à ses souvenirs. Peut-être une sorte de protection de l’inconscient… Freud aurait été ravi de le psychanalyser…
- Monsieur Luthor ?
- Oui ?! Quoi encore ?!
Ce n’est pas qu’elle l’embêtait, mais ça y ressemblait quand même un peu. Oui, bon, il fallait finir cette présentation. De quoi on parle ? Une entreprise ? Oui, ça il connaissait. Mais les femmes là dedans…
- Gérer votre entreprise est comme séduire une femme et lui faire l’amour. Parce que, il faut de la patience. Il faut savoir gérer son temps, savoir dans quoi investir en fonction de ce qui arrive. Et surtout, ne jamais abandonner. Il faut se donner une chance dans la vie. Pour arriver au moment parfait de la… consécration.
Non vraiment, ce n’était pas vraiment pour la présentation qu’il disait ça. C’était une sorte d’hymne à Chloé. Une autre manière de pouvoir exprimer ses sentiments… Voilà, il sombrait lamentablement dans le romantisme. Cette fille arrivait à le transformer en un homme romantique et sentimental. Un comble !
- Mademoiselle, comment vous appelez vous ?
- Marlène Chapeau
- Bravo Chapeau ! Vous avez gagné le droit de finir cette présentation !
- Mais mais !
- Non vraiment j’insiste vous êtes la femme qu’il me faut ! Vous serez parfaite !
- Mais monsieur !
- Parfaite, divine, incomparable ! Vous êtes une vraie rousse ?
- Oui, mais quel est…
- Encore mieux !
Fuir ! Il fallait qu’il fuit avant de faire plus de bêtises! Il savait que c’était au bal de fin d’étude, c’était la robe de Chloé qui l’avait marqué en voyant la photo. Une robe simple et pourtant si envoûtante. Un dos parfaitement nu. Qui laissait entrevoir des courbes qu’il aurait adoré redessiner du bout des doigts. Autant l’avoir vu nue lui nouait le ventre, autant le souvenir de cette robe lui donnait envie de tout faire pour la conquérir.
Sortie de secours ! Enfin à l’air libre. La question était maintenant de savoir pourquoi il était revenu dans une réunion dont il ne se souvenait pas. Il était certain qu’il n’avait jamais fait ça. Sa vie était-elle en train de changer ? Les infimes petits changements qu’il opérait étaient-ils en train de changer sa vie ? D’un coté cela pouvait être une preuve que cela allait dans le bon sens. Mais de l’autre, tout était chamboulé. Comment prévoir ce qui allait se passer ? Lex tenta de téléphoner à Chloé, mais sans résultat. Il se rabattit donc sur Pete.

- Salut mec, c’est gentil de téléphoner.
- Serais-ce de la colère ?
- Perspicace en plus…
Lex était blasé. Après cette mystérieuse réunion dont il n’avait que de maigres souvenirs, il sentait bien que ce ne devait pas être le seul changement qui avait eu lieu.
- Vas-y, dis moi tout.

- Explique-moi plutôt pourquoi tu n’as pas donné signe de vie depuis trois mois ! Non mais tu crois quoi ?! Que l’amitié c’est à la carte ? Et puis, sans vouloir dire… Tu as besoin de mon aide je suppose ?!
- Oui et…

- Ben voyons ! A croire que c’est cyclique chez toi. Tu reviens tous les ans pour venir demander de l’aide. Et le reste de l’année, c’est silence radio ou presque. J’ai l’impression d’avoir à faire à deux personnes. Le Lex amorphe qui rêve de sa Chloé et puis ta version actuelle « Aide moi, Pete chéri à qui je n’ai plus parlé depuis des mois, je veux conquérir Chloé ! »

Il ne l’avait pas volé. Certes, c’était un peu ça. Mais bon, il n’avait droit qu’à un voyage en fonction des photos du diaporama de Lana. Comment expliquer cela ? « Écoute Pete, je suis le Lex du futur qui tente de réparer les choses dans le passé pour vivre heureux avec Chloé à son époque. Je prends possession du corps du Lex du passé et je tente ce que je peux. » Vraiment très crédible…

- Oui, je veux conquérir Chloé. Et je sais que mon attitude n’a pas été très… comment dire… oui, elle ne correspond pas à ce que je devrais faire, mais un jour je t’expliquerai.
- Oh, serais-tu un envoyé du ciel venu aider le crétin de Lex et qui prend de temps en temps possession de son corps ? Ravi de te rencontrer. Vraiment. Mais je crois que tu t’attaques à un cas désespéré…
Si seulement il savait… Il travaillait sur de petits événements et il ne contrôlait pas les réactions de son double du passé, qui n’avait pas l’air de bosser très favorablement.
Et puis, pour lui faciliter la tâche, il y avait ces arrivées de personnes inconnues, d’évènements changeant. L’univers dans lequel il évoluait - ou avait évolué ?! – changeait lui aussi.
- Cas désespéré ou non, il faut tenter le coup.
- Lex, je vais vraiment croire que tu es en dépression. Ou avec une personnalité multiple.
- Pete, l’important c’est Chloé ! Donc, j’aimerais…
- Tu te drogues c’est ça ?!
- Pete, tu deviens inquiétant là…
- Je
- Non tu m’écoutes !
- Mmnememene
- Et arrête de marmonner ! Où est Chloé et surtout quand a lieu la soirée de fin d’études ?
- Chloé est sûrement en train de se préparer pour sa fête qui a lieu dans… six heures et 35 minutes.
- C’est aujourd’hui ?! Mais nous sommes le…
- 25 juin
- Ca ne devait pas être le 3 juillet ?!
- Non, extraterrestre sort du corps de ce Luthor !
- On se voit dans une heure chez moi, Pete chéri.


Lex ne savait pas trop s’il avait réussi à calmer Pete, mais en face à face il ne pourrait pas lui résister. A ces pensées, il se mit à rire nerveusement. Il remontait le temps pour Chloé et il recollait en même temps les problèmes avec Pete… L’idée n’était pas mauvaise, il aurait pu l’épouser s’il avait été une demoiselle sexy et charmante. Et que Chloé n’avait pas existé. Et que les Ross ne lui en ait jamais voulu auparavant. Et… Ces voyages dans le temps allait le rendre fou ! Objectif Chloé, la mission Chloé.

En attendant, il devait résoudre les problèmes par ordre d’importance : retrouver son allié, court-circuiter Clark pour la soirée, et emmener Chloé.
Après une heure de commande par téléphone, Lex accueillit Pete qui semblait toujours avoir une certaine rancœur…

- Mec, tu m’expliques tout ensuite on verra.


Alors il lui raconta, le mariage qu’il voyait au bout du chemin, le fait de rester prostrer, sans pouvoir dire de but en blanc à Chloé de ne pas se marier, alors qu’il n’avait jamais rien dit avant, ni trahit ses sentiments par des gestes. Comment savoir si ces petits changements pouvait y faire quelque chose. Sa peur de la réaction de Chloé après chaque tentative. Son silence radio. Certes peu de choses étaient vraies, mais tout de même cela reflétait parfaitement ses idées.

- Tu comptes faire quoi ?
- Chloé y va avec Clark ?
- Oui. Plus de Louis XIV… Ca ferait un peu trop de répétitions…
- Je vais l’enlever
- Qui ?
- Chloé !
- Quoi ?! Non mais t’es pas normal mec !
- Pas sur un cheval blanc, ça le ferait pas… Mais je peux l’emmener sur les toits de Métropolis, juste en face du Daily.
- Et t’es sûr qu’elle n’aura pas le vertige ?
- Je serai là pour la protéger…

Pete, voyant son ami les yeux pétillants de malice, comprit qu’il y avait quelque chose d’autre. Le Lex qu’il avait devant ses yeux n’avait rien à voir avec le Lex qui l’avait mis à la porte quelques mois plus tôt. On aurait cru qu’il était devenu fou, ou juste malheureux de passer si peu de temps avec Chloé, d’avoir tenté de la séduire sans avoir vraiment de résultats… Ou si peu. Ce Lex ci semblait… non, il était indéfinissable. De la malice, de la volonté, et un amour débordant. Si étrange pour un Luthor d’ailleurs !

- On fait comment ?
- Tu t’occupes de Clark, et je fais le reste.
- Du genre concis ton plan. Et si ça ne marche pas?
- On attendra la prochaine photo.
- Quoi ?
- Non rien. Vas y … j’arrive.

Le jour avait changé, mais il pressentait qu’il n’y avait pas que cela. Dans la voiture, il questionna Pete l’air de rien. Il apprit que non, Chloé n’avait pas parlé à Clark de leur petite escapade, ni des cadeaux. Il avait failli demander comment Pete savait cela, mais il se ravisa. Il venait de récupérer son amitié, il ne fallait pas mettre cela en danger juste par curiosité. Chloé avait fait un voyage en Europe. Encore un autre changement. Mais ce n’était pas tout.

- Clark l’a trompée pendant qu’elle était absente.

Pete avait à peine prononcé ces mots que Lex faisait une embardée sur la route…

- Pardon ?!
- La route !!!

Encore quelques secondes et c’était l’accident assuré. Mais il s’en moquait, Clark avait osé… Non, non et non ! Autant il voulait Chloé, autant il voulait la protéger et l’empêcher de souffrir !

- Elle le sait ?
- Non. Tu vas le lui dire ?
- Non, ce n’est pas à moi de le faire.
- Et tu comptes faire en sorte que Clark le lui dise.
- Je veux montrer mon amour à Chloé, pas lui gâcher sa fête.
- Lex c’est stupide ! Elle l’apprendra bien à un autre moment !

Oui, elle allait l’apprendre. Et rien qu’à l’idée qu’elle puisse avoir le cœur brisé… Il ne savait pas quoi faire. Lui dire était impensable. Comment dire à une demoiselle que l’homme qu’elle aime lui a été infidèle ? Aucune solution n’était envisageable. Alors, il se promit de tout faire pour que cette journée soit un conte de fée. Un vrai.
Il avait déjà réussi auparavant à lui faire plaisir. Mais là, cette journée devait rester inoubliable. Juste parfaite. Un instant d’éternité.

Ils étaient prêts. La salle était bondée, des dizaines d’étudiants venus fêter la fin d’année. Un immense escalier en marbre venait parfaire le décor. Les organisateurs avaient vu ça en grand. Toute personne qui arrivait pour la soirée descendait seule. Beaucoup le descendait en vitesse, rouge de honte, certains faisaient les fiers. Lex et Pete était restés à proximité l’un de l’autre pendant la première heure à attendre Chloé, mais les regards un peu interrogateurs des étudiants les avaient fait se séparer. Ou plutôt, la remarque d’une étudiante qui avait soupiré « Quel gâchis ! Deux mecs mignons qui sont ensembles ! Si ce n’est pas injuste ! »
Lex qui commençait à se demander s’il n’y avait pas eu un problème s’apprêtait à gravir le grand escalier quand tout à coup.

- Waouw!!

Toute la salle s’était comme pétrifiée un instant. Il ne voyait plus rien. Rien sauf elle. Ses cheveux étaient un peu plus long et quelques mèches venaient élégamment reposer sur ses épaules. La robe dont se souvenait Lex venait d’être reléguée au rang des loques à poussières. Chloé avait une longue robe d’un vert profond. Le bustier était paré de minuscules petites perles. Lex la vit descendre cet escalier, plus rien n’existait. Elle était seule. Pas de Clark à l’horizon. Elle se dirigeait vers lui.

- Lex ! Tu as pu venir finalement ?!

Elle semblait ravie de sa présence.

- Euh, je oui. Où est Clark ?
- Il ne viendra pas. Il a des empêchements.

A voir sa mine triste, Lex comprit qu’il y avait plus que de simples empêchements.

- Chloé, ça va ?
- Il ne me gâchera pas ça. C’est ma soirée ! Lex, que penses-tu de ma robe ?

Elle souriait comme une gamine de 5 ans qui mettait sa plus jolie robe. Et il sembla à Lex qu’elle le regardait avec plus d’insistance que d’habitude. Enfin plus que quand il vivait à cette époque. Ou… Non vraiment ces histoires de remonter le temps devenaient d’un compliqué !

- Tu es splendide. Une véritable princesse.

Il lui fit une révérence et un baisemain alors qu’elle rougissait. Il sentait que leur relation avait eu quelques changements, mais il ne savait pas vraiment dire ce qu’il y avait réellement eu entre eux… Avaient-ils continué à se voir ou du moins à communiquer pendant cette année écoulée ? Ou bien avaient-ils perdu contact comme ce qui s’était passé avec Pete ?

- Tu n’es pas mal non plus.

Elle avait dit ça en mettant sa main contre la joue de Lex qui se demandait vraiment pourquoi elle était encore avec Clark à cet instant. Personne n’aurait pu deviner qu’ils n’étaient pas un couple. La façon dont ils se regardaient était tellement

- Chloé ?
- Oui

Elle avait le sourire aux lèvres. Il savait ce qui lui restait à faire…

- Tu me fais confiance ?
- Oui.

Pas d’hésitation. Pas de crainte. A cet instant, il pouvait vraiment y croire. Elle le suivrait au bout du monde.
Il ne prononça pas un mot. Il remonta l’escalier. La main de Chloé dans la sienne. Elle le suivait. Quand elle aperçut le vélo que tenait Pete, elle éclata de rire. Simplicité était le mot d’ordre mais bon Lex eut quand même un doute, en robe de soirée, ça allait être pour le moins… original.
Ils avaient fait dix mètres, lorsque Chloé éclata de rire alors qu’ils avaient évité un gros chat noir qui passait par là. Heureusement qu’ils n’avaient pas des kilomètres à faire. Le chemin qui faisait à peine quatre cent mètres prit un quart d’heure. Ils arrivèrent essoufflés et pleurant de rire.

- Où va-t-on ?
- Là haut.
- On monte en escaladant ?

Il fut impossible pour Lex de répondre avant quelques minutes tellement il en pleurait de rire.

- Je vais te montrer une chose merveilleuse.

Il la fit entrer dans le bâtiment qu’il avait loué exprès pour l’occasion et s’arrêta devant une porte tel un magicien montrant ses tours.

- Tadaaaaaaa ! Voilà la merveille qui escalade ! Ca s’appelle un ascenseur ! Si tu veux prendre des photos c’est sans problème.

Elle lui tira la langue mais accepta tout de même de monter avec lui.

- Pourquoi ?
- Pourquoi quoi ?
- Pourquoi fais tu cela pour moi ? M’emmener ici.
- Je veux te montrer quelque chose. Ferme les yeux.
- Comment veux tu me montrer quelque chose si tu me dis de fermer les yeux ?
- Adorable idiote.

L’idée de lui déposer un baiser dans le cou l’avait effleuré mais il ne voulait pas la mettre mal à l’aise. Il l’emmena vers la grande baie vitrée en passant sa main contre sa hanche. Le contact avec le tissu de la robe l’électrisa. Il sentait le cœur de Chloé battre à tout rompre. C’est comme ça qu’il imaginait une gamine qui va recevoir ses cadeaux du père Noël. Sauf que lui n’était pas en rouge, et était chauve… Et que le père Noël ne ressentait pas cette forme d’amour pour les enfants. Dieu qu’elle était belle ainsi. Les yeux clos, elle attendait.

- Garde les yeux fermés. Chloé, je…

Par où commencer ? Il réfléchissait à la meilleure manière de commencer. Mais ses pensées furent interrompues par la voix de Chloé.

- Lex ?

Je t’aime ? Je ne veux que toi. Pas par orgueil, ni par simple désir ? Je t’aime aussi simplement que…

- Chloé, cela fait des années qu’on se connaît. Ces derniers temps, nous avons appris à nous connaître mieux. On est devenu plus proche. J’ose même croire que…
- Lex ?

Elle semblait décontenancée.

- Chloé, quoi que l’on puisse te dire ou te faire. Je veux que tu saches que je serai toujours là pour toi.

Il marqua un arrêt. Il voulait que cet instant reste gravé dans sa mémoire à jamais.

- Regarde moi. Tu es… et tu seras toujours la merveilleuse petite blondinette curieuse de tout qui veut atteindre ses rêves. Fait moi confiance et ferme les yeux. Je suis là. Je suis juste à coté de toi.

Lentement, il l’emmena vers la baie vitrée. Il la tenait tout contre lui. Ils étaient à quelques centimètres de la vitre et de là, ils pouvaient voir le Daily Planet. Tout Métropolis. La vue était saisissante.

- Ouvre les yeux.

Il la tenait maintenant dans ses bras. Il se voulait protecteur. Mais aussi, ainsi il pouvait sentir les fragrances de son parfum. Il chuchota au creux de son oreille.

- Un jour, tout cela t’appartiendra. Tu seras la grande journaliste Chloé Sullivan. La référence en journalisme. Les universités se battront pour t’avoir en conférence. Tu auras une armée de jeunes journalistes à tes pieds et leur seul but dans la vie se sera de travailler avec toi.
- Pourquoi n’est-il pas comme toi ?
- Clark ?
- Oui.
- Chloé, que se passe-t-il ?
- Il m’a trompée.

Il savait que cela allait arriver. Il le savait mais il ne trouvait pas les mots qu’il fallait. Comment pouvait-il les trouver.

- C’est un idiot.

Elle releva sa tête pour le regarder et alors que les larmes glissaient le long de ses joues, elle se mit à rire.

- Ce n’est pas vraiment le mot que j’aurais choisi.
- Comment l’as-tu appris ?
- Elle… enfin elles sont venues.
- Qui ?
- Les deux brunettes avec qui…
- Et elles te l’ont dit ?
- Oh non

Son air était désabusé. Elle reprit.

- Elles ont lancé quelques sous-entendu et ça m’a aiguillé vers l’idée que Clark…
- Chloé
- Lex, laisse moi t’en parler. J’ai besoin d’en parler.

Le silence de Lex fut l’assentiment qu’elle attendait.

- Pendant que j’étais à Londres pour mon stage, il est sorti en soirée. Et avec ses amis du club de foot… Ils ont bu. Beaucoup. Elles étaient deux. Aurélie et Alexandra. A croire que le fantasme d’avoir deux filles dans son lit n'était pas mort. Je m’étonne même que ce n’ait pas été des jumelles. Juste pour faire encore plus l’exploit.

- Chloé !

Il la prit dans ses bras. La berçant lentement. Attendant que ses larmes se tarissent. Il était outré par ce qu’il entendait. Comment Clark avait-il pu faire cela à Chloé ?!

- Je sais que tu as mal, je sais que tu voudrais tout faire pour revenir en arrière. Chloé, je voudrais tant pouvoir t’aider.
- Ca va être dur…
- Même si je me met à faire la danse des canards ?

Elle souriait. C’était déjà un bon début.

- Raconte moi encore ma vie future.
- Demain tu vas recevoir une lettre qui va t’annoncer que tu es prise comme nouvelle rédactrice en chef du Daily Planet.
- Mais bien sur !

Même sous son air triste, il la voyait sourire.

- Et puis, tu vas recevoir un énorme bouquet de roses venant de moi avec écrit dessus « Chloé, ma déesse, épouse moi ! »
- Et n’oublie pas la bague ! Avec un gros diamant !
- Non
- Comment ça non ?!
- Avec une émeraude. Parce que ça irait mieux avec tes yeux.
- Même pas un tout petit diamant ?
- Pour ton alliance alors.
- Chic ! Enfin un qui m’aime !

Les larmes n’étaient pas loin, mais cela s’améliorait. Petit à petit, il arrivait à apprivoiser son malaise.

- Je vais te ramener à la soirée princesse.
- Non, je préfère que l’on rentre.
- À vélo ?
- Lex, on est à l’autre bout de la ville !
- Et ?
- On ne survivra pas jusque là !
- On parie ?
- Lex.
- Un cappuccino. Tous les jours pendant une semaine.
- Vendu !

Lex était aux anges. Chloé était sur le porte bagage et riait aux éclats, elle le tenait par la taille. Son rire était contagieux. Des jeunes qui rentraient de soirée les prirent même en photo. Chloé leur hurla l’adresse mail de Lex. Elle voulait absolument les voir. Ils échangèrent leur place quelques minutes, mais Lex décréta qu’il préférait rester en vie et le reste du chemin se fit à pied.


- Vous voilà à destination mademoiselle.
- Merci monsieur. Merci pour tout. Vraiment. Lex, j’ai passé une soirée très agréable.

Devant son air dubitatif, elle reprit.

- Oui, j’ai peut-être un peu beaucoup pleuré mais… ça m’a fait du bien d’en parler avec toi et puis... Lex, vraiment je ne sais pas ce que j’aurais fait sans toi, je… Tu vas me trouver ridicule mais je tiens beaucoup à toi. C’est pour ces moments là, où on est juste à deux, que je m’aperçois que tu es un véritable ami. Mon grand frère qui me protège en quelque sorte. Clark a fait… des choses horribles, il m’a brisé le cœur et toi, tu arrives à te libérer de tes obligations pour venir avec moi.

Son cœur avait eu un raté en entendant « grand frère », ce n’était pas vraiment ce à quoi il voulait arriver. Mais il se rapprochait d’elle, c’était déjà ça. Bon certes, il était un peu vexé de ce « grand frère » mais le regard attendrissant de cette belle demoiselle le faisait fondre.

- Ce n’était pas important !
- Lex ! Tu m’as dit toi même que c’était ta société que tu mettais en jeu avec ces réunions !

Elle souriait vraiment, et s’il lui avait dit ça, ce n’était probablement pas à la légère. Ou alors, c’était pour éviter de croiser le « couple ».

- Je crois qu’au final j’ai bien fait de venir.
- Oui. Merci.

Il l’embrassa sur la joue, à quelques millimètres de ses lèvres.

- Bonne nuit Chloé.

Alors qu’elle s’approchait de son appartement, Lex eut envie de lui poser une question et se retourna. Et ce qu’il vit n’allait pas arranger ses affaires. Clark avec un bouquet d’une centaine de roses rouges.

- Chloé, je…
- Non !
- Écoute !
- Je ne veux plus jamais entendre parler de toi !

Lex se surprit à prier tous les dieux pour qu’elle lui referme la porte au nez et qu’elle ne l’écoute pas.

- Chloé ! C’était une erreur ! J’étais mal ! On s’était disputé et
- C’est pour ça que j’ai couché avec tout Londres ?! Non !
- Ils m’ont fait boire et…
- Clark tu as une langue, tu sais dire non, tu sais refuser !
- Tu ne les connais pas…
- Clark tu penses plus à eux qu’à moi ! Ce ne sont que tes coéquipiers !

Il ne voulait pas qu’elle retombe dans ses bras. Il voulait tant qu’elle soit à lui.

- Je t’aime !

Il était là dans l’ombre de cette rue, et son monde s’écroulait. Clark allait la récupérer. Aussi simplement que dire désolé.

- Clark, je…
- J’attendrai le temps qu’il faudra. Je reviendrai tous les jours. Je t’apporterai des roses. Et je te le dirai sans cesse. Je t’aime Chloé. Je veux vivre avec toi.
- Quoi ?!
- Voici la clé de mon nouvel appartement. Je voudrais que tu viennes habiter avec moi. Je t’aime tellement. C’était une erreur. Monumentale. Je t’attendrai Chloé. Toujours.

Lex n’attendit pas la suite. Il savait qu’il avait perdu une fois de plus. Mais ce n’était pas la fin. Il savait que tout était encore possible. Il suffisait de continuer.

Il sentit le froid du changement d’époque se glisser en lui, mais la douleur de voir Chloé avec Clark surpassait tout. Il ne remarqua presque pas que cette fois- ci Chloé souriait à Clark. Visiblement, ils s’étaient réconciliés. Au-delà de toutes les espérances de Clark, supposa Lex. Elle lui avait pardonné et il avait retrouvé son amour inconditionnel. Même l’arrivée de son « amie » la fée ne l’énerva pas. Il était vidé. Trop d’émotions. Trop.

- Pas de pessimisme tout peut arriver.
- Tiens vous êtes devenue optimiste vous ?
- Il faut bien vous remonter le moral, vous avez une tête d’enterrement. Avouez que c’est mal venu au mariage de l’amour de votre vie avec un autre.

Elle souriait de toutes ses dents, et pour la première fois, Lex se surprit à l’apprécier. Il allait lui répliquer quand il entendit le rire de Chloé. Et c’est là qu’il reconnut la photo. C’était celle que les jeunes avaient prises quand ils rentrait elle et lui à vélo. Vraiment ce diaporama le séduisait de plus en plus. Chloé se retourna un instant pour lui faire un clin d’œil. Elle se souvenait de cette soirée. Et son sourire valait bien toutes les récompenses de la Terre. Et alors que la photo suivante apparaissait à l’écran, Lex remarqua une rouquine à sa droite. Il ne se souvenait pas de l’avoir vue auparavant à la cérémonie. Mais elle lui rappelait quelqu’un ça il en était sûr ! Marlène Chapeau ! La fille du théâtre de Métropolis !

- Je croyais que vous préfériez les blondinettes ?

Et sous l’air malicieux de la fée, il regarda la photo. Encore un autre voyage. Une nouvelle chance de conquérir Chloé.

À suivre

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:25

Pouya
que dire que dire? je t'ai déjà tout dit ma chlonounette!

Avis à tout le monde... Marlène Chapeau est un délire de l'auteur et par ailleurs de moi... donc, vous inquiétez pas..

Je sais plus quoi dire, j'ai vidé mon stock en te corrigeant lol...

Ah oui... Clark trompe Chloé avec deux filles!!!
Et là tout le monde se dit.. ohh noooonnn quelle horreur et là... Pouya sa marre.. parce que... l'Alexandra de la fic n'est autre que moi... oui Pouya qui bave tellement devant le physique de Clark que le temps d'une fic, j'ai été sa maitresse.. et avec une certaine Aurélie... Aurélie?!!! Mais voyons, Aurélie n'est autre que notre très chère Chlo qui fantasme à l'intérieur de sa fic!
Et oui... nous sommes grave.. mais que voulez vous, un corps comme Clark, on a juste envie, de le coincer contre un mur et de... de...

Alors, ce chapitre aura été parsemé de délire, plus ou moins grave pour notre santé mentale.. DJ Antonio, une balade en vélo, et surtout et avant tout, le côté gay attitude de Lex & Pete!
Franchement, il faut vraiment qu'on analyse ces deux là.. j'adore leur amitié comme ça!

Bref, je suis impatiente de savoir comment va finir cette histoire!
C'est qui la suivante?

Bravo Chlo en tout cas...

sixpence
mdrr, tous plein de délires dans ce chapitre qui n'est pas quand même très guai ! entre Chloé qui pleure à cause de Clark, et, hum, son aventure avec deux nanas, pinaise faut pas lire le feed de pouya avant le chap' ptdr !!
et pi Lex qui se prend encore un mur, arghhhh, je désespère de les voir finir ensemble du coup ! ya du boulot !
j'adore la réplique "- Adorable idiote."

pretender
wow, ça fait vraiment 2 supers parties là, très différentes l'une de l'autre mais toutes les 2 aussi géniales!
je les ai lues toutes les 2 d'un trait du coup j'me rappelle même plus de tout ce que je voulais dire tellement y'avait de passages excellents, mais en tout cas bravo les filles, vous avez fait un boulot d'enfer...
et tout à coup je découvre que c'est à moi et ça me fout la pression lol

encore bravo !

Pret

winnie
rha là là quel chapitre intense!! tout en finesse, chloé peut tout aussi bien tomber dans les bras de lex et tout aussi bien tomber dans la relation grand frère! ça c'était bien joué! et franchement je me demandais comment chloé allait pouvoir se marier avec clunk après un chapitre pareil où lex a été très intime avec elle et bam! clunk qui se déclare! lol ah j'vais pas citer tous les passages qui m'ont fait rire, sont trop nombreux, mais le premier passage avec la conférence, on s'attend à ce gag et ça fait qd même rire! ça c bon! lol et lex qui délire et qui pense que si pete était une femme il l'aimerait, priceless! lol On a plus qu'à attendre pret' et sa suite maintenant! ça se corse là!!

pretender
lol ouais, Pret et sa suite vont pas tarder à arriver, vous en faites pas !

elina
Moi je dois dire que j'ai été avant tout séduite par la ballade à vélo et leurs éclats de rire.
Bon il faut dire également que ça commence très fort, à ma réunion...mdr, les affaires comme faire l'amour...C'est bien imaginé!

Je voulais savoir les roses que Clark offre à la fin, il y a encore des épines ? Non, parce que sinon je suggerai à Chloé de les enlever et de toutes les gardées pour les mettre dans son caleçon...Moi méchante??? Noooonnnn!

pretender
Bon, j'ai presque fini mon chapitre, je pense le poster d'ici mardi ou mercredi. En attendant, pour vous mettre l'eau à la bouche, un chti montage que j'ai fait pour que vous ayez une idée du genre de photo que je vais utiliser, et un wall pour la fic! (je le mets 2 fois : un coup en 1024x768 et un coup en 1440x900 pour ceux qui ont un format bizarre comme moi lol)

en espérant que ça marche parce ke g du me débattre avec mon hébergeur lol

sixpence
wouaaaa !!!! magnifique tes walls ! c'est sympa ça de nous montrer la photo, on visualise mieux comme ça !
qu'une chose à dire, vivement ton chapitre !!

Bon courage pour la fin !

;-)

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:27

Et vala, j’y croyais pas, mais je l’ai écrit quasiment d’une traite, ça évite de trop vous faire attendre ! En espérant que ça vous plaira et que ça colle bien à tout l’esprit de la fic ! suis super contente d’avoir bossé sur ce projet commun, c beau l’esprit de groupe ! *essuie une petite larme* Bonne lecture !

Chapitre 6 par Pretender

Métropolis, 2011
Cette photo-là en revanche, il s’en souvenait comme si c’était hier. Simplement parce que c’était le jour où il l’avait vue pour la première fois qu’il avait compris que tout était perdu pour lui, que rien de ce qu’il pourrait dire ou faire ne les séparerait jamais. La revoir fut comme un coup de poignard et il détourna le regard : si tout ce qu’il avait fait depuis le début de cette fichue cérémonie ne devait mener qu’à ça, autant laisser tomber tout de suite. Mais alors qu’il jetait un nouveau coup d’œil complètement masochiste vers le cliché, il remarqua de subtiles modifications. Le cadre était romantique à souhait, un parc de Métropolis en plein début de printemps, le soleil en train de faire son apparition dans le ciel, tous les arbres en fleurs, un petit lac sur lequel nageait doucement un couple de cygnes, et un banc. Ce banc qu’il avait tellement détesté, parce qu’il représentait tout ce que Chloé était capable de surmonter pour donner de nouvelles chances à Clark, encore et encore. Le jeune homme était assis, une main occupée à tenir un livre qui semblait totalement le passionner alors que l’autre caressait tendrement les cheveux de la petite blonde allongée à ses côtés, qui avait posé la tête sur ses jambes. Rien de rassurant donc, sauf qu’il se souvenait très nettement du regard de Chloé lorsque cette photo avait été prise pour la première fois : rieur, il était plongé dans celui de Clark avec un amour débordant. Mais l’image qu’il avait à présent sous les yeux était différente. Chloé semblait dormir, des écouteurs vissés dans les oreilles et ses doigts s’accrochant fermement à un ipod au lieu de s’agiter en l’air comme ils le faisaient toujours lorsque la jeune journaliste racontait quelque chose qui la passionnait.
- Il y a du progrès, non ? demanda l’Esprit comme s’il lisait dans ses pensées.
- Je suppose qu’on peut dire ça, oui. Mais est-ce que c’est gagné pour autant ?
- A toi de me le dire.
Et avant qu’il ait eu le temps de répliquer quoi que ce soit, il se retrouva catapulté dans le passé une fois de plus.

Smallville, 2006
S’il avait bien atterri dans la journée à laquelle il pensait, alors aujourd’hui était un grand jour pour Chloé, et il allait être le premier à la féliciter. Avec un peu de chance, elle n’était même pas encore au courant, il se souvenait parfaitement qu’à l’époque, elle lui avait avoué avoir été totalement prise par surprise. Et quelle surprise ! Il se souvenait aussi que Clark avait été plus que froid à l’annonce de la nouvelle, alors qu’il aurait tellement dû se réjouir pour sa petite amie. Elle lui en avait voulu à mort, et après la petite fête improvisée chez elle, ils étaient partis se balader dans ce fameux parc histoire de savoir où ils en étaient de leur relation. Visiblement, cette fois-ci, Clark ne s’en était pas aussi bien tiré qu’avant les interventions de Lex dans leur histoire, mais elle avait dû finir par lui pardonner tout de même, puisque la photo, quoi que légèrement différente, existait bel et bien.
Il attrapa rapidement son téléphone pour vérifier l’heure et la date. Parfait, c’était le bon jour, et elle n’était probablement même pas réveillée. Il appuya sur la touche d’appel, se ravisa, annula l’action et se leva, histoire de s’assurer qu’il avait raison. Il enfila un pantalon à la hâte et se dirigea vers son bureau. Dessus trônaient les journaux qu’il consultait religieusement tous les jours, à commencer par le Daily Planet. Avec un sourire, il découvrit que la Une était bien celle qu’il pensait : une histoire exclusive, un scandale politico-financier d’envergure nationale révélé par une certaine Chloé Sullivan. C’était dingue à quel point il pouvait être fier d’elle. Il récupéra son téléphone dans sa poche et appuya sur le 1, le numéro préenregistré de Chloé. Même pas 6h du matin, elle allait le haïr. Comme il s’y attendait, ce fut une voix grognon qui lui répondit.
- Quoi ?!
- Félicitations !
- Lex ? Pourquoi ? Et c’est quoi cette manie d’appeler les gens à l’aube ?
- Pas les gens : juste toi, et uniquement pour une telle occasion.
- Quelle occasion ?
Elle semblait à la fois perdue et agacée, il n’y avait bien qu’elle pour rendre une telle combinaison aussi rafraîchissante, et ce malgré le ton agressif de toute évidence dû à un clair manque de sommeil. Cette enquête avait pompé son énergie et accaparé toute son attention jour et nuit pendant plus de deux semaines, il était normal qu’elle soit de mauvaise humeur quand on la réveillait pendant sa première grasse matinée depuis des lustres. Il décida de ne pas la faire attendre plus longtemps et demanda simplement sur une note amusée :
- Tu n’as pas encore ouvert le journal ? Pas fort pour une reporter !
- En fait, je n’ai même pas encore ouvert les yeux. Qu’est-ce qu’il y a de si intéressant dans le journal ?
Il se contenta de couper la communication, sachant qu’elle le rappellerait dès qu’elle aurait eu un exemplaire du Daily Planet sous les yeux, ne serait-ce que pour l’engueuler de lui avoir raccroché au nez. D’ici là, il avait un autre coup de fil à passer. Les premiers mots de son interlocuteur lui arrachèrent un sourire malgré lui.
- Hey, mec, t’es où ?
- A Smallville, mais pas pour longtemps. J’ai une question pour toi : dans l’hypothèse tout à fait imaginée où Chloé ferait la Une du Daily Planet dès aujourd’hui et où Clark ne réagirait pas avec l’enthousiasme nécessaire, qu’est-ce que tu crois qu’il se passerait si, et c’est encore une fois hypothétique, après la soirée qu’elle organiserait pour fêter ça, on les empêchait de se retrouver seuls pour régler leur problème ?
- Euh… t’étais pas très clair là et je viens de rentrer d’une soirée… disons trop arrosée, mais je dirais que ça serait bon pour toi. J’ai bon là ?
- Ouais. En tout cas je l’espère.
- Ok. Super. J’vais donc aller me coucher maintenant, tiens moi au courant quand tu parleras un langage humain. A plus.
- Bonne nuit Pete.
Pile au moment où il raccrochait, son portable sonna et il ne put que sourire en constatant que ses prédictions avaient été justes. C’était lui, ou il souriait beaucoup ce matin ?
- Qu’est-ce que je peux faire pour toi ?
- LEEEEEX ! JE FAIS LA UNE DU PLANEEEEEEEEEEET !
Eww. Il ignorait qu’elle pouvait avoir la voix si haut perchée, le temps qu’il éloigne le combiné de son oreille pour échapper au trop-plein de décibels, il avait déjà un tympan percé.
- Je suis au courant, oui. Je t’ai appelée pour te prévenir, tu te rappelles ?
- Ouais. J’me rappelle aussi que tu m’as réveillée et raccroché au nez, mais j’m’en fiche : JE FAIS LA UNE DU PLANEEEEEEEEEEET !
Cette fois-ci, il avait prévu le coup, histoire de sauver le peu qui lui restait d’audition. Quand l’ouragan fut passé, il répondit sincèrement :
- Je suis content pour toi, tu le mérites. Tu sais que c’est la première fois dans l’histoire du Daily Planet qu’une journaliste aussi jeune a cet honneur ?
Il y eut un silence stupéfait à l’autre bout du fil. La dernière fois, Perry White avait fait une rapide apparition à la fête le soir même et avait informé Chloé de ce fait. Elle n’en revenait tellement pas que son rédacteur en chef lui ait fait la surprise de mettre son article en Une alors qu’elle pensait qu’il ne devait passer que deux jours plus tard en page 4 qu’elle s’en était vantée toute la soirée, mettant de côté sa modestie naturelle pour une occasion qui valait bien le coup.
- T’es sérieux ?
- A ton avis ? C’est surtout exceptionnel parce que tu ne bosses pour eux que depuis quelques semaines.
Officiellement en tout cas. Elle avait été embauchée dès la fin de ses études, en juillet dernier : elle avait largement convaincu pendant le stage qu’elle avait effectué chez eux quelques mois plus tôt et White lui avait gardé une place au chaud, ou en tout cas avait essayé. Mais elle avait décroché son diplôme en pleine période de difficultés économiques pour le journal, engager un nouveau reporter était hors de question à cet instant, elle avait donc été une sorte d’assistante pendant quelques mois, jusqu’à ce qu’une place se libère suite à un départ à la retraite, début mars.
- Rha c’est génial, je suis fière de moi.
Lex laissa s’échapper un petit rire.
- Il y a de quoi.
- Tu sais quoi ? On va fêter ça. T’es libre ce soir ? Je voudrais inviter quelques amis.
Ce n’était pas comme s’il avait attendu cette invitation depuis le moment où il avait compris à quelle époque il allait être envoyé, aussi força-t-il sa voix à rester aussi nonchalante que possible :
- Je vais vérifier ça, je te rappelle dans la journée, d’accord ?
- Pas de problème. Et si c’est bon, 22h chez moi, ça te va ?
- Parfait. A bientôt Chloé.
Il était sur le point de raccrocher quand il l’entendit le rappeler :
- Et Lex ?
- Oui ?
- Essaie de te libérer, d’accord ? Ca me ferait vraiment plaisir que tu sois là.
Une phrase aussi simple et surtout totalement amicale, sans aucune arrière-pensée, n’aurait pas dû avoir tant d’effet sur lui. Pourtant, c’est la gorge nouée par l’émotion qu’il répondit :
- Promis.
- Merci.

*

Métropolis, 2006
Il se souvenait bien du conseil : étaler sa fortune n’était pas la solution pour plaire à Chloé. Aussi avait-il décidé de ne faire qu’un geste minime, sans signification profonde et surtout sans valeur économique exceptionnelle. Mais la petite boule de verre gravée d’une plume qui flottait sur une mer mauve – la couleur préférée de Chloé – parsemée de bulles d’air, était de très bon goût et lui plairait, il en était sûr. Emballée dans une boîte toute simple et accompagnée d’un mot, il savait qu’elle lui ferait plaisir. Lorsqu’il arriva dans le petit appartement, il y avait déjà du monde, mais le principal était que Clark n’était pas encore arrivé. Il se dirigea vers la chambre de la journaliste, traversant la pièce principale où les amis et collègues de Chloé se détendaient avec l’aide de quelques bonnes bouteilles, au son d’une musique salsa envoûtante. Il posa son cadeau sur la table de chevet et ressortit discrètement, à la recherche de la maîtresse de maison, mais il tomba d’abord sur Pete.
- Hey mec, quoi de neuf ?
- En pleine opération conquête. Et toi, remis de ta gueule de bois ?
- Ouais. Je sais pas comment Chloé tient, elle bosse presque tous les week end, si j’avais pas au moins deux jours par semaine pour récupérer, je m’en sortirais jamais.
- Ca se passe bien à la FBS ?
- Ouais, je suppose.
Lex fronça les sourcils. Il ne se rappelait pas que Pete ait eu des problèmes pendant sa période test dans cette société de production de clips musicaux, preuve en était qu’il avait été embauché ensuite, mais peut-être avait-il été trop accaparé par ses sentiments pour Chloé et par son entreprise.
- Tu supposes ?
- Oui, enfin le boulot se passe bien, mais ils sont pas marrants.
Lex poussa un soupir de soulagement accompagné d’un petit rire.
- Tu es au courant que tu y es pour travailler, oui ?
Il n’entendit jamais la réponse de Pete : la reine de la soirée venait de faire son apparition, vêtue très simplement d’un jean et d’un bustier noir dont il se rappelait parfaitement, mais qui lui faisait toujours autant d’effet, et tout le reste sembla s’évanouir, comme si les formes autour de lui se brouillaient et comme si les sons se confondaient en un seul bruit de fond sourd et incompréhensible. Elle semblait chercher quelque chose dans la pièce, presque inquiète alors qu’elle aurait dû rayonner de bonheur. Il ne profita qu’un court moment de cet instant volé : elle l’aperçut bientôt et se dirigea vers lui avec un immense sourire, l’un de ceux qui lui donnaient envie de sourire lui aussi sans aucune raison, et elle se jeta dans ses bras. Il referma aussitôt les siens sur elle, savourant la chaleur de son corps contre le sien et la légère odeur de lilas qui l’entourait. Sa mémoire avait parfois des ratés sur certains détails et même sur quelques événements plus importants, mais ce parfum, il ne l’avait jamais oublié. Elle ne portait plus le même : elle ne l’avait gardé que quelques mois. Elle avait toujours eu l’habitude de changer régulièrement car elle se lassait vite et aimait adapter ses parfums à son humeur du moment, l’un des rares luxes qu’elle s’accordait, et il avait toujours regretté de ne plus jamais sentir celui-ci.
- Lex ! Tu as pu venir !
- Je n’aurais manqué ça pour rien au monde.
- Merci.
- Je t’en prie.
Ils se séparèrent. Lex hésita à aborder la question : il savait que cela la ferait souffrir ou la mettrait hors d’elle et il n’était pas dans ses intentions de lui faire du mal, mais d’un autre côté, insinuer le doute dans son esprit sur le bien-fondé de sa relation avec Clark était bien son but.
- Je n’ai pas vu Clark.
Comme il l’avait prévu, elle se renfrogna.
- Il n’est pas encore arrivé.
Elle marqua une pause, comme si elle hésitait à formuler ses pensées à voix haute. Elle semblait avoir décidé de se taire quand une voix termina à sa place :
- Il n’a pas eu l’air particulièrement content pour elle.
- Pete !
Le reproche était clair dans la voix de la jeune blonde, mais son ami se contenta de hausser les épaules en reprenant une gorgée de bière.
- Quoi ? C’est vrai. Attends, tu l’as vu comme moi : il était genre "ouais cool" mais il était totalement ailleurs.
- Oui. Bon. Bref. Comment ça va toi sinon ?
Pete sembla comprendre qu’insister serait mal vu. Il jeta simplement un regard à Lex pour savoir si son intervention discrète en sa faveur avait été appréciée à sa juste valeur. Remarquant le sourire en coin qui s’était dessiné sur les lèvres du milliardaire, il sembla satisfait et il accepta de changer de sujet.

*

La fête durait depuis plusieurs heures déjà, et les invités ne semblaient pas pressés de partir. Seuls trois ou quatre employés du Planet avaient décidé d’être raisonnables : il fallait bien que quelques uns restent sobres pour faire tourner la boutique le lendemain. Ils s’étaient donc éclipsés sur un dernier compliment à l’intention de la vedette du jour, les plus anciens l’appréciant autant que les petits nouveaux, malgré la jalousie que Lex pouvait sentir dans leurs regards : certains bossaient au journal depuis deux ou trois ans et n’avaient pas encore connu l’honneur qui revenait ce soir à Chloé Sullivan. Restaient quelques amis du lycée et de l’université, un ancien professeur de littérature, une dizaine de personnes en tout.
Clark n’avait toujours pas fait son apparition, mais si les souvenirs de Lex étaient fiables, il n’allait probablement pas tarder. Le milliardaire s’excusa auprès du quinquagénaire avec qui il était en train d’analyser les derniers développements de la politique internationale du président russe et se dirigea vers Lois et Chloé, engagées dans une grande discussion. Il jurerait jusqu’à la mort que ce geste avait été involontaire, mais il ne put s’empêcher de s’approcher discrètement pour capter quelques bribes de leur conversation. Il entendit simplement la brune lâcher un reniflement méprisant et le compléter d’un :
- Je sais même pas pourquoi tu t’acharnes.
Puis sa présence fut repérée, et il ne put qu’espérer qu’elles étaient bien en train de parler de qui il pensait. Lois s’éclipsa lorsqu’il arriva, après un hochement de tête dans sa direction.
- De quoi vous parliez ?
Chloé eut une grimace.
- De tout et de rien.
Il n’insista pas, il la sentait agacée et il savait qu’il valait mieux ne pas la pousser quand elle était dans cet état.
- Qu’est-ce que tu dirais d’aller faire un tour ?
Surprise, elle haussa les sourcils.
- Maintenant ?
- Maintenant.
- Il est presque 5 heures du matin.
- Je sais.
Elle se mordilla la lèvre inférieure et il dut lutter pour ne pas laisser son regard se fixer sur ce simple geste. Puis elle sembla prendre une décision, posa son verre de rosé au-dessus de la bibliothèque, attrapa une de ses vestes qui traînait, chercha sa cousine des yeux qui, la voyant vêtement chaud à la main, hocha simplement la tête, comprenant le message : elle s’occuperait des derniers invités. Chloé la remercia d’un sourire et suivit Lex à l’extérieur. Une fois en bas de l’immeuble, il l’entraîna vers un café ouvert 24 heures sur 24 et lui offrit un latté caramel.
- Alors, comment ça va ?
- Je me remettrai.
- Qu’est-ce qui va se passer maintenant ?
- Comment ça ?
- Tu sais. Pour toi et Clark.
Elle haussa les épaules.
- Je ne sais pas.
Il sentit son cœur accélérer brusquement dans sa poitrine alors qu’il se rendait compte que là se situait sa première vraie chance depuis le début de cette histoire, de leur histoire : une brèche était ouverte, comme une fenêtre par laquelle il pourrait se glisser pour entrer dans son cœur comme il le souhaitait tant, mais il savait que cela risquait de ne pas durer. Les moments de ce genre, quand vous savez que vous devez risquer le tout pour le tout et prier, sont toujours particulièrement éphémères, comme si, non contents d’éprouver votre courage ou votre motivation, ils se permettaient en plus de tester votre rapidité à réagir face à une situation que vous attendez depuis des siècles sans jamais penser réellement la vivre.
- C’est l’homme de ma vie, tu le sais.
Ok. Trop tard. D’autant qu’elle avait prononcé cette phrase comme on se confie à un ami dont on attend des conseils, pas comme une remarque lancée à un homme que l’on considère comme un amant potentiel pour qui on voudrait adoucir le coup du refus. Il déglutit difficilement et porta sa tasse à ses lèvres pour retarder le moment de répondre et s’accorder quelques secondes pour digérer la nouvelle, même si elle n’était pas réellement nouvelle.
- Je sais, confirma-t-il malgré lui.
- Alors je suppose que je peux lui pardonner.
- Et tu ne crois pas que tu lui as déjà beaucoup trop pardonné ?
Merde. C’était sorti tout seul, alors qu’il aurait voulu éviter de poser une question aussi blessante, quoiqu’empreinte d’une profonde vérité qu’elle ne pourrait pas ignorer éternellement. Mais il la retenait depuis trop longtemps, et avec ces bonds dans le passé, trop longtemps avait même été multiplié par deux. N’était-il pas temps que quelqu’un lui reproche enfin, face à face, la confiance qu’elle accordait trop librement à un homme qui avait prouvé à maintes reprises qu’il n’en était pas digne ? N’était-il pas temps que quelqu’un lui fasse ouvrir les yeux sur la façon dont elle se comportait avec lui, pardonnant n’importe quoi à n’importe quel prix ? A son regard blessé, il poussa un soupir et prit sa main dans les siennes.
- Je ne veux pas que tu souffres Chloé, prononça-t-il simplement, sachant qu’elle interpréterait cette marque de surprotection comme un simple signe d’amitié… malheureusement.
- Je sais.
- Pourtant il semblerait que tu souffres lorsque tu es avec lui.
- Rien de ce qui vaut le coup n’est facile, c’est toi qui m’as appris ça.
Et il le savait aujourd’hui plus que jamais. Car ses paroles ne laissaient aucun doute : une fois de plus, elle allait pardonner et avancer, oublier cet épisode, l’effacer de sa mémoire comme tous les autres, et laisser le garçon de ferme reprendre sa place dans sa vie, celle qu’il aurait voulu occuper. Il ne put qu’acquiescer :
- C’est vrai.
Ils restèrent silencieux un long moment, situation hautement inhabituelle pour eux. Puis Chloé enchaîna sur un ton plus gai dans lequel on décelait une note d’enthousiasme forcé :
- N’empêche, j’ai assuré sur ce coup, hein ?
Un petit rire lui échappa, il acquiesça et entreprit de la questionner sur la façon dont elle avait obtenu les informations diffusées par le Planet.

*

Lorsqu’ils regagnèrent l’appartement de Chloé, il faisait presque jour, et Lex ne put s’empêcher de se féliciter intérieurement : il n’avait pas autant avancé qu’il l’avait espéré, mais il avait au moins évité que cette photo ne soit prise, et si cela pouvait paraître dérisoire étant donné que son amie avait décidé de laisser une nouvelle chance à Clark, c’était tout de même une amélioration, au moins symbolique. Chloé ouvrit la porte, pas le moins du monde étonnée de ne pas la trouver verrouillée : la distraction de Lois était de notoriété publique, elle avait dû oublier de fermer lorsque les invités étaient partis.
- Chloé !
Sur ce coup en revanche, la petite blonde ne put dissimuler sa surprise.
- Clark ?
Le grand brun commença à s’approcher d’elle mais s’arrêta net en s’apercevant qu’elle n’était pas seule. Sans leur laisser le temps de se saluer, elle demanda :
- Qu’est-ce que tu fais là ? Tu es à peine en retard, ajouta-t-elle avec amertume.
- Écoute, je suis désolé, j’ai eu un empêchement.
- Ouais. J’ai déjà entendu ça.
Dépité, Lex fit mine de quitter l’appartement à cet instant, mais Chloé l’aperçut du coin de l’œil.
- Qu’est-ce que tu fais ?
- Je… je pensais vous laisser seuls.
- Hors de question, tu restes ici.
- Je ne veux pas déranger.
- Tu as trop bu pour conduire.
- Je peux prendre un taxi.
- C’est bon, ne sois pas ridicule, j’ai une chambre d’amis.
- Bon. Si tu insistes.
- J’insiste. Bonne nuit Lex.
- Bonne nuit Chloé.
Il hésita un instant puis, sans doute aidé par l’alcool, il se pencha pour effleurer doucement sa joue de ses lèvres, fermant les yeux et s’attardant peut-être un peu trop longtemps. Il s’éloigna sans la regarder, se dirigeant vers la chambre qui lui avait été attribuée pour la nuit. S’il avait pris la peine de se retourner, il l’aurait vue porter les doigts à l’endroit où il avait déposé son baiser, le regard plein de confusion mais un minuscule sourire flottant au coin de ses lèvres. Sourire qui s’évanouit dès qu’elle entendit un bruit derrière elle et se rappela que Clark attendait pour qu’ils s’expliquent. Elle poussa un soupir las en lui faisant face.
- Qu’est-ce que c’était que ça ?
Stupéfaite par l’accusation qu’elle perçut dans sa voix, elle mit quelques secondes à répondre :
- Tu crois être en mesure de me faire une scène ?
Il se reprit rapidement, retenant la vague de jalousie qui l’avait saisi devant l’intimité partagée de ses deux amis. Elle avait raison : il n’était pas en position de lui reprocher quoi que ce soit. Quand elle comprit qu’il garderait le silence et ne s’expliquerait pas davantage sur son absence à l’une des soirées les plus importantes de sa vie, elle secoua la tête avec un mélange d’agacement et de désespoir, se demandant pour la première fois ce qu’elle allait encore devoir supporter pour que ce couple fonctionne.
- Clark, je suis fatiguée, on parlera demain, d’accord ?
Il eut une grimace, comprenant visiblement que cela serait moins facile que d’ordinaire. Il la suivit alors qu’elle s’engouffrait dans sa chambre. Ils étaient si absorbés que ni l’un ni l’autre ils ne remarquèrent la silhouette de Lex qui se glissait dans l’appartement pour se dissimuler derrière la porte et continuer à suivre leur conversation. Il s’était débattu quelques secondes avec sa conscience après avoir fermé la porte de sa chambre, puis avait décidé que connaître son ennemi était le meilleur moyen d’avoir une chance de le vaincre et avait laissé au placard ses doutes d’ordre moral. Il jeta un coup d’œil rapide à l’intérieur en entendant Clark demander :
- Est-ce que… est-ce que je peux rester ici ?
Elle lui tournait le dos, fouillant dans son armoire à la recherche d’un débardeur et d’un short. Elle s’interrompit en entendant sa question, luttant contre son envie de craquer devant la note de supplication et de doute qui avait fait son apparition dans la voix d’ordinaire assurée et joyeuse.
- Je ne suis pas sûre que ça soit une bonne idée.
- Tu m’en veux ?
Au petit rire amer, il enchaîna :
- Désolé, question stupide.
- Ouais.
Une pause, puis :
- Écoute, Clark, tu me connais : ça ne durera pas. Mais j’aurais vraiment voulu que tu sois là aujourd’hui, que tu me montres que ce premier succès dans le journalisme signifie aussi quelque chose pour toi, que tu partages ce moment avec moi.
Elle se tut, attendant une réponse qui ne vint pas. Elle lâcha un nouveau soupir et attrapa ses affaires dans l’armoire avant de se diriger vers la salle de bains. Clark lui barra le passage et encadra son visage de ses mains, la forçant à le regarder dans les yeux.
- Je suis désolé. Tu n’as pas idée à quel point.
- Tu l’es toujours, reprocha-t-elle.
- Sincèrement.
Elle renifla, les larmes qu’elle avait retenues toute la soirée menaçant sérieusement de couler à cet instant précis, devant ce regard d’un bleu si clair qu’elle pouvait se perdre dedans. Elle s’y était d’ailleurs déjà perdue, désespérément et sans retour possible, apparemment. Elle tenta de répondre, mais elle avait la gorge serrée et de toute façon ne trouvait pas les mots. Clark plaça une main hésitante sur son épaule, et elle se laissa aller contre lui, posant sa tête contre son épaule, s’abandonnant à la sensation familière du torse musclé et des bras rassurants, se rappelant soudain pourquoi il signifiait tant pour elle malgré tout ce qu’il lui faisait subir. Il y avait longtemps qu’elle avait décidé de l’accepter tout entier, secrets et explications illogiques compris, mais c’était si dur parfois qu’elle avait besoin d’un instant comme celui-là pour retrouver le sens profond des sentiments qu’elle éprouvait pour lui. Elle s’écarta après un moment qui parut durer des heures à Lex et plongea son regard dans celui de Clark. Ils échangèrent un baiser très léger, puis elle se dégagea de son étreinte avec un sourire à peine forcé.
- Je vais prendre une douche. Et oui, tu peux rester ici.
Clark sourit à son tour et se dirigea vers le lit.
- Qu’est-ce que c’est ?
Lex retint un juron derrière la porte. Il l’avait oublié, et il n’avait pas vraiment prévu que Clark serait là quand elle trouverait son cadeau.
- Quoi ?
Clark lui tendit la boîte et Chloé la saisit d’un air intrigué. Elle l’ouvrit et en sortit une petite merveille de verre transparent agrémentée de mauve – sa couleur préférée – et gravée d’une plume. Avec un sourire assorti d’un froncement de sourcils, commençant à se douter de la provenance de cette boîte, elle ouvrit l’enveloppe qui accompagnait la petite boule artistique et sourit aux quelques mots griffonnées de cette écriture élégante reconnaissable entre toutes. « Pour le bureau de la meilleure journaliste du pays. Tu pourras le mettre à côté de ton Pulitzer. »
- Alors, qu’est-ce que c’est ?
Tirée brusquement d’un instant de pure reconnaissance devant la confiance que lui témoignait le milliardaire, elle secoua la tête.
- Un cadeau de Lois.
- Sympa de sa part.
- Ouais.
Lex la vit poser délicatement l’objet à côté de sa lampe de chevet avant de se diriger pour de bon vers la salle de bains mitoyenne à la chambre, son petit mot à la main. Avec un sourire, il alla s’asseoir sur le canapé, sachant qu’il serait incapable de trouver le sommeil pour le moment. Il entendit Chloé sortir de sa douche moins d’un quart d’heure plus tard et s’installer dans le lit, probablement à côté de Clark. Incapable de retenir sa curiosité devant le silence total qui se forma alors dans l’appartement, il s’approcha sans un bruit et jeta un coup d’œil. Chloé était allongée sur le côté et Clark, derrière elle, avait posé un bras autour de sa taille, sa main placée un peu trop bas à son goût. La jeune journaliste semblait avoir le regard dans le vide, mais il s’aperçut qu’elle observait la boule de verre avec un minuscule sourire. Il l’entendit soudain demander, comme une pensée venant de nulle part :
- Clark, quelle est ma couleur préférée ?
La voix déjà à moitié endormie du grand brun s’éleva dans la chambre baignée d’une lumière que les volets ne parvenaient pas à éloigner totalement :
- Le rouge, pourquoi ?
- Pour rien.
Lex s’éclipsa discrètement, partagé entre une profonde mélancolie devant ce que devait endurer Chloé et une certaine satisfaction devant le doute qu’il avait, apparemment, réussi à semer dans son esprit.

Métropolis, 2011
Il se retrouva soudain dans la salle de mariage, pas aussi surpris qu’il l’avait été par le passé : il s’était attendu à être renvoyé dans le présent – ou était-ce le futur ? – dès que Chloé se serait endormie, parce qu’alors il n’aurait plus rien à apprendre de cette journée, ou à y transformer. Il estimait avoir fait du bon boulot. Sur l’écran, la photo qu’il avait tellement détestée avait été remplacée par une autre, plus banale et beaucoup moins significative parce qu’elle était posée, il ne s’agissait plus d’un cliché pris par surprise par un photographe venu immortaliser le parc et ayant flashé sur ces amoureux attirants : c’était une visite du même parc par ce même couple, qui avait dû demander à un passant ou un ami de les prendre pendant qu’ils posaient devant le lac, et les sourires semblaient forcés. L’amour était indéniable, le bras passé autour de la taille était possessif, le regard de Chloé toujours tendre, mais le cliché était beaucoup moins intime.
Lex chercha les jeunes mariés du regard, les aperçut en grande conversation avec Lana, échangeant des coups d’œil qui signifiaient clairement leur impatience de se retrouver seuls pour leur lune de miel. Bon, visiblement, ce n’était pas encore tout à fait mission accomplie, mais il avait réellement l’impression d’avoir fait un grand pas en avant. C’est avec un sentiment de détermination, plus motivé que jamais, qu’il se tourna vers l’écran pour découvrir la nouvelle image qui s’affichait…

A suivre…

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:28

LaLa
bon ok j'ai lu le début mais j'ai loupé pleins de chapitres, vais m'y mettre rhaaa! lol

sixpence
Chuper ce chap' !!
c'est bien vu à chaque fois que Chloé et Clark s'engueulent plus ou moins parce que la crise semble plus violente alors que le Chlex se créer petit à petit. on sent vraiment que Chloé réalise que Lex la connait beaucoup plus que Clark et qu'il est aussi toujours là pour elle quand le besoin et l'envi s'en font sentir.
pi c'est frustrant d'un autre côté parce qu'on attend le chlex, on se demande s'il va vraiment arriver, si Lex va réussir dans sa mission finalement. il se donne du mal quand même ça pourrait porter ses fruits je pense !! il le mérite !

chlo
Passionnant!

Vraiment là du grand art! j'ai été scotchée mais juste parce que si je commence je n'aurais jamais fini de commenter chaque point je ne relèverai que celui ci:

Citation :
La jeune journaliste semblait avoir le regard dans le vide, mais il s’aperçut qu’elle observait la boule de verre avec un minuscule sourire. Il l’entendit soudain demander, comme une pensée venant de nulle part :
- Clark, quelle est ma couleur préférée ?
La voix déjà à moitié endormie du grand brun s’éleva dans la chambre baignée d’une lumière que les volets ne parvenaient pas à éloigner totalement :
- Le rouge, pourquoi ?
- Pour rien.
Chapeau, vraiment
C'ets les quelques lignes qui m'ont le plus marquées. Vraiment

winnie
bon bon tu sais déjà tout le bien que j'en pense mais RHAAAAA TROP CONTENTE QUE TU L'AIS FAIT!! lol! pareil que toi chlo, ce passage m'a aussi frappée! j'espère toujours que tu nous réécriras des ptites fics hein (oui g encore de l'espoir... et des moyens de pression! lol)


A kfn! c'est vrai que Chlo et Pret' ont été super rapides mais g l'impression que tu vas l'être aussi d'après ton message lol j'attends de lire la suite!!

elina
J'ai été touché par ton chapitre pret'. JE me trouvais parfois à sourire en même temps que Lex. Comme quoi les mots ont sur moi un pouvoir auquel je ne peux vraiment échapper.

Lex est passé au stade superieur. Il agit d'un coup mais sans que ça paraisse trop suspicieux pour Chloé. Il le fait avec intelligence, c'est pour ça qu'il mérite Chloé et pas l'autre qui dans cechapitre-ci m'a pour le coup vraiment énervé. Quoique Chloé aussi, même quand Clark la prend dans ses bras, comprend pourquoi elle est si attachée à lui...Et bien moi je dois avouer que j'ai beau chercher je ne comprends pas !

Bravo aussi pour ton Pete. Finalement c'est le fil rouge de la fic. On le retrouve à chaque épisode, c'est l'ami parfait.

Allé Kfn, à toi de jouer !

alexiel
Bon alors comme ça poste à toute vitesse, j'ai un énorme retard dans les feeds. Et puis comme j'ai une mega-flemme, je dirais juste :
Bravo les filles !!!!
(par contre faudra pas vous attendre à ce que je sois aussi rapide lol)

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:30

here I am ! avec un peu de retard je suis désolée mais ça fait longtemps que j'avais pas chlexé, et puis la photo ne m'est pas venue tout de suite, et puis mon stage me prend du temps et bla et bla et bla...
bref, j'espère que ça va vous plaire, c'est moins... enfin c'est plus... oh et puis vous verrez bien !!!!
enjoy !

Chapitre 7 par Kfn

Smallville, 2011
Lorsque la photo suivante apparue, Lex serra les dents à s’en défaire la mâchoire. Elle était récente, deux ans tout au plus. Il se souvenait parfaitement de ce week-end, même s’il n’y était pas. Ça avait été la toute première fois qu’il avait regretté à ce point d’être resté spectateur de sa peine. Cette photo et ce qu’elle représentait avaient été la cause de la démission de trois secrétaires, du rachat de quatre entreprises, de la faillite de l’un de ses plus sérieux concurrents et d’une partie de billard des plus électriques avec son père. Cette photo l’avait vraiment mis hors de lui. Chloé était assise sur une barrière, emmitouflée dans son manteau d’hiver, Clark à ses côtés, l’entourant de ses bras. Elle avait les deux mains posées sur ses propres cuisses, ne faisant aucun effort pour toucher le jeune homme. Mais elle ne le repoussait pas non plus, profitant tout de même de son étreinte. Lex ne détachait pas ses yeux de la photo. Il avait été excellemment mauvais sur ce coup là. Soudain, il sentit un poids sur ses genoux ; l’esprit était de retour. Elle cligna des yeux.
« Alors, est-ce que…
-OUI ! rugit Lex »
Et la lumière, blanche, aveuglante.

New York City, 2009
Il avait mal au dos, et sa tête reposait sur quelque chose de dur et de froid.
« Merde ! »
Il était coincé entre la cuvette des toilettes et la porte, tête en bas. Il roula sur le côté et tout son corps se cogna contre la porte, avec un « bam » retentissant. Enfin, il parvint à se relever et à sortir. Un homme roux le fixa, interdit.
« monsieur Luthor bafouilla-t-il, c’est vous qui…
-Marvin ? »
L’autre le regarda, totalement affolé. Ce n’était pas Marvin, ni Gavin, c’était…
« Justin !
-Oui, je…
-Nous sommes vendredi alors ?
-Euh, oui, et…
-Parfait ! » dit Lex tout guilleret. Il en aurait chanté. Il asséna au roux une petite tape qui le projeta presque dans le lavabo. « Parfait ! »

Il sortit des toilettes et se jeta littéralement dans l’ascenseur. Il savait exactement ce qu’il avait à faire. Arrivé en bas de l’immeuble, il s’arrêta ; ce n’était pas si simple. Pete n’était pas là, il était à New-York, et même si Chloé y était aussi, c’était comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Il fronça les sourcils. Un élément lui manquait. Comment est-ce que ça s’était passé déjà, l’autre fois ? Son portable sonna.
« Mais oui ! » hurla-t-il.
Une vieille dame le regarda outrée et son chihuahua grogna. Il s’en moquait. C’était Chloé au bout du fil et cette fois il allait répondre. Il n’allait pas laisser son répondeur prendre un message parce que cette fois-ci il n’était pas en réunion. Il jura. Une vente extraordinaire se jouait sans lui, trente étages plus haut. Il décrocha.
« Chloé ?
-Lex ? Je… » Elle renifla,, surprise. « tu n’étais pas censé être en réunion ?
-Si, c’est fini. Ça va ?
-Je suis à l’aéroport, je.. hum. » Elle se racla la gorge. Visiblement, elle ne s’attendait pas à ce qu’il décroche. « Je vais rentrer à Smallville.
-Déjà ? Mais tu n’as pas une autre conférence avec Perry à l’université demain ? Et notre dîner ?
-Je sais, je… Lex, je ne peux pas rester à New-York.
-Chloé, que se passe-t-il ?
-Je..
-Chloé… »
Elle inspira un grand coup.
« Je crois que j’ai vu ma mère.
-Sors de l’aéroport. Je suis là dans vingt minutes.
-Lex, ce n’est pas …
-J’arrive. »
Il raccrocha aussi sec. Il mit exactement quatre minutes à trouver sa porte de location dans le parking et douze pour se rendre à l’aéroport. Elle ne lui avait jamais dit qu’elle avait écourté son séjour à cause de sa mère. Bon sang, l’avait-il négligé à ce point ? Il la repéra rapidement, toute frêle dans son long manteau beige. Il se gara et sortit du véhicule.
« Hey…
-Bonjour Lex. »
Elle était clairement sous le choc. Il déposa un baiser sur sa joue et eut droit à un petit sourire surpris.
« Allez, viens… »
Il prit son sac et ils se dirigèrent vers la voiture. Quelques minutes plus tard, ils se firent happer par la dense circulation new-yorkaise.
« C’est pas vrai grommela-t-il. »
Chloé le regarda amusée.
« Tu mériterais combien de contraventions pour la manière dont tu as conduit en venant ici ?
-Oh, je ne sais pas…
-A trois près, je ne vais pas t’embêter…
-Disons six.
-Pas mal ! »
Ils échangèrent un sourire.
Il préféra passer sous silence le flot de menaces qu’il avait proféré à l’encontre du gardien du parking pour qu’il retrouve sa voiture. Cela faisait deux ans, il n’allait pas non plus se souvenir de l’endroit où il s’était garé , non ?
Le trajet jusqu’à son hôtel se déroula dans le plus grand silence. Lex faisait semblant de se concentrer sur sa conduite et Chloé faisait semblant de s’intéresser au paysage.

Arrivée dans sa chambre, Chloé ôta son lourd manteau et sans plus de cérémonie se laissa tomber sur le sofa. Lex décrocha le téléphone et appela la réception.
« Alors, trois grands cafés, un à la noisette, un au caramel, l’autre à la vanille, une demi douzaine de vos cônes à la confitures de fraise et quatre parts de brownies. »
Il raccrocha.
« Lex. Merci. »
Il s’assit près d’elle.
« Ce n’est rien.
-Si. Merci. »
Le sourire qu’elle lui offrit valait toutes les stock options du monde. Elle sortit son téléphone portable et sembla déçue.
« Quelque chose ne va pas ?
-Non, ça va. Je… Clark ne m’a pas rappelée expliqua-t-elle.
-Tu lui as laissé un message ?
-Oui Il y a près d’une heure Je lui ai dit pour ma mère. Il doit être occupé.
-Chloé. Arrête de lui trouver des excuses. »
Elle le regarda, interdite. Il décida d’aller au fond de sa pensée.
« Écoute Chloé, je suis désolé de te dire ça mais tu le protèges tout le temps, tu lui trouves mille excuses. Peut-être que là, maintenant, il a une bonne raison de ne pas t’appeler mais tu sais comme moi que parfois ou peut être même souvent il exagère. »
Elle se leva et lui tourna le dos. On frappa à la porte. Lex alla ouvrir et un garçon d ‘étage entra avec leur commande. Le milliardaire le congédia avec un généreux pourboire.

Chloé était devant la fenêtre, son téléphone portable dans la main. Il saisit un café et lui apporta.
« Tiens dit-il gentiment en lui tendant.
-Merci. »
Elle le porta à sa bouche.
« Vanille ?
-Bien sûr.
-Bien sûr ? Pourquoi pas celui à la noisette ? Ou au caramel ?
-Parce que tu es très triste. Parce que c’est sucré et que même si tu ne l’avoues que très rarement, tu aimes bien boire sucré de temps en temps, ça te rassure.
-Et pourquoi pas noisette ou caramel ? insista la journaliste.
-Parce que la vanille c’est plus doux. Comme un gros câlin. Comme le câlin que tu voudrais que Clark te donne maintenant. » Il eut un sourire triste. « Ensuite, quant ça ira un peu mieux, je te donnerais le café caramel, parce qu’il est un peu plus robuste. Et puis noisette, pour te mettre de bonne humeur.
-Tu as raison, Clark n’est pas là.
–Je suis désolé.
-Pour ce que tu as dit à son sujet ?
-Non. Parce qu’il n’est pas là alors que tu as besoin de lui. »
Les mots lui brûlaient la gorge mais il était lucide.
« Mais toi tu es là. Et tu as raison pour le café. Pour les cafés à vrai dire. Tu es là et c’est suffisant. »
Elle lui prit la main et la serra doucement. Elle posa son café. A cet instant, il aurait voulu figer le temps et se noyer dans ses yeux jusqu’à la fin des temps « jusqu’à ce que la mort nous sépare » songea-t-il désabusé. La voix de la jeune fille interrompit sa rêverie.
« Lex ?
-Oui ?
-Serre moi. »
Un peu étonné, il s’approcha d’elle et la prit doucement dans ses bras. S’ils se souvenaient bien, ils ne faisaient plus ça depuis longtemps. L’étreinte était douce amicale, bien que pleine de distance et de retenue. Il l’entendit soupirer et, un peu hésitant, la serra plus fort. Elle fourra son nez dans son cou et s’accrocha à lui. Il remarqua que leurs corps s’imbriquaient parfaitement et ne put s’empêcher de déposer un baiser dans ses cheveux blonds. Elle se détendit complètement et Lex crut toucher le paradis. Il ferma les yeux. Britney Spears lui hurla d’en donner plus et il fit un bond digne des plus grands batraciens. Chloé eut une petite moue gênée.
« Désolée, c’est lui qui a choisi la sonnerie. »
Elle décrocha.
« Clark ? »

Elle s’éloigna. Lex se laissa tomber sur le sofa, la tête dans les mains. Il se sentait anéanti. Il allait lui parler quelques minutes, puis elle changerait d’avis et rentrerait à Smallville. Il sentit une main se poser sur son épaule.
« J’ai dit à Clark que je prendrais le prochain vol pour Métropolis… demain matin. Ça ne te dérange pas ? »
Elle le regarda les yeux pleins d’espoir. Il en aurait hurlé de joie. Est-ce qu’elle se rendait compte qu’il valait tout autant que Clark, voire plus ?
« Non bien sûr. Je suis ravi que tu restes. Vraiment ravi. »
Elle eut un sourire heureux et se rassit à ses côtés.
« Lex si ta mère réapparaissait, là, maintenant , tout de suite, qu’est-ce que tu ferais ?
-Chloé, c’est tellement différent…
-Je sais, je sais mais… » Elle fixa ses mains d’un air songeur. « Elles sont toutes les deux parties quand on était petits et… C’est une étrangère maintenant.. J’ai réussi à, à… » Elle chercha ses mots plusieurs secondes. « A passer sur le fait qu’elle nous ait abandonnés, mais c’est une étrangère…
-Est-ce que ça vaut la peine de se poser ces questions maintenant ? Je veux dire, tu n’es pas certaine que c’est elle, n’est-ce pas ?
-Tu as le doit de ne pas avoir envie de répondre, je comprendrais..
-Ce n’est pas ça…
-Vraiment, je comprendrais… »
Elle sembla perdue et à cette vue son cœur se serra.
« Je donnerais n’importe quoi pour revoir ma mère Chloé. Tout ce que je possède aujourd’hui, tout ce que je suis… » Il eut un sourire triste. « Je vendrais mon âme au diable pour la revoir. » Il sentit une main douce se poser sur la sienne. « même si c’est pour ne plus jamais la revoir après, même si vous vous insultez, vas-y Chloé. Parce que c’est une page qu’il faudra que tu tournes. » Il la regarda droit dans les yeux. « Ou c’est une page que tu auras peut-être la chance d’écrire…
-Est-ce que tu viendrais avec moi ?
-Tu es sûre de ne pas avoir envie d’être seule ?
-Je suis sûre d’avoir envie d’y aller avec toi. »
Il ne s’était jamais senti aussi triste, ni aussi heureux. Il se sentait plus proche d’elle qu’il ne l’avait jamais été. Peut-être son meilleur ami en fait.
« Elle travaille dans un restaurant, pas très loin d’ici. Elle n’a peut-être pas encore fini son service… entendit-il dire Chloé.
-Et si ce n’était pas elle ?
-C’est elle. On a les mêmes yeux, et elle a ce grain de beauté au milieu du front…
-Tu étais vraiment tout près s’amusa Lex.
-A la toucher. Elle ne m’a pas vu… »
Il redevint sérieux.
« Allons-y Chloé. »

*********************************************************

Un gros quart d’heure plus tard, ils se trouvaient au pied du « Cottage Pie », un restaurant qui lui parut cosy et agréable. Il allait pousser la porte quand Chloé le retint par le bras.
« Lex attends. »
Elle ne lui lâcha pas le bras et continua.
« Je voulais te dire que… Peu importe ce qui va se passer là-dedans. » Elle montra le restaurant de la tête. « Merci. Merci beaucoup. C’ets très important pour moi, vraiment. Clark voulait que je rentre à Smallville tu sais. Il m’a sorti une excuse… bidon. »
Ils se permirent d’échanger un sourire.
« Tu as raison, j’ai beaucoup de chance de pouvoir faire ça. Et j’ai beaucoup de chance que tu sois là. »
Elle le prit une nouvelle fois dans ses bras. « Merci » Chuchota-t-elle à son oreille.
Niravana, Paradis, Septième ciel… Chloé Sullivan.
Elle s’écarta et entra, tenant Lex par le bras. Elle s’approcha d’une femme blonde et le milliardaire n’eut plus aucun doute quant à leur filiation. Elle portait plusieurs assiettes et leur offrit un chaleureux sourire.
« Bonjour monsieur dame. Une table pour deux pour le dîner ?
-Maman ? C’est moi. C’est Chloé. »
Les assiettes firent un bruit mat en touchant le sol.

Quelques minutes plus tard, ils étaient tous les trois attablés devant une tasse de café fumante.
« Vous… Tu es mariée ? demanda Chloé en montrant son alliance, interrompant un silence religieux.
-Oui… ça fait quatre ans maintenant. Il s’appelle Jack, il est responsable d’un magasin d’électroménager près d’ici.
-Oh.. Et… Vous, hum, vous avez des enfants ? »
Sa mère eut un petit sourire triste.
« Non. Je ne voulais pas, et maintenant c’est trop tard. Je ne veux pas prendre le risque de faire souffrir un enfant encore une fois. »
Chloé éclata en sanglots.
« Je suis désolée tu sais. Je suis désolée bredouilla sa mère les yeux humides. Au début, j’étais heureuse, j’étais libre et puis vous avez commencé à me manquer ton père et toi. Mais j’avais honte, j’avais peur. Je ne voulais pas que tu me rejettes. C’est stupide, parce que c’est ce que j’ai fait… Alors je n’osais pas venir te voir. Et puis le temps a passé, j’ai rencontré jack… Je me disais que ton père avait du se remarier,, que tu étais plus heureuse sans moi… Tu es beaucoup plus courageuse que moi articula-t-elle entre deux sanglots. »
Chloé lui tomba dans les bras. Sa mère la serra tout contre elle, lui caressant les cheveux.
« Ma fille, ma petite fille… Pardon.. » chuchota-t-elle en larmes.
Lex ne s’était jamais senti d’humeur sentimentale mais il sentit les larmes lui piquer les yeux. Les deux femmes s’éclatèrent et se regardèrent en riant.
« Tu as fait couler mon mascara se plaignit Chloé en souriant.
-Et moi avec la tête que j’ai je vais faire fuir les clients…
-Chloé, je vais passer quelques coups de fil.
-Lex, ne…
-Ne t’en fais pas, je reviens. Vous avez besoin d’un peu de temps toutes les deux » chuchota-t-il à son oreille en lui déposant un baiser sur la joue.

Il sortit et une fois sur le trottoir il laissa finalement un sourire béat s’afficher sur son visage. Ils se faisaient des câlins, des bisous, bien qu’amicaux, et elle avait presque critiqué Clark. Le cœur léger, il ralluma son téléphone, prêt à se faire incendier par son conseil d’administration.

Lorsqu’il revint une vingtaine de minutes plus tard, elles n’avaient pas bougé.
« Hey, Lex ! Si on dînait tous les trois ?
-J’en serais ravi » répondit-il avec un sourire sincère.

Il était près de minuit lorsqu’il termina son tiramisu.
« On va y aller annonça Chloé, il est tard déjà.
-D’accord » répondit sa mère.
Il se levèrent et elles s’étreignirent.
« Oh s’exclama sa mère, j’ai mon appareil photo dans mon sac, est-ce que je peux…
-Bien sûr ! s’exclama Chloé ravie.
-Je vais vous prendre annonça Lex.
-Non ! »
Il regarda Chloé, surpris.
« Quelqu’un d’autre va la prendre. Je veux que tu sois dessus.
-moi aussi appuya sa mère.
-Bien… »
Le patron prit la photo et ils se dirent au revoir.
« J’espère vous revoir très bientôt Lex dit la mère de Chloé. Je vous confie ma fille, prenez-bien soin d’elle.. Je crois qu’elle a beaucoup de chance de vous avoir ! »
Chloé l’embrassa une dernière fois et ils prirent congé.
« Tu ne lui as pas parlé de Clark ? la questionna-t-il en lui tenant la porte.
Non, répondit-elle avec un léger sourire.
-Elle croit que je suis ton petit ami. »
La jeune blonde ne dit rien mais continua de sourire. Une fois arrivée devant la voiture, elle le regarda un peu hésitante.
« Tu dois avoir beaucoup de travail à rattraper…
-Mais non assura-t-il. Et toi, Perry ne t’attend pas ?
-Tu parles répliqua Chloé en levant les yeux au ciel, il doit être en train de hûrler sur quelqu’un au téléphone, ou de ronfler, c’est selon !Dis, reprit-elle presque timidement, tu ne voudrais pas qu’on marche un peu ? Je ne veux pas que ça t’embête s’empressa-t-elle d’ajouter. On peut aussi rentrer…
-Tu rigoles ? New York City by night avec Chloé Sullivan, il faudrait être fou pour refuser… »
Elle lui offrit un sourire éclatant.

Ils déambulèrent de longues heures dans la ville, Chloé accrochée au bras du milliardaire. Ils parlèrent de tout, de rien, des rencontres impromptues, de leurs vies. Ils se turent, des silences confortables et agréables. Ils rirent beaucoup aussi.

Il était près de trois heures du matin lorsqu’ils arrivèrent à la chambre de Lex.
« Je vais prendre un taxi pour retourner à mon hôtel annonça Chloé
-Tu ne veux pas rester ? demanda Lex plein d’espoir.
-Si. Mais je ne veux pas t’embêter…
-Chloé… la réprimanda-t-il gentiment.
-D’accord alors ! »
Et heureuse comme un enfant le soir de Noël, elle disparut dans la salle de bain.

Quelques minutes plus tard, elle réapparut dans un pyjama noir et sauta sur le lit.
« Chloé ! se plaignit le milliardaire qui était déjà couché.
-Leeeeeeeex ???? »
Il eut un sourire.
« Ok, bien. Fais ta folle, c’est comme tu veux. »
Elle s’allongea que le ventre, la tête posée sur les mains.
« Je ne fais pas ma folle, je suis de bonne humeur.
-Ah oui ?
-Oui. J’ai vu ma maman… »
Elle s’arrêta.
« maman, maman, maman !!! »
Lex ne put s’empêcher de rire.
« Quoi encore ?
-C’est très bizarre d’utiliser ce mot !
-Tu m’étonnes. »
Chloé se figea.
« Pardon, je…
-Non, non ! Ne t’en fais pas ! »
Il remit une mèche blonde derrière son oreille et laissa sa main traîner sur sa joue quelques instants.
« Je suis tellement heureux pour toi Chloé. Tellement. Tu as été très courageuse, ta mère a raison.
-Ce n’est pas du courage, murmura-t-elle.
-Tu crois ça ?
-Oui. C’est mieux que du courage. C’est un Lex Luthor qui me pousse et qui m’aide à prendre les bonnes décisions... Clark m’avait conseillé de rentrer et de laisser tomber. »
Le « sujet Clark » n’avait pas été abordé de toute la soirée, et Lex ne s’étonna même pas de sa réaction. Chloé bailla.
« Allez, dodo ! » dit gentiment le milliardaire en ouvrant les draps.
La journaliste se glissa à ses côtés et posa une main sur son torse. Lex l’enlaça plus étroitement.
« J’ai passé la meilleure soirée de toute ma vie chuchota-t-elle d’une voix ensommeillée et c’est grâce à toi. Merci… »
Elle dormait déjà. Lex, lui ne s’endormit que très tard. Lui aussi avait passé une excellent soirée. Et elle était là, tout contre lui, dans son lit, plongée dans un sommeil serein. Il ne pouvait pas dormir, il fallait qu’il en profite.

Il sentit qu’on lui secouait doucement l’épaule.
« Hey Lex, réveille toi…
-Mmmmh… »
Chloé était devant lui, prête à partir.
« Je vais y aller, Perry m’attend et mon taxi doit être arrivé.
-Oh.
-Encore merci pour tout Lex. »
Il sourit.
« Arrête de dire merci, Chloé, je n’y suis pour rien.
-Quand même… »
Elle passa sa main sur sa joue. Il ferma les yeux quelques instants.
« J’y vais annonça-t-elle.
-D’accord. »
Elle déposa un léger baiser sur son front avant de se diriger vers la porte. Le milliardaire se leva d’un bond et se précipita à sa poursuite.
« Chloé, attends ! »
Elle se retourna et il écrasa ses lèvres sur les siennes. Immédiatement, il passa une main dans son dos et la rapprocha de lui. Elle enroula ses bras autour de son cou et il approfondit le baiser. Elle se laissa faire et leurs langues se mélèrent doucement, alors que la jeune fille nouait ses jambes autour du bassin du milliardaire. Brusquement, elle s’écarta et le lâcha. Elle respirait bruyamment et avait les joues rouges.
« Chloé, s’il te plaît… Ne pars pas…
-Je te téléphone. »
La porte claqua et Lex tapa du poing contre le mur.

Smalville, 2011
Chloé souriait de toutes ses dents, entourées de sa mère et de Lex. Le milliardaire en eut le souffle coupé. La photo était splendide et en plus il avait clairement réussi son coup.
Il sentit une main sur son épaule et vit la mère de Chloé lui sourire.
« Cette photo est sur ma table de nuit tu sais. Quand même continua-t-elle d’une voix songeuse, j’aime bien Clark, mais je reste persuadée que c’est toi qui aurais du lui passer la bague au doigt… »

À suivre

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:34

Kiria
Partie géniale !!! bien construite, bien menée, palpitante ... pleine de cette douce émotion ...
Merci kfn.

chlo
OH MY GOD!!!

Ma puce là c'est du grand art!

Citation :
Il était coincé entre la cuvette des toilettes et la porte, tête en bas. Il roula sur le côté et tout son corps se cogna contre la porte, avec un « bam » retentissant. Enfin, il parvint à se relever et à sortir. Un homme roux le fixa, interdit.
J'imagine trop bien la scène! suis morte de rire! Vraiment là c'ets la totale!

Citation :
Il préfèra passer sous silence le flot de menaces qu’il avait proféré à l’encontre du gardien du parking pour qu’il retrouve sa voiture. Cela faisait deux ans, il n’allait pas non plus se souvenir de l’endroit où il s’était garé , non ?
Merveilleux y a pas à dire j'ai éclaté de rire...

Citation :
Britney Spears lui hurla d’en donner plus et il fit un bond digne des plus grands batraciens.
Et là suis tombée de ma chaise grand moment! mouhahahahaha

Citation :
« Ok, bien. Fais ta folle, c’est comme tu veux. »
Elle s’allongea que le ventre, la tête posée sur les mains.
« Je ne fais pas ma folle, je suis de bonne humeur.
Ca c'ets du moi tout craché je fais ça super souvent mdr Tu m'espionne c'ets ça?!

Citation :
« Chloé, attends ! »
Elle se retourna et il écrasa ses lèvres sur les siennes. Immédiatement, il passa une main dans son dos et la rapprocha de lui. Elle enroula ses bras autour de son cou et il approfondit le baiser. Elle se laissa faire et leurs langues se mélèrent doucement, alors que la jeune fille nouait ses jambes autour du bassin du milliardaire. Brusquement, elle s’écarta et le lacha. Elle repirait bruyamment et avait les joues rouges.
« Chloé, s’il te plait… Ne pars pas…
-Je te téléphone. »
Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh mon dieu! il l'a fait!!!!! rahhhhhhhhh c'ets la scène la plus cuteeeeeeee!!!!!!

Citation :
« Cette photo est sur ma table de nuit tu sais… Quand même continua-t-elle d’une voix songeuse, j’aime bien Clark, mais je reste persuadée que c’est toi qui aurais du lui passer la bague au doigt… »
Une de plus de convaincue! manque plus que Chloé

magnifique chapitre, émouvant et tendre, drole et passionnant!

Vraiment chapeau!

sixpence
Ho la vache !!!! j’adore ton chapitre !!!!
Déjà l’atterrissage dans le passé n’est pas de tout repos hein ! on le sent encore bien speed sur ce coup, avec sa mission à accomplir.
Bien trouvé le coup de la mère retrouvé, je pense que c’était presque indispensable, ça fait vraiment une bonne intrigue et Lex sait se montrer d’un soutien infaillible ! Les retrouvailles sont joliment écrites et sur la fin, pinaise je te jure je l’attendais ce bisou ! suis pas déçue mouahahahahaha ! excellent.
Et pi tu clos ton chapitre super bien avec la petite remarque de la mère, haaa, suis toute attendrit la du coup !

alexiel
Wonderful chapter kfn ! C'était drôle émouvant et super choupi aussi.

Bon ben je crois que maintenant c'est à moi, je vais faire aussi vite que possible mais je ne peux vous donner de délai.

elina
Citation :
Niravana, Paradis, Septième ciel… Chloé Sullivan.

Pour moi c'est la phrase que je retiendrait en priorité!

Chapitre excellent. C'était vraiment plein de tendresse, d'amitié. Rhôô et puis leurs étreintes, leurs petits bisous! Moi, ça me rends toute guillerette!
Et puis l'idée de la photo avec la maman de Chloé, vraiment géniale. D'ailleurs qu'elle soit là dans l'histoire, vraiment cool.
C4est un énorme pas en avant, que tu vient d'intégrer à l'histoire. C'est la première fois qu'ils s'embrasse avec tant d'intensité (ba si les jambes autour du bassin de Lex...).

Bref, la suite!!!

winnie
rha là là!! j'me range du côté des autres filles pour te féliciter de ton chapitre! superbe idée de ramener la mère et de finir avec ce grand changement à savoir le contact maternel gardé!! et en plus elle préfère lex, nan mais ct du génie ça! super chapitre avec enfin un bisou partagé et un retour juste!
comme elina g adoré: "Niravana, Paradis, Septième ciel… Chloé Sullivan." et la situation d'arrivée de lex dans le souvenir (et son départ avec la fée qui peut pas en placer une! lol)


A alexiel maintenant!

pretender
AAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHH *bave bave* TERRIBLE
je veux surtout pas vexer les autres (dont je fais partie ptdr) mais j'me demande si c pa le meilleur chapitre depuis le début. C peut-être grâce à ce GIGANTESK bond en avant, je c pas, mais en tout cas chapeau ! ct super l'idée d'utiliser la mère tiens !

rho mes 2 passages préférés :

Citation :
-Tu as raison, Clark n’est pas là.
–Je suis désolé.
-Pour ce que tu as dit à son sujet ?
-Non. Parce qu’il n’est pas là alors que tu as besoin de lui. »

ce dialogue est tout simplement sublime, et petit coup de coeur pour le

Citation :
-Tu rigoles ? New York City by night avec Chloé Sullivan, il faudrait être fou pour refuser… »

juste parce que je trouve qu'on imagine bien la scène dans la façon dont il le dit (rien à voir avec le fait que j'aime tellement me balader en ville la nuit lol)

et le baiser, à couper le souffle, déjà je m'y attendais pas et WOW, chaud! lol

BRAVO en résumé!

kfn
oula, je suis à la fois genée et rassurée... parce que l'idée de la mère m'est pas venue tout de suite, fallait un truc frappant, mais je ne pouvais pas reprendre les idées des autres ( le bal me plaisait bien...) pour le bon en avant, je sais pas trop.. en tout cas il ne reste que alexiel avant l'épilogue, du coup je m disais que fallait peut etre se bouger (hein lex???) et puis j'avais en tete la phrase de winnie : 'les aventures d'un soir sont autorisées" so...
en tout cas merci...

winnie
Citation :
et puis j'avais en tete la phrase de winnie : 'les aventures d'un soir sont autorisées" so...
ouiiiiiiiiiiii!! ayéééééééééé! c arrivééééééééé!! mdr! re merci!

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:39

Enfin, ça y est le voilà le dernier chapitre de cette super fic en commun. Bon je m'excuse du retard, mais en fait j'ai été plutôt inspirée, résultat mon chapitre s'avère un peu plus long que prévu.
La Fée Glinglanglinglanglinglan ne m'appartient pas mais est la propriété de Terry Pratchett (pour plus d'info, voir la note en fin de chapitre)
Je remercie Winnie qui m'a relue.
Ha oui dernière chose, moi aussi j'ai bien retenu la phrase de Winnie : "les aventures d'un soir sont autorisées", donc Smut !!!! (De toute façon avec moi, fallait s'y attendre lol)

Chapitre 8 par Alexiel

Métropolis, 2011.
« Cette photo est sur ma table de nuit tu sais… Quand même continua-t-elle d’une voix songeuse, j’aime bien Clark, mais je reste persuadée que c’est toi qui aurais dû lui passer la bague au doigt… » Qu'est-ce que je devrais dire moi, pensa Lex, c'est la femme de ma vie, bien sûr que c'est moi qui devrais l'épouser et pas cet espèce de pignouf à brushing et sourire dentifrice. Lex ne comprendrait décidément jamais, cet imbécile avait fait les pires crasses à Chloé, mais tout le monde continuait de le voir comme un gentil garçon.
Une dernière photo apparut à l'écran. Lex grogna, il ne se souvenait que trop bien de cette photo, prise à cet instant maudit où il avait définitivement perdu tout espoir, le jour où l'autre gravure de mode avait eu l'idée de génie de demander Chloé en mariage. Et pffftt, tout avait été oublié, pardonné comme par magie et Chloé avait dit oui.
Une main se posa sur son épaule et Lex fit un bon d'un kilomètre, sous l'effet de la surprise. Tout le monde autour de lui s'était figé et la "fée" était de nouveau là.
- Vous pourriez vous annoncer, non ? Les fées ne sont pas sensées apparaître dans un bruit de clochettes ?
- Il n'y a pas de règles, vous savez. Et puis, c'est plus drôle comme ça. En plus la fée Glinglanglinglanglinglan est malade en ce moment.
- Qui ?
- La fée Gling...
- Non, en fait je crois que je ne veux pas savoir.
-Comme vous voudrez. Bien, vous êtes prêt ?
Lex n'eut pas le temps de répondre avant d'être à nouveau projeté dans le passé.

*

Métropolis, 2010.
Mais une fois n'est pas coutume, Lex atterrit dans son bureau, seul, tranquillement assis dans son fauteuil et à l'endroit. Il allait s'en réjouir quand une forme non identifiée se jeta sur lui et entreprit de lui lécher consciencieusement les oreilles. Il repoussa, un peu brutalement, "la chose", qui s'avéra être une jeune femme brune, plutôt jolie et qui lui souriait comme s'il était dieu en personne. Son visage ne lui était pas inconnu.
Soudain le déclic, il se souvenait maintenant, il avait eu un jour la mauvaise idée de lui venir en aide et elle ne l'avait plus lâché. Elle l'avait harcelé pendant des semaines et des semaines, avant qu'il en se décide à la faire enfermer. Mais il ne se fit pas avoir deux fois par son petit numéro de poussin égaré, elle était complètement givrée et Lex avait d'autres chats à fouetter.
Il réussit à échapper à son emprise et sourit de son bureau en la piégeant à l'intérieur. Il ordonna ensuite à sa secrétaire d'appeler la police, pour faire enfermer l'autre cinglée. Puis il ajouta, en se dirigeant vers l'ascenseur, qu'il ne reviendrait pas de la journée et probablement pas le lendemain non plus et qu'elle devait par conséquent annuler tous ses rendez-vous et tant pis si c'était important.
Lex jeta un coup d'œil à sa montre, histoire de vérifier la date et l'heure. Bon, il avait un peu moins de 36 heures avant que l'autre blanc-bec ne demande la femme de sa vie en mariage. Il tenta de se remémorer les événements de cette journée fatale, ainsi que de celle qui l'avait précédée. Si ses souvenirs étaient bons, Chloé revenait d'un voyage de plusieurs mois en Asie du sud-est, qu'elle avait effectué avec une ONG, dans le cadre d'une série de reportages. Et s'il se rappelait bien, elle avait accepté cette mission parce qu'elle avait besoin de prendre du recul et de faire le point sur sa relation avec Clark.
Celui-ci n'avait d'ailleurs pas été foutu d'aller l'accueillir à l'aéroport, mais avait été immédiatement pardonné quelques heures plus tard lorsqu'il avait fait sa demande en mariage.
Lex regarda à nouveau sa montre. S'il ne se trompait pas, Chloé atterrissait dans moins d'une heure. Il descendit jusqu'au parking, regagna sa voiture et fonça en direction de l'aéroport.

*

Lex ne s'était jamais senti aussi fébrile de toute son existence, alors qu'il attendait de la voir apparaître dans le hall de l'aéroport. Il était nerveux, il avait les mains moites et il se demandait si son cœur n'allait pas lâcher à force de battre à cette vitesse. Puis elle apparut. Et Lex eut la sensation que tout s'arrêtait autour de lui et ce sans que la fée ne soit intervenue. Elle avançait tranquillement vers lui, mais sans le voir, elle avait le teint bronzé et le sourire aux lèvres. Elle rayonnait. Puis soudain, elle l'aperçut. Son sourire s'élargit et elle laissa tomber ses bagages pour se précipiter vers lui.
- Lex !
Elle se jeta dans ses bras et c'est avec un immense plaisir que Lex les referma autour d'elle.
- Je croyais que tu avais un rendez-vous important et que tu ne pouvais pas venir ?
Lex ignorait totalement de quel rendez-vous elle parlait et il s'en fichait royalement. Chloé Sullivan était dans ses bras alors le monde pouvait bien s'arrêter de tourner si ça lui chantait.
- J'ai menti, je voulais te faire la surprise.
- Si tu savais comme je suis contente de te voir.
Elle se serra un peu plus contre lui et Lex n'en fut que plus ravi.
- Ton voyage c'est bien passé ?
- Pas mal, oui. Mis à part le repas, leurs plateaux sont vraiment infâmes.
- Alors que dirais-tu d'aller poser tes valises et ensuite d'aller déjeuner dans le restaurant de ton choix ? À moins que tu ne sois trop fatiguée et que tu veuilles aller te reposer.
- Non, ce sera avec un grand plaisir que je déjeunerai avec toi, je meurs de faim.
- On est parti.

Lex emmena Chloé déjeuner dans une brasserie française pas très loin de l'appartement de cette dernière. Durant le repas ce fut essentiellement Chloé qui parla, contant ses aventures des derniers mois. Lex était ravi de la voir ainsi débordant d'enthousiasme et d’énergie. Elle était heureuse et ça se voyait.
- Ça me fait plaisir de te voir comme ça. Ce voyage a vraiment l'air de t'avoir fait du bien.
Elle lui offrit un autre de ses sourires géants.
- Oui ça a été une expérience extraordinaire. Et puis j'avais vraiment besoin de... de m'éloigner un peu. Mais je suis contente d'être rentrée et aussi que tu sois venu m'accueillir, je ne m'y attendais pas, c'était vraiment une bonne surprise.
Elle lui sourit une fois de plus, mais plus tendrement, et il lui sourit en retour.
- Mais c'est quand même dingue que ce soit l'homme le plus occupé de la planète qui prenne le temps de venir me chercher.
- D'ailleurs je suis plutôt surpris que personne d'autre ne soit venu t'accueillir, ça fait presque 6 mois que tu es partie, ils auraient dû tous se précipiter pour venir.
- Certains ont de bonnes excuses. Lois est en Suisse parce que Lucy a encore fait des siennes, Pete est à Los Angeles pour le travail et je ne voulais pas que mon père fasse tout le trajet depuis Smallville, juste pour venir me chercher.
- Et Clark ?
Chloé ne répondit pas et se contenta de hausser les épaules. Dans les souvenirs de Lex, Clark n'avait pas pris la peine de venir chercher celle qu'il prétendait aimer à cause d'un stupide déjeuner avec d'anciens camarades de football. Lex ne s'étala pas sur le sujet, il ne voulait pas gâcher l'ambiance.
- Bon je suppose que tu vas pouvoir profiter de quelques jours de repos ?
- Oh oui ! Je vais d'ailleurs foncer en direction de Smallville, histoire de me faire dorloter par mon papounet.
- Tu repars ce soir ?
Lex tenta tant bien que mal de dissimuler la crainte dans sa voix. Mais il avait déjà changé pas mal de choses, alors peut-être le déroulement de cette journée était-il déjà différent de celui qu'il connaissait.
- Non, je vais dormir un peu avant, je pense partir d'ici dans deux ou trois jours.
- D'accord. Alors que dirais-tu de me laisser te dorloter durant ces deux ou trois jours ?
Elle éclata de rire.
- C'est vraiment très tentant comme proposition.
- Et il faut savoir que je suis un expert dans le domaine du dorlotage.
Le ton de sa voix était volontairement léger et séducteur.
- Je vais peut-être me laisser tenter alors.
Ils s'étaient rapprochés et leurs visages n'étaient plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Lex ne résista pas, il supprima la distance entre eux et déposa un court baiser sur sa bouche. Quand il se recula pour la regarder, il vit apparaître un sourire presque tendre sur les lèvres de Chloé.
- Très bien tu as gagné. Mais attention, ces deux trois jours ont intérêt à être exceptionnels, sinon je risque de douter de ta qualité d'expert.
- Tu vas voir, ce sera tellement exceptionnel, qu'après tu ne voudras plus me quitter.
Ce qui, il devait se l'avouer, était un peu son but. Ils se regardèrent une demi-seconde dans les yeux, avant que Chloé ne lui lance un "prétentieux" et qu'elle ne reparte dans un nouvel éclat de rire.

Une fois remise de tous ses fou-rires, Lex remarqua que Chloé ne pouvait s'empêcher de bailler et décréta qu'il était temps pour elle d'aller faire une petite sieste. Ils passèrent donc à l'appartement de Chloé pour chercher quelques affaires, puis Lex la ramena à son appartement. Il avait pensé que cela serait plus pratique et plus confortable pour elle, que son appartement qui n'avait pas été habité depuis des mois. Et comme ça Lex n'aurait aucun mal à la dorloter convenablement.
Une fois chez lui, Chloé prit une courte douche et s'effondra sur le lit. Lex resta à ses côtés, trop heureux qu'elle soit là, il avait promis de la dorloter, il se devait donc de rester là pour subvenir au moindre de ses besoins. Mais pas question pour lui de dormir, il était 4 heures de l'après-midi et donc même s'il l'avait voulu, il n'aurait pas pu. Il s'attela donc à divers dossiers, sur lesquels il pouvait travailler sans problème depuis chez lui, pendant qu'il veillait sur son sommeil.

*

Il était près de deux heures du matin, quand Chloé émergea de son sommeil, pour trouver Lex endormi sur son ordinateur portable. Il se réveilla quand il sentit que l'on essayait de le faire changer de position.
- Qu'est-ce qu'il se passe ?
- désolée, je ne voulais pas te réveiller, mais tu n'étais pas dans une très bonne position pour dormir et tu risquais de prendre mal au cou...
Dans un geste plein de tendresse, il lui caressa la joue.
- Merci. Mais c'est moi qui suis sensé te dorloter.
- Oui, mais il faut que tu dormes correctement, pour pouvoir être en forme demain, afin d'être en mesure de me dorloter convenablement.
-Oh, je vois ! Ton geste n'avait rien de désintéressé alors.
Elle éclata de rire une fois de plus. Décidément depuis qu'elle était rentrée, il n'arrêtait pas de la faire rire. Lex allait finir par croire qu'il avait développé un nouveau talent comique.
- Bon.
Il se redressa pour se lever.
- Je vais te laisser dormir et aller me coucher pour être en forme demain.
Elle le retint en agrippant sa chemise.
- Tu peux rester si tu veux, c'est ta chambre après tout. Et puis ça ne serait pas la première fois que l'on dort ensemble.
- Tu es sûre ?
Elle acquiesça. Il n'y a pas si longtemps, Lex aurait joué les grands seigneurs et serait quand même aller dormir dans la chambre d'amis, perdant ainsi une occasion supplémentaire d'être auprès d'elle. Mais il ne ferait pas une fois de plus cette erreur. C'est elle qui lui avait proposé non ?
Il se débarrassa rapidement de ses vêtements et lors qu'il ne lui resta plus que on caleçon, il se glissa sous les draps. Immédiatement après, Chloé se lova contre lui. Oh oui, il aurait vraiment été le dernier des imbéciles, s'il avait eu la mauvaise idée de jouer les grands seigneurs. Il passa un bras autour d'elle, la rapprochant un peu plus de lui, alors qu'elle posait une main sur son torse. Par contre de l'avoir si près de lui, il risquait d'avoir un peu de mal à dormir, mais qu'importe.
Ils restèrent un long moment, simplement allongé l'un contre l'autre, mais ils ne pouvaient dormir ni l'un ni l'autre. Inconsciemment, Chloé avait commencé à caresser la peau sous sa main. Si elle continuait de la sorte, Lex ne pourrait pas garder très longtemps son sang-froid. Sa respiration se fit plus rapide et Chloé parut s'en rendre compte, elle intensifia sa caresse, s'aventurant de plus en plus bas. Lex ne bougeait pas, ne sachant pas vraiment comment réagir, il avait peur de mal interpréter les gestes de Chloé, peur d'être en train de rêver et que tout s'arrête.
Jusqu'au moment où Chloé fit descendre sa main encore plus bas. Lex inspira profondément lorsque Chloé posa la paume de sa main sur la bosse qui commençait à déformer son caleçon.
- Chloé !
Sa voix était à peine plus qu'un murmure. Elle commença doucement à le masser, faisant grandir son érection, mais Lex n'y tint plus, il repoussa gentiment la main de Chloé, puis il l'allongea sur le dos, pour l'embrasser avec fougue. Chloé noua immédiatement ses jambes autour de la taille de Lex et elle passa ses bras autour de son cou, répondant à son baiser avec passion. Rapidement Lex la débarrassa de sa chemise de nuit et il plaqua sa poitrine nue contre son torse. Elle se tortillait dans ses bras, son bassin ondulait contre le sien, attisait son érection, qui en devenait douloureuse.
- Lex !
Sa voix était rauque et elle semblait au bord de l'implosion.
- Chloé ? Tu es sûre de vouloir faire ça ?
Lex fut surpris d'avoir réussi à former une phrase à peu près cohérente. Elle prit son visage entre ses mains et le regarda droit dans les yeux.
- Oui.
Lex se détacha un instant d'elle, afin de prendre un préservatif dans le tiroir de la table de nuit. Il se débarrassa ensuite de son boxer, puis retira la culotte de Chloé. Elle lui prit alors le préservatif des mains et après avoir ouvert le paquet, elle le déroula sur son sexe tendu. Lex ne put retenir un grognement rauque quand il sentit les doigts fins de Chloé effleurer son pénis. Voilà des mois, des années mêmes, qu'il fantasmait cet instant et c'était bien plus intense que tout ce qu'il avait pu imaginer. Et pourtant dieu sait s'il avait une imagination débordante dans ce domaine.
Il la rallongea délicatement, puis il fit glisser ses doigts jusqu'à son intimité afin de s'assurer qu'elle était prête à l'accueillir. Elle gémit à ce contact et son dos se cambra. Lex la caressa quelques instants, puis il se positionna entre les cuisses de Chloé. D'un mouvement sec et précis, il entra en elle. Ils gémirent de concert et immédiatement après Lex commença à imprimer un mouvement de va-et-vient à ses hanches. Leurs lèvres se scellèrent à nouveau. Les hanches de Chloé se mouvaient au rythme de celles de Lex, faisant naître le plaisir au creux de son abdomen. Soudain Lex sentit les muscles internes de Chloé se contracter spasmodiquement autour de lui, sous l'effet de l'orgasme, déclenchant sa propre jouissance. Vidé de son énergie, il s'effondra sur elle.
Wow ! Il venait de faire l'amour avec Chloé. Et tout en étant réveillé. Un vrai miracle.
Une fois un semblant de force retrouvé, il tenta de s'écarter d'elle. Mais il l'entendit grogner et la sentit s'accrocher à lui.
- Je sais. Mais il faut que je prenne soin du préservatif.
Elle le laissa aller, très clairement à contre-cœur. Il se releva et se dirigea vers la salle de bain pour se débarrasser du préservatif. Lorsqu'il revint dans la chambre, il la trouva allongée sur le dos, les yeux fermés, parfaitement relaxée.
- Hey !
Elle ouvrit les yeux.
- Hey.
- Ça va ?
Elle lui sourit
- À merveilles.
Il se rallongea à ses côtés et elle se lova instantanément dans ses bras. Elle bailla, elle devait avoir encore besoin de sommeil. Il la cala contre lui de manière à ce qu'elle soit confortablement installée pour dormir et il la regarda à nouveau sombrer dans le sommeil.

*

Chose inhabituelle, le soleil était déjà haut dans le ciel, lorsque Lex se réveilla.
- Bonjour la belle au bois dormant.
Lex se tourna pour voir Chloé qui le regardait.
- Bonjour. Bien dormi ?
- Merveilleusement. Pas la peine que je te demande comment toi, tu as dormi, ça se lisait sur ton visage, il y a encore quelques secondes.
- Ça fait longtemps que tu me regardes dormir ?
- Non. Je ne suis pas réveillée depuis longtemps, mais j'avoue avoir été surprise de te trouver encore endormi à mon réveil.
Elle s'avança pour l'embrasser. Leurs lèvres venaient à peine de se toucher quand le ventre de Chloé se mit à gronder. Ils se regardèrent une seconde avant d'éclater de rire.
- Laisse-moi deviner, tu as faim !
Lex déposa un autre court baiser sur les lèvres de Chloé et se leva. Chloé fit mine de se lever, mais Lex l'en empêcha.
- Ne bouge pas, je m'occupe de tout et je te ramène le petit déjeuner au lit. Je suis supposé de dorloter non ?
- D'accord.
Chloé se rallongea et Lex sortit en direction de la cuisine.

Il revint une vingtaine de minutes plus tard avec un plateau rempli de victuailles et une cafetière.
- Le petit déjeuner de madame est servi.
Elle se redressa et s'assit confortablement contre les oreillers, pendant que Lex déposait le plateau près d'elle. Ils mangèrent avec appétit tout ce que Lex avait préparé. Une fois qu'ils eurent fini Chloé déclara qu'elle avait besoin d'une douche, ou peut-être d'un bain, puis elle demanda à Lex s'il n'avait pas par le plus grand des hasards, un truc dans le genre jacuzzi planqué dans sa salle de bain. Lex la souleva du lit et se dirigea vers la salle de bain.
- Les désirs de Madame sont des ordres.

Une fois dans la salle de bain, Lex déshabilla Chloé, puis il se dévêtit à son tour, pendant qu'il faisait couler l'eau. Quand le jacuzzi fut rempli, il aida Chloé à entrer dans l'eau et s'installa à ses côtés.
- Rholala, quel pied !
Lex sourit en regardant Chloé se détendre dans le bain, visiblement aux anges.
- Laisse-moi deviner, tu apprécies ma baignoire.
Chloé rouvrit les yeux et le regarda.
- Rho Lex arrête avec tes euphémismes. Je "n'apprécie" pas, je suis carrément au paradis. Et puis ceci n'est définitivement pas une baignoire. Moi j'ai une baignoire, c'est juste une espèce de cuvette en émail dans laquelle je fais trempette. Mais ça, ça masse, ça fait des bulles, ça chatouille, c'est cent fois mieux qu'une baignoire.
Lex ne put s'empêcher de rire en l'écoutant.
- Quoi ?
- Rien, je suis heureux de te voir aussi en forme.
Chloé traversa le jacuzzi pour venir s'installer sur ses genoux et passer ses bras autour de son cou.
- C'est vrai ?
Lex passa ses bras autour d'elle et la rapprocha un peu plus.
- Humhum.
Chloé posa alors délicatement ses lèvres sur celles de Lex qui approfondit immédiatement le baiser.

Après de longues minutes de baisers sulfureux, Lex sortit Chloé du jacuzzi, puis il l'enroula dans une grande serviette pour la sécher. Il la porta ensuite jusqu'au lit, où il entreprit de couvrir intégralement son corps de baisers.

- Et voilà, c'est malin, on était tout propre et maintenant on est de nouveau tout moite et tout transpirant.
Lex adorait la voir faire semblant de râler, elle était encore plus sexy.
- C'est entièrement de ta faute, c'est toi qui m’as sauté dessus.
- Tu aurais pu me résister, c'est toi qui est sensé avoir un sang-froid hors du commun.
- Que veux-tu, je ne suis qu'un homme et tu es absolument irrésistible.
- Vile flatteur ! Tu étais juste en manque et j'étais là.
Lex redevint sérieux, il ne connaissait que trop bien les insécurités de Chloé pour la laisser dire ce genre de chose, même pour plaisanter, parce qu'il savait que dans le fond elle le pensait.
- Chloé tu sais que c'est faux. Tu ne seras jamais une fille de passage, une fille de plus, j'ai bien trop d'affection pour toi. Et je me dois de rajouter que tu es réellement irrésistible. Tu es belle, Chloé.
Elle posa une main sur sa joue et lui sourit avec tendresse. Il allait à nouveau l'embrasser quand il fut interrompu par une sonnerie de portable, celui de Chloé. Ils se séparèrent afin que Chloé puisse aller décrocher.
- Chloé Sullivan ?
...
- Ha, c'est toi Clark.
Le ton de Chloé n'avait rien d'engageant ce qui était plutôt une bonne chose du point de vu de Lex.
- Non, comme tu peux le constater par toi-même, il ne m'est rien arrivé de grave.
...
- Je suis chez Lex, d'accord ! Il est venu me chercher hier à l'aéroport, contrairement à toi, et il a gentiment offert de me loger quelques jours avant que je ne parte pour Smallville parce que mon appartement n'a pas été habité pendant plusieurs mois et que c'était plus pratique comme ça.
...
- Ça ne te regarde pas. Je suis une grande fille et je fais ce qu'il me plaît, je n'ai aucun compte à te rendre.
Elle perdait patience, Lex pouvait clairement le voir. Avec un peu de chance, elle se fâcherait avec Clark et elle n'irait pas au dîner de la mort ce soir.
...
- J'en sais rien, Clark. Faut d'abord que je voie ça avec Lex.
...
- Très bien, très bien. Je viendrai.
Raté, elle irait au dîner, mais pas de bon cœur, c'était déjà ça.
- C'est ça, à ce soir.
Chloé raccrocha et se retourna vers Lex.
- Je dois dîner avec Clark ce soir, j'espère que ça ne te dérange pas trop, mais il a vraiment insisté et...
- Tu n'as pas à te justifier Chloé. Tu es libre d'aller dîner avec Clark ce soir, c'est quelqu'un qui compte beaucoup pour toi, c'est normal.
Lex essaya de ne pas paraître trop amer, mais il n'était pas très sûr d'avoir réussi. Elle se rallongea à ses côtés et se blottit dans ses bras.
- Lex ?
- Oui ?
- J'ai dis que je passerai ces quelques jours avec toi et je le ferai. Dîner avec Clark ou pas.
- D'accord. Je vais donc quand même pouvoir te dorloter un maximum.
- Bien sûr ! Quelle femme serait assez folle pour refuser une proposition pareille ?
Le ton de la conversation était redevenu léger et Lex se promit de ne plus penser au dîner avant le soir et de profiter un maximum de la présence de Chloé.

*

La journée se passa merveilleusement bien. Ça avait été un de ces moments privilégiés, qu'il avait toujours aimé passer avec Chloé, comme il en n'avait passer pas mal en remontant le temps et avec un bonus de taille : le sexe. Ils avaient passé la journée à se sauter dessus, presque comme s'ils ne pouvaient pas s'en empêcher. Et Lex se traita vraiment d'idiot d'avoir perdu toutes ces années. Il savait aussi que désormais, il était perdu pour le reste de la gente féminine, maintenant qu'il avait goûté à Chloé, il ne pourrait plus jamais faire l'amour avec une autre.
Tout au long de la journée, il avait cherché à faire comprendre à Chloé, qu'il continuerait volontiers cette petite aventure entre eux, sur du long terme, voir du très, très, très long terme, genre nous mourrons ensemble, rien ne pourra jamais nous séparer, etc, etc.
Puis fatalement le soir arriva. Chloé avait fini de se préparer et elle s'apprêtait à partir rejoindre Clark. Lex la prit une dernière fois dans ses bras, avant de la regarder partir, en se traitant mentalement d'idiot. Il aurait dû être plus clair, il aurait dû lui dire qu'il l'aimait, il aurait dû la demander en mariage avant l'autre imbécile, mais surtout, il aurait dû l'empêcher d'aller à ce foutu dîner.

Et finalement après plus d'une heure de réflexion, Lex décida qu'il n'allait pas, une fois de plus, se laisser couper l'herbe sous le pied par l'autre abruti, alors que tout se passait si bien avec Chloé et il partit en direction du restaurant, afin d'empêcher l'autre crétin de faire sa demande.

Il arriva trop tard. Chloé était assise, Clark agenouillé devant elle et elle tenait à la main une boite qui contenait sans l'ombre d'un doute une bague. Seulement, au moment où elle aurait dû se jeter sur Clark pour l'embrasser à pleine bouche, Lex la vit poser la boîte sur la table et se lever sous le regard plus que perplexe de Clark. Visiblement elle n'avait pas encore dit oui et il y restait une petite chance qu'elle dise non.
Lex réfléchit une demi-seconde et arrêta un serveur qui passait à sa portée.
- Une seconde. Vous pourriez me rendre un service et donner ceci à la jeune femme blonde là-bas ?
Il lui confia alors un objet qu'il avait toujours avec lui et qui ne manquerait pas d'interpeller Chloé et il lui donna aussi un pourboire conséquent.
Il reporta alors son regard vers la scène qui était en train de se jouer devant lui. Clark était visiblement en train de demander une explication à Chloé, mais de là où il se trouvait Lex était incapable d'entendre ou de comprendre ce qu'ils se disaient. Ils avaient l'air tout deux contrariés. Clark, vraisemblablement, parce que sa demande en mariage ne se déroulait pas comme prévu et Chloé, ben Lex ne savait vraiment pas pourquoi. Construire une relation stable et durable avec Clark était ce qu'elle avait toujours semblé vouloir, cette demande en mariage aurait dû la combler, mais visiblement quelque chose avait changé. Et Lex était bien décidé à profiter de cette opportunité.
Lex vit le serveur s'avancer et remettre son "cadeau" à Chloé et il se rapprocha un peu plus du couple. Chloé prit l'objet qu'on lui tendait et Lex sut tout de suite à son regard qu'elle l'avait reconnu. Il s'agissait d'une bague, que Lex portait en pendentif depuis des années. Il se souvenait que des années de cela, Chloé lui avait demander ce qu'était cette bague et il lui avait alors expliquer qu'elle avait appartenu à sa mère, qui la tenait de sa mère, qui elle-même la tenait de sa mère. Sa mère la lui avait confiée avant de mourir, quatre générations que cette bague était dans la famille et Lex avait dit à Chloé qu'elle reviendrait à la femme avec laquelle il choisirait de faire sa vie.
Lex savait que Chloé comprenait parfaitement ce que le don de cette bague pouvait signifier. Maintenant il restait à savoir qui de lui ou de Clark, elle allait choisir.
- Qu'est-ce que c'est ?
Lex constata que le ton de Clark était loin d'être aimable, il était clairement irrité.
- Tu le vois bien c'est une bague, accroché à une chaîne.
- Et je peux savoir qui se permet de t'offrir une bague au moment, où JE te demande en mariage ?
- Lex.
- Comment ça Lex ?
- Cette bague appartenait à sa mère.
- Je peux savoir pourquoi est-ce que Lex t'offre cette bague ? Est-ce que lui et toi, vous...
- Nous quoi, Clark ? Avons couché ensemble ? La réponse est oui et pas plus tard que cette après-midi.
- QUOI ? Mais Chloé, comment tu as pu faire ça ? ME faire ça ?
- TE faire ça ? Nous sommes séparés Clark, je te rappelle et je suis une grande fille, je peux donc coucher avec qui je veux et quand ça me chante.
- Chloé tu ne peux sérieusement pas envisager une relation durable avec Lex.
Lex sentit une bouffé de colère monter en lui.
- Et pourquoi pas ?
- Il va te faire souffrir.
Chloé eu un rire sans joie.
- Je le crois pas, c'est toi qui oses me dire ça ? C'est vraiment l'hôpital qui se fout de la charité. Tu oses me dire qu'il va me faire souffrir, alors qu'en presque dix ans d'amitié, ça ne lui est jamais arrivé ! Ce qui est loin d'être ton cas, je te rappelle. J'ajouterai même qu'il a toujours été là pour me remonter le moral, quand TOI tu me faisais souffrir.
- Mais moi, je t'aime.
Lex se décida alors à intervenir.
- Et qu'est-ce qui te permet de dire que moi, non ?
Ils se tournèrent tous les deux vers lui et Clark eut un petit rire méprisant. Ils restèrent un long moment sans parler tous les 3 debout au milieu du restaurant. Puis ce fut Clark qui repris la parole le premier et de façon quelque peu agressive.
- Qu'est-ce que tu fais là Lex ?
- Je suis venue empêcher Chloé de faire la plus grosse erreur de sa vie.
- De quel droit tu te permets de dire ça ?
- Du droit que c'est mon amie et que depuis des années je la regarde souffrir à cause de toi. Le jour où tu as osé la tromper, ou celui où tu as manqué de gâcher la fête costumée qu'elle attendait depuis longtemps, simplement parce que tu t'en fichais royalement, ou encore celui où tu n'as pas "pu" l'accompagner à une représentation d'Othello qui était importante pour elle. Et bien sûr c'était trop te demander de te réjouir pour elle lorsqu'elle a fait la une du Planet pour la première fois ou de la soutenir lorsqu'elle a retrouvé sa mère et qu'elle avait besoin de toi. En plus tu n'es même pas fichu de connaître sa couleur préférée.
- Bien sûr que si, c'est le rouge !
- Non c'est le...
- Mauve.
Ce fut Chloé qui prononça ce dernier mot. Clark la regarda alors avec des yeux mi-surpris, mi-larmoyant.
- Chloé je...
Elle l'interrompit d'un geste de la main et se tourna vers Lex.
- Clark et moi avons des choses à nous dire, je crois. Je te retrouve à ton appartement plus tard, d'accord ?
Lex la regarda blessé et se retira pour les laisser discuter.

À suivre


Glinglanglinglanglinglan, la fée : Il existe un grand nombre de fées, mais celle-ci, une espèce de méta-fée, mérite une mention spéciale. La fée Glinglanglinglanglinglan est le plus souvent un gnome ou un petit gobelin pourvu d'un jeu de clochettes, dont l'unique tâche consiste à produire le "glinglanglinglanglinglan" qui annonce l'arrivée d'une autre fée. Il peut aussi jeter en l'air la poignée de bouts de guirlandes argentées qui donnent les petites lumières scintillantes qu'on connaît. Les fées ont parfois du pain sur la planche pour répondre aux attentes des humains. (Disque-monde Le nouveau Vade-mecum - Terry Pratchett & Stephen Briggs)

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:46

sixpence
Bon déjà rien que prévenir qu’il y a un smut ça m’enthousiaste tout ça ! Surtout avec toi et tes super smut miam !
« Qu'est-ce que je devrais dire moi, pensa Lex, c'est la femme de ma vie, bien sûr que c'est moi qui devrais l'épouser et pas cet espèce de pignouf à brushing et sourire dentifrice. » PTDR super résumé du profil du mec ouais !
Oui oui ouiiiiiiiiiiii kidnappe là à l’aéroport, emmène là dans un hôtel et fait lui l’amour mdr, oui je m’égare là.
« - Et il faut savoir que je suis un expert dans le domaine du dorlotage. » J’adore ce mot, ça rend Lex super calinou ça, enfin c’est l’image que j’ai de lui là !
ha oui j’avais pas encore lu ce qui suivait ! pinaise on ne peut pas être plus explicite là ! Je sais pas si Chloé se rend compte du sérieux de Lex. hâte de savoir comment elle va réagir tient.
J’ai mon bavoir c’est bon lol Malin de l’avoir ramené chez lui ! Il est sur son territoire avec une Chloé consentante qui veut dormir avec lui, c’est bien tu amènes les choses en douceur.
« Wow ! Il venait de faire l'amour avec Chloé. Et tout en étant réveillé. Un vrai miracle. »
mdr !! Pas évident de réaliser quand on en rêve depuis des années ! Excellente cette phrase tu as su trouver les mots pour décrire tout ce qu’il pensait.
Faut bien le mettre quelque par ce Clark mais VRAIMENT il est chiant et il casse toutes les ambiances !
« Ça avait été un de ces moments privilégiés, qu'il avait toujours aimé passer avec Chloé, comme il en n'avait passer pas mal en remontant le temps et avec un bonus de taille : le sexe. » Oui, forcément ! mdr
« Il aurait dû être plus clair, il aurait dû lui dire qu'il l'aimait, il aurait dû la demander en mariage avant l'autre imbécile, mais surtout, il aurait dû l'empêcher d'aller à ce foutu dîner. » Oui, il aurait peut-être dû, mais bon, chaque chose en son temps, ça aurait peut-être fait fuir Chloé qu’il aille si vite en besogne, là elle peut pas accepter la demande en mariage ou alors c’est la dernière des greluches.
« Lex se décida alors à intervenir.
- Et qu'est-ce qui te permet de dire que moi, non ? » Ouiiiiiiiiiiii Lex vient te défendre lol J’adore cette intervention !

OUAIS !!! j’adore ce chapitre !! Avancée phénoménale dans le chlex ! ça fait toujours plaisir ça, et Lex a parfaitement défendu sa cause en rappelant à cet abruti toutes les occasions qu’il avait manqué pour être avec Chloé. rhalalaaaaaaaaa faut attendre la fin maintenant !!!!

Superbe chapitre en tout cas bravo !!

kfn
aaaaaaaaaaaaaaaah !!!

oula j'attéris doucement c'était c'était c'était ... génial, top moumoute, extra bien, carrément tip top... waw, vraiment je suis tombée sous le charme ! vraiment, super dernier chapitre, effectivement, tout ce qu'on attendait depuis le début est là... mais je t'avoue que les demandes en mariage simultan"es c'est fort ! et même Lex "dorlotant"Chloé waw ! (ça veut dire super smut en langage kfn hein ....)

so, énorme clifangher (en même temps what else...) du coup j'espère très fort que winnie postera la suite (et fin !) rapidement, parce que là le suspense est à son comble (et que je veux une happy end !)

bravo bravo !

elina
Alexiel t'es trop forte! Du début à la fint out se passe super vite, mais tant mieux puisque c'est ce que à quoi tout le monde pense et attend depuis le début.

Ha ha ha c'est tellement bien de voir Clark se vautré comme il le fait. Il passe vraiment pour le type qui pige rien aux femmes, surtout quand Lex lui fait un rapide résumer de tout ce qu'il vient de vivre.

Bon forcément la fin, on est un peu inquiet pour le pauvre Lex qui va aller se morfondre en attendant de savoir la sentence...

Alors SUITE!!!!!

Chloeblood
bon ben j'ai rattrapé mon retard et j'en avais besoin ce fut un régal!

très bonne fic, j'aime particulièrement les passage revenu dans le monde présent quand alors Lex voit les photo qui ont changé et pour le bal masqué! j'adore!

bref, très très très bon dernier chapitre, continuez!

ah la couleur préféré! très peu d'homme sont en mesure de le savoir détail futile qui veut pourtant tout dire!

j'atten la suite

winnie
Alexiel tu sais déjà combien ton chapitre m'a emballé et je le répète! lol
pour l'épilogue, il est très avancé, je le posterai probablement ce week-end!

alexiel
Merci les filles ! Ça me fait plaisir tous vos petits messages !
C'est vrai que j'ai été plutôt inspiré pour cette fic, résultat j'ai trouvé en quelque sorte une nouvelle façon d'écrire et je suis super motivée pour mes autres fics. (Je pense pouvoir vous promettre un nouveau chapitre de Tribu pour dans pas longtemps)
Pourvu que ça dure !!!!

chlo
Dévoré

Adoré

Très joli chapitre Alexiel, vraiment. Me suis vraiment bien amusée à le lire

Rahhhhh mais on a quand meme fait un boulot super sur cette fic

*Modeste un jour...*

Vive la finnnnnnnnnn

oui il reste une fin

je sais

mais quand meme

bravoooo

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:51

J'ai fini beaucoup plus vite que prévu, j'en profite! Alexiel a raison ça booste d'écrire 'le temps d'une photo'! lol voilà l'épilogue de notre fic en commun! Déjà merci à vous pour avoir participé et lu! c'était un plaisir de l'écrire! j'espère que cet épilogue clôturera en beauté cette fic! j'ai fais un petit recap' des photos, dans certains chapitres la photo de départ ou de fin n'était pas précisée, j'ai dû inventer, j'espère que les auteurs ne m'en tiendront pas rigueur!
Je tiens à remercier Alexiel pour avoir terminé son chapitre comme je le souhaitais pour enchaîner avec cette idée, elle a d'ailleurs écrit une scène bonus dont je reprends des idées signalées par des *!
Une dernière chose, j'espère qu'on recommencera le principe, ça anime notre forum! bonne lecture!!


ÉPILOGUE par Winnie

Biiip... biiip... biiip... biiip...
Le réveil s’entêtait avec ses petits bruits aigus et désagréables.
Biiip... biiip... biiip...
Le jeune homme envoya sa main tâter le rebord de son lit puis sa table de nuit. Finalement ce n’était pas le réveil. Non, il affichait ses chiffres digitaux en silence. Et il avait fait exprès de ne pas le régler avant d’aller se coucher. Mais d’où venait ce bip strident ?
Biiip... biiip...
Il se redressa en grognant et se dit que s’il avait des cheveux, ils auraient été incoiffables pour la journée. La lumière forte du soleil printanier le fit grimacer de plus belle. Il s’étira en plissant ses paupières et comprit d’où venaient les petites vibrations insupportables.
Biiip...
_ Allô ? Marmonna-t-il en décrochant son portable.
_ ‘Lex ! Où es-tu ?!’
Ah. Impression de déjà-vu.
_ ... Pete ?
_ ‘On est tous à l’église et Chloé arrive dans quelques minutes !’
Lex se raidit en ouvrant de grands yeux. Ah la vache ! Il était revenu au matin du mariage ! Mais dans la version originale Pete lui disait que Clark attendait de pieds fermes devant l’autel, qu’est-ce qui avait changé ?!
_ Merde merde merde ! J’arrive !
Il ferma le clapet du portable, sauta du lit, défonça la porte de la salle de bain, s’immergea sous l’eau quelques secondes, ressortit en s’essuyant, dérapa plusieurs fois sur son parquet sans tomber, se débattit cinq minutes entières avec son nouveau boxer français, enfila son costume en un temps record, glissa ses bras dans sa veste avec la cravate entre les dents et les chaussures délassées, termina d’accorder les accessoires dans l’ascenseur, bouscula trois vieilles dames dans le hall de son immeuble et débarqua dans la rue.
Cette fois il savait parfaitement où aller. Il détala en courant, il avait hâte de savoir et d’un, pourquoi le mariage était maintenu, et de deux, si Chloé, lorsqu’elle le verrait arriver, lui dirait illico qu’elle allait dire non. Ça ne pouvait qu’être ça ! Sinon pourquoi revenir au matin de ce foutu mariage ? La Fée machin avait bien agi pour du changement ! Et il avait fait une demande ! Il n’était pas resté les bras croisés cette fois !
Comme la dernière fois, il ne vit pas la mamie qui passait par là avec son toutou miniature en manteau écossais. Il se jeta dessus à pleine vitesse et préféra se déporter sur le côté pour éviter à la grand-mère de se retrouver au même niveau que son chien.
_ Mais faites attention ! Engueula-t-elle en le frappant avec son sac alors que l’animal grinçait plus qu’il n’aboyait.
Lex resta étalé sur le bitume quelques instants alors que la vieille dame partait en râlant. Il posa ses doigts sur son visage en grimaçant. Il ne manquait plus qu’un oeil au beurre noir. Il posa ensuite ses mains sur sa veste en craignant avoir perdu son portefeuille dans la bagarre, mais il n’y absolument rien dans ses poches intérieures. Il fronça les sourcils, il se souvenait pourtant avoir porté quelque chose.
Les alliances !! Lex se redressa et sonda le sol partout autour de lui. Non, rien n’était tombé, il ne les avait pas perdus entre temps dans la version originale, ce ne pouvait donc pas être un oubli ni une faute. Alors pourquoi n’avait-il plus les alliances ? La révélation le frappa lorsqu’il s’aperçut que son costume avait changé. Il était plus élégant, il portait même un bouton de rose blanche à sa veste. Pete n’avait pas fait mention de Clark, il ne portait pas les alliances...
Elle l’avait choisi.
Lex sentit sa bouche s’assécher. C’était son mariage, il avait réussi. Chloé l’avait choisi et l’attendait devant l’église... Il leva les bras au ciel.
_ MERCI LA FÉE !! Hurla-t-il.
Un homme se pencha au-dessus de lui.
_ Ça va ? Vous voulez que j’appelle une ambulance ?
Lex cligna des paupières.
_ Non ! Je vais me marier grâce à une fée qui m’a fait remonter le temps ! C’est pas génial ça ?!
L’homme hocha la tête.
_ Surtout ne bougez pas, restez calme, des gentils messieurs en blanc vont venir, dit-il en sortant son portable.
Lex se releva avec un grand sourire aux lèvres. Il regarda sa montre et eut un sursaut. Il allait se marier ok, mais il allait surtout être en retard à son propre mariage. Il se releva rapidement et se remit à courir comme une fusée, ignorant les appels de l’âme charitable qui contactait l’asile. Lorsqu’il vit l’église, il crut que son cœur allait exploser. Comme la première fois la limousine de Chloé était là, la jeune femme ajustait son bouquet avec son père et Lana à ses côtés. Lex s’arrêta au pied du parvis pour reprendre son souffle. Bon sang qu’il était heureux ! Même sa robe avait changé, plus sobre, pas de voile, des petits boutons de roses dans ses cheveux au carré, parfaite. Dès que Lana le vit, elle se rua sur lui.
_ Mais qu’est-ce que tu foutais ?! T’as vu l’heure ?!
_ Désolé ! J’ai eu un incident en cours de route !
_ Un rapport avec cet œil au beurre noir ?
_ Oui en quelque sorte.
_ Rentre ! Dépêche ! Le poussa-t-elle.
Il grimpa avidement les marches et passa à côté de Chloé, elle lui accorda un petit sourire qui le combla au plus haut point.
Lorsqu’il franchit le pas de l’église, il ne fut pas au bout de ses surprises. Non seulement Clark était debout devant l’autel, son indécrottable sourire aux lèvres, mais en plus ses témoins avaient changé et apparemment il n’en faisait plus parti, ce qui expliquait qu’il ne portait pas les alliances qu’un stagiaire du Daily Planet aka Jimmy Olsen tenait dans les mains. Lex pivota lentement vers Chloé, atterré, elle évitait soigneusement son regard. Il allait hurler et tempêter des ‘POURQUOI TU FAIS CA ?!’ mais il se sentit aspiré dans l’ombre du bas-côté. Pete le tenait par le bras pour le guider discrètement à sa place.
_ Bon sang Lex j’espérais presque que tu oublies l’invitation, mais Clark a insisté pour que je t’appelle.
_ Pete, qu’est-ce qui s’passe ?
_ T’as beaucoup bu ?
_ J’comprends pas, qu’est-ce qui a foiré ?
_ Comment ça ? Tu le rumines depuis des semaines.
_ Mais quoi ?! Pourquoi elle l’épouse lui ?!
_ Chuuut !
Pete entraîna Lex contre le mur de l’église pour éviter qu’il attire son attention.
_ Je sais que c’est dur et je sais que tu aurais préféré ne jamais recevoir cette invitation mais si tu es venu ce n’est pas pour faire un scandale ! Moi non plus je ne comprends pas pourquoi elle a sauté sur Clark après qu’il lui ait avoué son grand secret mais c’est comme ça ! C’est la vie ! T’as fais ce que tu as pu, ça n’a pas marché, tant pis ! Maintenant tu t’assoies là, tu attends la fin et tu te tires !
Pete l’assit sur un banc et reprit sa place près de Clark et de sa caméra. Lex n’en revenait toujours pas. Alors qu’il avait fait sa demande en même temps que BenetMan, ce dernier avait tout avoué à Chloé. Qu’il était un alien, qu’il avait des pouvoirs, que ça expliquait ses absences injustifiées et ses grands mystères. Et Chloé avait dû tomber à ses pieds, touchée des confessions, se prenant la vérité en pleine figure et comprenant ainsi qu’il n’avait pas vraiment cherché à lui faire du mal mais plutôt à sauver les gens.
Lex déglutit, il n’avait pas entendu la marche nuptiale, il ne se réveilla de sa défaite qu’en entendant Chloé dire oui.

*

_ Lex ? Ça va ?
Le milliardaire releva les yeux de son énième verre de Champagne, assis dans le jardin à côté de la salle de réception.
_ Pourquoi t’es resté ?
Lex haussa les épaules.
_ J’en sais rien.
En fait il avait été emporté dans le flot de déplacement des invités. Non seulement Chloé ne lui accordait plus la parole, évitait à tous prix ses regards et semblait le repérer à plusieurs mètres à la ronde pour le fuir, mais en plus Lex se sentait complètement isolé. Dans la première version, son père était là, quelques uns de ses amis, mais là, personne. Il se demandait même pourquoi ils avaient pris la peine de lui envoyer une invitation. C’était encore pire qu’au début. Tout ça parce que cet abruti venait d’une autre planète !
_ T’aurais vraiment dû partir. T’arriveras à faire ton discours ?
Lex releva un visage abasourdi.
_ Quel discours ?
_ T’as pas oublié au moins ?
Il allait répondre mais son pote réalisateur le coupa.
_ Je sais ! J’confirme, Clark a joué les salauds, Chloé était contre, mais c’était le but ! Te faire parler à leur mariage pour les complimenter, c’est vraiment sadique après ta demande. Fais voir ce que tu as écris, que je joue le rôle de la censure.
Lex chercha un quelconque morceau de papier dans ses poches qu’il n’aurait pas senti, et finalement il y avait bien un ptit bout plié au fond de l’une d’elle. Pete le lui prit des mains et le déplia avec une grimace. Il lut en se mordant la lèvre.
_ Ouais. Impersonnel. Idéal.
_ Ah vous êtes là, aperçut Lana en les rejoignant. Ça va Lex ?
Bon sang ! Est-ce que tout le monde était au courant de son échec incroyable ?!
_ C’est l’heure du diaporama ? Grogna-t-il.
_ Quel diaporama ?
Ah merde ça aussi ça avait changé ? A tous les coups ils n’avaient pas trouvé assez de photos touchantes de leur ‘super’ couple.
_ C’est l’heure de ton discours.
Argh !
_ Je ne sais pas si je vais pouvoir le faire, je crois que j’ai trop bu, déclara Lex en constatant qu’il voyait trouble.
_ Ah non non non, tu ne peux plus reculer, tout le monde sait que tu es là !
Pete acquiesçait. Il le prit par le bras pour le pousser dans la salle. Lex trébucha légèrement, pas vraiment partant pour un pugilat public. Avec son allure tanguante et son énorme bleu au visage, il ne passait pas vraiment inaperçu. Et au moment il choisit de faire volte-face pour fuir, il tomba nez à nez avec Chloé qui pivotait aussi de son côté. Ils sursautèrent, surpris.
_ Ah c’est toi, fit Chloé, embarrassée.
Il n’arriva pas balancer qu’en effet c’était bien lui, le seul chauve de l’assemblée, celui qu’elle avait envoyé bouler comme un malpropre.
_ C’est... c’est une belle cérémonie, dit-il.
Il comprit à l’instant qu’il retombait dans son travers qui avait tout déclenché. De peur d’être mal compris ou rejeté, il mentait, taisait ses véritables sentiments.
_ Merci. Qu’est-ce qui est arrivé à ton œil ?
_ Oh, ça, rien, longue histoire.
Elle acquiesça simplement.
_ Écoute...
Elle se mordit la lèvre.
_ Je ne t’ai jamais vraiment expliqué mon choix.
Et en plus il n’avait jamais su pourquoi. Merveilleux.
_ Je...
_ Chers invités ! S’exclama une voix dans le micro, en provoquant un larsen. Lex Luthor a accepté de faire un petit discours pour féliciter ses deux amis ! On l’encourage tous !
La foule se mit à applaudir avec joie. Clark s’empara de la main de Chloé et l’éloigna, Lex fut donc contraint de s’avancer vers le micro fleuri, à la place de l’écran blanc du diaporama. Il reprit son morceau de papier et s’aperçut que c’était l’un des longs post-its dont il se servait pour faire sa liste de courses et autres notes près du téléphone. Il avait dû gribouiller les mots la veille. Il se retint de grogner en lisant ce qu’il avait concocté. Lex releva les yeux, tous les invités attendaient avec un large sourire, s’attendant aux meilleures boutades sur les jeunes mariés. Lorsqu’il croisa le visage de Chloé, démonstration vivante de la compassion, il eut une brusque envie d’insulter le monde entier.
_ Hum... Euh, on m’a demandé de faire un discours, je ne sais pas encore pourquoi moi, peut-être un désir profond de plomber l’ambiance.
Il déclencha des rires alors qu’il ne plaisantait pas du tout. Il inspira et commença à lire.
_ J’ai toujours pensé depuis le lycée que Clark était fait pour Chloé, et Chloé... pour Clark.
Ok. Il avait dû se piquer à l’héroïne pour écrire un truc pareil.
_ Clark a toujours été un garçon droit et honnête, idéal pour canaliser l’énergie et les débordements de Chloé.
Autres rires. Hypocrisie quand tu nous tiens ! Clark avait trompé Chloé, et ça n’impliquait pas ses pouvoirs !
_ Chloé a toujours été une fille étincelante et excentrique, idéale pour décoincer Clark.
Encore des rires. La suite était pire, il ne pouvait pas lire ça. Sans compter que l’alcool ne l’incitait pas vraiment à rester calme.
_ Hum leur amour... Non.
Il provoqua un vague étonnement en rangeant le papier.
_ Vous voulez la vérité ?
Pete s’agita brusquement en lui faisant signe d’arrêter alors que Clark fronçait les yeux.
_ Ils ne sont pas du tout fait l’un pour l’autre ! Clark ne pense qu’à lui et Chloé qu’aux autres ! Si elle pensait un peu à elle, elle verrait que ce couple n’est qu’une immense erreur !
Cette fois, la foule était stupéfaite, pas autant que les mariés, ni même Pete et Lana, mais quand même. Chloé fit un pas vers lui, la gorge obstruée de larmes.
_ Dès la première fois où je l’ai vue, à la première seconde, quand Clark nous a présentés à la Torche, je l’ai aimée. Elle était jeune c’est vrai mais... Elle était là, avec ses cheveux en bataille, ses grands yeux pétillants et son immense sourire, elle était lumineuse et j’ai tout de suis su que c’était elle. Puis j’ai découvert qu’elle était brillante, têtue et qu’elle se contrefichait de mon nom et de ma fortune, je ne pouvais que tomber amoureux.*
Le silence pesant lui retomba dessus. Il n’aurait peut-être pas dû se lâcher comme ça, cette histoire allait le suivre toute sa vie. Sauf si la fée venait pour lui faire remonter le temps et se sauver lui-même. Il s’éclaircit de nouveau la voix.
_ Si je n’ai jamais rien dis c’est parce que je suis un lâche. Lex Luthor est un lâche ! Répéta-t-il en laissant tomber lourdement ses mains après les avoir levées. Mais si elle a choisi Clark, je suppose qu’elle savait ce qu’elle faisait, malgré les dix orgasmes que je lui ai donnés la veille de la demande de notre ami le bienheureux ! En fait non, pas dix mais neuf. Tu vois, je sais même reconnaître tes simulations ! J’espère pour Clark qu’il ne voie rien !
C’était au tour de la rancœur de parler, et les invités commençaient à murmurer, sentant le scandale qui éclabousserait le milliardaire le lendemain.
_ Ce mariage vient d’enterrer notre amitié, je n’en ai jamais ressenti pour toi de toute façon. Alors c’est terminé, et ça ne devrait pas t’attrister. Oublie mon numéro et oublie ces dernières années même si je les recommencerais si je le devais. J’abandonne.
Il lâcha un soupir plein de chagrin et marqua une pause, un peu embrouillé.
_ Bref ! Relança Lex en dépliant de nouveau le papier. Chloé a toujours eu ce qu’elle voulait, elle a eu Clark, je pense que plus rien ne pourra la rendre plus heureuse à présent, toutes mes félicitations.
Il tourna les talons et se faufila le plus vite possible à l’extérieur. Il ne doutait pas que Clark avait fait exprès de lui demander un discours comme ultime vengeance de sa demande le même soir que lui. Et il avait plongé tête la première dedans.
_ Lex !
Argh ! Les lèche-bottes n’avaient pas attendu deux secondes qu’il soit parti. Une rouquine courait vers lui, l’air paniqué.
_ Marlène Chapeau ?
_ Oui ta secrétaire, confirma-t-elle avec inquiétude.
Il avait fait ça lui ?
_ Ne te maries jamais.
_ Trop tard, je suis fiancée.
_ Peut-être que tu fais un malheureux ! Comment s’appelle ton fiancé ?
_ Maurice Béret.
Chapeau épouse Béret, tout était normal dans cette union, pas comme Chloé et Clark ! Il se mit à ruminer dans son coin.
_ Est-ce que je peux faire quelque chose ?
Faire revenir la fée et la torturer pour l’avoir fait espérer ! Lex inspira profondément, cherchant ce qu’il voulait faire à présent. Il se sentait vidé, lessivé. Complètement ridicule.
_ Oui, tu peux faire quelque chose.

*

Chloé n’avait pas bougé. Les gens glosaient autour d’elle, et même la main de Clark sur son épaule ne suffisait pas à la rassurer. Elle avait l’impression d’étouffer parce qu’elle se rendait compte que perdre Clark lui ferait moins de mal que perdre Lex comme c’était le cas à présent. Elle n’avait pas vraiment réfléchi. Depuis ses treize ans elle avait attendu ce jour, et quand Clark lui avait enfin avoué son secret, elle s’était sentie si isolée avec lui, si admirative, qu’elle en avait oublié toutes les souffrances passées. Et puis elle savait au fond d’elle que Lex serait là, comme il l’avait toujours été, quoiqu’elle fasse. Mais s’il se coupait d’elle, qui serait son meilleur ami ? Sa présence stable et amusante auprès d’elle ? Celui qui la dorlotait, qui loupait ses réunions pour elle, qui se décarcassait pour elle ? Elle s’était appuyée sur lui pendant des années, et c’était seulement à l’instant où elle prenait conscience qu’il ne serait plus là, qu’elle calculait la démesure du manque.
_ Chloé ? Ça va ?
Elle releva des yeux embués, sa mère la regardait avec anxiété. Elle secoua négativement la tête en guise de réponse.
_ Viens, on va faire un petit tour, engagea la femme en lui prenant le bras.
Elle entraîna sa fille dans le jardin et referma la baie vitrée pour décourager d’autres invités à les suivre. Elle frotta gentiment son dos.
_ J’aimerais rester seule.
_ D’accord, je vais rester devant les portes comme ça personne ne sortira, promit sa mère avec un petit sourire.
Elle s’éloigna, laissant la petite blonde s’adosser à un arbre, tournant le dos à la réception. Elle s’empara de la petite bourse de tissu blanc attaché à son poignet et en sortit un petit objet qu’elle avait instinctivement gardé avec elle. La bague de Lex. Elle n’avait jamais eu le courage de la lui rendre. Elle regrettait. Elle regrettait tellement de ne pas lui avoir parlé, ni même expliqué. Pourquoi l’avait-elle fui comme ça ? Maintenant qu’elle y pensait, elle ne savait pas pourquoi elle avait agi ainsi. Si seulement on lui accordait une seconde chance, si seulement elle pouvait arrêter le temps et tenter de comprendre elle-même ce qu’elle faisait. Si seulement ! Une seconde chance !
Clap !
L’obscurité tomba sur le jardin en un clin d’œil. Chloé se redressa, surprise, et sonda le ciel, à la recherche de l’énorme nuage qui obstruait si brutalement le soleil. Elle tourna sur elle-même et se figea en voyant sa mère paralysée, bras en l’air, tentant probablement de se détendre en s’étirant. Encore plus surprenant la salle de réception entière qui ne bougeait plus.
_ Regrets des regrets, fit une voix masculine derrière elle.
Chloé sursauta et pivota. Un homme en costume trois pièces et chapeau haut-de-forme l’observait. D’où est-ce qu’il sortait ?!
_ Qui êtes-vous ?
_ Une fée.
_ ... Pardon ?
_ L’Esprit des Unions pour être plus précis.
_ Hin hin.
L’homme croisa les mains derrière son dos et entama des allers-retours pensifs.
_ C’est la première fois que ça loupe vous savez. J’en ai vu beaucoup des crétins irrécupérables se démener comme des diables et finalement réussir, mais un comme Lex, et qui loupe en plus, c’est la première fois.
Chloé cligna des paupières. Ça y est, elle perdait la tête.
_ Je ne comprends pas.
_ Bien sûr ! Quand j’ai passé en revue toutes les choses qu’il avait faites, je me suis dis qu’il y avait de l’effort, et que ça ne pouvait que bien finir. Mais non. Et puis j’ai compris qu’il vous avait laissé choisir, le problème était là, c’est vous qui avez fait capoter tout mon travail ! Normal que vous ne compreniez pas.
L’Esprit se tourna face à elle, elle semblait livide, cherchant ce qu’elle avait bien pu lui faire. Il eut un petit soupir et s’approcha d’elle.
_ Ce mariage s’est déjà déroulé une fois. Lex était si atterré que vous en épousiez un autre que je lui ai permis de remonter le temps à travers les diverses photos du diaporama projeté. Peu à peu il a changé vos souvenirs, il a tout fait pour que vous retrouviez le sourire sur les photos, avec pour but d’être à la place de Clark aujourd’hui.
La jeune femme semblait perplexe et incrédule à la fois.
_ Ça peut paraître risible je sais, confirma-t-il. Mais connaissez-vous beaucoup de personne qui supporterait de revivre des instants pas forcément amusant pour la personne qu’ils aiment ?
Elle ouvrit une bouche comme une carpe hors de l’eau. La fée claqua des doigts et un écran apparut comme par magie devant eux.
_ On va se rafraîchir la mémoire ! Lança l’homme en se plaçant à côté de la mariée.
Deux photos apparurent, l’une qui ne disait absolument rien à Chloé, l’autre qui était celle prise pour son anniversaire au Daily Planet.
_ L’avant-après-Lex, annonça la fée. Vous faisiez un peu la tête non ? Comme par miracle tout s’améliore dans la version que vous connaissez à présent.
Chloé fit un pas en avant, ébahie par les deux versions. Suivirent d’autres photos, comme une tempête qui lui frappa soudainement le visage. La photo enjouée où elle balançait un sceau d’eau sur Clark avait été remplacée par une photo moins enfantine d’elle et Clark, tout ça parce que Lex n’était pas là. Et préférer un alien bad boy tout ça parce qu’il était sous l’influence d’une pierre et donc pas du tout naturel, c’était si bête qu’elle n’en revint pas vraiment. La photo du bal masqué ringarde où Clark s’était déguisée en zorro était devenue celle d’un couple masqué qui s’accordait à la perfection. Elle avait même deviné que c’était lui et elle reconnaissait maintenant que c’était à cause du baiser qui lui avait coupé le souffle. Ce ne pouvait être que Lex. La photo d’une fête à la fac, après la pièce Othello, triste à mourir, elle et Clark, elle qui n’avait qu’un sourire crispé et déçu... c’était devenu un large sourire plein de bonheur alors qu’elle dansait avec Lex. Comment oublier le strip chess de cette nuit-là ! La photo de la fête de fin d’année de l’université la montrait seule sur le grand escalier de la réception, guettant l’arrivée de Clark qu’on apercevait à peine en arrière plan, et Lex avait transformé cette triste Cendrillon en casse-cou hissé sur le porte-bagages d’un vélo, riant aux éclats alors qu’il pédalait comme un fou dans la rue. C’était une soirée inoubliable, et elle gardait cette photo dans son agenda depuis qu’elle avait été prise. Une photo d’elle dans un parc, allongé sur un banc, la tête sur les genoux de Clark, lui-même lisait de son côté, c’était si impersonnel, et même la photo qui avait remplacé ce souvenir soulignait cet ennui pesant dans leur couple. Clark n’avait pas retenu sa couleur préférée comme il n’apportait aucune évolution à leur couple. A les voir debout dans le parc, le sourire forcé, elle ne doutait pas qu’elle était malheureuse en réalité, même si elle avait eu des sentiments pour Clark. La paire suivante de photos ne fit que lui confirmer ce qui était indéniable. Le fermier lui avait offert la froideur de l’hiver, assise sur une barrière enneigée, alors qu’il avait ignoré son appel pour retrouver sa mère. Lex lui avait offert toute la chaleur d’un petit été avec sa mère dans un café.
Les deux dernières photos étaient très récentes, la première était celle d’une demande en mariage dans un restaurant qu’elle n’avait pas vécue. Oubliée plutôt. Son bonheur sur le coup était remplacé par un visage juste ‘satisfait’. Elle tenait le bras de Clark, sa bague à la main. De la satisfaction, et non du bonheur. Après toutes ces photos, c’était tout ce qu’elle comprenait. Clark avait été un fantasme d’adolescente, irréalisé, il ne la poussait qu’à persister jusqu’à obtenir entière satisfaction. Et elle n’avait même pas pensé à son propre bonheur.
Lex avait raison. Elle devrait être heureuse ce jour-là, mais elle ne l’était pas du tout. Clark avait dis oui, lui avait offert un beau mariage, voilà qui comblait une ancienne envie sans arriver à la rendre heureuse.
_ Est-ce suffisant ? Interrogea la fée en faisant disparaître l’écran.
_ Comment... comment j’ai pu être si égoïste... et aveugle ?
_ Je n’sais pas mais ça a foutu en l’air la seule chose pour laquelle je suis fait, marmonna la fée.
Chloé regarda de nouveau la bague de Lex et celle qu’elle portait à la main. Le diamant paraissait bien fade à côté de la belle émeraude taillée à l’ancienne, une émeraude comme il la lui avait promis un jour. Et durant toutes ces années il l’avait aimée... et elle se rendit compte qu’elle aussi... C’était lui ! Et ce n’était pas un fantasme ni une quête comme elle en menait déjà jusqu’au bout au point de ne plus rien voir d’autre que ce but là... C’était juste lui ! L’homme de sa vie, celui pour qui son cœur battait depuis le départ ! Un petit détail attira son regard à l’intérieur de l’anneau. Elle avait été aveugle jusqu’à ne jamais remarquer ce fragment. En le voyant, leur amour ne fut plus qu’une évidence. Elle avait l’impression d’avoir découvert un petit trésor enfoui depuis des siècles et qui chamboulait brusquement la marche de l’univers.
‘Semper a te debeo’*, les lettres gravées brillaient discrètement dans le platine, aussi rares et précieuses que le métal.
Chloé s’empara du col de la fée, les larmes aux yeux. L’homme ouvrit de grands yeux, bousculé pour la première fois de sa vie par une mariée.
_ Où est-il parti ?!
_ Mais comment voulez-vous que je le sache ?
_ Vous êtes une fée oui ou non ?!
_ J’aide les gens à ne rien regretter ! Je ne suis pas un GPS !
_ Vous devriez y songer !
_ Et vous vous devriez vous pressez de le chercher avant qu’il ne disparaisse !
Chloé allait répliquer mais elle s’interrompit elle-même. Vrai. Plus de temps à perdre. Elle le relâcha, remonta sa longue robe bouffante et se mit à courir. La fée eut un demi-sourire, il frappa une fois dans ses mains et le monde reprit son cours normal.
Aussi la mère de Chloé sursauta en voyant sa fille se ruer sur la porte aussi subitement.
_ Chloé ? Ça va ?
_ Je suis désolée maman ! Mais je pars le retrouver ! Lança-t-elle rapidement avant d’ouvrir en grand la baie vitrée et de s’enfourner dans la salle.
_ Va va ! Je gère la situation ! S’exclama sa mère en se frottant les mains.
La petite blonde bouscula tous les invités qui comprenaient de moins en moins ce qui pouvait bien se passer. Clark lui-même ne put intercepter sa femme au passage. Il dût la suivre en courant pour la retenir à l’extérieur sur la petite esplanade.
_ Hey ! Où tu vas ?
Chloé stoppa. Elle devait le dire à Clark avant tout. Elle pivota, retira la bague et l’alliance et s’avança vers un mari ahuri.
_ Je suis désolée Clark, vraiment désolée, mais il faut annuler.
_ Quoi ? T-toute ma famille est là ! Toute la tienne, tous nos amis, tu ne peux pas faire ça !
Elle reculait lentement, ne sachant quoi lui dire.
_ Pardonne-moi... je t’aime mais... Lex, lui, c’est vrai.
La mâchoire inférieure de Clark se décrocha.
_ Désolée, répéta Chloé avant de lui tourner le dos et de s’élancer de nouveau.
Peut-être était-ce l’adrénaline, ou l’excitation de dire non, mais elle se sentit pousser des ailes, comme si c’était ce qu’elle devait dire à tous prix depuis toujours. Elle se mit à courir pour sortir de l’enceinte de la salle de réception et buta contre une jeune femme en voulant tourner dans la rue.
_ Ooops pardon ! S’exclama Chloé en voulant reprendre la route.
_ C’est rie... Mais qu’est-ce que vous faites là ?
La petite blonde battit des cils quelques instants.
_ Marlène Chapeau c’est ça ?
_ Oui oui, la secrétaire, marmonna-t-elle.
Chloé agrippa ses épaules.
_ Où est-il parti ?!
Marlène sursauta.
_ Qui ?
_ Lex !
_ Pourquoi ?
_ Parce que !
_ C’est-à-dire ?
Chloé inspira lentement et se mit à secouer la rouquine comme un prunier.
_ OUUU EEEST-IIIIIL ?!!
_ Ok ok ! Du calme ! Il vient de prendre l’avion pour Portland, il voulait et je cite ‘fêter ça dignement sur la plage de SpringWest’, je n’ai plus qu’à reprendre tous les dossiers en cours toute seule, comme d’habitude ! Et aussi de...
Un nuage de poussière fut sa seule compassion, la mariée venait de détaler à toute vitesse.
Chloé avait pour idée de rejoindre l’aéroport le plus rapidement possible. Lex prendrait son jet à tous les coups, elle n’avait plus qu’à espérer choper un vol juste avant son départ. Elle plongea dans la première bouche de métro qu’elle vit pour en ressortir quelques secondes plus tard de l’autre côté de la rue par une autre bouche.
_ Saleté de grèèèèève ! Grogna-t-elle toujours en courant.
Elle jeta un œil par-dessus son épaule et aperçut un taxi libre arriver. Aussitôt elle se planta en travers de la chaussée en écartant les bras. La voiture pila brusquement et s’arrêta à un cheveu de la robe blanche.
_ Mais ça va pas non ?! Hurla le chauffeur en abaissant la vitre.
_ Emmenez-moi à l’aéroport ! C’est une urgence !
_ Vous vous croyez où ?!
Elle ne laissa pas finit sa réprimande et monta directement à l’arrière.
_ Allez vite ! Démarrez !
L’homme avait de gros yeux ronds, incroyable le culot de cette femme. Puis il tourna la clé de contact en grommelant et démarra. Chloé se tripatouillait nerveusement les doigts, maudissant chaque feu rouge et chaque ralentissement du taxi qui suivait scrupuleusement le code. Et lorsqu’elle comprit qu’ils ne bougeraient plus que de quelques centimètres en une heure, bloqués dans une circulation monstre, elle craqua.
_ Mais qu’est-ce qui s’passe !
_ Mais qu’est-ce que j’en sais !
_ C’est quoi tous ces gens qui savent rien !
_ Regardez ça bouge pas ! Que voulez-vous que j’fasse ?!
_ Mais j’m’en fiche ! J’veux savoir c’qui s’passe !
_ Maaais ça doit être à cause des grèves de transport ! Tout le monde se rue sur les voitures !
_ Rhaaa foutues grèves, bougonna Chloé en croisant les bras.
Seulement au bout de deux minutes qui en parurent cinquante-huit pour elle, Chloé se redressa et sortit des billets de sa petite bourse en se félicitant d’avoir eu cette idée de garder tous ses papiers quand même sur elle.
_ Gardez la monnaie ! Lança-t-elle en défonçant la portière.
_ Hey ! Y a pas la monnaie !
Elle leva les yeux au ciel et lui jeta un dernier billet avant de slalomer entre les voiture, chose plutôt compliquée avec une énorme jupe bouffante blanche malgré le corset. Sans compter le regard des passants et des automobilistes qui voyaient une mariée se démener comme une diablesse pour courir.
Chloé freina brusquement, dérapa, se retint au dernier moment, et fit demi-tour. Une boutique de vélos ! Parfait ! Merci papa pour le chèque en cadeau de noces ! Elle fonça dans la boutique et en ressortit avec une bicyclette rose à rubans et petit porte-bagages.
_ Poussez-vouuuus ! S’exclamait-elle en klaxonnant les piétons du trottoir.
Elle passa la vitesse suivante, la langue coincée entre les dents, se mit en danseuse pour grimper la côte, le visage tout rouge. Lorsqu’elle arriva au bout, elle souffla mais ne remarqua pas la brusque descente. Le vélo sembla se stabiliser avant de piquer droit devant lui comme le calme avant la tempête. Chloé retint son souffle et ferma instinctivement les yeux avant de hurler en dévalant la pente. Elle crut se crasher en beauté mais bizarrement elle enchaîna les balancements en avant et en arrière. Elle ouvrit lentement les yeux, elle était dans un creux. Chloé se permit donc un soupir rassuré et se remit en route.
Plus elle pédalait, plus elle s’amusait de sa situation. Clark l’aurait traité de malade à interner, Lex se serait franchement bidonné, il lui tardait de le retrouver pour lui raconter ça ! Avec beaucoup d’efforts et malgré la tenue et le véhicule, elle arriva sur l’esplanade de l’aéroport plus rapidement que le taxi toujours coincé dans les embouteillages. Elle descendit de sa monture et l’entraîna avec elle à travers les larges halls. Dès qu’elle aperçut les caisses, elle galopa dans leur direction.
_ Je veux un billet pour Portland ! S'écria-t-elle avant même de toucher la banque d’enregistrement.
Une femme au visage de marbre releva des yeux perplexes.
_ Pardon ?
_ Un billet pour Portland ! Répéta Chloé en hachant chaque mot.
L’hôtesse cligna des paupières, statique.
_ C’est une caméra cachée ?
Chloé arqua les sourcils.
_ Est-ce que ça a l’air d’une caméra cachée ?
_ Et bieeeen... vous êtes une mariée avec un vélo rose.
_ Superbe sens de l’observation oui. Il vient mon billet oui ?
La femme acquiesça, pas vraiment convaincue.
_ Le prochain avion part dans quatorze heures.
_ .... Ah. Et le précédent ? Il est parti y a longtemps ?
_ Il part dans dix minutes.
Chloé tressaillit.
_ Donnez-moi un billet vite !!
_ L’embarquement a déjà eu lieu.
_ S’il vous plaît s’il vous plaît ! Toute ma vie est en jeu !
_ Il fallait partir en avance pour se marier non ? Répliqua l’hôtesse qui perdait patience.
_ Mais je suis toujours en retard ! J’comprends tout en retard ! J’vous donne mon vélo en échange !
_ J’ai passé l’âge des vélos roses.
_ Il est pour adulte.
_ C’est ce qui est inquiétant.
_ Avec ma robe j’pouvais pas opter pour le VTT ! S’énerva Chloé.
_ Il y a un problème ?
Chloé pivota sèchement pour tomber sur un pilote.
_ Maaark ! Réagit aussitôt l’hôtesse.
_ Que se passe-t-il Jaqueline ?
La petite blonde sauta immédiatement sur le pilote. Après des années d’enquête au Daily Planet et des années d’attente de Clark, elle savait reconnaître une occasion en or quand elle en voyait une. Alors elle attrapa le col de Maaaark et lui fit son regarde de chiot perdu et abandonné après les départs de vacances.
_ Il faut que je prenne le vol pour Portland, l’homme que j’aime est là-bas ! Je vous en prie, aidez-moi, faites quelque chose...
L’hôtesse esquissait un sourire railleur mais le pilote fonça droit dans l’mur.
_ Jaqueline ? Nous pouvons probablement faire quelque chose pour cette demoiselle, minauda Maaaark le visage légèrement rougi.
_ Euuuuh oui... oui, marmonna la femme en sortant un billet avec une très mauvaise volonté.
Ce fut ainsi que Chloé, accompagné de gentil pilote charmé, se retrouva dans la salle d’embarquement puis sur la passerelle pour entrer dans l’avion qui partit avec trente minutes de retard, le temps que le vélo rose se retrouve dans la soute à bagages. La petite blonde s’assit plus confortablement, les nerfs en pelote. Son cœur ne cessait de s’emporter même au repos. Elle avait vraiment hâte de retrouver Lex et de tout faire pour lui comme lui avait tout fait pour elle.
_ Vous voulez quelque chose ?
Curieusement les quelques passagers du vol la regardaient avec tendresse, c’était probablement dû à son entrée fracassante à bord en robe de mariée et au speech de la compagnie qui expliquait qu’elle partait retrouver l’amour de sa vie. Alors Chloé sourit à l’hôtesse en se frottant les épaules nues.
_ Une couverture s’il vous plaît.

***

Lex arriva sur sa plage préférée, une longe et belle plage de sable fin face au Pacifique. Idéale pour réfléchir et surtout pleurer en toute discrétion car elle était peu fréquentée. Mais quand il posa le pied sur SpringWest, ce n’était pas réellement ce qu’il s’attendait à voir.
_ Rhaaa encore un foutu mariage...
Avec une grande estrade en bois pour danser, des tables rondes et blanches un peu partout, des tonnelles recouvertes de fleurs blanches, et une mariée tout sourire dans les bras de son mari tout frais. Il allait abandonner lorsqu’il aperçut un bar d’extérieur créé à l’occasion. Finalement c’était pas si mal. Il se rendit immédiatement sur un des hauts tabourets vides et s’installa avant de commander un Whiskey.
Chloé, de son côté, n’était plus très loin de SpringWest. Elle poussait la voiture qu’elle avait eue en auto-stop parce que Môssieur avait du mal à la démarrer. Donc, à intervalles réguliers, elle sortait pour pousser. Le moteur repartit à une intersection.
_ J’dois vous déposer là ! Déclara le conducteur la bouche en cœur.
_ Quoi ?! C’est pas la plage là !
_ Moi je vais de ce côté, vous de l’autre.
_ J’ai poussé votre foutue bagnole !
_ Désolé !
La petite blonde en eut les bras ballants.
_ Ce n’est qu’à dix kilomètres, crut-il bon de préciser.
Chloé se dépêcha de sortir son vélo du coffre avant qu’il ne parte en trombe, ce qu’il fit dès que les deux roues touchèrent le bitume.
_ Merci ! Enragea-t-elle en remontant en selle.
La fatigue commençait à se faire sentir, mais les embruns marins n’étaient plus très loin.
Lex avait trouvé un copain d’beuvrie à côté de lui, avec qui il trinquait. Tout le monde croyait qu’il faisait partie de la famille à cause de son costume, son voisin était sûr qu’il était le cousin machin du meilleur pote à truc. Ça l’arrangeait, l’alcool était gratis et il était parti de son jet sans argent, comme un con. C’était bien ce qu’il pensait de lui et doublement quand il se remémorait son discours et son coupage de pont total avec la femme de sa vie qui était mariée à un autre. Il ignorait bien comment il pouvait se passer d’elle. Il avait déjà l’impression de la voir partout et de l’entendre à chaque fois qu’une femme parlait près de lui, autant dire qu’il n’était pas sorti de l’auberge.
Rha encore un foutu mariage, pensa-t-elle en posant ses chaussures dans le porte-bagages de sa bicyclette. Et autant dire que cette fois, elle était loin de passer inaperçue. Elle laissait son regard sonder les invités en angoissant, espérant que Lex soit réellement là.
Si la fée était là, Lex lui passerait un sacré savon. Il en arrivait à se demander depuis combien de temps il n’avait pas passé une vraie nuit. Pour tout le monde un seul jour était passé, pour lui c’était largement une dizaine. D’où son harassante fatigue.
_ Lex ?
Ah merde, il l’entendait ‘vraiment’ maintenant.
_ Lex ?
Le milliardaire fronça les yeux et pivota lentement. Chloé était là, dans sa robe blanche, tenant un vélo rose par le guidon. Lex se pencha sur le côté.
_ Dites-moi l’ami, vous aussi voyez une mariée derrière ?
_ Bien sûr, on est à un mariage, dit-il en haussant les épaules.
_ Mais c’est pas l’sien.
_ Comment ça ?
Le voisin jeta un œil derrière lui.
_ C’est pas elle qui s’est mariée ?
_ Non... enfin si mais pas là !
Le voisin acquiesça doucement.
_ Faut pas boire autant.
_ Rha laissez tomber.
Chloé lâcha le vélo qui chuta dans le sable, elle posa une main sur sa bouche, émue jusqu’aux larmes. Il était bien là, et elle devait trouver les mots à présent.
_ Qu’est-ce... qu’est-ce que tu fais là ? Interrogea-t-il toujours hagard.
Elle commença par sourire.
_ C’est... une longue histoire, assura-t-elle. Une fée est venue avec des photos et m’a dis tout ce que tu avais fait et... et...
Elle butait sur la fin d’un tel début. Si elle avait halluciné et inventé tout ça, il ne la croirait jamais ! Le voisin de son côté se leva en repoussant prudemment son énième verre d’alcool. Visiblement c’était lui forçait trop.
_ L’Esprit des Unions est venu te voir ? Reformula Lex, perplexe.
_ Oui ! C’est ça !
Elle croisa ses mains devant elle, la gorge serrée.
_ Et pourquoi tu es là ? Répéta Lex.
_ Je me suis trompée, avoua-t-elle d’une petite voix. Sur toute la ligne je me suis trompée. Tu vois... Clark... Je me satisfaisais de lui. Toi, toi tu me rends heureuse. Et quand je l’ai compris en voyant toutes ces photos je n’ai plus hésité ! Je préfère perdre Clark, mon job, ma famille... plutôt que de te perdre toi ! Alors j’ai rendu mon alliance et ce pseudo-mariage, j’ai voulu prendre le métro mais ils faisaient grève alors j’ai pris un taxi mais il y avait des embouteillages alors j’ai acheté un vélo mais avec ma robe je ne pouvais pédaler que sur ce truc qui m’a valu des commentaires pas très délicats sur le parcours. Sans compter que j’ai dû forcer une hôtesse à me vendre un billet d’avion que j’ai retardé. D’ailleurs je voudrais bien savoir comment toi tu n’as pas eu de problème pour rejoindre l’aéroport en limousine ! Termina-t-elle avec des petits sanglots dans la voix. Tout ça pour te dire que je t’aime, et que je suis désolée si je m’en rends compte que maintenant... Tous ces souvenirs que nous avons ensemble, je veux les garder et te garder toi !
Alors là Lex n’en revenait pas. Il ne s’attendait pas du tout à ça. Aucun mot ne pouvait sortir. En voyant son hésitation, Chloé craignait qu’il ne veuille plus du tout entendre parler d’elle.
_ J’ai... j’ai un autre argument, continua-t-elle alors. Clark voulait m’emmener au Texas pour la lune de miel mais je ne voulais pas lui dire que je déteste ça tant que... tant que je ne lui avais pas passé la bague au doigt parce que j’avais peur qu’il me quitte. Alors que toi... je sais que je n’ai pas peur de te dire franchement les choses ni d’être moi-même avec toi, et que tu aurais deviné ce que je voulais.
Lex déglutit pour humidifier sa gorge asséchée.
_ ... Hawaï ? Finit-il par dire.
Chloé eut un grand sourire.
_ C’est pas à ça que j’pensais mais j’adore Hawaï. C’est pour toutes ces choses que je fais ça.
Elle fouilla la petite bourse en tissu qu’elle portait au poignet et en ressortit la bague de sa mère, puis elle s’agenouilla dans le sable et la tendit vers lui. Lex se releva, un peu embarrassé, les gens commençaient à les scruter avec bien trop d’insistance.
_ Lex, je sais que je fais une pitoyable amie aveugle, mais tu m’as tellement donné... Acceptes-tu de m’épouser et de continuer à faire de moi la femme la plus heureuse ?... Dès que j’aurai divorcé ?
Il ne put retenir un rire, se trouvant idiot d’être aussi ému alors qu’il aurait dû être à sa place.
_ Oui Chloé Sullivan... momentanément Kent.
Elle se releva avec un immense sourire et se jeta à son cou pour l’embrasser. Les invités du premier mariage applaudirent, ne sachant pas vraiment à qui le cousin machin du meilleur pote à truc venait de dire oui, mais touché par le petit spectacle improvisé. Lex finit par relâcher sa bouche pour lui enfiler la bague.
_ Semper a te debeo.
_ Lié à toi pour toujours*.
Il l’embrassa un long moment avant de la sentir sourire sous ses lèvres.
_ Quoi ?
_ Non rien c’est... c’est le parcours du combattant que je viens de vivre, tout le long j’étais sûre qu’il n’y aurait que toi qui pourrais en rire.
_ Oui j’avoue que les ‘commentaires pas très délicats’ m’intriguent.
_ Ah nan pas ça !
_ Raconte pour voir ?
_ Rhaaa, grogna-t-elle les mains sur ses larges épaules. Et bien, ça allait de la ‘pin-up de boulevard’ à ‘l’hybride Barbie Cycliste/Barbie Bride’... Et j’t’interdis d’rire.
Il préféra la plaquer contre lui pour un autre baiser et ainsi cacher son fou rire. Finalement la fée s’était plutôt bien débrouillée, il n’avait pas tellement perdu son temps. Mais il retenait la leçon, se créer de tels regrets invivables, c’était la clé de l’enfer, s’il avait agi dès le départ, rien de tout ça n’aurait été nécessaire.
_ On vous prend en photo ? Proposa le photographe officiel du mariage qu’ils squattaient.
Lex et Chloé s’écartèrent mais restèrent joue contre joue.
_ Et souris Chloé, j’ai pas envie que la fée machin rapplique à notre mariage pour que le premier nigaud présent remonte le temps et se retrouve à ma place !
Il reçut une petite tape derrière la tête.
_ Emmène-moi à Hawaï plutôt !
Le photographe les cadra.
_ Attention, ne bougez pas...
Clic !

FIN

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 11:55

chlo
Winnie ma déesse!

Alors là!

magique et magnifique, j'en ai les larmes aux yeux! j'ai vraiment été bleuffée par la fin, les petits clins d'oeil et tout...

mais surtout


marlène chapeau!

J'en ai pleuré de rire!

Mon dieu! marcel berèt c'ets le grand moment! vraiment formidable!

Je suis fière de nous toutes lol on a mené ça de main de maitre et je serais ravie qu'on se refasse ça un jour

Bravo à tout le monde!

Je vous aime!!!!!

sixpence
wouaaaaa superbe fin !! alors au début je me suis fait la même réflexion que lex, c'est bon c'est gagné c'est leur mariage et pi ho purée nan même pas cette gourde désolé, a quand même dit oui à l'autre abruti. forcément le discours était énorme avec le truc sur les 9 orgasmes, fallait avoir envi de le dire mdr !!
"Chapeau épouse Béret, tout était normal dans cette union"
PTDR !!! the phrase of the chapitre excellent !
mais alors tu m'as foutu les boules jusqu'à ce que la fée apparaisse. là je me suis dis, c'est gagné, mais alors qu'est-ce que chloé va devoir faire??? return in the past?? MAIIIS NAAAN !! le brushing brain grâce au diaporama et hop, folle course poursuite d'abord en ville ! voilà une constante de la fic, l'aspect course mais cette fois pour chloé, qu'elle en fasse aussi de son côté pour équilibrer tout ça !
ptdr, les grêves de la vie quotidiennes qui s'immiscent dans le truc ! le taxi, le vélo rose mdr ! l'aéroport !!
wouaaaahouuuuuuuuu et pi la playa avec chloé qui fait sa demande ! cro mignon ! je pense que c'était nécessaire ça !
vont pouvoir vivre heureux maintenant !!!

bravo pour cette fin winnie en tout cas !

et viiiiiiiiiiiii on refait ça quand vous voulez !!

elina
Winnie, t'es trop forte. J'ai pas arrêté d'éclater de rire. Il y a tellement de rebondissement! C'est incroyable. Je vais commencer par le début... Celui où quand même tout le monde a cru que Lex allait arrivé en retard à son mariage...Mais non ouf!!! Non c'est bien plus romantique que ça. Ho et puis l'amitié toujours intact avec Pete, j'adore.
Le discours. Un régal. Les petit commentaires sur ce qu'il a écrit la veille. Ca fout peut être une ambiance de mort au mariage, mais enfin il se venge, et de quelle manière... Moi en tout cas j'avais envie de me lever et de l'applaudir.
Je suis contente aussi que la mère de Chloé soit du côté de Lex. L'avance rapide du avant après...un délice. Tu m'étonne, ça doit faire une drôle d'impression de se dire que si on est heureuse c'est parce qu'un mec a fait des effort rien que pour elle.
Bien sûre je suis d'accord avec Six' pour Mme Chapeau et M Beret...

Et puis la course poursuite. Je crois que le rythme de la course rythmait mon rythme de lecture, j'adore! ON la vécu nous aussi cette course.

L'arrivée sur la plage, et puis surtout le pote bourré de Lex...énorme.

Merci Winnie c'était vraiment un délice de lire cette fin. En plus ça finit bien...

Bon et puis ici un grand solennel bravo à tout ceux qui ont participer à cette aventure, et à tous ceux qui nous ont lu, merci.

A une prochaine aventure commune, j'espère.

aurore luthor
Super cette fic j'ai adorer un moment j'ai bien cru que lex avait fait tout sa pour rien quand j'ai vu que finalement elle epousait clark apres cette aventure torride avec lex faut etre cingler lol.

Mais bon je suis soulager de lire la fin .
Encore bravo elle etait geniale

alexiel
Rho, je le crois pas, t'as osé ! T'as osé la marier à Clark d'abord, tout ça pour rajouter du suspence, sadique va !
J'adore ce que tu as fait de mes citations, même si tu les as utilisée dans un contexte tout à fait différent.
Je voulais d'ailleurs ajouter préciser à ce sujet, que j'ai piquer la citation latine dans une fic du Bluemoongirl : "These Arms of Mine" que vous pouvez trouver sur le forum de NS : http://forums.naughty-seduction.net/

Sinon que dire de plus, à part que j'ai adoré, mais ça tu le sais déjà, halala, Chloé et son vélo rose. Et puis la fin, c'est cro meugnon !

En attendant, tu vois que j'avais raison, elle booste un max, cette fic, à telle point que j'avance super bien dans mes autres fics (une maj est pour très bientôt d'ailleurs, mais je dis pas laquelle, lol)

Quant à recommencer, c'est pour bientôt...

kfn
comment j'étais conteeeeeeeeeente !
et puis tout à coup, plus du tout !! quoi, pourquoi c'est clark qui est devant l'autel ??? non mais ça va pas????
breeeeef .... tout est redevenu normal... mais bien après !!!

et l'entre deux valait royalement le coup je dois dire !!

trop fort, toutes les péripéties, si je commence dans les citations je fais un copier coller de ta partie ... !!!!

le cou de la fée qui vient juste pour Chloé j'ai trouvé ça génial ! bah oui, à ton tour ma ptite !!

bon boulot, et rebravo pour l'idée !

et bravo à toutes !

Chloeblood
yeah, je viens de la finir et franchement j'imagine d'ici chloé, dans sa belle robe blanche sur.... une bicyclette rose.... mdr!


bref, très bonne fic qui se conclu sur la plus belle photo qu'il peut y avoir d'eux
il était temps qu'elle ouvre les yeux et je n'y ai pas cru quand elle se mariait ENCORe avec Clark! non mais franchement les jeune de nos jours ne savent vraiment plus quoi inventer! se marier à un fermier et faire sa lune de miel au texas! je suis peut être utopiste mais j'ose encore croire qu'on peut trouver mieux!!!


très très très bonne fic, et je suis resté accroché du début à la fin, de jolies souvenirs, de jolies photos, une jolie fic...

Laenan
J'ai rattrapé tout mon retard et je dois dire que sur le coup vous avez toutes assuré les filles !

Chaque chapitre avait sa touche d'originalité avec un Lex qui se démenait toujours autant et se rapprochait toujours davantage de son but. Génialissime. Le coup de la couleur préférée et de la mère retrouvait, ça a finit d'achever Clark et pourtant... Winnie la sadique nous joue encore des tours ! mdr ^^

C'était vraiment excellent, n'hésitez pas à retenter l'expérience.

pretender
bboooonnnn mon commentaire aura été long à venir mais c de ta faute, y'avait trop de trucs à dire donc j'avais pas le temps de le faire sur le coup lol

Citation :
Surtout ne bougez pas, restez calme, des gentils messieurs en blanc vont venir
mdr oooohhhh c étrange ça, on me l'a dit plusieurs fois ce genre de trucs lol

Citation :
Non seulement Clark était debout devant l’autel, son indécrottable sourire aux lèvres, mais en plus ses témoins avaient changé et apparemment il n’en faisait plus parti
là je te hais mdr

BenêtMan? ça sort d'où ça ptdr? je dis pas que c pa vrai hein mais bon lol

Citation :
Elle se mordit la lèvre.
_ Je ne t’ai jamais vraiment expliqué mon choix.
Et en plus il n’avait jamais su pourquoi. Merveilleux.
là je la déteste un peu mais en mm tps ça se comprend, pas facile, surtout qu'il a pas dû être très ouvert à la discussion

TROP FOOOORT le discours de Lex (surtout qd il arrête de lire son papier j'avoue lol)

Citation :
Clark ne pense qu’à lui et Chloé qu’aux autres !
lol bah en fait dit comme ça ils devraient être fait pour s'entendre, c complémentaire hein

Citation :
Elle s’était appuyée sur lui pendant des années, et c’était seulement à l’instant où elle prenait conscience qu’il ne serait plus là, qu’elle calculait la démesure du manque.
Chloé, j'veux pas dire, mais sur ce coup faut avouer que tu manques d'originalité, s'apercevoir de ce qui nous manque qu'au moment où on l'a plus, c d'un classik ! lol

Citation :
_ Comment... comment j’ai pu être si égoïste... et aveugle ?
_ Je n’sais pas mais ça a foutu en l’air la seule chose pour laquelle je suis fait, marmonna la fée.
mdr frustrant, j'compatis pour la fée lol

j'aime bien la réaction de la mère aussi quand chloé se barre sans rien expliquer lol et le secouage de marlène est pas mal non plus

LOL les grèves, t'évacues tes frustrations?

Citation :
_ Et souris Chloé, j’ai pas envie que la fée machin rapplique à notre mariage pour que le premier nigaud présent remonte le temps et se retrouve à ma place !
Il reçut une petite tape derrière la tête.
_ Emmène-moi à Hawaï plutôt !
Le photographe les cadra.
_ Attention, ne bougez pas...
Clic !
rrrhhhhhhaaaa c une grande conclusion ça ! que du bonheur! quel épilogue ! t toujours ma déesse, c officiel ! des fois que t'en doutais encore!

belle collaboration en tt cas, vive nous aussi (quoi?! fait pas de mal de se jeter des fleurs de tps en tps aussi lol)

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   Mar 13 Aoû 2013 - 12:01

Aller en bonus tracks, je vous mets la scène inédite que Winnie m'avait fait coupé pour que la fin soit conforme à son épilogue. Maintenant y a prescription Very Happy

Scène Bonus :
C'est à peine s'il l'entendit rentrer une heure plus tard. Il contemplait la ville un verre d'alcool à la main. Il ne prit vraiment conscience de sa présence que lorsqu'elle passa ses bras autour de lui et qu'elle posa sa tête entre ses omoplates. Lex posa alors son verre sur le rebord de la terrasse et posa ses mains sur les siennes. Il sentit quelque chose de bizarre sous ses doigts, elle portait une bague à la main gauche, alors qu'elle n'en mettait jamais. Il baissa les yeux pour voir le bijou et son cœur manqua de s'arrêter lorsqu'il reconnu la bague de sa mère. Il voulut dire quelque chose, mais Chloé prit la parole avant qu'il n'ait eu le temps de dire un mot.
- Semper a te debeo.
- Lier à toi pour toujours.
C'est ce qui était graver à l’intérieur de la bague, son arrière-grand-père l'y avait fait inscrit avant de l'offrir à sa fiancée.
- Tu le penses vraiment ?
Il se retourna afin de pouvoir la regarder dans les yeux pour lui répondre.
- Oui. Est-ce que tu veux m'épouser Chloé ?
Elle lui offrit un autre de ses sourires pleins de tendresse et désigna la bague.
- Tu as vraiment besoin de poser la question ?
- Je dois prendre ça pour un oui ?
- Oui.
Il caressa son visage sans la quitter des yeux, laissant son sourire grandir peu à peu sur ses lèvres. Il l'embrassa. Tendrement d'abord, mais rapidement le baiser s'enflamma. Lex la serra plus fort contre lui, comme pour se persuader qu'elle était bien réelle et qu'elle n'irait nul part.
Ils se séparèrent à bout de souffle quelques minutes plus tard.
- Lex je peux te poser une question ?
- Bien sûr.
- Plusieurs en fait.
- Je t'écoute.
- Tu savais que Clark allait faire sa demande ce soir ?
- Oui.
- Comment ? Il m'a dit qu'il n'en avait parler à personne.
- C'est un peu compliqué à expliquer et sincèrement, je ne suis pas sûr que tu me crois.
- D'accord, je n'insiste pas. J'ai juste une dernière question, depuis quand est-ce que tu ressent ça pour moi ?
- La réponse ne va pas te plaire, je crois.
- Dis-moi quand même.
- Dès la première fois où je t'ai vue, dès la première seconde. Quand Clark nous a présenté à la Torche, tu étais jeune c'est vrai, mais tu étais là, avec tes cheveux en bataille, tes grands yeux pétillants et ton immense sourire, tu étais lumineuse et j'ai tout de suite su que c'était toi. Puis j'ai découvert que tu étais brillante, têtue et que tu te contrefichais de mon nom ou de ma fortune. Je ne pouvait que tomber amoureux.
Chloé lui sourit tendrement et Lex constata qu'elle avait des larmes dans les yeux.
- C'est la plus belle chose qu'on m'ait jamais dite.
Elle enfouie son visage dans son cou, comme pour masquer ses larmes, avant de lui envoyer un méchant coup de poing dans l'épaule.
- Mais franchement tu ne crois pas que tu aurais pu me dire ça avant ?
- Désolé. Tu n'avais d'yeux que pour Clark et j'ai été lâche.
- Ça c'est le moins que l'on puisse dire. Au fait, je t'aime Lex.
- Moi aussi, je t'aime Chloé.
- Alors prouve le moi.
Il la souleva de terre et la conduisit jusqu'à la chambre.

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Smallville] [M] Le temps d'une photo   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Smallville] [M] Le temps d'une photo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Smallville] [M] Le temps d'une photo
» Temps d'attente après la prise d'une photo
» Leçon n°03 : Obturateur et temps de pose [niveau moyen]
» Citadelle de Besançon
» Assidat zgougou : au thon ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shivers : le forum du chlex :: Fanfics :: Fanfics terminées-
Sauter vers: