Shivers : le forum du chlex

D'abord unique forum français entièrement dédié au couple Chloé/Lex de Smallville, Shivers se tourne aujourd'hui vers l'écrit sous toutes ses formes !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Athéna (Challenge 30 baisers)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
winnie
Pigiste
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 33
Localisation : Clermont-Ferrand et Paris

MessageSujet: Athéna (Challenge 30 baisers)   Sam 2 Mar 2013 - 13:12

Fic en réponse au challenge des 30 baisers: surnaturel, magique and co!
Les personnages de SV ne m'appartiennent pas, les autres, et youpi!, nous appartiennent à tous!


Athéna


Il avait rêvé d’une dispute entre un père et son enfant. C’était le genre de rêve pas assez complexe pour que l’on s’interroge à ce sujet au réveil mais qu’on n’oubliait pourtant pas. Lex ouvrit donc les yeux comme tous les jours à 6h. Il commença par les frotter, peu enthousiate à l’idée de quitter la couette, puis il se redressa sur les coudes.
Le sursaut qu’il connut ce matin-là fut mémorable. Il se jeta sur le sol et se couvrit la tête de ses bras. Une femme était assise sur son lit, le nez à quelques centimètres de son visage.
_ Qui êtes-vous ?! Rugit-il une fois la surprise passée.
La jeune femme, vêtue d’une longue robe blanche seulement retenue sur les épaules par des épingles dorées, se pencha par-dessus le lit. Sa longue cheveure blonde glissa sur son épaule jusqu’à lui chatouiller le front.
_ Athéna.
Lex cligna des paupières. Il en avait croisé des folles, mais de cet acabit, jamais.
_ Pardon ?
_ Athéna. Ne me dis pas que ce nom ne signifie rien pour toi ?
_ Si.
Elle se mit à sourire.
_ C’est une déesse grecque.
Elle acquiesça.
_ Et non pas une femme déséquilibrée qui est entrée chez moi par effraction.
_ Oui c’est… Non ! S’exclama-t-elle en se redressant.
Lex se traîna sur le sol avant de se ruer à quatre pattes jusqu’au téléphone posé sur la table basse.
_ Athéna la fille de Zeus ! Que frère Héphaïstos a mise au monde en donnant un coup de hache dans la tête de mon père ! Soit. Je le conçois. C’est perturbant pour un humain.
Lex attrapa lentement son téléphone, aucun geste brusque.
_ Un humain, reprit-il doucement en appuyant sur la première touche.
Elle s’avança jusqu’à lui pour s’agenouiller. Lex ralentit ses mouvements mais continua à taper le numéro sans la quitter des yeux, persuadé qu’un contact visuel détournait son attention.
_ Disons que notre firme de divinités est à l’arrêt depuis le 4e siècle. On a perdu notre marché avec Constantin et notre principal concurrent, Dieu & Fils, dit-elle en mimant les guillemets. Bref, on passe notre temps sur l’Olympe, à vous regarder agir. Enfin personnellement, je ne regarde plus les programmes depuis quelques siècles. Pose ce téléphone, ça me rend nerveuse, ajouta-t-elle en baissant son bras avant de reprendre. Je suis allée voir mon père, Zeus, et je lui ai demandé pourquoi nous ne contre-attaquions pas. C’est vrai ! C’est idéal ! Les dieux de l’Olympe, le retour ! Pose ce téléphone j’te dis. Mais on s’est fâchés et j’ai décidé de désobéir, je suis venue sur terre et me voici. Auprès de toi, noble mortel.
Lex ramena lentement son portable près de son oreille.
_ Sécurité ?
Athéna fronça les yeux. Subitement, la soi-disante folle grandit de deux tailles, un casque doré se dessina sur sa tête alors qu’elle se levait, une lance apparut dans sa main et une aura sombre envahit la pièce.
_ « Monsieur Luthor ? »
_ Je… Euh…
_ « Vous essayez de dire que vous avez besoin d’aide ? »
_ Seigneur…
_ Évite de parler de lui devant moi ! Rugit la voix grave de la géante qui ployait la tête en atteignant le plafond.
Lex hocha la tête rapidement.
_ Tout va bien ! Lança-t-il en raccrochant.
Automatiquement Athéna reprit sa taille humaine et un sourire ravi.
_ Alors je te suis toute la journée, on dîne ensemble, on dort dans ton lit et je retourne au royaume de l’ennui ! Annonça-t-elle gaiement.
_ Vous… Vous voulez me suivre au boulot ?
_ Oui ! Comment dois-je m’habiller ?
Son casque et sa lance avaient disparu et Lex ne pensait qu’à la drogue qu’on avait due lui faire avaler sans qu’il ne le sache.
_ En… moderne, supposa-t-il sans savoir quoi dire.
Elle claqua des mains et se retrouva en lingerie.
_ Pas si moderne.
Elle claqua de nouveau des doigts, se vêtissant par magie d’un jean et d’un tee-shirt.
_ Pas assez professionnel.
Non mais comment il en était arrivé là au juste. Elle se changea de nouveau et apparut jupe tailleur noire fluide, un top sans manche de soie rose pastel fermé jusqu’au cou. Il acquiesça, impressionné, et songea même qu’il aimerait ce genre de pouvoir pour partir du bon pied le matin.

*

Il marchait rapidement en espérant que personne ne comprenne qu’une déesse s’était infiltrée auprès de lui et que donc, il devenait complètement fou. Lex s’engoufra dans le bâtiment de LuthorCorp en pressant le pas pour entrer dans l’ascenseur.
_ Lex ! Bonjour ! L’aborda son ami et architecte Matthew.
_ Bonjour, tu vois quelqu’un à côté de moi ? Là maintenant ?
L’homme se tourna vers la déesse.
_ Oh oui bien sûr.
Bon, même réponse que les quatre autres personnes qu’il avait croisées et à qui il avait posé cette question : son portier, sa voisine, son chauffeur, le vendeur de hot-dog. Tout le monde la voyait. Il n’était pas fou. Pourquoi pas.
_ Tu nous présentes ?
Ah, c’était nouveau ça.
_ Je te présente euh…
_ Chloé ! Lança-t-elle en tendant la main.
_ Enchanté, répliqua Matthew avec un mince sourire charmé.
_ On se voit tout à l’heure avec les nouveaux plans ? Coupa Lex.
Son ami approuva et s’éloigna sans manquer de se retourner une dernière fois. Le milliardaire et chef d’entreprise qu’était Lex n’aima vraiment pas cette impression que la déesse allait chambouler son espace professionnel. Il grimpa dans l’ascenseur et la laissa appuyer sur le bouton puisqu’elle insistait depuis plus d’une heure pour le faire.
_ Les architectes, soupira Athéna.
_ Pas de bêtise hein ? Préféra-t-il demander.
_ Ne sois pas jaloux, s’amusa-t-elle. C’est à toi que j’accorde la faveur de ma présence. Dis-toi que tu passes après Persée, Hercule ou Ulysse !
_ Ça me rend encore plus perplexe.
_ C’est vrai qu’Hercule était spécial. Il avait tout dans les muscles, murmura-t-elle. Il fallait vraiment l’épauler pour les douze travaux. Mais Ulysse… il avait la tête pleine d’inspirations et d’intelligence !
_ … C’est une caméra cachée en fait.
_ C’est quoi une caméra cachée ?
Les portes s’ouvrirent au dernier étage et Lex commença à chercher les caméras ou les regards moqueurs de ses collègues, se réjouissant de la plaisanterie.
_ Bonjour Monsieur Luthor, salua Gloria, sa secrétaire.
_ Bonjour Gloria, vous voyez une blonde à mes côtés ?
La grande brune à lunettes jeta un œil sur l’invitée et acquiesça, perplexe.
_ Vous voulez un peu d’intimité ? Supposa-t-elle.
_ … Non. Non, elle m’accompagne aujourd’hui. Ne vous étonnez pas.
Gloria haussa les sourcils en marmonnant. Lex poussa la porte de son bureau, Athéna le talonna et se mit à observer chaque recoin de la pièce. Alors que le milliardaire allumait son ordinateur et s’engageait honteusement à lire ce que wikipédia pensait d’Athéna, la déesse ouvrait sa bibliothèque pour feuilleter les bouquins à toute vitesse.
_ Tu lis mon curriculum ?
_ Si on peut dire ça de wikipédia… Vous faites quoi là ?
_ Je lis.
_ Ce sont des comptes et des livres sur le business.
_ Et alors ?
Elle reposa le livre et s’approcha du chef d’entreprise.
_ Je ne suis pas que la déesse de la guerre et la coach de certains héros, rappela-t-elle. J’ai également à ma charge les sciences, le savoir, la sagesse, les arts et l’artisanat. Note bien que tout ce qui est chant et musique, c’est plus l’apanage d’Apollon hein. Moi je suis plus bâtiments, fresques, sculptures majestueuses !
_ Je parle business, les affaires sont loin d’être un art agréable.
_ Le point commun de tout ce fatras reste bien sûr l’intelligence, compléta-t-elle en papillonnant des yeux.
Lex ouvrit la bouche pour répliquer, mais il la ferma aussitôt.
_ Donc je suis intelligent et la déesse Athéna le reconnaît, résuma-t-il en se redressant.
_ J’accepte que tu sois flatté mais n’en fais pas trop.
_ Je passe après Persée et Ulysse, c’est vous qui l’avez dit.
Athéna ouvrit la bouche pour répliquer, mais elle la referma aussitôt. Le sourire de Lex s’étira.
_ Vous n’êtes pas Athéna. Elle est bien plus rusée que cela.
Sur le coup elle hésita. Devait-elle être heureuse du compliment fait à la déesse ou vexée qu’il ne la croie pas ?
_ Que faut-il que je fasse pour que tu sois sûr et certain que je suis bien Athéna ? Demanda-t-elle alors. Parce que tu vois, à l’époque, il suffisait d’apparaître avec un casque et une lance pour que les hommes me croient. Maintenant, même en me changeant à toute vitesse, ça ne marche pas.
_ Des magiciens font ce numéro tous les soirs en ville.
Athéna soupira, pivota, attrapa un livre de compte qu’elle avait parcouru en dix secondes et le jeta sur le bureau du jeune homme.
_ Page 403, il y a une erreur dans le deuxième tableau.
Lex haussa les sourcils. Elle croyait qu’il n’irait pas vérifier ce mensonge au juste ? Il attrapa le tas de pages et regarda plus en détail. Il y avait bien une erreur.
_ Alors ?
_ Des autistes en sont capables, répliqua-t-il le front plié en s’armant d’une calculette et d’un stylo.
_ Et si je fais apparaître quelque chose devant toi ? Là maintenant ? Je verrai bien une statue dans ton bureau.
Le temps qu’il relève les yeux et une statue d’Athéna se tenait debout, colorée, armée d’une lance, de l’égide, le bouclier, et d’un casque. Il bondit sur ses pieds et toucha la sculpture en espérant que ce soit une illusion.
_ Bon sang ! C’est ce qu’a fait David Copperfield non ?
Cette fois-ci, Athéna perdit patience et elle attrapa le col du milliardaire pour le soulever du sol, ses yeux semblèrent s’agrandir pour dévoiler une inquiétante dimension. Des étincelles surgirent sur sa joue, Lex, étranglé et se jurant d’arrêter de douter, vit le célèbre foudre de Zeus scintiller et lancer des éclairs dans l’autre main d’Athéna. Comme la première fois, la taille de son hôte avait doublé et elle le secoua légèrement, mais suffisamment pour le faire paniquer.
_ Je hais quand les humains doutent de moi ! Émets encore un seul soupçon et je te brise comme la minuscule fourmi que tu es !
Lex se dépêcha d’acquiescer, elle le reposa et reprit forme humaine. Le milliardaire s’éloigna, le souffle court, les yeux écarquillés.
_ Le nom d’Athéna devrait encore inspirer le respect. J’ai aidé Hercule bon sang ! Grâce à moi Ulysse a retrouvé sa famille ! A battu Circée et le cyclope ! La victoire de Troie ça ne te dit rien ça ?! On a pourtant fait ça en mode épique ! Et Persée qui défait Méduse et le monstre marin ! C’était vraiment pas de la tarte tout ça ! Heureusement que j’étais là ! Et même après tout cela, des doutes… Tu me déçois. Non mais pourquoi je suis venue ici au juste… J’aurais dû choisir quelqu’un d’autre.
La porte s’ouvrit à l’instant pour laisser Matthew entrer avec des grands rouleaux. Lex bondit sur ses pieds et se rapprocha de lui, sous tension.
_ Ça ne va pas ? S’enquit aussitôt son ami.
_ N-non non.
_ Ou pas, dit Athéna avec un sourire en s’emparant des plans pour les dérouler.
Elle se gratta le menton en observant. Matthew se pencha sur Lex.
_ C’est qui ? Murmura-t-il. Tu as embauché une prestataire ? Une conseillère d’un cabinet d’architecte ?... Une architecte ?!
Lex regardait le manège de la déesse, inquiet.
_ Elle est sexy… Admira Matthew.
_ Bof.
_ Tu couches avec elle ?
D’une profonde anxiété, Lex passa à un déni total.
_ Non non, dit-il en secouant la tête.
_ Super… Tu penses que j’ai une chance ?
_ Non non, répéta-t-il en secouant la tête.
_ … T’as flashé sur elle et tu ne couches pas encore avec elle… ?
_ Non, non non non mais là… non. C’est pas une fille pour toi.
Matthew papillonna des paupières avant d’écarquiller les yeux.
_ Ah mais en fait t’es amoureux d’elle !
_ Mais… non ! N’y pense même pas c’est tout !
_ Alors euh j’aurais juste une remarque, intervint subitement Athéna.
Les deux hommes se dressèrent comme des piquets. La blonde tenait le plan entre ses mains.
_ Y a pas d’colonnes.
Matthew regarda Lex, Lex haussa les épaules.
_ Des colonnes ? Reprit l’architecte, sceptique.
_ Oui, de glorieuses colonnes ! Reprit Athéna avec passion. Ton édifice durera des siècles avec une telle assise, maître bâtisseur !
Matthew se mit automatiquement à rougir et bafouiller, tout ce que Lex craignait. Il se plaça entre les deux pour reprendre le plan et l’étaler.
_ Les colonnes ne sont plus à la mode depuis bien longtemps. Tout repose sur le vide et l’espace, Lecorbusier. Et en plus de nos jours, ce sont plus les jardins verticaux sur les façades qui fonctionnent.
_ Euh attends là, se mit-elle à rire, vexée. Tu es en train de me faire la leçon, à moi, sur ce qu’est l’architecture ? L’Acropole, ça te dit quelque chose ? Toute la gloire du marbre et la puissance des colonnes ! Et le Parthénon hein ! Encore debout !
_ Oui enfin, un peu en ruine quand même.
Elle ouvrit la bouche en s’apprêtant à l’incendier, mais l’architecte s’imposa en poussant Lex sur le côté.
_ J’admire votre enthousiasme et je dirai même que ça m’inspire.
Matthew sortit son crayon et griffonna rapidement quelque chose. Athéna se déplaça vers le PDG qui croisait nerveusement les bras. Ce n’était pas le moment de changer les plans alors que les administrateurs allaient bientôt débarquer pour inspecter ça.
_ Pouvoir de persuasion, murmura-t-elle.
_ C-comment ça ? Bondit-il. Il ne sait pas ce qu’il fait là ?
_ Oh si, je ne fais que « l’inspirer ».
_ Matthew ? Ça va ?
L’architecte se redressa.
_ Lex, et si on mettait deux rangées de colonnes dans le jardin intérieur ? Elles supporteraient le ciel et formeraient… une sorte d’écrin pour la sculpture de Fracometti que tu as commandée ! LuthorCorp se positionnerait pour le patrimoine classique et la création contemporaine… ah c’est bien !
_ … Euuuh…
La porte s’ouvrit et les deux pontes de l’administratif entrèrent, chevelures d’argent, montres de luxe, ventres repus. L’un d’eux s’approcha d’Athéna non sans laisser ses yeux admirer dans l’ordre : poitrine, jambes, bouche ; puis il donna une tape sur ses fesses.
_ Mon ptit cœur, vous me cherchez un café ?
Il se gaussa ensuite de son geste avec son collègue tout en approchant du plan pour le regarder. L’aura de la déesse s’était subitement assombrie, elle leva le bras et un javelot d’or apparut. Lex se dépêcha de le baisser en la suppliant de rester calme seulement avec ses yeux. Elle tourna un visage ravissant de colère qui le fit frissonner, mais consentit à se calmer. Lex se rua sur son téléphone pour appeler Gloria et lui commander des cafés. Ils purent ensuite parlementer de la future architecture d’un nouveau bâtiment LuthorCorp, tout en approuvant les nouveautés de Matthiew, au plus grand désespoir de Lex, sous les yeux attentionnés de la déesse.

*

Lorsque l’architecte, après plusieurs baise-mains flatteurs pour Athéna qui gloussait comme une ado, et les deux membres du conseil administratif sortirent du bureau, il était midi passé.
_ Quelle matinée passionnante ! S’enchantait-elle.
Moui, songea Lex. Ils avaient discuté chiffres, compta, centimètre de pierre et normes de sécurité, il avait connu plus passionnant.
_ Vous avez faim ?
Il s’était surtout résigné à garder la déesse à ses côtés pour la journée.
_ Faim ? Je n’ai jamais eu faim. Manger est optionnel pour nous.
Lex cligna des paupières.
_ Vous m’accompagnez alors ?
Elle cligna des paupières et son visage s’illumina subitement.
_ Oh ! C’est donc ça un « rendez-vous » ! Tu m’invites à déjeuner !
Elle lui attrapa les mains, le faisant sursauter.
_ Oui ! Allons déjeuner !
_ C’est pas un rendez-vous, marmonna-t-il alors qu’elle sautillait.
_ Je vais me changer !
_ Non c’est pas la…
En un claquement de doigt, elle se retrouva en robe de soirée rouge assez osée. Lex déglutit une première fois.
_ On va déjeuner, pas dîner. Cette tenue n’est pas appropriée.
Claquement de doigt, robe pastel d’été sans manche. Comme il ne répliqua rien, elle glissa son bras dans le sien, excitée comme une puce et attendit qu’il veuille bien bouger. Lex se mit en marche, résigné.
_ Vous portez beaucoup de rose pour une déesse de la sagesse.
_ C’est parce que c’est interdit sur l’Olympe, depuis que cette garce d’Aphrodite en a fait porter à oncle Hadès.
Lex eut un demi-sourire. Ça lui rappelait ses premiers émois de jeune garçon, quand il allait au musée et qu’il regardait, bouche-bée, les peintures de la déesse de l’amour, nue et alanguie, belle comme le jour.
_ À quoi ressemble-t-elle ? Demanda-t-il alors qu’ils posaient le pied sur le trottoir.
_ Qui ?
_ Aphrodite.
_ À une pimbêche. Et arrête ça tout de suite.
_ Quoi donc ?
_ De penser à elle, en ma présence. Tss c’est une croqueuse d’hommes, elle en a tellement menés à leur perte comme mon frère Arès ! Et tant de femmes aussi, tiens, demande aux filles du roi de Chypre ce qu’elles pensent d’elle ! Après qu’elle les ait forcées à se prostituer parce qu’elles ne voulaient pas lui vouer de culte. Et Phèdre hein ? À cause de cette mouche d’Eros, elle est tombée amoureuse de son beau-fils parce qu’il n’adorait que ma BFF* ! (*best friend forever)
_ Votre BFF ?
_ Artémis !
Lex tendit le bras pour l’inviter à s’asseoir en terrasse d’un restaurant qu’il aimait particulièrement. Ce n’était pas tous les jours qu’il avait une déesse pour compagne lors d’un déjeuner. Ils s’assirent, elle attrapa sa serviette, la déplia et en glissa l’angle dans le col de sa robe.
_ Alors c’est vrai ? Murmura-t-il, piqué par la curiosité.
_ Quoi ? Que c’est la première fois que je vais manger avec une fourchette ? Oui.
_ Que vous êtes toujours vierge, comme Artémis. Je veux dire, depuis le temps… Même pas Ulysse ?
Athéna ne répliqua rien sur le coup, elle finit par se pencher sur la table.
_ C’est quoi votre problème avec ça ? Pourquoi ça vous obsède tellement ?
Lex se mit à rougir.
_ Ce n’est pas une obsession, juste de la curiosité.
_ Artémis a été dégoûtée des hommes et du mariage, elle préfère vivre libre. Quant à moi, après de multiples tentatives de viol de la part de mon frère Héphaïstos, je préfère me passer de vos éjaculations. Tu y vois un inconvénient ?
Il se dépêcha de secouer la tête, embarrassé.
_ Marre qu’on me pose cette question, marmonna-t-elle en ouvrant le menu.
_ Je suis désolé, précisa-t-il à nouveau, en se sentant parfaitement idiot.
_ Parce que bon, Ulysse, Hercule and co, c’est avant tout pour ce qu’ils étaient que je les aidais. Pas pour leur sauter dessus.
Il acquiesça, déconfit.
_ Je ne voulais pas vous blesser. Et en même temps, je suis flatté.
Elle releva un petit sourire, il lui sourit en retour. Ragaillardie, elle se redressa et alpagua le serveur dès qu’il s’approcha d’eux.
_ Vous avez choisi ?
_ Je vais prendre une salade César, un burger au bacon, un burger au fromage, une tarte au citron et un cheesecake new-yorkais. Pour la boisson, j’aimerais du vin rouge, servi au cratère et coupé avec de l’eau.
Le serveur jeta un œil sur son compagnon, un peu perplexe.
_ Un plat du jour et une bouteille de votre meilleur Bordeaux.
Le serveur parti, Lex décida de faire un point sur les us et coutumes de l’époque moderne. Il commença par saisir doucement la serviette de la déesse pour la poser près d’elle.
_ Seuls les enfants portent leur serviette de table ainsi, et on ne coupe plus le vin avec de l’eau. On le boit directement.
Athéna grimaça.
_ Vous avez commandé beaucoup de plats, vous allez passer pour une ogresse.
_ Peu importe ce que je mange, je ne prends jamais un gramme.
_ Et vous n’avez pas faim, raison de plus pour ne pas passer pour une ogresse inutilement.
_ Je n’ai jamais goûté tous ces plats.
Il ne chercha plus à la contredire et remercia les serveurs lorsqu’ils déposèrent les plats et débouchèrent le vin. Alors qu’il entamait paisiblement son entrecôte haricots verts, elle dévora sa salade César et tenta une première approche du burger au bacon.
_ Mangez avec les doigts, conseilla-t-il en la regardant s’en mettre partout.
Les sauces diverses du burger coulèrent sur ses doigts et aux commissures de ses lèvres. Il attrapa sa serviette et l’essuya en se disant que finalement elle aurait dû garder la sienne autour du cou.
Surprise par son geste, elle s’en contenta finalement en le couvant des yeux.
_ C’est moi ou vous resplendissez ? Releva-t-il alors.
_ C’est ce qui se passe lorsqu’un dieu ou une déesse est content de son humain sponsorisé.
Il se mordit la langue pour ne pas montrer trop d’empressement. Elle était belle comme tout, à quoi pouvait bien ressembler la pimbêche à côté, impossible qu’elle soit plus belle qu’elle.
_ Donc vous êtes une entreprise familiale, en quelque sorte.
_ C’est un peu ça oui.
_ C’est carrément ça oui ! Fit une voix masculine.
Un homme avança une chaise et s’installa à leur table, sans aucune gêne, à côté d’Athéna, face à l’humain. Vêtu d’un costume entièrement noir, il était très blond, au visage carré et aux yeux bleu clair.
_ Arès, dit-il simplement avec un mouvement provocateur du menton.
Lex fronça un peu des yeux.
_ J’aurais juré que vous étiez brun. Genre ténébreux, tout ça.
Autant accepter la situation surnaturelle avec philosophie.
_ Non, mais c’est à cause des Grecs ça, ils m’ont un peu mixé avec Apollon. Lui par contre, il est très brun. Même si c’est le dieu du soleil. Et de la musique. Son meilleur succès, d’après lui donc c’est discutable, c’est le tango. Ça donne une idée du personnage.
Athéna inspira calmement avant d’en placer une.
_ Qu’est-ce que tu fais là ?
_ Quand j’ai appris que la fille à papa était descendue sans son accord, je me suis dit qu’il fallait que je voie ça !
_ Maintenant que tu as vu, tu peux rentrer.
_ Qu’est-ce que tu peux bien lui trouver au juste ?
_ Ça ne te regarde p…
_ Ce n’est pas à toi que je pose la question frangine. Mais à lui.
Lex cligna des paupières.
_ Tu sais au moins qu’elle a perdu le concours de beauté hein ? Concurrencer Aphrodite ! S’esclaffa-t-il. Héra, ma mère, encore, on peut comprendre qu’elle perde un peu la boule, mais toi !
_ Elle a complètement triché ! S’agaça Athéna en serrant les dents. On avait dit « en habit d’apparat », et non pas à poils !
_ Mauvaise perdante avec ça.
_ Euh j’te f’rais dire que tu étais mauvais perdant toi aussi quand Troie est tombée. Parce que oui, chez les humains c’est « sans raison particulière » qu’il a rejoint des Troyens, en fait c’était à cause de la garce d’Aphrodite ! Le dieu de la guerre a perdu la seule et unique guerre mythique de notre môndeuh ! Se moqua-t-elle en croisant les bras.
_ Oui enfin, en soutenant le troyen Énée, moi j’ai mis un pied à Rome ! C’est lui qui a fondé le plus grand Empire antique, et non pas ta petite ville d’Athènes !
Athéna lui rit au nez.
_ Mon pauvre, Athènes a toujours été un modèle pour Rome. Un modèle. En plus Rome c’est la ville à papa. Y a une ville qui s’appelle Arèspolis ? Euh nan !
_ Wow ! J’t’arrête tout de suite ! Qui a séduit la vestale qui a donné le jour aux jumeaux Romulus et Rémus ? Hein hein ? Rome comme dans Romulus, mon fils !
_ Ta vestale a été emmurée vivante, merci pour elle ! Et puis le Capitole c’est le temple à papa, pas le tiens !
Lex finissait son assiette, captivé par l’échange, sans quitter les deux dieux qui se chamaillaient devant lui. Et puis subitement la jolie blonde eut un demi-sourire inquiétant en se tournant vers lui.
_ Arès dit partout que personne ne peut le battre, mais il oublie souvent qu’une seule a su le mettre à terre. Moi. En lui jetant un caillou dans la face. Boum ! HS à cause d’un pitit caillou.
Son frère jeta son poing sur la table, provoquant une onde qui fit trembler le sol sur plusieurs mètres à la ronde. Les clients du restaurant se redressèrent en poussant des cris, croyant à un séisme. Puis plus rien. Athéna entama son second burger, ravie.
_ Vraiment ? Relança Arès. Tu ne la trouves pas chiante ?
_ Euh…
_ Tu sais, c’est moi qui ai inspiré son nom latin aux Romains. Comme ça pendant des années on a pu dire sur l’Olympe « elle, minerve » !
Il se mit à rire à gorge déployée alors que le visage de la déesse s’assombrissait.
_ Elle minerve ! Répéta-t-il. Elle m’énerve, elle minerve !
Athéna se léchait les doigts d’agacement et commençait à comprendre l’intérêt du sucre dans des cas pareils, tandis que son frère se bidonnait toujours.
_ Moi je la trouve tout à fait charmante, finit par dire Lex. Et plus que tout, très maline. Si le jugement de Pâris ne tenait qu’à moi, je saurais qui gagnerait.
Athéna se mit à rougir comme jamais elle n’avait rougi, si bien que son frère eut un mouvement de recul, puis il se mit à regarder le ciel, légèrement inquiet.
_ J’espère qu’elles ne nous entendent pas… Murmura-t-il.
_ Qui ça ? S’enquit Lex.
_ Ma mère et la « garce ».
_ Puisque je te coache officiellement, j’ai décidé de te faire un présent, ne s’embarrassa pas Athéna, toute pimpante.
_ Wow, tu vas vraiment sponsoriser ce type ? Ce n’est même pas un demi-dieu.
_ Je me lance dans le mécénat… de grandes choses.
_ Tu pourrais être plus claire ?
_ Il va faire de grandes choses, et je vais le favoriser pour ça. Il y a eu un temps pour Thésée, Hercule ou encore Ulysse, à présent est venu celui d’Alexandre. Il a déjà un beau bâtiment sur le feu. On va relancer l’entreprise familiale.

*

Donc, il revenait au bureau avec deux dieux. Arès insista pour appuyer sur le bouton de l’ascenseur, Athéna ne lâchait pas son bras et ils s’étaient à nouveau disputés sur quel surnom « humain » le dieu de la guerre devait porter.
_ J’ai choisi George. C’est bien George !
_ J’aurais bien vu Robert ou Gédéon, contredisait Athéna.
Lex se pencha sur le bureau de sa secrétaire Gloria.
_ Tout va bien monsieur ?
_ J’aurais sûrement la pire des gueules de bois demain matin. Des messages ?
_ Non, mais le laboratoire H vous attend en bas.
_ Ah oui c’est vrai. Merci.
Demi-tour dans l’ascenseur.
_ Oh ça y est je sais ! S’exclama Athéna. Jésus !
_ Oh pitiééé !
_ Plein de monde s’appelle Jésus ! Et remarque que personne ne s’appelle Arès. À part deux ou trois originaux.
_ Ne me parle pas de Jésus. Ce type est ma Némésis.
_ Vous êtes en train de dire que Jésus Christ existe, intervint Lex, surpris.
_ Bien sûr, c’est un demi-dieu. Dieu, disons le tiens, probablement…
_ Je ne suis pas croyant.
_ Ok, alors celui de ton pays, a décidé un jour, pour nous contrer, de descendre sur terre en prenant la forme du beau gosse Gabriel pour séduire Marie, la mettre enceinte et hop ! Jésus est né. Demi-dieu consacré à la paix et à l’amour.
Arès haussa les épaules, agacé.
_ Tu parles.
_ Charles... On devrait t’appeler Charles.
Les portes s’ouvrirent sur un niveau sécurité. Lex fit rentrer ses deux compagnons en se demandant s’il ne faisait pas une grosse bêtise. Son laboratoire étudiait de nouvelles ressources d’énergie ainsi que de nouveaux biocarburants. Le docteur Silver était à son poste, devant un tableau fait de larges feuilles de papier qu’il pouvait tourner. Selon lui, tous les calculs devaient se garder, pour conserver une trace de ses travaux.
_ Monsieur Luthor.
_ Docteur Silver, je viens voir l’état de vos recherches.
Le scientifique regarda les deux compagnons d’un œil suspicieux.
_ Ce sont… mes stagiaires, inventa Lex. Ils sont un peu vieux, mais c’est parce qu’ils sont… en formation. Bref, voici Chloé et… Gédéon.
Il entendit Arès grogner alors il changea de sujet.
_ Vos recherches ?
_ Je suis toujours plongé dans mon équation. Je sens que je suis proche mais quelque chose m’échappe.
_ Voilà des jours que vous y êtes, une pause vous ferait peut-être du bien non ?
_ Non il faut battre le fer tant qu’il est chaud.
Lex acquiesça. Voilà. Bon ce n’était pas une expérience passionnante pour des dieux venus voir les humains après des siècles de coupure.
_ Peut-être que vos stagiaires ont des questions, supposa le docteur.
_ C’est quoi un stagiaire ? Lança automatiquement Arès.
_ C’est comme un guerrier, mais en plus fauché, expliqua rapidement Lex.
Athéna tournait autour de la longue table sur laquelle s’étalaient des calculs.
_ Et vous fabriquez des armes ? Continuait le blond.
_ Non non, on fait des recherches sur les énergies du futur, répondit le docteur en clignant des paupières.
_ C’est d’un ennui, marmonna Arès.
Athéna revint vers le PDG pour glisser un mot à son oreille.
_ Dis-lui de rajouter un trois dans son équation.
Il allait répliquer un « vous en êtes sûre ? » qu’il retint aussitôt, c’est la déesse de la sagesse et des sciences, de l’artisanat aussi, alors bon. Peu de risque qu’elle se trompe.
_ C’est là mon présent, ajouta-t-elle avant de s’éloigner d’un pas.
Lex s’éclaircit la voix.
_ Et si vous rajoutiez un trois… docteur… ?
Le professeur toisa son patron avec dédain. Pour qui se prenait le fils à papa ? Pour le corriger lui ?
_ Un trois ?
Il pivota sur son tableau en secouant la tête.
_ Non, ça ne colle nulle part.
Lex tourna un regard peu aimable vers la déesse. Elle essayait de le faire passer pour un idiot ou quoi ? Elle fixait le scientifique, impassible. Ce dernier se mit subitement à tourner toutes ses pages pour revenir en arrière dans ses travaux.
_ Mais oui… Le trois de cette partie est faux lui…
Il se mit à gribouiller intensément.
_ Vous devriez y aller, je crois que j’ai quelque chose de sérieux là !
_ Tout est dans la suggestion, murmura Athéna. Je ne peux pas vous mâcher le travail, mais je peux donner des conseils et des pistes. C’est tout l’art de la divinité de notre entreprise, vous laisser le libre arbitre.
_ Je suis impressionné, reconnut-il. Et je suppose que je vous dois quelque chose en retour. Comme un sacrifice ?
_ Participe à ma renommée en retour.
_ C’est tout ce que vous cherchez ?
_ Plus on parle de nous, enfin de moi dans ce cas, mieux c’est pour ma position sur l’Olympe.
Lex tendit le bras pour l’inviter à remonter dans l’ascenseur.
_ Je donnerai votre nom au nouvel immeuble. Athéna, ce sera parfait pour notre image, et pour la vôtre.
La déesse se mit à glousser en envoyant son coude dans les côtes de son frère qui grommelait près d’elle.
_ Et si je te donne un flingue dont les balles atteignent toujours leur cible, tu donnes mon nom à ton projet suivant ? Lança Arès avec une jalousie immanquable.
_ Désolé, mais je préfère résoudre des équations à cent million de dollars.
_ Rhooo c’est qui le dieu à la ramasse ? C’est toaaaa ! Se moqua Athéna avec une danse de la victoire qui fit sourire Lex.
L’ascenseur les laissa à l’étage de son bureau, Gloria semblait l’attendre avec appréhension.
_ Ah monsieur ! Une personne vous attend, un peu bizarre.
_ Bizarre, genre « j’ai un casque doré et mauvais caractère » ?
_ Non, c’est plus du genre « je suis arrivée avec une dizaine d’hommes à mes basques sans que je les connaisse réellement ». Je les ai chassés et elle m’a maudite en me promettant « malheur éternel en ménage ». Comme si j’avais un copain avec mes horaires, rajouta-t-elle en marmonnant.
_ Aphrodite, murmurèrent le frère et la sœur.
Ils poussèrent la porte, Lex sur leurs talons. Une grande brune était assise sur le bureau, jambes croisées, vêtue d’un péplos blanc quasi transparent. Sa peau caramel et ses yeux noirs étaient si parfaits que le PDG déglutit. Sa longue chevelure ondulée glissa soyeusement sur son épaule, emportant avec elle le fin tissu, dévoilant l’épaule et la naissance du sein. Ses lèvres framboises s’étirèrent lorsqu’elle constata que les deux éléments masculins restaient plantés, bouche bée, et que la petite et nerveuse blonde fulminait.
_ Alors comme ça, on fuit l’Olympe pour un homme ?
_ Mais qu’est-ce que tu fiches ici ! Tempéta Athéna.
_ Elle est revenue pour moi ! S’enchantait Arès.
_ Ouvre un peu les yeux abruti !
Aphrodite sauta sur ses pieds et s’approcha de Lex.
_ Il est mignon tout plein ton nouvel animal de compagnie !
_ Je vous demande pardon ? Se mit à rougir l’humain.
Athéna s’interposa entre eux.
_ Il est déjà sous ma protection !
_ Pour elle tu ne seras qu’un objet d’expérience, un petit animal qu’elle récompensera d’un susucre quand il sera sage. Alors qu’avec moi…
Aphrodite repoussa la blonde pour se poser juste sous le nez du milliardaire.
_ Je peux t’offrir comme à Anchise, la nuit de ta vie et le fils qui portera ta légende.
Lex cligna des paupières. La nuit, pourquoi pas hein, mais un gosse ? Les critères avaient changé depuis l’Antiquité, avant d’avoir un rejeton pour prendre sa place, il aimerait bien faire la sienne. Il allait ouvrir la bouche pour répliquer quand il sentit une lame froide sur son cou.
_ Avant qu’une telle chose n’arrive, il faudra que je le démembre, déclara Arès, en armure de bronze doré.
_ Je n’ai aucune intention envers elle ! Se dépêcha de dire Lex.
_ Encore des hommes qui se battent pour moi, s’enchanta Aphrodite.
_ Je vais te découper en petits morceaux, menaçait Arès.
_ Mais enfin ! S’exclama Lex, de plus en plus paniqué. Je ne suis pas intéressé !
Le triangle se mit à parler en même temps, Athéna serra son poing sur sa lance et redressa son casque doré. Elle tendit la main gauche et fit apparaître l’arme de son père, elle seule pouvait l’invoquer car elle en avait eu l’unique autorisation. L’arme crépita dans sa main, intensifiant sa lumière blanche.
_ J’ai l’impression que vous oubliez tous qui a le foudre de papa, dit-elle d’une voix grave.
Arès, Aphrodite et Lex se turent immédiatement.
_ Cet humain… est à moi !
Lex fut probablement le seul à reculer, pas très rassuré. Mais ses deux adversaires n’en menaient pas large. Athéna, en pleine fureur, avait une taille, un regard et un bouquet d’éclairs emplis de menace.
_ Moi j’dis, on le laisse choisir qui est la plus belle, dit Aphrodite en croisant les bras.
Le démon qu’était Athéna se rassagit aussitôt, et redevenue cette blonde si douce vêtue de rose, elle se jeta au bras du milliardaire en gloussant.
_ Oui ! Faisons ça !
_ Vous voulez vraiment déclancher une seconde guerre de Troie ? N’en revenait pas Arès, à nouveau en costard.
_ Appelle ta mèèère, dirent en chœur les deux déesses.
Lex commença craindre la situation à venir. Il n’avait aucune envie de déclancher un autre conflit comme celui qui avait traîné dix années. Et comment les choses tourneraient à son époque à lui ? En conflit atomique ? Il pouvait enrailler l’emballement divin en exposant ses positions très clairement dès à présent. Athéna était là, devant lui, il n’avait plus qu’à agir. Alors il attrapa sa tête entre ses mains, la rapprocha de lui et l’embrassa.
_ Oh merde… Entendit-il.
_ Ouh la mégère va pas être contente…
De quoi pouvaient-ils bien parler les deux glands ! Athéna n’était peut-être pas hyper réceptive, mais elle ne l’avait pas égorgé non plus. Il ferma les yeux et emprisonna sa lèvre inférieure entre les siennes. Il en avait embrassé des femmes hein, des dizaines. Mais pourtant, elle n’avait pas le goût… d’une humaine à vrai dire. C’était assez étrange, ses lèvres étaient chaudes, il sentait comme un rayonnement s’échapper de sa peau. Il sentait son échine se dresser, il avait l’impression de boire le meilleur whisky du monde, de plonger dans l’océan, de traverser un nuage, et pourtant il ne posait que ses lèvres sur les siennes. Et lorsqu’il se retira doucement, et ouvrit les yeux, la terreur n’avait pas pris forme, elle était toujours cette jeune femme menue, les joues cramoisies.
Personne n’avait bougé.
_ Qu’est-ce que tu viens de faire là ? Finit par prononcer Athéna.
Arès tira une chaise pour s’asseoir et observer.
_ Ça va enfin saigner.
Aphrodite l’imita, impatiente de voir la suite du feuilleton.
_ Je euh… je n’ai pas réfléchi, avoua Lex.
_ Tu te rends compte de ce que tu viens de faire ?
Embrasser la déesse vierge par excellence, ce n’était peut-être pas une bonne idée finalement. Aphrodite et Arès levèrent les yeux.
_ Ah, il est temps que nous partions.
Et en un claquement de doigts, ils se changèrent en une traînée de poudre qui fila au ciel. Lex tourna sur lui-même, de plus en plus inquiet.
_ Il arrive, comprit Athéna.
Un bruit assourdissant retentit, comme si la foudre venait de s’abattre dans le bureau, au sommet du gratte-ciel. Lex se couvrit les yeux et se baissa légèrement. Il avait envie de hurler qu’on le laisse tranquille, qu’ils étaient au vingt-et-unième siècle et que tout ceci était impossible ! Peut-être faisait-il une grave dépression et qu’il hallucinait depuis le début de la journée…
Quand le calme fut revenu, il entrouvrit les paupières et vit un homme debout au milieu de la pièce, sans âge vraiment, les cheveux poivré-sel, une barbe de trois jours, les yeux gris, assez grand. Il portait lui aussi un costume mais argenté, avec une cravate en forme d’éclair. Il avait une sacrée prestance. Il joignait ses mains dans son dos et fixait Athéna avec un regard accusateur.
La porte du bureau vola et Gloria entra précipitemment.
_ Que se passe-t-il ?! S’exclama-t-elle, alertée par le boucan.
Elle n’eut pas le temps de remarquer la disparition subite de la brune et du blond, que Zeus, tout puissant qu’il était, s’attaqua à ce premier jupon qu’il croisait.
_ Bonjour belle enfant, dit-il en s’appuyant contre le mur devant elle.
La femme fronça les yeux, s’écarta de l’impertinent et s’avança vers son patron qui avait décidément mauvaise mine.
_ Vous m’expliquez au juste ?
_ Gloria, rentrez chez vous. Maintenant. Ne discutez pas, rentrez c’est tout.
_ Mais enfin qui sont tous ces gens ?
Lex attrapa ses épaules et la traîna jusqu’à la porte.
_ Rentrez immédiatement chez vous !
_ C’est un code pour que j’appelle la police ?
_ Surtout pas ! Rentrez ! C’est… de la famille, bien collante ! Demain je vous expliquerai tout ! Au revoir ! Bye bye ! Sayonara !
Et il referma la porte en bloquant le verrou. Il entendit sa secrétaire pester et le traiter de fou, mais aussi faire demi-tour et prendre l’ascenseur.
_ Tu peux vraiment pas t’en empêcher, reprocha Athéna en croisant les bras. Tout allait très bien avant que tu n’arrives, mon nouvel héros vient de donner mon nom à son futur bâtiment ! Et en plus, il allait m’élire moi, la plus belle, et non pas Héra ni Aphrodite, moi !
_ Encore cette histoire ! Soupira Zeus. Tu sais bien qui est la fifille la plus jolie pour son papa hein ?
Il s’avança, lui pinça la joue et la secoua gentiment.
_ Papaaa, grogna-t-elle.
_ Aphrodite ne peut pas s’en empêcher, elle est comme ça, Héra se la joue cougar, soit, c’est ma femme…
Il s’éclaircit la gorge comme tout bon mari trompant allègrement son épouse.
_ Mais toi tu es parfaite, ma petite Pallas, mon adorable Promachos…
Lex grimaça, tous ces surnoms n’avaient rien de mignon, même si apparemment, Athéna était belle et bien la choupinette à son papa.
_ Il n’empêche que tu m’as désobéi.
_ C’est pour relancer l’entreprise ! Ça peut marcher aujourd’hui ! On peut battre Dieu & Fils !
_ Il m’a piqué ma technique de camouflage de drague pour la jolie Marie en plus, grommela Zeus. Je t’avais interdit d’approcher les humains, ils sont complètement tordus !
Sur ce, il se tourna vers le jeune homme.
_ Alors, on veut fricoter avec ma fille ? Ma chère enfant ? La plus sage de tous ? Menaçait-il. Parthenos, ça te dit quelque chose ?
_ Papaaaa, priait Athéna en tiraillant sa veste.
Il posa sa main sur la tête blonde.
_ Comme sa demi-sœur Artémis, on touche pas, pas touche, n’y pense même pas, ça les met hors d’elles, ça me met hors de moi, et tu ne veux pas me voir hors de moi.
_ Mais il le sait, défendit Athéna. Ce n’était qu’un baiser chaste !
_ C’est ça.
Zeus pointa son index et majeur sur ses yeux puis dans sa direction pour bien lui signifier qu’il le gardait à l’œil. Lex se dépêcha d’acquiescer.
_ On va rentrer, je n’en ai pas fini avec toi, ajouta le père à la fille.
_ Laisse-moi finir ma journée...
_ Pas question, j’ai besoin que tu sois sur l’Olympe ce soir, Poséidon et Hadès viennent dîner.
Athéna roula ses yeux en soupirant.
_ Quant à toi le mortel, conclua Zeus en lui prenant l’épaule... Est-ce que Gloria travaille tous les jours ici ?
_ Elle n’est pas intéressée.
_ C’est c’qu’elles disent toujours au début, se vanta le dieu avant d’attraper le bras de sa fille.
_ On se reverra ? Lança subitement Lex.
Il n’eut que le temps de la voir hocha la tête deux ou trois fois avant qu’ils ne disparaissent à leur tour.
Le silence qui retomba fut à la fois source d’anxiété et de sérénité. Lex chercha sa meilleur bouteille dans le petit bar, se servit un verre et prit place sur son fauteuil. Peut-être qu’en méditant quelques secondes, il comprendrait le sens de cette journée.

*

Il avait finalement un peu travaillé, s’était maudit lui-même pour avoir renvoyé momentanément sa secrétaire, et était rentré chez lui à la nuit tombée. Une fois dans sa salle de bain, après une bonne douche, un bon repas, et un film débile sur les dieux grecs devant lequel il n’avait cessé de ricaner, il se lava les dents en songeant à la douce nuit reposante qui l’attendait.
_ On a gagnééééé !
Lex sursauta et glissa sur son tapis. Il se rattrapa au dernier moment et regarda avec étonnement la silhouette d’Athéna à travers le miroir.
_ Mon père accepte que je te sponsorise ! En guise de test, pour voir si on peut ensuite tous se lancer ! Et j’ai même le droit de finir la journée avec toi et donc de dormir dans ton lit ! S’enchantait-elle.
Au début il avait vraiment cru qu’elle voulait s’encanailler, mais apparemment pas. Mais pas du tout. Même si elle portait une chemise de nuit carrément transparente, avec sa longue chevelure blonde qui sentait bon même à plusieurs mètres. Lex se rinça la bouche et inspira calmement avant de passer dans sa chambre.
Athéna s’était couchée en travers du lit, aux anges. Sur la table de nuit, près d’elle, une chouette en or, comme un petit robot, clignait mécaniquement des paupières.
_ C’est quoi ça ?
_ Mon réveil. Quand je ne serai pas auprès de toi, c’est elle qui le sera.
Ah oui, c’était à Persée qu’elle avait fait ce présent aussi. Lex se coucha bien dans son coin et ferma les yeux.
_ Et maintenant on fait quoi ?
_ On dort.
_ Quoi, pas de jeu ? On pourrait se poser des questions ! Tiens, devine à quoi je pense et qui commence par un h !
_ Est-ce que le sommeil c’est comme la faim ? Vous n’en ressentez pas le besoin ?
_ Pas spécialement non. Tu veux que je te raconte les exploits de mes poulains ?
_ Répondez juste à ma question. Est-ce que si, par hasard, je m’endors en cour de route, vous allez m’étriper ?
Elle se rapprocha de lui et posa sa main sur son bras.
_ Je suis ta déesse protectrice et conseillère, je veille sur toi. Je ne vais pas t’étriper.
Il lui sourit en retour.
_ D’accord, alors je vous écoute.
_ Bon, par quoi je commence…




Fin (pitêtre)



Note: le jugement de Pâris a provoqué la guerre de Troie, le berger Pâris a en effet dû remettre une pomme d'or à la plus belle des déesses qui se battaient pour le titre: Athéna, Héra (la femme de Zeus) et Aphrodite (qui s'est ramenée à poils avec un agneau). Cette dernière ayant gagné, elle promet à Paris l'amour de la plus belle femme du monde: Hélène, une princesse grecque, alors que lui est en vérité le frère d'Hector, princes de Troie. Athéna et Héra se rangent donc du côté des Grecs pendant la guerre, Aphrodite et Arès (et bien d'autres) du côté des Troyens qui compte parmi eux: Énée qui sera à l'origine de la fondation de Rome...

_________________
Nouveau site! --> http://www.pantadora.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.freewebs.com/winniefanfics/
Laenan
Chroniqueur
avatar

Messages : 1022
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 30
Localisation : France : Montpellier - Belgique : Liège

MessageSujet: Re: Athéna (Challenge 30 baisers)   Sam 2 Mar 2013 - 15:30


Hiiiiii ! C'était trop génial ! J'adooooore ! Excited
Je me suis bien marrée, quasiment à chaque paragraphe Laughing

"Fin (pitêtre)" => personnellement, je ne suis AB-SO-LU-MENT pas contre une suite, qu'on se le dise ! Razz



Revenir en haut Aller en bas
Admin-Alexiel
Admin
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Athéna (Challenge 30 baisers)   Dim 3 Mar 2013 - 0:16

Happy Tu m'as fait trop rire !

Par moment ça m'a fait penser à la scène d'ouverture de la BD Atalante avec les déesses qui se crêpent le chignon au dessus du berceau de l'héroïne.
Revenir en haut Aller en bas
http://shivers.exprimetoi.net
Admin-Chlo
Admin
avatar

Messages : 251
Date d'inscription : 29/09/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Athéna (Challenge 30 baisers)   Dim 3 Mar 2013 - 20:38

OH MES DIEUX (n'allons pas faire enrager les olympiens ^^)

Arès en blond, m'en suis pas remise, Apollon et son tango encore pire Laughing Et la chaste Pellas Laughing Oh oh oh. Et Paris et troie Laughing Oh seigneur, que j'ai ri ^^ Mes références mythologiques sont juste ravies Laughing

Oh la vache. (pas io hein ^^) Et zeus Laughing mouhahahahaha l'arrivée et la secrétaire (c'ets quoi notre trip commun avec la secrétaire d'ailleurs Laughing )

Je veux une suite! J'exige! Je réclame je je je! Je t'aimeeeeeeeeuhhhhhhhhh

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Athéna (Challenge 30 baisers)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Athéna (Challenge 30 baisers)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Athéna (Challenge 30 baisers)
» International Warlord Challenge - Debriefing
» Challenge n°15 du 12 février au 26 février
» les carrosseries du challenge 2010
» Ferrari F-430 Challenge "La roche"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shivers : le forum du chlex :: Fanfics :: Fanfics terminées-
Sauter vers: