Shivers : le forum du chlex

D'abord unique forum français entièrement dédié au couple Chloé/Lex de Smallville, Shivers se tourne aujourd'hui vers l'écrit sous toutes ses formes !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bienvenu au Chaudron Baveur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chlo
Reporter
avatar

Messages : 3501
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 29
Localisation : Dans la cuisine!

MessageSujet: Bienvenu au Chaudron Baveur   Ven 10 Aoû 2012 - 20:24



Bonjour !

Alors, ceci est une nouvelle fanfiction (mouhahahaha je suis diabolique!) qui traitera du couple Hannat Abbot et Neville Londubat. Je me suis basée sur les dires de JK rowling sur ce couple tout en faisant moi même quelques... disons quelques originalités.

J'espère que cela vous plaira. Je pense poster plusieurs suites mais la publication ne sera pas régulière ^^ Mais j'espère finir avant 2013 ^^

Titre: Bienvenu au Chaudron Baveur!

Auteur: Chlo

Rating: tout public

Romance

Note de l'auteur: Neville rocks! hannah, j'espère te donner un rôle qui te mettra en valeur et te donnera tout ce que Jk ne t'a pas donné.

Disclamer: Je possède l'histoire et le choix des évènements. les personnages appartiennent à la série des HP et son auteur. Je ne fais que les emprunter pour divertir mes lecteurs - si lecteur il y a ^^

Excellente lecture

--------------------------------------------------------------------------------

Une journée d'apprenti auror

- Recrues ! Vous avez été pitoyables ! » Hurla Benjamin Modge, auror instructeur aux cheveux en bataille. « En vingt ans de carrière, je n'ai jamais vu ça ! Les incapables, les bavards et les 'je dois aller au petit coin, pitié' ! On ne m'aura rien épargné !

Les recrues se tassèrent. Parmi eux, Ron Weasley grommelait que ce n'était pas sa faute si on lui avait interdit d'aller aux toilettes avant sa mission. Harry Potter leva les yeux au ciel avec un sourire.

- Ca vous fait rire, Potter ?

- Non, Monsieur ! » Affirma-t-il ne désirant pas recevoir un blâme.

- Bien ! Alors ça ne vous dérangera pas d'écrire le rapport de cette mission désastreuse !

- Non, Monsieur.

'Adieu, nuit tranquille' pensa Celui-qui-avait-survécu-un-millier-de-fois-enfin-selon-la-légende. Il était foutu. C'était la troisième fois ce mois-ci qu'il était de corvée rapport, il se promit de ne plus se faire remarquer.

- Et où est Londubat ?! » S'exclama soudain l'auror instructeur en regardant ses recrues.

- Nous ne l'avons pas vu depuis le début de la surveillance de la maison. Il cherchait une planque. Enfin, il me semble. » Répliqua un grand brun aux yeux vairons.

- Et c'est seulement maintenant que vous me le dites ?! Vous ne pouviez pas me le dire avant que je commente cette désastreuse journée ?! Et donc…

L'instructeur Modge eut son premier sourire de la journée. Serait-il seulement possible qu'une recrue aie réussi à faire une surveillance efficace et sans se faire repérer ?! Un whisky pur feu allait être nécessaire pour fêter ça ! Que diable ! La bouteille complète !

- Trouvez-le !

Confortablement installé dans un massif d'hellébores de Merlin en fleurs – chose extrêmement rare en cette période de l'année – Neville analysait la structure des pétales tout en jetant un regard ennuyé en direction de la vieille maison qu'il était chargé de surveiller.

Il n'y avait pas un chat. Bien sûr, qui aurait eu idée de lancer de jeunes apprentis aurors dans une mission au péril de leur vie ? C'était tellement plus intéressant de surveiller cette vieille bicoque où rien ne se passait. Le lierre écossais qui grimpait sur la porte indiquait qu'elle n'avait pas été ouverte depuis plus de… Neville estima la hauteur du lierre à 53 centimètres. Sachant que ce lierre était l'un des plus lents au monde, la porte n'avait pas été ouverte depuis deux ans et demi.

Il n'était pas l'auror le plus doué de sa génération. Il était dans la moyenne, simplement. Ses aptitudes au combat étaient certes très aiguisées – la guerre lui avait conféré un certain talent dans ce domaine. Mais les enquêtes et les recherches n'étaient pas dans ses qualifications. Pire encore, cela l'ennuyait.

Harry et Ron étaient des passionnés. Hermione avait réussi à les faire aimer la logique et le recueil de petites informations qui, a priori, ne menaient à rien. Au moins, la jeune femme avait réussi ce petit miracle. Il nota dans son petit calepin qu'il devrait la féliciter la prochaine fois qu'il la croiserait.

Les missions de surveillance s'étaient toutefois révélées autrement plus distrayantes. Neville avait découvert que ses connaissances en botanique lui accordaient un talent non négligeable dans la dissimulation. Pire encore, il étudiait avec joie les buissons qui le protégeaient. La reproduction des plantes, ça le connaissait. Il avait donc mis à profit ses connaissances pour croiser des plantes et ainsi améliorer leur potentiel de dissimulation. Il ne se passait pas un jour sans qu'il ne teste une combinaison possible. Il en était même au point d'avoir des dizaines de petits pots de terre sur l'appui de fenêtre de sa minuscule chambre.

Et la semaine dernière, il avait été distingué premier dans son cours de dissimulation. Sa grand-mère se pavanait. Littéralement. Elle arpentait le chemin de traverse, son éternel chapeau sur la tête, racontant à qui voulait bien l'entendre ou non que son petit-fils était purement merveilleux.

Comme si s'endormir dans un hellébore de Merlin avait quelque chose de merveilleux…

Mais ça, il ne comptait pas le lui dire. Elle était fière de lui et ça lui convenait parfaitement. La guerre avait fait grandir son Neville disait elle inlassablement. Et mieux encore, sa première année d'apprentissage du métier d'auror était au-delà de ses rêves les plus fous. Neville, lui, ne savait pas vraiment si c'était son rêve le plus fou.

Voyager avec Luna pour découvrir un ronflaks cornu aurait été fou. Simplement fou. Mais son rêve fou à lui ?

Il n'en avait pas la moindre idée. Un temps, il avait cru que ce serait un geste de ses parents, prouvant qu'ils étaient là, enfin, vraiment là et conscients de qui il était. Puis il avait rêvé être courageux et il y était assez bien arrivé grâce à la guerre. Il avait aussi devenir fort en potion. Surtout pour réussir à impressionner Rogue. Ca, ça avait été son rêve fou mais cela relevait plus de la psychiatrie.

Des bruits de pas l'intriguèrent. Il se figea, prêt à agir au moindre signe de danger. Il reconnut d'abord l'uniforme des étudiants aurors. Ensuite, il identifia les chaussures de Ron, légèrement usées sur les côtés.

- Neville est quand même un champion dans ce domaine, Modge compte qu'on le retrouve comment ? » Fit alors la voix du plus jeune garçon Weasley.

Un éclat de rire suivit, celui d'Harry.

- Ron ! On est des aurors, enfin, des futurs aurors. Alors retrouver un collègue ne doit pas être notre plus grand défi, auror Weasley. Même si Neville a dû trouver un bon coin tranquille.

Neville sourit, oui, il avait trouvé un coin tranquille.

- Tranquille jusqu'à votre arrivée. » Enonça-t-il avant de murmurer un 'finite incantatem' qui détruisit son sort de dissimulation. Il n'était toujours pas visible sous l'hellébore géant, ainsi, il sortit de sa cachette. « Vous me cherchez depuis longtemps ?

- Non, cinq minutes tout au plus. » Mentit Harry en pensant à la grosse demi-heure qu'ils avaient passée à fouiller l'arrière de la bicoque.

- Menteur !

La soirée était vite arrivée. Les trois apprentis aurors étaient rentrés dans un petit appartement du centre de Londres. Harry avait gardé la maison de Sirius mais préférait vivre avec Hermione et Ron pour l'instant. Kreattur, grand héros de guerre, partageait son temps entre les deux demeures, cuisinant et entretenant avec amour chaque lieu.

Et ce soir, tandis qu'Harry finissait son rapport de mission dans la cuisine. Hermione, Ron et Neville discutaient tranquillement autour d'un thé.

- Et ta grand-mère ne va pas râler de ton retard ? » Demanda la jeune femme avec un sourire.

- Oh que si. Elle doit être en train de pester contre son ragout qui refroidit. » Un petit cri horrifié de Kreattur leur indiqua qu'il aurait lui aussi râlé ferme. « Je vais d'ailleurs lui envoyer un hibou de suite pour lui dire que je reste à Londres pour la nuit. Elle comprendra et sera contente de savoir que je vais bien.

Kreattur parut satisfait.

- Tu vas dormir où ? » S'enquirent une Hermione soucieuse et un Ron un peu trop joyeux que pour être honnête.

- Chaudron baveur, ils ont rouverts quelques chambres depuis peu. Non, Ron, il n'y a pas de filles là-dessous. » Indiqua Neville en levant les yeux au ciel.

Ron grimaça lorsqu'Hermione lui lança un regard noir. Elle n'appréciait que moyennement les blagues vaseuses de son fiancé et cette insinuation ne faisait pas exception.

- Tu remettras mon bonjour à Tom. » Demanda alors un Harry Potter passablement fatigué et couvert de tâches d'encre. « La dernière fois que je l'ai vu, il était littéralement épuisé.

- Ca, je ne te le fais pas dire. Depuis la fin de la guerre, le chemin de Traverse est une curiosité pour tout le monde magique mondial. Le trafic au niveau du Chaudron Baveur est devenu énorme. Il devrait engager du personnel en plus. Sans compter les problèmes que cette augmentation va entrainer. » S'enflamma la jeune femme en brandissant sa cuillère telle une épée.

- Suis d'accord. » Approuva Ron, un énorme morceau de biscuit en bouche. « Mon petit-déjeuner arriverait moins froid…

Conscient d'avoir laissé échapper un élément compromettant, Ron avala difficilement son biscuit.

- Deux petits-déjeuners sur la journée et tu viens te plaindre de ta prise de poids ? » Demanda Hermione lançant un regard perçant et une petite cuillère vindicative sur son fiancé.

- Je vais y aller, à plus ! » S'empressa de dire Neville en attrapant sa cape. « A plus, Harry ! Et courage !

Détalant comme un lapin, le jeune homme fut bien vite dans la rue. La température du centre de Londres était encore très agréable et il décida de se rendre jusqu'au Chaudron Baveur à pied.

Aucun moldu ne prêtait attention à la petite auberge. Neville fut rassuré. La guerre n'était finie que depuis trois petites années et il avait gardé cette inquiétude. Que faire si un moldu découvrait toute la vérité. Serait-ce le début d'une nouvelle guerre ? Il savait que cette idée ridicule n'avait pas lieu d'être mais la perspective d'éventuels problèmes ne l'enchantait guère.

Il poussa la vieille porte en bois et s'engouffra dans la grande pièce sombre. Quelques badauds finissaient leur verre et on entendait de loin les conversations qui avaient lieu dans la salle à manger.

Neville s'installa près du comptoir.

- Il y aurait moyen d'avoir une chambre… Oh, et un hibou pour envoyer un message. » Demandat-il à Tom qui avait les yeux fermés.

- Chambre 7, monsieur le futur auror Londubat. » Répondit une voix féminine.

- Hannah ?

- En chair en os et en poussière, pour vous servir !

Elle avait revêtu un uniforme du Chaudron Baveur et se glissa à côté de Tom.

- Ne le réveille pas, j'ai enfin réussi à l'endormir. Il en a vraiment besoin.

- Tu travailles ici ?

- Yep. Je suis la nouvelle… euh, je dirais bien esclave attitrée mais on dira que je suis juste la nouvelle associée de monsieur Tom.

- Chouette ça. Félicitations.

- Merci. Je te donne ta clé, tu règleras tout demain matin. Tu veux manger ici ce soir et demain matin ?

- Oui. Pour les deux. Et le hibou ?

- Je te le monte dans cinq minutes. Va te poser, voir si la chambre te plait.

Neville lui fit un sourire avant de se diriger vers l'escalier.

- Au fait ! Bienvenu au Chaudron Baveur ! » Lui cria-t-elle, réveillant par la même occasion son associé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Chlo
Reporter
avatar

Messages : 3501
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 29
Localisation : Dans la cuisine!

MessageSujet: Re: Bienvenu au Chaudron Baveur   Ven 17 Aoû 2012 - 23:42

Bienvenue au Chaudron Baveur!

- Tu te rends compte que tu travailles trop ? Même si tu es nouvelle, tu n’es pas obligée de tout faire, tu sais ? » Demanda Tom après le choc de son réveil forcé.
- Ca me plait. Et travailler dans un environnement mi moldu mi sorcier me plait énormément. » Elle hésita un instant mais finit par craquer. Elle prit Tom dans ses bras un en câlin maladroit. « Merci. Vous m’avez sauvé. J’aurais dépéri dans cet horrible endroit.
- De rien… » Répliqua Tom ne sachant pas vraiment que répondre à une telle déclaration. « Travaille autant que tu veux !

Dans la vie, Hannah Abbot avait toujours eu le goût immodéré pour son travail. Et entendre son patron lui laisser le champ libre était un véritable plaisir. Elle avait déjà des tas d’idées. Elle releva ses cheveux en un chignon lâche. Il fallait agir finement mais le résultat allait être époustouflant.

Déjà toute petite, cette passion pour le travail avait commencé avec les puzzles. Enchantés ou non, elle passait des heures à rassembler les petites pièces par couleur puis séparait avec patience les bords. Ce n’était qu’une fois ce fastidieux rituel qu’elle s’attelait à la tâche sous le regard bienveillant de sa mère.

Poufsouffle avait été évident. Le Choipeau avait rigolé doucement. Son rire était un peu étrange mais la jeune Hannah avait adoré. ‘Tu es Helga, aucun doute là-dessus’ avait-il glissé avant de la répartir.

- A vos ordres, patron !
- Tu es mon associée !
- C’est noté… » Hannah lui fit un sourire en attrapant la clé de la petite volière située dans les combles du chaudron Baveur. « Patron !

Elle passa quelques minutes dans les escaliers, comptant avec minutie les marches. Au moins, elle pourrait les descendre de nuits sans y faire vraiment attention.

Hannah ouvrit la volière et, avec un sourire, elle prit la chouette la plus jeune. Elle était noir et blanc, un peu peureuse mais Hannah avait confiance en elle. Cinquante quatre marches plus tard, elle frappa trois coups légers à la porte numéro 7. Neville lui ouvrit presque instantanément.

- Tu m’attendais avec impatience ? » Demanda-t-elle avec un sourire espiègle.
- Euh… Non. Oui. Je… » Neville bafouillait. Un peu pris de court, il prit délicatement la chouette.

Il s’installa sur le petit bureau pour y écrire son mot et Hannah, piquée par la curiosité fit le tour. Son père appelait ça son petit côté Rita Skeeter.

Au début, elle avait commencé ses investigations simplement pour tenter de découvrir quel serait son cadeau d’anniversaire, et puis, cela avait un peu… évolué. A Poudlard, c’était le recoupement entre les cours. Chaque information d’un cours, finissait systématiquement dans la marge de ses autres cours qui avaient un rapport. Une herbe rare prenait place dans les marges du cours de potion et une potion paralysante finissait toujours dans le cours de Défense contre les forces du mal. C’est simple, c’était agréable et puis… ça lui faisait une masse de travail doublée par rapport à ses condisciples. Ce qui lui avait valu une bonne crise de nerfs avant ses B.U.S.E. en cinquième année.

La seule qui avait pu la comprendre avait été Hermione. La gryffondor passait des heures à la bibliothèque, tout comme elle. Les deux jeunes étudiantes qu’elles étaient à l’époque s’étaient rapprochées de cette manière. Sans être très proches, elles étaient néanmoins amies.

Hannah identifia un petit bagage d’où sortaient quelques vêtements. Un pull léger, une paire de chaussettes et un bout de cape. Elle pensa un instant qu’elle avait de la chance, elle aurait pu tomber sur des sous-vêtements. Elle sursauta en entendant Neville la remercier pour la chouette. Rougissant comme jamais - et pourtant ses joues naturellement roses – elle lui répondit vaguement un ‘Ce n’était rien’ en récupérant la chouette.

- Il faut venir te réveiller demain ?
- Euh, oui… » Fit le jeune homme en imaginant la jeune femme penchée au dessus de lui endormi. « Merci. A sept heures, ce serait parfait.
- C’est noté !

Souriant, elle referma la porte pour la rouvrir aussitôt.

- Et le souper sera servi dans une grosse demi-heure si tu veux.
- Ca me convient.
- Qu’est ce… » Hannah rentra à nouveau dans la chambre.

Son attention avait été attirée par un minuscule petit pot sur la table de nuit. Il était d’un vert vif et ne comportait qu’une minuscule petite branche végétale.

- Je fais des expériences pendant mes heures de planque chez les aurors.
- Sur ce bout de bois ?
- Non, l’expérience c’est le bout de bois. C’est un mélange de deux plantes que j’ai bouturé magiquement.
- C’est impressionnant.
- C’est ridicule plutôt. Je n’ai pas la moindre idée de ce que ça va donner.
- Neville Londubat… Tu es surprenant, comme toujours !

Surprenant, c’était bien le terme approprié pour lui. Hannah se souvenait parfaitement de l’époque de l’armée de Dumbledore. Neville pouvait passer des heures à s’entrainer. Même s’il ne réussissait pas – au contraire de tous les autres – il continuait inlassablement. Neville était la patience incarnée, même elle était impressionnée. Hannah se passionnait avec Hermione à trouver des moyens de se battre de manière plus humaine et respectable que les mangemorts. Mais ce qu’elle appréciait le plus, c’était d’entendre la voix de Neville répétant encore et encore les mêmes sorts. La guerre approchait, les cours s’intensifiaient et le travail à accomplir prenait des proportions importantes. Elle aimait cela. Elle se sentait utile.

Et la mort de sa mère était venue rompre cet équilibre. Elle était rentrée chez elle. Il fallait aider son père, gérer les choses en tant qu’adulte, toujours tout contrôler. C’était bien là la meilleure manière de faire son deuil. Plus précisément, c’était la seule façon de ne pas craquer.

- Je vais te laisser te reposer. » Précisa la jeune femme alors que Neville ouvrait la fenêtre. « Tu descends manger quand tu le désireras, tu as juste à donner ton nom et le numéro de ta chambre à Patty, c’est la nouvelle responsable de la salle à manger.

Hannah travailla encore quelques heures avant de manger à son tour. Il ne restait qu’un nain un peu aigri mangeant sa soupe dans la salle ainsi que Tom.

- Hannah, tu travailles trop. » Affirma son associé.
- Mais non. Rassure-toi. Par contre, peux-tu m’apporter un peu de jus de citrouille ? Je ne voudrais pas travailler pendant mon temps de table. » Lui demanda-t-elle, un grand sourire aux lèvres.
- Faites attention, Monsieur Tom ! Bientôt, vous ferez tout et elle sera inspectrice des travaux finis.
- Ernie ! » S’exclama la jeune femme.
- Salut Hannah. Tu vas bien ?
- Tu m’as manqué ! Et tu as encore maigri ?! » Elle s’inquiétait de l’état de santé de son ami. Depuis ses débuts en tant que jeune étudiant en médicomagie, il semblait avoir perdu quelques kilos. « Installe toi, je t’apporte à manger !

Après avoir travaillé dans un petit bar miteux du Londres moldu, se faire engager comme associée au Chaudron Baveur avait été une révélation. Gérer les clients, trouver ce qu’ils avaient besoin, préparer les repas en aidant en cuisine, gérer les chambres et aider les né-moldus à aller sur le Chemin de Traverse… C’était le travail le plus valorisant et le plus complet dont elle aurait pu rêver. Et si elle pouvait également s’occuper de ses meilleurs amis, c’était au-delà de toutes ses espérances.

*o*o*

Six heures quarante cinq. D’un regard, Hannah parcourut la salle à manger et sourit en voyant les mines fatiguées de ses clients. Inquiète de ne pas en voir certains, elle jeta un œil à l’horloge trafiquée qui lui indiquait les entrées et sorties des clients. Quel beau constat ! Certains de ses clients ne s’étaient toujours pas levés.

- Tu vas vraiment aller les réveiller ? » Demanda son associé qui avait bien compris ses intentions.
- Oui.
- Tu es une envoyée de Merlin venue pour me sauver.

Tom était las, la guerre avait fait beaucoup de dégâts et il avait de moins en moins la motivation. Engager Hannah était une vraie bénédiction. Il avait même l’impression que la jeune femme savait faire des dizaines de choses à la fois.

Elle était magique. C’était aussi simple que ça.

- Service de réveil du Chaudron Baveur, bonjour ! Il est bientôt sept heures et le petit-déjeuner sera disponible encore une heure ! La gazette du sorcier nous annonce des réductions sur tous les articles de Quidditch aujourd’hui grâce à leur coupon promotionnel et l’accès au ministère est très dense aujourd’hui, embouteillage important sur le réseau de cheminettes, soyez prévoyants et allez-y à pied !

Entrer dans les chambres, clamer à tue-tête son petit discours, ouvrir les rideaux, demander ce qu’ils désiraient et surtout ne pas regarder les clients – elle ne voulait en aucun cas voir des choses qui devaient rester privées – et ressortir aussitôt.

Elle avait gardé le réveil de la chambre 7 en dernier. Pas pour des raisons personnelles, bien évidemment ! Elle était seulement curieuse de savoir si le ‘bout de bois’ avait grandi en une nuit ou non. C’était une question qui la taraudait. Les boutures magiques étaient souvent surprenantes et ce sujet l’intéressait particulièrement.

- Service de réveil du Chaudron Baveur, bonjour ! Monsieur Londubat, il est temps de vous lever ! Il est sept heures et le petit-déjeuner sera disponible encore une heure ! Des pains au chocolat, vos préférés, ont été mis de côté et nous vous informons joyeusement que l’accès au ministère est très dense aujourd’hui, embouteillage important sur le réseau de cheminettes, soyez prévoyants et allez-y à pied !

Avisant que la tête endormie de Neville émergeait de sous la couette et qu’un bras venait s’étendre, elle put constater qu’il était en pyjama. Forte de cette découverte, elle s’assit sur le lit juste à côté de lui.

- Elle a doublé de taille !

Son cri alerta Neville qui se releva, enfin réveillé.

- Vrai ?! » Demanda-t-il en se frottant les yeux pour mieux voir. « Incroyable ! C’est dommage…
- Pourquoi donc ? Tu veux rire, c’est spectaculaire! » Fit-elle admirative.
- Je ne peux pas la garder avec moi, nous avons une semaine d’entrainement intensif. Elle va juste dépérir dans mon sac à moins que… Hannah Abbot… Serait-ce un crime que de vous demander de vous en occuper ?
- Pas le moins du monde ! Je tiendrai même un journal de son évolution ! Je vais la mettre sur le comptoir du bar, cher client ! » Inquiète, elle se renseigna quand même. « Elle n’est pas dangereuse, n’est-ce pas ?

Il souleva les épaules en signe d’ignorance avant de lui sourire.

- Bien sur que non, je n’aimerais pas disparaître à cause d’une plante tueuse, tu sais.
- Alors, c’est bien d’accord. Fais attention en mission et envoie des messages à ta grand-mère, elle était inquiète, elle a envoyé un message ici pour savoir si tu prenais bien tes repas.

Mortifié, Neville rougit. Hannah éclata de rire.

S’ennuyer au Chaudron Baveur était absolument impossible.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Chlo
Reporter
avatar

Messages : 3501
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 29
Localisation : Dans la cuisine!

MessageSujet: Re: Bienvenu au Chaudron Baveur   Mer 22 Aoû 2012 - 14:36

Un brin de vert

Neville était parti en retard. Cachant son sourire sous un éternuement feint, Hannah lui fit un signe de la main. S’il arrivait à temps à son cours, ce serait un véritable miracle.

Sa bouture de compagnie sous le bras, elle tenta de lui trouver une place. Dans les escaliers, ce serait trop dangereux, les clients maladroits, elle connaissait. Elle n’avait pas un bon feeling concernant la salle à manger et le bar… Mais voilà ! Le bar !

Elle poussa la porte et examina la pièce. Bon, il n’y avait pas souvent une masse de personnes accoudées au bar. C’était un bon plan. De ce fait… Hum. Hannah fit une légère moue. Ah ! Là ! Juste sur le bord du bar, loin de l’évier mais assez près de la fenêtre.

C’était écrit. Cette place était parfaite ! Enfin… Avec quelques aménagements, ce serait bientôt parfait.

*o*o*

Modge était content. Très content. Et lorsque Modge était content, cela ne signifiait qu’une seule chose : les recrues avaient du souci à se faire. Beaucoup de soucis.

- Deux semaines ! Nous partons deux semaines ! Vous allez voir ce qu’est la vie, la vraie !
- Pitiéééééé. » Murmura Ron qui avait promis à Hermione de l’aider à ranger leur appartement. « Elle va nous assassiner.
- Qui que soit ce ‘elle’, Monsieur Weasley, croyez-moi sur parole. Son courroux sera doux à côté de ce qui vous attend pour ces deux semaines.

L’enfer était proche. Harry avait l’impression que c’était une règle essentielle dans sa vie. Entre Voldemort et les Serpentards, il avait eu du travail. Mais la fin de guerre et l’anéantissement du vilain n’avait rien, semble-t-il, eu aucun impact sur ce cher Instructeur Modge. Lui qui aurait dû être zen, tranquille et reposé… était juste… insupportable. Même Rogue et ses cours étaient plus tranquilles ! Il regrettait ses cours de potion ! Oh dieu !

- Monsieur Potter ? » Demanda soudain Modge.
- Oui ?
- Félicitations ! Vous obtenez la tête de votre première mission !

Vraiment ?!

Un peu abasourdi et ne sachant que dire, Harry fut sauvé par l’arrivée de Neville.

- Je suis navré ! Problème de cheminette ce matin.
- La gazette aurait dû vous en informer si vous l’aviez lue…
- Le Chaudron Baveur… Je suis parti à pied de là. Mais le côté moldu était très embouteillé.
- Il a raison. » Prononça une voix forte. « Il a déjeuné à temps mais il s’est retrouvé comme moi bloqué dans Londres. Ces horribles moldus me rendront fou.

C’était un nain, à ne pas en douter. Il était habillé de manière étonnante. Un vieux jeans troué ci et là et un étonnant poncho vert bouteille. Neville reconnut le nain qui avait exigé un troisième petit-déjeuner alors qu’il peinait à finir son assiette.

- Ah… Bien. Londubat, je vous en prie, installez-vous. Recrues, je vous présente Guilbert Ging. Il sera votre pire cauchemar ! Pour deux semaines, nous allons parcourir la moitié de l’Ecosse avec entrainement au combat, filatures sauvages et emprisonnement magique.
- Me voir, c’est voir l’échec en pleine face, bande de limaces. Il faudra que vous soyez malins, adroits, fourbes et résistants. Tout élève qui tombera sous ma main sera de corvée le soir venu. Et vous ne voulez pas passer vos nuits en corvée, n’est-ce pas ?

*o*o*

Hannah essayait de rassurer tant bien que mal une cliente moldue. Elle voulait faire plaisir à sa fille qui allait fêter son premier Noel à Poudlard.

- Je vous ouvre le passage, ne vous inquiétez pas. » Affirmait-elle avec douceur.
- Mais… Et comment vais-je pouvoir revenir ici ?
- Mon associé, Tom, va vous accompagner. N’est-ce pas Tom ?

Sans lui laisser le temps de répondre, elle attrapa l’homme par le bras et l’entraina à sa suite.

- Venez, Madame! Vous allez voir ! Un jeu d’enfant! Tom va s’occuper de vous! Il vous portera vos achats et il vous renseignera sur les arnaques probables. Et passez donc voir le bijoutier magique. Je pense que vous trouverez un objet unique pour votre fille.

Abandonnant Tom et cette dame après avoir ouvert le passage, Hannah eut un sourire diabolique. Cette arrivée était providentielle.

Il était encore tôt et les clients étaient peu nombreux. Comme cette dame, ils avaient tous prévus de faire leurs courses de Noel en avance. Et quelle avance ! Nous n’étions que fin novembre.

- Bien, très bien. Maintenant, à nous deux !

Baguette en main, elle releva légèrement les manches de sa robe de sorcier. Il fallait récurer et faire briller. Le premier sortilège frappa la fenêtre et un petit éclat de saleté tomba au sol. D’accord. Elle avait vraiment sous-estimé le travail. Mais elle était coriace. Plus encore que ces horribles fenêtres sales!

*o*o*

Marcher dans la tourbe de l’Ecosse, c’était une chose. Mais courir là-dedans, les mollets trempés et embourbés, avec un sac de provisions sur le dos et le tout en étant poursuivi par un nain fou dangereux lançant des dagues ensorcelées.

- Harry, je pense que c’est le cousin nain de Voldemort. C’est pas possible autrement. » Haleta Ron, en nage.
- Faut qu’on le fasse disparaître. Je sais pas encore comment mais on trouvera bien un moyen. » Approuva Harry tout en courant.
- Sautez dans ces ronces, les gars ! Ca va nous protéger ! Vite ! » Hurla Neville en sautant tête première dans les ronces.

Une dizaine de sorts de protections plus tard – et le triples d’écorchures – ils soufflèrent un moment.

- Sérieusement, je commence à avoir des doutes sur la formation. Vous êtes sûr qu’on a bien choisi une formation d’auror et pas celle de ‘faites vous trucider en trois leçons’ ?
- Je ne jurerai rien, j’ai les mêmes doutes que toi en ce moment.

Soudain, Harry éclata de rire.

- Ron, Neville… Je crois que vous oubliez quelques petits détails. » Il prit une profonde inspiration. « Déjà, nous avons vécu avec Rogue bien trop longtemps pour notre bien, Voldemort nous a poursuivi, une bande de mangemorts rodait toujours dans notre entourage et à l’école, on avait la clique des Serpentards. Oh ! Et Rita. Et un Basilic. Et j’en passe encore et encore. On est des survivants.
- Tu es un survivant.” Corrigea Neville.
- Non, nous. On a tous survécu. Et on a eu des pertes. Et on a décidé de vivre pour eux. Alors, si le voir c’est l’échec, nous, on va le mettre échec et mat. Version nanisme de Voldemort ou pas, il va déguster.

Ron leva les yeux au ciel. Parfois Harry arrivait à prendre le même air diabolique qu’Hermione. Et ce n’était décidément pas une bonne nouvelle pour lui. Il les voyait arriver les problèmes. Gros comme le manoir Malefoy.

*o*o*

Lorsque Tom s’effondra épuisé sur une table du Chaudron Baveur, il avait eu le temps de transporter des kilos d’achats – qui achetait autant d’ailleurs ?! – de ramener la dame à travers un chemin de Traverse bondé – qui faisait des courses de Noel en novembre ?! – et de remarquer un truc bizarre.

Fronçant les sourcils, il comprit enfin.

- Hannah ?!
- Oui ? » Fit la demoiselle.

Elle sortait de l’espace du bar réservé au personnel. Son chignon n’était qu’un vieux souvenir et ses longs cheveux blonds étaient couverts de poussière.

- Il s’est passé quoi ici ?
- J’ai lavé les vitres.
- Lavé les vitres ? » Demanda-t-il désorienté. Il y avait trop de lumière ici.
- Oui. Récuré en fait. Mais ça donne super non?
- C’est… C’est…
- Tu en perds tes mots ?! Mais c’est parfait ça! C’est que ça en jette, je sais.

Choqué, il se demanda où était passée l’âme du Chaudron. Un chaudron devait être sale, une peu crasseux aussi. Pas… Lumineux ! Ca, c’était la faute de ce Rogue de malheur ! Il avait dû obliger cette pauvre Hannah à récurer des chaudrons pendant des heures et des heures de retenue!

- Non, jamais. Pas la moindre retenue. Enfin, si peut-être une fois ou deux mais pour la bonne cause. J’ai quand même été préfète ! Je te rassure. C’est juste que ça donne de la lumière pour ma plante.

Tom n’avait même pas eu conscience de penser à haute voix. Il devait être au bord de la syncope.

- Une plante ?!
- Oui.
- Au Chaudron Baveur ?
- Oui.
- C’est inédit.
- Je prends ça comme un compliment ! J’ai même changé la couleur de son pot. C’est joli ce petit vert anis, n’est-ce pas ? Ca va être tellement plus vivant !

Vivant… C’était tellement surprenant. La petite tige de bois sortait étrangement de son pot et Tom se retint de faire un commentaire.

Hannah était magique pour le Chaudron… Mais il commençait à se rendre compte que la situation allait prendre des allures de croisade à la remise à neuf du lieu. Et ça, il ne savait pas vraiment s’il allait y survivre.

Et pire que tout, les clients semblaient soudain plus… joyeux. Merlin, que se passait-il ici ?!

*o*o*

Ron fixait d’un air étrange ses deux amis en train de ficeler le nain – leur instructeur ! – avec des sorts.

- Je le sens mal.
- Mais non. Il est juste sonné. Rien de grave. » Fit Harry avec un sourire qui n’avait rien de rassurant.
- Harry…
- Modge va nous tuer. Je sais. Mais au moins… On ne pourra pas nous reprocher notre efficacité.

*o*o*

Le bureau des aurors était calme. Trop calme. Les nouvelles recrues étaient toutes en salle de réunion. Les deux semaines finies, c’était le moment du débriefing. Et c’était le silence complet.

Modge et Ging les regardaient tous d’un air revêche. La sentence allait bientôt tomber. L’instructeur, le regard noir, fit un pas en avant.

- Deux semaines. On ne vous en demandait pas plus. Deux semaines de survie. Et entre ceux qui ont pleuré des heures durant, ceux qui ont emprisonné Ging… Bon j’avoue, c’était un bel exploit. » Précisa Modge sous le regard furieux du nain. « Et les champions du ‘Pitié, ne me tuez pas’, je commence à m’inquiéter. En trois mois d’entrainement, vous n’avancez pas vraiment. Mais certains semblent prometteurs. Nous verrons. Vous avez un week-end prolongé! Trois longs jours de repos! Parce que vous ne méritez rien de plus. Je sais que certains d’entre vous ont participé à la guerre mais cela ne veut rien dire. Ici, nous allons vous apprendre à vous battre et à protéger autrui avec efficacité.

Les recrues se levèrent. C’était quand même un bilan positif.

- Et je travaille sur votre punition, les jeunes !

Ging avait attendu la dernière minute pour prononcer ses menaces. Harry sentit qu’il était particulièrement visé. Neville confirma ses doutes en lui faisant une grimace.

- T’inquiète pas, je pense qu’il va vraiment faire de nos vies un enfer. Mais au moins, toute la promotion aura ce privilège.
- Merci. Mais ça ne me réconforte pas le moins du monde. Ils vont tous nous détester.
- Dis-toi que ce sera moins pire qu’Hermione lorsqu’elle va découvrir ce que l’on a fait. » Grogna Ron.
- On devrait tous s’installer au Chaudron Baveur.

Neville avait eu cette idée. Trois jours de libre, ce n’était pas grand-chose. Et après deux semaines dans l’enfer écossais, une simple visite de sa grand-mère au Chaudron serait largement suffisante.

- Pas sur que cela nous sauvera. » Compléta Harry.

*o*o*

Ils avaient la mine défaite les trois amis. Hannah avait l’impression de les revoir au début de l’AD lorsque tout le monde doutait.

- Et bien ? Un troll vous a attaqué ?
- On aurait préféré.” Commenta Ron. “ C’est moi ou il y a quelque chose de changé ici?
- A vous de trouver, les garçons.

Hannah leur fit un clin d’œil.

- Trois lits, ça serait possible ?
- Bien sûr !
- On prend alors. Et le souper. Nous sommes épuisés.
- Allez donc au lit, je vous réveille dans deux heures pour manger. Chambre 14 ! » Hurla-t-elle lorsqu’ils furent déjà à l’étage.

Tom servit une bière à un client puis, vint vérifier ce qu’il craignait.

- Tu as repeint le bar, non ?
- Oui. C’est plus joli avec un comptoir vert pomme.

Tom hocha la tête. Un Chaudron propre ET coloré faisait lentement son apparition… L’effet Abbot prenait de l’avance !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Chlo
Reporter
avatar

Messages : 3501
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 29
Localisation : Dans la cuisine!

MessageSujet: Re: Bienvenu au Chaudron Baveur   Ven 31 Aoû 2012 - 23:05

Un soupçon d'orange

Les trois amis avaient mis du temps avant de s’installer. Se disputer pour le lit prouvait que, même épuisés, leur corps et leur esprit pouvaient apprécier la douceur d’un matelas en coton et le confort d’une pièce.

Plus encore, Ron apprit l’importance de ce confort pour ses amis à ses dépends. Trop soucieux qu’Hermione ne s’inquiète pas à son propos, il était descendu au bar pour demander un hibou. Cela lui avait coûté le lit positionné à côté de la fenêtre mais également le lit le plus moelleux.

- Merci les mecs ! Trop généreux ! J’ai l’impression d’être de retour au Terrier ! Mais au moins, je me console en me disant que moi j’ai une petite femme aimante qui m’attend à la maison. » Avait-il déclaré d’un ton philosophe.
- Techniquement, elle m’attend aussi même si je ne suis que le squatteur de la chambre d’amis. » Avait ricané Harry.

Ce n’était pas vrai, l’appartement était à eux trois. Harry avait sa part au même titre que les deux autres mais il aimait se faire appeler le squatteur. C’était extrêmement drôle. Il avait ainsi l’impression de revivre comme chez les Dursley, les mauvais traitements, la faim et le débarras sous l’escalier en moins. Et aussi tante Pétunia et les deux autres. Et les corvées journalières. Enfin, les corvées étaient maintenant réparties entre eux trois et c’était vraiment plus agréable.

Et il pouvait amener du monde sans entendre des hurlements suraigus, ce qui avait certains avantages. Bon, ne plus voir son cousin avec des attributs animaliers lui manquait un peu mais on ne pouvait pas tout avoir dans la vie, n’est-ce-pas ?

Neville ne répondit rien à cet échange, plongé dans ses pensées. Il pensait à sa grand-mère qui l’aimait et qui l’attendait à la maison. Elle devait son ronger les sangs à chaque mission même si elle ne l’admettrait jamais. Elle était fière de lui et du fait qu’il honore le travail de ses parents. Il s’allongea un instant sur son lit moelleux à souhait, essayant d’imaginer sa vie s’il venait à se trouver une épouse et à devenir un auror de renom.

Il sursauta un peu après en entendant la voix d’Hannah.

- Que…
- Tu t’es endormi et les deux autres n’ont pas eu le cœur de te réveiller. Ils sont en bas depuis deux bonnes heures. Hermione est arrivée en courant. Elle a eu très peur pour eux quand elle a vu la lettre de Ron. Je ne sais pas ce qu’il a écrit mais elle a cru qu’ils étaient quasiment morts et enterrés. Elle leur a passé le savon du siècle.

Elle lui annonçait ça avec un sourire tel qu’il en devint contagieux.

- Ils sont à peine marqués… » Affirma Neville souriant. Ses blessures étaient bien plus profondes que celles des deux autres mais pas dangereuses. « Et puis, ils ont connus pire. On a tous connu pire.

Elle acquiesça silencieusement. Ils s’étaient tous sauvés la vie les uns les autres lors de la bataille finale. Hannah avait protégé Neville, il l’avait protégée un peu plus tard, Luna, Ron, Harry, Hermione,… Même les adultes s’y étaient mis. La reconnaissance entre tous les survivants dépassait les limites du raisonnable. Ils avaient tous une dette commune. Même ceux de l’autre camp l’avaient. C’était ainsi. Ils étaient tous des survivants.

- Je t’ai amené le diner. Tu vas manger ça pendant que j’examinerai ton dos. Harry dit que ce n’est pas beau à voir.
- Hannah, ce n’est pas nécessaire, je t’assure.
- Tu me laisses faire. Sinon, j’écris à Augusta. Elle sera ravie de voir à quel point tu es une personne simple, gentille, obéissante…
- Tu es diabolique, Abbot.

*o*o*

Sans la moindre gêne, elle commença à déboutonner sa chemise alors qu’il enlevait sa cravate. L’uniforme des aurors l’exigeait mais rares étaient ceux qui le suivait à la lettre. Hannah l’aida à l’enlever, sachant parfaitement que Neville minimisait ses douleurs et ses blessures.

Elle se revit faire la même chose lors de leur année à Poudlard sous le règne des partisans du mage noir. Avec douceur, elle parcourut du bout des doigts son épaule gauche où quelques cicatrices blanchâtres zébraient la peau. Une retenue particulièrement féroce pour insubordination qu’il avait eue cette année là. Hannah l’avait soigné devant quelques élèves de première année terrorisés qui ne voulaient plus quitter la salle sur demande.

- Tu as encore mal ?
- Non. » Il faillit rajouter qu’elle ne devait pas s’inquiéter de ses blessures mais il retint sa remarque. Etrangement, il aimait son inquiétude. C’était… C’est elle, tout simplement.

Hannah sourit légèrement, un sourire amer. Elle n’aimait pas voir souffrir ses amis. Elle avait toujours peur de les perdre. De recevoir une lettre lui annonçant qu’elle ne les reverrait jamais. Qu’elle ne pourrait pas leur dire au revoir. La mort de sa mère l’avait brisée. Son père et ses amis. C’était tout ce qui lui restait en ce monde. Et peut-être le Chaudron Baveur aussi.

- Retournes-toi.

Délicatement, il se mit de l’autre côté du lit en passant ses jambes au dessus. Elle s’assit là où il se trouvait un instant auparavant et il sentit son regard parcourir son dos.

Il frissonnait. Hannah contempla sa peau marquée par les blessures qui régissait. De froid ? De gêne ? Elle ne voulait pas savoir.

Avec une délicatesse infinie, elle jeta des sorts de guérison sur chaque zone et appliqua ensuite un baume. C’était inutile. Ils le savaient tous les deux. Un sort sur de telles blessures était très efficace et ne nécessitait rien d’autre. Mais elle avait besoin de sentir qu’il était en vie sous ses doigts. Et il voulait ressentir la douceur d’une femme qui prenait soin de lui.

- Tu es toujours aussi délicate.

Il n’eut pas de réponse et soudain, il fut pris dans une étreinte. Elle avait passé ses mains sur son torse et pressait sa poitrine contre son dos. Il ne se souvenait même pas du dernier câlin qu’il avait reçu, cela datait tellement. Et plus que la sensation de cette étreinte, il sentit son cœur se serrer. Se serrer si fort et si longtemps qu’il crut être gravement malade. Sa gorge était sèche et il craignait qu’elle salisse sa blouse avec le baume.

Pourtant, il ne le lui fit pas remarquer parce qu’au fond de lui, il savait parfaitement qu’il s’en fichait un peu. Il leva sa main pour la poser sur celle d’Hannah.

- Merci.

Il avait murmuré, incertain qu’elle puisse l’entendre. Alors, pour toute réponse, elle le serra un peu plus fort contre elle. C’était souvent plus facile pour elle de ne pas parler. Elle préférait agir. Cette étreinte voulait tout dire.

*o*o*

Allongé dans son lit, Neville n’arrivait pas à trouver le sommeil. Il pensait et repensait à cette soirée. Le baume qu’Hannah lui avait donné lui laissait une douce chaleur dans le dos ainsi qu’une odeur légère, entêtante, troublante. Cela le poursuivait. Tout comme le souvenir de cette étreinte.

*o*o*

Hannah frottait doucement le bar, le regard perdu dans le vide. Il n’y avait plus personne ici depuis une bonne heure, chacun était retourné chez lui ou logeait dans les étages supérieurs du Chaudron.

Elle ne pensait qu’à trois de ses clients. Non. C’était faux. Il n’y en avait qu’un.

C’était la faute d’Augusta. Cette vieille femme savait que son petit-fils ne lui parlerait pas de ses ennuis durant ses études. Et comme Neville passait du temps avec ses amis et aimait la facilité que lui offrait le Chaudron Baveur, elle avait chargé la jeune Abbot de veiller sur lui.

Hannah leva les yeux au ciel. Neville était plus fort qu’elle. Il avait montré toute sa force et son potentiel lors de la bataille finale. Même cette année sous le règne des Carrow avait révélé un fin stratège ! Alors, que pouvait-elle faire pour lui ? Augusta avait perdu la tête en lui confiant cette tâche. Cependant, hannah aimait les défis. Et si pour arriver à son but, elle devait se transformer en infirmière personnelle de l’auror Londubat… et bien, elle le ferait.

Elle avait pourtant eu peur en voyant cette peau meurtrie sous les coups. Des coupures et des bleus. Elle devait le protéger. Elle refusait de perdre encore un membre de sa famille.

Bon, il y avait encore du travail. Un baume de soin et un câlin n’étaient probablement pas le meilleur moyen de sauver des vies. Elle se promit de parler de cette théorie à Harry. Après tout… Peut-être avait-il câliné Ron et Hermione pour les protéger durant la guerre.

Donnant un peu d’eau à sa plante – elle avait déjà une feuille ! – elle décida d’aller dormir. Si elle arrivait à dormir…

*o*o*

Hermione avait enfin fini sa journée de cours. Un peu épuisée par les longues heures de travail, elle s’étira à la manière d’un chat. Elle ne voulait pas rentrer chez elle. Ron et Harry étaient en mission et l’appartement était désespérément vide. Modge et Ging avaient encore organisé une semaine de séminaire sur la défense et les garçons ne rentreraient que quelques jours avant Noël. Le Chemin de Traverse était bondé. Elle se dépêcha d’acheter le dernier traité des lois des êtres hybrides en usant des ses privilèges. Acheter des livres tous les jours lui avait permis d’être une VIP et d’avoir accès à une caisse rapide pour ses achats.

Presque hystérique, elle sortit du magasin en sautillant. Ce livre allait être passionnant !

Mais il était hors de question qu’elle finisse seule chez elle. Totalement hors de question. Elle avait bien l’option d’aller voir la famille Weasley mais le calme serait alors un lointain souvenir. Non… Elle avait mieux. Elle avait le Chaudron Baveur !

Elle tapota les briques avec sa baguette et ouvrit le passage. Il était encore relativement tôt et il n’y avait pas beaucoup de clients. Hannah l’accueillit avec un sourire et un clin d’œil lorsqu’elle avisa le livre sous son bras.

- Tu es incurable, Hermione. » Fit-elle d’un air réprobateur.
- Je t’en ai pris un, un roman historique. » Se défendit Hermione avec un sourire vainqueur.
- Yes !
- Et c’est moi l’incurable, hein ?
- Je confirme. Moi, je peux résister deux jours au moins !
- Menteuse.

*o*o*

Ni l’une ni l’autre n’avait envie de rester seule alors elles avaient improvisé une soirée pyjama. Installées dans le lit de la blonde, elles bouquinaient simplement.

- Tu t’occupes vraiment de tout ici ?
- J’essaie. Tom voulait que j’aide à l’organisation et j’ai fini par outrepasser mes devoirs. Je fais de tout ici et je pense que ça lui fait du bien de se délester de ça.
- Il est vraiment courageux de rester ici après tout ce qui s’est passé pendant la guerre.
- Il refuse de me dire s’il y a eu des morts. Il dit que ce n’est pas des histoires pour une jeune fille. Je ne suis même pas sûre qu’il est au courant que ma mère a été tuée dans cette guerre.
- Il le sait. » Affirma Hermione. « Je pense qu’il fait juste semblant de tenir le coup.
- Et toi ?
- Quoi, moi ?
- Tu tiens le coup, Hermione ?
- J’essaie. Je ne peux faire que ça. Les savoir dehors sans moi pour les canaliser me terrifie. Et je suis sûre que tu es dans le même cas que moi. Tu ne supportes plus de ne pas savoir où sont les membres de l’AD et les élèves que vous aidiez, n’est-ce pas ?

Elles se connaissaient trop bien. C’était à la fois merveilleux et terrifiant de savoir ça. Dans un soupir, la jeune Abbot vint nicher son visage dans le cou de son amie.

- Ca passera un jour. J’en suis sûre. Et on aura tous une ribambelle d’enfants ! Harry aura même une vraie tribu comme l’a annoncé cette vieille folle de Trelawney.

Hannah pouffa de rire.

- J’espère pour toi que Ron n’en voudra pas autant.
- J’espère aussi. Deux me suffiront très bien.
- Bon choix.
- Et toi ?
- Si je me trouve un mari, je serai déjà heureuse.
- Hannah !
- Quoi ?
- Tu trouveras. C’est certain. Et peut-être même plus vite que ce que tu crois.

*o*o*

La salle à manger était déjà bien remplie. De plus en plus de monde venait sur le chemin de Traverse pour Noel et Hannah était ravie.

Les sorciers anglais avaient l’habitude des lieux et ne posaient aucun problème. Les sorciers étrangers par contre… Elle ne leur reprochait rien mais il était vrai qu’ils avaient tendance à vouloir s’installer au Chaudron, à prendre tous leurs désirs pour des ordres et à vouloir régenter les lieux. Ils se fichaient bien de qui était à leur service et demandaient toujours pour visiter les haut-lieux qui avaient été au centre de la guerre. C’était un tourisme morbide et Hannah avait l’impression que les couleurs foncées du Chaudron Baveur renforçaient ce côté morbide.

Les moldus qui ne connaissaient pas les lieux nécessitaient une surveillance – au moins pour les aider à passer d’un monde à l’autre – et cela lui faisait une masse de travail. C’était chouette, ils avaient une candeur et une telle innocence face à la magie que cela était adorable à voir. Tom était gérant du Chaudron, pas le passeur mais il aimait les aider. Hannah commençait à avoir peur d’arriver à tout contrôler. A eux deux, pouvaient-ils s’en sortir ? Déjà, il fallait essayer de garder ses chambres pour les sorciers anglais. Ces étrangers lui pompaient l’air. Elle était même prête à les faire dormir dans les sous-sols de Gringotts avec un dragon si ça lui permettait de ne plus les entendre jacasser.

Soudain, elle eut une idée. Lumineuse. Elle savait exactement quoi faire.

*o*o*

Tom fixait d’un œil amusé son associée qui transportait des gros pots étranges. Moldus probablement.

- Tu m’expliques ?
- Nous allons faire un peu de neuf ici.
- Le vert du bar ne suffit pas ?
- Non. J’ai ramené de la peinture moldue. Mon père en est fan depuis que ma mère lui avait fait découvrir. Donc, s’il te plait.

Elle lui colla un pinceau dans les mains.

- C’est quoi ?
- Ton nouveau meilleur ami !
- Mais encore ?
- Nous allons décorer à la manière moldue !
- Non ?! » Tom semblait effaré. Et il l’était. Elle plaisantait hein? Il n’allait quand même pas devoir tartiner les murs avec ce truc poilu? « Mais tu sais, le résultat est plus net avec la magie !
- Certes. Mais c’est nettement plus amusant de le faire soi-même !

Elle rigolait comme une petite fille. Tom n’eut pas le courage de la contredire. Ca lui faisait du bien de voir tant d’enthousiasme.

Ils tartinèrent généreusement la porte d’entrée ainsi que la partie inférieure du bar. Les sorciers qui passaient là fronçaient les sourcils devant leur tenue et la myriade de tâches sur leur figure et leurs vêtements. Certains choisirent de ne même pas s’attarder devant une attitude si peu… sorcière. Les nés-moldus et les moldus de passage étaient pour leur part amusé et certains vinrent même les aider.

*o*o*

Il avait été convenu que les trois apprentis aurors viennent rechercher Hermione à la fin de leur séminaire. Sitôt entré, la jeune femme avait accouru pour se pendre à leur cou.

- Bonjour à toi aussi, Hermione. » Fit Harry en riant tandis que Ron lui donnait un baiser enflammé.

Elle ne répondit rien mais la voix de Neville surprit les clients qui les regardaient, amusés.

- J’adore cet orange ! C’est super ! Tom, vous avez eu une idée de génie !

Le Chaudron Baveur était un peu étrange. Toujours aussi sombre qu’auparavant, il y avait maintenant deux grosses tâches de couleur vive. C’était à la fois incongru et étonnant. Mais Neville venait d’avoir une révélation.

- Splendide !

Hannah, qui était derrière le bar pour refaire le stock de bouteilles, rougit. Elle savait parfaitement qu’il parlait de la déco et non d’elle… Mais elle ne put s’empêcher de rougir.

C’était très bête et elle en avait conscience. Heureusement personne ne sembla s’en formaliser et Tom ne fit que répondre qu’il avait choisi la couleur. Sa jeune associée leva les yeux au ciel. Ces hommes, tous les mêmes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Chlo
Reporter
avatar

Messages : 3501
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 29
Localisation : Dans la cuisine!

MessageSujet: Re: Bienvenu au Chaudron Baveur   Dim 14 Oct 2012 - 19:15

Bon, j'avoue, c'est pas encore du Chlex mais c'est quand même mon retour dans le monde des fics ^^

Je travaille aussi sur le retour de Walk with me et vous aurez peut-être juedi le retour du 'parapluie de l'amour'

Voilà!

Bonne lecture Wink

----------------------------------------------------------

Une étincelle dans la nuit

Les nuits se raccourcissaient de plus en plus et Noël approchait. Hannah accrocha une énième guirlande à la fenêtre du Chaudron Baveur. Pour faire simple, chaque centimètre carré du rez-de-chaussée était couvert de décorations diverses. Tom avait décidé que si son bar devait subir des outrages colorés, il fallait mettre le paquet.

Et c'était le cas. Une profusion de couleurs chatoyantes, de guirlandes pailletées et lumineuses, et même, comble du comble, de gnomes chantant engagés pour l'occasion et même de farfadets qui avaient décidés de s'installer là pour les fêtes de fin d'années. Un immense sapin avait pris place à côté de la cheminée et chaque chambre avait sa version miniature de l'arbre.

Une vieille sorcière un peu bourrue entra en râlant. Une immense guirlande chantante s'était prise dans son chapeau et l'empêchait d'avancer. Tom ajusta son chapeau de sorcier noir ébène sur sa tête, y ajouta une boule de Noël enchantée au bout et se dirigea vers la malheureuse.

- Ne craignez rien ! Je viens vous sauver grand-mère !

Un bon coup de baguette magique de la part de la petite vieille lui répondit.

- Hey ! Non mais vraiment ! Ca va plus bien dans votre tête, vous !

- Je ne suis pas vieille !

Tom leva les yeux au ciel. Les sorciers devenaient vraiment aigris ! Il attrapa sa baguette, répara son chapeau que la jeune vieille avait abimé et bloqua le bras de son associée d'un mouvement souple.

- Tu crois que si je les fais valser à coups de sorts, ils arrêteront de chanter ? La vieille et les fous chantant ? » Murmura Tom à son oreille en soupirant peu discrètement.

- Ce n'est même pas sûr.

Hannah était tolérante. Très tolérante. Mais là, Tom marquait un point. D'une grimace, elle indiqua à Tom que les chanteurs fous finissaient leurs verres. Enfin un peu de répit !

Darla, une des responsables du rangement des chambres descendaient tranquillement, une manne à linge sous le bras.

- Rassurez-moi, vous allez les faire taire un jour, n'est-ce pas ?

Darla n'était pas bien grande mais ses longs cheveux d'un blond presque blanc attiraient les regards. Sa remarque fit rougir quelques chanteurs et ils baissèrent légèrement d'un ton au couplet suivant.

- On espère en tout cas… Un problème en haut ?

- Non, juste quelques draps qui ont été un peu usés et qu'il faudrait réparer.

- J'm'en occupe ! » Hurla la jeune Abbot à la cantonade, prenant ainsi de vitesse Tom. Elle attrapa dans ses bras la manne et fit un sourire radieux à Darla. « Madame Guipure devrait savoir réparer ça en deux temps trois mouvements ! Pas de soucis, je lui amène ça de suite !

Elle fit un sourire un peu niais à son associé qui ne put que répliquer un simple 'Je me vengerai !'.

- Occupe-toi de tes chanteurs fous plutôt !

Elle savait que ce n'était pas très fairplay de l'abandonner là, même pour cinq minutes.

Quelques coups de baguettes plus tard dans la cour et Hannah arriva sur le Chemin de Traverse qui était maintenant plus que bondé. Le simple fait de vouloir faire un peu de lèche-vitrine revêtait des allures de parcours du combattant et Hannah aurait préféré, en temps normal, ne pas s'y risquer. Mais elle allait commettre un meurtre si elle entendait 'Vive le vent' encore une fois. Aucune personne normalement constituée n'aurait pu tenir face à ce déluge de fausses notes.

Chaque seconde dans la cohue lui paraissait d'un calme reposant. Même ainsi affublée de cette énorme manne et malgré la difficulté pour avancer. C'était un moment de tranquillité. Elle alla même jusqu'à s'excuser auprès d'une femme qui lui avait marché sur le pied. Le bonheur tenait vraiment à peu de choses en fin de compte.

La petite boutique lui sembla telle que dans ses souvenirs. Rien n'avait changé. Madame Guipure était coincée entre deux dames qui exigeaient la soie la plus pure pour leurs robes et de couleur bleu roi. C'était vital et c'était la mode entendit Hannah qui se pinça les lèvres pour ne pas rigoler. Vital. Tout de suite les grands mots.

Survivre était vital, au sens propre du terme. La mode était fugace, passagère, faite pour ne pas durer.

Sa mère était coquette mais elle n'aurait jamais cédé à de telles… supplications pour un vêtement. Elle fit un sourire contrit à la pauvre madame Guipure qui lui fit un sourire.

*o*o*

Les recrues de première année d'apprentissage Auror étaient toutes rassemblées dans le hall du ministère. Les mines défaites, ils apprenaient que les ennuis ne faisaient que commencer. Une crise importante au niveau politique sorcier nécessitait toutes les aides possibles. De ce fait, toutes les recrues devaient de préférence rester. Rester jusqu'à Noel. Au minimum.

- Nous ne vous forçons pas. Si vraiment, vous ne le voulez pas, je ne vous empêcherai pas de partir. Vous êtes des premières années, vous pouvez encore changer d'avis sur votre situation et sur vos envies. Considérez ma demande comme un… test de plus. » Modge regarda ses recrues une à une, connaissant maintenant chaque visage, connaissant également leurs forces et leurs faiblesses. « Passer Noel loin des siens… Je peux vous promettre que ce ne sera pas la pire des choses que vous aurez à faire si vous devenez auror. Passer Noel au loin pourra vous sembler futile lorsque vous verrez les horreurs auxquelles nous devons parfois faire face.

Harry sentit Ron se redresser à côté de lui. Le pire, ils avaient déjà connu. Ils avaient déjà affronté des dangers, tenté de sauver le monde – et probablement réussi un peu – alors ils pouvaient bien sacrifier ça.

- Où serons-nous placés ? » Demanda alors Bastian Jexian, un auror de deuxième année.

- Nous allons simplement voir en fonction de vos capacités et de votre année d'étude. Les quatrièmes et cinquièmes années se verront attribuez des missions avec les aurors. Les troisièmes s'occuperont de la logistique et des changements de tactique vu que cela est au programme de leur année. Les deuxièmes et premières années veilleront à la sécurité des lieux passants dits de sécurité moindre.

- Bien monsieur, merci monsieur. » Répondit alors toute la brigade.

D'un geste, Modge mit fin à la réunion et se dirigea vers les élève de première année.

- Londubat, vous serez affecté à une mission de surveillance. » Se tournant vers la droite, il ajouta plus fort. « Recrues Mettrer et Primeria, venez avec moi. Vous serez trois et je compte réellement sur vous pour être irréprochable.

*o*o*

Neville avait vite compris qu'il allait être soumis à un régime particulier pour cette affaire. Mettrer et Primeria étaient des quatrièmes années s'il se fiait à leur uniforme. Pourquoi diable devait-il travailler avec des personnes aussi expérimentées ?

Modge s'installa à son bureau, laissant les recrues s'installer comme bon leur semblait.

- Vous êtes mes meilleurs éléments en matière de camouflage. Ne rougissez pas Londubat, vous n'avez pas à être modeste. Donc, je disais, en temps que meilleurs éléments, vous allez devoir vous occuper de Sainte Mangouste.

- Pourquoi ? » Demanda Mettrer ou Primeria - Neville n'était pas sûr de qui était qui – d'un air concentré.

- Cet hôpital est le lieu le plus fréquenté en ce moment de l'année. Mauvaises chutes sur la glace, accident divers, microbes et virus et maladies en tous genres… Et les soins sont délivrés à tous et en très grand nombre. Certains des fugitifs que nous recherchons sont blessés et je compte bien les capturer. Et s'ils nous échappent, ce ne sera pas sans égratignures sévères.

Modge avait le regard déterminé. Neville comprenait mieux pourquoi sa grand-mère avait tant de respect pour le travail de ses parents et des aurors en général.

- Vous voulez que nous les détections dans l'enceinte de l'hôpital ?

- Oui. Faire le tri entre le commun des mortels et les comploteurs. Vous savez faire ça.

- Mais monsieur, comment…

- Lauriane Malvira Mettrer, pas de mais. Vous avez un don, vous arrivez à vous faire oublier même dans une zone déserte. Un visage qui se fond dans la masse d'un hôpital sans attirer l'attention est une aubaine pour nous. Pensez-vous réellement qu'une dizaine d'aurors passeraient inaperçus ?

- Non, Monsieur. Vous avez raison. » La jeune femme releva la tête et se tourna vers Neville qui faillit reculer d'un pas. Elle n'avait pas l'air commode pour une noise. « Tu es vraiment si bon que ça ? Quelle technique de prédilection ?

- Je me sers de mon environnement végétal pour me dissimuler. Mais je ne pense pas que ce soit vraiment utile dans un hôpital en fait… Et…

- Tu rigoles ?!

La voix appartenait donc à Primeria, un garçon tout en hauteur, fin comme une brindille ou presque.

- Tu sais la quantité de plantes en tout genre qui transite par Sainte Mangouste est très importante ? L'année dernière plus de…

- La ferme. » Firent alors Modge et Mettrer avec un sourire. « On sait.

Le futur auror ne s'en formalisa pas et précisa à Neville qu'il apporterait cet article ô combien intéressant le lendemain pour lui montrer le nombre et les sortes de plantes les plus fréquemment offertes aux malades.

- Tu pourras même commander certaines plantes pour la mission. Ca pourra nous servir et tu m'en apprendras beaucoup je pense. Enfin, évite certaines plantes. J'ai lu le cas d'un filet du diable auprès d'un malade qui a mal tourné.

- Londubat, ne vous inquiétez pas. Il parle beaucoup, surtout de statistiques mais il est doué.

Primeria lui fit un sourire en guise de confirmation.

*o*o*

Hannah pesta un peu en rentrant au Chaudron, ses draps ne seraient pas disponibles avant quelques jours et sans malle pour se protéger, elle se retrouvait ballottée à droite et à gauche. 'Enfin le passage !' Marmonna la jeune Abbot en sortant sa baguette. Quelques tapotements plus tard et un mur se déformant, elle tomba nez à nez avec Ernie.

- Hey ! » Fit-elle, enjouée. « Je pensais que le futur plus grand médicomage de tous les temps n'aurait pas de temps pour…

Ernie avait la mine sombre. Cela la fit taire.

- Quoi ? Tu as un problème ? Ta santé ? Non, pitié, ne me dit pas que tu manges trop peu et que…

- Chérie… Il faut qu'on parle. Sérieusement.

- Quoi ? Il se passe quoi ? » Demanda la jeune femme en fixant les yeux de son ami.

- Ton père… ton père a été admis à Sainte Mangouste. Il ne va pas bien. Pas bien du tout.

Elle ne sentit pas que ses jambes se dérobaient sous elle. Elle réalisa à peine qu'on l'avait rattrapée dans des bras fermes. Non. Non. Il ne pouvait pas mourir, hein ? Il ne pouvait pas. Pas.

- Elle est inconsciente ? » Entendit-elle vaguement avant de sombrer.

*o*o*

Le hall de Sainte Mangouste était désert. Il était tard, ou bien très tôt, Hannah ne savait plus vraiment. Cela faisait maintenant deux semaines qu'elle allait et venait dans l'hopital, juste pour être là, au chevet de son père. Une maladie rare. Pas incurable mais tenace. Les infirmières la suivaient du regard… Toute cette compassion lui donnait envie de hurler. Ses pas résonnaient étrangement dans le hall. C'était tellement incongru. Tic, tac, tic, tac. Son père était immobile dans son lit et ses talons résonnaient. Tic, tac.

C'était devenu un son de sa vie, un rythme étrange, ni lent, ni rapide. Un pas résigné mais plein d'espoirs. Une contradiction. Comme quand elle souriait à travers ses larmes.

*o*o*

Neville Londubat attrapa le bras de sa collègue pour ne pas glisser. L'ennui des hôpitaux résidait principalement dans cette ambiance aseptisée et ses carrelages trop cirés. Pour que les microbes et les maladroits ne tiennent pas debout probablement. Ou pour fournir plus de patients encore.

Les trois apprentis aurors faisaient étage par étage, nuit après nuit, jour après jour. Un restait en permanence à l'accueil et les autres surveillaient les personnes suspectes. Déjà deux fuyards avaient été coffrés mais il en restait encore. Modge les estimait à une dizaine au minimum.

- Tu sais quoi… Je pense que c'est tranquille pour cette nuit, on va retourner en bas. J'ai envie d'entendre parler de statistiques en attendant le prochain blessé qui se présentera.

- Tu veux surtout voir le type aux statistiques. » Fit remarquer Neville dans un rire. « Andouille que tu es, tu devrais lui révéler ton amour à Noel. Ce qui serait quand même un comble pour une personne sensée se cacher en tout temps.

Neville était devenu familier avec ses deux ainés avec une facilité déconcertante. Et les taquineries étaient très fréquentes sans jamais être méchantes. C'était reposant.

- Neville, tu es… Etonnant. Mais désolée de te dire que Noel est passé depuis un moment. Je crois même qu'on est le premier de l'an. Ou pas loin en tout cas.

- Non ?

-Si ! Et je rectifie, tu es étonnant mais vraiment trop étourdi.

*o*o*

Deux jeunes gens qui se faisaient un baiser timide dans le hall d'entrée firent sourire Hannah.

- Hannah ?!

La jeune femme sursauta. Que faisait Neville ici ? Sans lui répondre, elle sauta dans ses bras. Les larmes salées dévalaient ses joues et se perdaient dans le cou de son ami.

- Hannah… » Un murmure. "Ca va aller. Ca va aller.

Après quelques minutes, elle se détendit un peu dans ses bras. Elle lui expliqua la situation et elle fut surprise quand il l'enlaça.

C'était… Chaud. Agréable. Elle n'avait pas conscience d'avoir eu si froid.

- Ton nez est gelé." Commenta-t-il simplement.

- Je sais.

Elle restait dans ses bras.

Soudain, le couple du gui s'approchèrent et leurs souhaitèrent une bonne année. 'Déjà ?' se demanda-t-elle en voyant les deux visages souriants.

Et l'espace d'une seconde, elle sentit les lèvres de Neville contre les siennes.

- Bonne année, Hannah Abbot. Fais un vœu.

Elle était sous le gui. Alors, elle pensa très fort à son père tandis que son cœur battait la chamade.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bienvenu au Chaudron Baveur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bienvenu au Chaudron Baveur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienvenu au Chaudron Baveur
» Tom le barman
» taram et le chaudron magique
» Chaudron de sang
» BIENVENU A ALFABER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shivers : le forum du chlex :: Fanfics :: Fanfics en cours-
Sauter vers: