Shivers : le forum du chlex

D'abord unique forum français entièrement dédié au couple Chloé/Lex de Smallville, Shivers se tourne aujourd'hui vers l'écrit sous toutes ses formes !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
winnie
Pigiste
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 33
Localisation : Clermont-Ferrand et Paris

MessageSujet: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Sam 17 Déc 2011 - 15:24

Bonjour à toutes! voici donc mon cadeau de Noël pour notre cher forum! Comme je l'avais annoncé dans les teasers (et merci Elina, t trop chou décidément!) il s'agit d'un crossover avec True Blood, une série de vampires un peu trash avec Eric, le tombeur des tombeurs, et Pam, la fan vintage. Pour celles qui ne connaissent pas True Blood, il s'agit donc de vampires qui sont sortis de l'ombre grâce à la Grande Révélation et qui vivent parmi les humains ouvertement. Ma fic se situe un peu avant cet évènement.
Alors j'ai un peu mélangé les styles, les vampires ici pratiquent la télépathie (comme dans les romans d'Anne Rice) et ils peuvent avoir des bagues de sorcier pour sortir le jour (comme dans vampires diaries). Et puis sinon Chloé est en mode chat-boudin avec sa cousine Loïs... ça c pour le fun!
J'espère que ça vous plaira, c un peu un Nowel sanguinaire mais c'est sensé être fun avant tout! Bonne lecture et n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez!!

Disclamer: Rien ne m'appartient (dommage pour Eric et Lex hein...) sauf cette idée de fic pour euh... Nowel...

Dédicace: à Alexiel bien sûr!! Grande fan de True Blood!

Note: Alors pour les puristes Chlex, désolée mais il y a aussi du Chloéric, enfin il y a les deux hein!

Note 2: Passez un joyeux Nowel tout de même! Wink



Les trois nuits



Nuit du 22 au 23 décembre


_ Je déteste le Kansas, grognait la femme aux longs cheveux blonds.
_ J’ai pourtant entendu dire que les petites fermières élevées au grand air avaient un goût délicieux.
_ J’t’en prie Éric, le sang des fermiers me donne la migraine.
_ Pam, évite de contrarier notre hôte, tu veux ?
La femme leva les yeux au ciel en acquiesçant. Ils marchaient dans un long couloir de boiserie, l’immense appartement de plusieurs étages au cœur de Métropolis démontrait bien la démesure du vampire chez qui ils se rendaient. Le majordome asiatique s’arrêta devant deux grands battants de porte et en ouvrit un avant de tendre un bras.
_ Le shérif va vous recevoir.
Ils entrèrent dans la somptueuse pièce surmontée d’une coupole de verre, détail qui n’échappa pas aux deux visiteurs.
_ Éric, Pam, que me vaut tout le plaisir de votre venue ?
Ils s’assirent dans les gros fauteuils en cuir avant même que le vampire n’apparaisse.
_ Lex, salua seulement Éric.
_ Toujours fâché de cette petite discorde à Rome ? S’amusa le milliardaire en s’asseyant en face d’eux.
_ La prochaine fois que tu provoqueras une Révolution, évite de me faire prendre parti.
Lex eut un demi-sourire. Son majordome se présenta à eux en relevant la manche de sa tunique de soie noire.
_ Voulez-vous boire ce soir monsieur ?
_ Plus tard, tu peux sortir.
L’homme s’écarta aussitôt.
_ Alors ? Insista de nouveau Lex.
_ Notre reine a entendu parler d’un nouveau produit que tu voudrais commercialiser, un sang synthétique.
Éric resta en suspens.
_ Je vois, les nouvelles vont vite.
_ Tu peux nous en dire plus ? Relança Pam. Est-ce que ton roi est au courant ?
Lex laissa un rire s’échapper.
_ Il n’y a plus de roi depuis un moment dans cet État !
Les deux vampires haussèrent les sourcils.
_ Il était contre mon projet, précisa Lex. Je l’ai démembré au soleil.
_ Au soleil, répéta Pam avec perplexité.
Le milliardaire se contenta de faire tourner sa chevalière avec son pouce, un sourire dédaigneux sur le visage.
_ Lex possède un lapis-lazuli rare. Il a dû torturer une sorcière pour se le procurer.
_ Tout de suite la torture, j’ai simplement utilisé le charme.
Éric eut un renaclement moqueur.
_ Tu as démembré ton roi parce qu’il était contre ton projet, résuma Pam. Que comptes-tu faire avec ce sang synthétique ? Comment l’as-tu fait ?
Lex se leva pour s’avancer près des larges baies vitrées.
_ Ce sang va être le vecteur de la Grande Révélation. Il va nous mettre dans la lumière, peut-être pas celle du soleil, mais nous n’aurons plus à vivre caché, à enlever quelqu’un dans la nuit pour boire son sang, l’hypnotiser et le laisser hagard sur le bord de la route.
_ Oh bon sang, marmonna Éric.
_ N’y vois rien de philanthropique. Si nous sommes officiellement reconnus, nous établirons des règles. Et qui dit règles, dit commerce. Les vampires n’auront pas d’autres choix que d’acheter ce produit.
_ Qui te dit que ton sang synthétique pourra remplacer le sang humain ? Interrogea Pam, plus que sceptique.
_ Le Tru Blood a été fabriqué à partir de plusieurs humains de divers groupes sanguins.
Lex appuya sur une touche sur son bureau, puis il revint s’asseoir.
_ Tu veux dire que si je n’aime que le O+, je pourrais choisir d’acheter du O+ ? Reformula Pam.
_ Exactement.
_ J’espère que tes donneurs ont été volontaires, ironisa Éric.
_ Une goutte a suffi.
Le majordome entra avec un plateau d’argent sur lequel trônaient une carafe en cristal et trois verres à pied. Éric soupira, de moins en moins patient. Un plateau en argent, c’était vraiment le genre de caprice que tout vampire ultra riche se permettait, comme les verrières sur son lieu de travail, même s’il détenait l’un des rares anneaux permettant aux vampires de sortir le jour.
_ J’aimerais vous offrir un verre de mon grand cru AB-.
Les deux vampires levèrent des yeux abasourdis.
_ Tu mens ! S’emporta Pam. Il n’y a plus d’AB- depuis longtemps ! Ce sang est plus que rare ! Il n’existe plus !
_ Ne me dis pas que tu l’as pris sur un cadavre ? Fit Éric à son tour.
Lex servit les verres et leur tendit à chacun une coupe.
_ J’ai su dénicher un donneur en vie.
Éric se redressa.
_ Comment est-elle ?
Les deux hommes se fixèrent subitement en dégainant les crocs.
_ Ça suffit ! Interrompit Pam.
Elle porta le Tru Blood à ses lèvres. Il n’était pas chaud et palpitant comme pouvait l’être le sang frais, mais le goût était très semblable. Et le AB-, qui avait provoqué une guerre dans les années soixante-dix et son extermination, était réputé comme le meilleur, le plus extatique et le plus jouissif. Boire la gorge d’un AB- était une chose réservée aux plus puissants. Ce fut à cet instant, alors que la coupe était vide, qu’elle comprit pourquoi le roi du Kansas était mort.
_ Severus avait un humain AB- ? Murmura-t-elle en jetant un œil envieux sur la carafe.
_ Elle est mienne à présent, prévint Lex, sur ses gardes.
_ Tu fais tout ça par amour pour une humaine, en déduisit Éric tout en repoussant son verre.
_ Disons que je suis gagnant sur tous les fronts. La Louisiane fait partie des derniers États qu’il me reste à conquérir. Une fois que la Ligue des Vampires aura approuvé mon projet, nous pourrons nous réunir pour parlementer avec les humains et lancer la commercialisation.
Éric n’écoutait plus, il sentait une odeur bien particulière s’approcher. Pam levait des yeux palpitant sur les battants de porte. Le majordome entra discrètement et glissa un mot à l’oreille du milliardaire.
_ Range le Tru Blood et fais-la entrer.
Il se tourna vers ses deux invités.
_ Elle ignore tous des vampires, je l’ai hypnotisée après l’avoir sortie des griffes de Severus.
Pam retint ses crocs mais ne put s’empêcher de saliver.
La petite blonde entra dans la pièce, le pied bondissant, loin de se douter de la nature de l’homme à qui elle rendait visite, ni encore moins de celle des deux visiteurs qu’elle n’avait pas encore remarqués.
_ Lex il faut que tu m’expliques ! Je veux bien mener ces recherches pour toi sur ce couple super bizarre d’adeptes SM mais pourquoi les seules traces que je trouve remontent à la guerre de Sécession et qu’apparemment leur numéro de sécurité sociale est un empreint flagrant ?... euuuh salut.
Elle pivota lentement en comprenant que deux blafards assis dans les fauteuils la fixaient, imperturbablement. La femme blonde éclata la coupe qu’elle tenait entre ses doigts.
_ Chloé, je te présente des amis de Louisiane, Pam et Éric.
La petite blonde fit un signe de la main avant de se déplacer en crabe jusqu’au milliardaire.
_ Je te dérange ? J’ai gaffé ? Non parce que je peux sortir aussi. Ma cousine Loïs m’attend avec un petit dîner surprise que j’ai découvert sans qu’elle le sache, je peux la surprendre à mon tour et rentrer plus tôt tu sais.
Lex attendit qu’elle finisse son débit. Elle n’avait rien d’une romance si typique des fictions sur sa race. Elle n’était pas la sombre jeune femme solitaire, tourmentée ou assoiffée d’une histoire passionnée. Non, Chloé était une jeune fille maladroite, bavarde, drôle, enjouée… et AB-.
« Tu la laisses enquêter sur des vampires ? » Pensa Éric sans bouger.
« Bientôt nous ne serons plus anonymes. Autant commencer quelque part. » Répliqua Lex en lui jetant un regard.
_ T’en fais pas, tu ne me déranges pas. Fais voir ce que tu as.
« Est-ce qu’ils la menaceraient par hasard ? »
« Ils ont tenté de la kidnapper, mais j’étais là. »
« Évidemment qu’ils vont tenter, leur shérif la garde auprès de lui. Et encore plus s’ils savent qu’à partir de son sang, ils peuvent faire fortune. »
Lex se contenta d’un regard noir.
_ Oui bon, admit Chloé en le prenant pour elle. Ça ne tient pas vraiment debout. Il me manque pas mal d’informations, rien n’est cohérent.
Elle s’éclaricit la gorge et se balança sur les talons et les pointes de ses pieds.
_ Je peux savoir pourquoi tu t’intéresses à eux ?
_ Ils sont une menace pour nous.
_ « Nous » ?
_ Pour Métropolis si tu préfères.
Elle acquiesça et sentit une minuscule brise glacée derrière elle. Elle pivota doucement et sursauta. Éric faisait bien deux voire trois têtes de plus qu’elle, il la fixait de haut avec un regard bleu gris statique.
_ Oh vous m’avez fait peur !
Il eut un mince sourire amusé.
_ À propos, Éric avec un c ? Ou avec un k ? Et vous êtes d’où en Louisiane ? Vous êtes français ? Est-ce qu’il y a vraiment des alligators dans vos marais ?
Elle attendit une réponse mais rien ne vint, elle déglutit en se disant que rien n’ébranlait son visage et qu’elle préfèrerait qu’il recule un peu.
_ Dommage que tu sois aussi bavarde.
Chloé sentit son visage rougir violemment sans comprendre. Il se moquait d’elle là ?
_ Tu peux rentrer Chloé, fit Lex en lui prenant le bras. Reste prudente, n’ouvre à personne, mon chauffeur va te ramener.
_ Ah, d’accord, à demain.
Elle se sentit un peu mise à la porte mais ne chercha pas à discuter. Sa cousine l’attendait, elle avait une soirée potins qui l’attendait.
_ Qui sont-ils ?
_ Ne te sens pas concerné Éric, c’est mon affaire.
_ Tu n’as pas éliminé toute la cour de Severus ?
_ Quelques rats ont quitté le navire avant que je ne termine le travail.
Éric fit demi-tour et se dirigea vers la porte.
_ Pam, appela-t-il alors que la blonde était restée prostrée.
Elle se leva et suivit son créateur.
_ Vous êtes sur mon territoire, prévint Lex. Que je n’entende pas parler de vous.
Les deux vampires sortirent du bâtiment, songeurs.
_ Je la veux, grogna Pam.

*

Chloé avait trois objectifs dans la vie : réussir ses études de journalisme pour devenir un grand reporter, rendre sa cousine et seule famille fière d’elle, et parvenir à séduire Lex pour le mettre dans son lit et le mener à l’autel. Elle pensait réussir au moins le premier objectif, le second était jouable, mais le dernier lui semblait hors d’atteinte. Il vivait tout puissant dans son penthouse de malade, richissime, imprenable, elle ne comprenait même pas comment il pouvait lui accorder un tant soit peu d’attention ni même pourquoi. Du jour au lendemain, il était venu à elle et lui avait proposé du travail pour l’aider financièrement.
Le chauffeur la laissa devant la maison qu’elle partageait avec Loïs, à deux pas du campus. Elle le remercia et sortit. La voiture s’éloigna, Chloé resta quelques instants dans l’allée, à observer leurs décorations de Noël qui clignottaient. Puis, lorsqu’elle prit enfin la décision de rentrer au chaud, elle se sentit basculer sur le sol, les bras tordus par la pression d’un corps. Elle se débattit aussitôt sans réussir à voir qui l’agressait. On la roula sur le dos et elle reconnut les deux visages sans avoir de noms.
_ Mais qui êtes-vous ?!
L’homme et la femme avaient le même blouson noir, les cheveux sombres, la peau blanche à l’extrême.
_ Tu nous as oubliés AB- ?
_ … Quoi ?
_ Le shérif l’a hypnotisée, s’aperçut la femme. Mords-la tout de suite, il lui a probablement fait boire son sang pour la suivre à la trace.
Chloé avait les yeux ronds.
_ Mais de quoi vous parlez !
L’homme ouvrit la bouche et ses canines se changèrent en crocs, la petite blonde inspira pour crier mais ne put passer à l’acte. Le vampire qui l’agressait vola sur plusieurs mètres, sa compagne recula à toute vitesse. Éric et Pam se tenaient devant eux, Chloé resta allongée à leurs pieds.
_ On ne va tout de même pas finir son travail hein ? Fit la voix blasée de la sculpturale blonde.
_ Non, maintenant ils savent qu’on la protège, répondit Éric avant de baisser les yeux sur l’étudiante.
Pam roula les siens en croisant les bras. S’ils la désiraient tous, elle allait avoir droit à un florilège d’avances toutes plus bizarres et corsées les unes que les autres. Les deux agresseurs n’attendirent pas pour fuir. Ils disparurent en un éclair. Éric tendit la main à Chloé, elle la saisit prudemment et se dépêcha de la reprendre, suspicieuse.
_ Qu’est-ce qui s’est passé ? Que faites-vous là ? C’était quoi ça ?
Pam et Éric partagèrent un regard.
_ Des vampires.
Chloé cligna des paupières avant de rire nerveusement.
_ Bien sûr, bien sûr ! Ce brave monsieur a peut-être un problème de dents très grave ! Et puis s’ils sont aussi pâles c’est très probablement parce qu’ils manquent tous les deux de vitamines D, ça se fixe avec le soleil vous savez ! Et ce type doit avoir…
Ils la dévisageaient alors qu’elle s’était lancée dans un déni si bancal que l’hypnose devait également y être pour quelque chose. Éric observait avec plus d’attention ses lèvres rouges, et surtout la petite courbe entre le cou et la naissance de l’épaule, palpitante, rose, envoûtante. AB-, le nectar et l’ambroisie, qui coulait dans ce corps si ferme et charmant. Méritait-elle réellement qu’on tue un roi pour elle ?
_ … Et puis mais alors, scientifiquement ! Ça a été prouvé que les vampires n’existent pas ! C’était des drogués qui ont voulu dépouiller une pauvre étudiante, ils se sont trompés de cible et apparemment, ils sont bel et bien des menaces pour la société.
Chloé fit une pause et prit le temps de respirer. Ses deux sauveurs étaient restés muets. Et puis, aussi rapides que discrètes, les canines d’Éric s’allongèrent sans qu’il ne bouge. La petite blonde eut un sursaut.
_ Désolé. Tu m’excites.
Chloé hurla en courant jusqu’à sa porte. Elle batailla avec ses doigts pour en sortir ses clés puis elle referma derrière elle, sans avoir cessé de crier.
_ C’est malin, commenta Pam.
Éric haussa les épaules.
Loïs entendit sa cousine entrer. Elle ferma son ordinateur et descendit joyeusement les escaliers.
_ J’ai une surprise pour toi ! Lança-t-elle. J’ai fais tes pains d’épices préférés ! J’ai acheté le sapin de tes rêves ! Et j’ai même fait un petit chauve en suuucre !
Elle s’immobilisa au bas des marches en remarquant que l’excentrique petite blonde qui lui servait de petite cousine semblait légèrement perturbée.
_ Ne sors surtout pas ! Il y a des monstres dehors ! S’exclama-t-elle, plaquée contre la porte.
_ Hein ?
_ … Des vampires ! Lâcha-t-elle avant de disparaître en courant à la cuisine.
Loïs avait l’habitude des débordements curieux de sa cousine, mais jamais encore elle ne lui avait servi un truc pareil. Elle avança jusqu’à la porte et l’ouvrit, deux personnes se tenaient derrière. La femme arborra un grand sourire sympathique.
_ Bonsoir, nous sommes des amis de Lex Luthor, est-ce qu’on peut entrer ?
La brune élargit l’ouverture.
_ Entrez, mais je vous préviens, ma cousine vous prend pour des vampires et non, elle ne se drogue pas. Aux dernières nouvelles.
Les deux visiteurs eurent un rire de circonstance et passèrent le seuil, invités par l’habitant. À cet instant, la petite blonde surgit, armée jusqu’aux dents : une guirlande d’ails autour du cou, un crucifix bricolé avec deux cuillères en bois et de la ficelle de cuisine, et une petite gourde d’eau transparente.
_ Arrière ! Arrière ! Menaça-t-elle, enragée.
_ Mais enfin Chloé, arrête ! S’exclama Loïs abasourdie.
_ Je te dis que ce sont des vampires ! Il a des crocs !
La brune jeta un œil sur l’homme, il se mit à sourire en montrant bien toutes ces dents.
_ Mais non, il est juste un peu… gigantesque et livide.
_ Crois-moi ! Insista Chloé.
Loïs soupira et eut subitement une idée.
_ Kevin m’a offert un bracelet en argent, on va bien voir, déclara-t-elle en décrochant le bijou de son poignet avant de l’envoyer sur Éric.
Ce dernier eut un geste de recul perceptible seulement par Pam.
_ Tu vois, il ne se passe rien !
Chloé fronça les yeux. Éric saisit le bracelet qui avait glissé dans l’échancrure de sa veste.
_ C’est du toc, fit-il en le rendant à Loïs.
La petite blonde se redressa.
_ Moi j’ai de l’argent, une chaîne que Lex m’a offert pour mon anniversaire !
Elle déboutonna sa chemise pour la sortir en toute hâte et la jeter sur Éric, il n’eut pas le temps de l’esquiver, trop préoccupé par le décolleté plongeant qu’elle avait découvert. La chaîne le brûla immédiatement et il la balaya d’un geste agacé.
_ Il lui offre de l’argent en plus, critiquait Pam en repoussant le bijou du pied.
_ Il veut être sûr qu’un vampire ne l’approchera pas par accident.
Ils reportèrent leur attention sur les deux humaines. Elles étaient immobiles.
_ Le salopard ! Pesta Loïs. Il m’avait promis que c’était de l’argent !
La blonde lui attrapa les épaules et la secoua.
_ Ce sont des vampiiiires !

*

Il avait fallu ramener un peu d’ordre. Les deux filles étaient assises sur le canapé, Chloé toujours munie de ses ‘armes’, Loïs les bras croisés, l’air boudeur. Éric avait pris place sur un fauteuil en face d’elles, jambes croisées, Pam s’appuyait sur l’un des accoudoirs. Il resta bien dix minutes à les fixer sans bouger un cil.
_ Ça ne va pas, finit-il par dire.
_ Quoi encore ?! Tempéta Loïs.
_ Chuuut, pria Chloé à voix basse. Tu vas le mettre en colère.
_ Va mettre un pull, tu m’échauffes les sens.
La petite blonde cligna des paupières. Soit. Elle mettait toujours des tenues avantageuses lorsqu’elle allait voir Lex. Elle ne s’attendait juste pas à la visite d’un vampire lubrique. Alors elle bondit dans les escaliers et redescendit quelques secondes plus tard, un pull col roulé sur le dos, avec un renne au nez rouge sur le devant. Elle avait gardé l’ail et le crucifix.
_ Où est l’eau bénite ? Marmonna Loïs.
_ C’était l’eau du robinet, avoua Chloé à voix basse en s’asseyant.
_ C’est pire, constata Éric.
_ Quoi ? Mais c’est mon pull préféré, geignit-elle. D’accord, c’est le témoin unique des déboires de Loïs qui débutait le tricotage, mais c’est pour ça que je l’aime.
Elle cligna des paupières en remarquant du coin de l’œil le regard noir de sa cousine.
_ Si tu le gardes, je ne penserais plus qu’aux différentes manières de te l’enlever.
Chloé poussa un soupir bruyant et elle disparut à nouveau, elle revint avec un tee-shirt à peine moulant.
_ C’est mieux là, espèce de macchabé ? Râla-t-elle.
_ Ah non chérie non, coupa Pam. Ne vas pas me le détraquer plus.
_ Bon, intervint Loïs. Pourquoi vous vous incrustez au juste ?
_ Elle s’est fait attaquer par des vilains, nous on est des gentils, résuma Éric.
_ C’est quoi ces salades, marmonna Loïs.
Chloé, elle, eut une révélation.
_ Aaah ! Mais c’est Lex qui vous a envoyés pour me protéger !
Elle se mit à glousser en tapotant l’épaule de sa cousine du revers de sa main.
_ T’as vu comme il est sympa, hein hein ?
Éric lui, pâlissait un peu plus. Pam dût le modérer d’une main sur l’épaule.
_ Je ne suis pas à ses ordres, nous avons le même grade lui et moi, dit-il alors d’une voix sèche.
_ Et vous êtes quoi ? Se moqua la petite blonde. Un milliardaire ? Un magnat de l’industrie ? Un canon ambullant ?... Ok, je vous concède ce dernier point.
_ Chloé, gronda Loïs.
« Éric, tu ne peux pas trahir un vampire, encore moins s’il est shérif » prévint Pam sans le regarder.
_ Ton sang est précieux pour notre race.
_ C’est encore moins crédible ça.
_ Tu es AB-. Tu en connais beaucoup d’autres ?
_ Ben meuh euh oui enfin ! Bredouilla-t-elle avant de fixer sa cousine.
_ Me regarde pas comme ça hein.
_ On est de la même famille, on a forcément ce point commun ?
_ Je suis O+. Par contre j’ai entendu dire que les AB- représentaient moins de 0,1% de la population américaine.
_ C’est à peu près juste, fit Éric. Leur sang est réputé pour être un provocateur de sensations fortes et d’orgasmes chez les vampires. Pendant que les humains se droguaient au LSD dans les années sixante-dix, nous, nous menions une guerre pour nous accaparer les humains AB- déjà rares. Résultat, ils sont passés de 1% à 0,1%. Et encore, c’est pour entretenir l’illusion qu’ils sont toujours vivants.
_ Mais enfin les AB- se sont renouvelés depuis, ne comprenait pas Loïs. La preuve, ma stupide petite cousine.
_ Hey, mais qu’est-ce que j’t’ai fais ?
_ Tu as ramené des vampires à la maison fillette.
_ Ce n’est pas aussi simple, continua Pam. Très peu de AB- ont survécu. Le groupe sanguin ne s’est plus tellement transmis.
_ Ce qui signifie donc que les derniers junkies de la cour de Severus vont te tourner autour jusqu’à ce qu’ils crèvent tous.
La petite blonde avait le visage défait, elle ne comprenait absolument plus rien à toute cette histoire loufoque.
_ Est-ce que le nom de Severus t’évoque quelque chose ? Tenta Éric.
_ Hum… Comme Rogue ?
_ Oh ! Réagit aussitôt Loïs. Alors vous scintillez au soleil ? Hein hein ?
_ Oh ouiii ! S’amusa Chloé en se redressant.
Les deux humaines fixèrent le vampire avec un regard avide. Pam prit la porte sans un mot.
« Si c’est pour encore parler de cette ineptie, je vais faire un tour. J’ai faim. »
_ Soit prudente, lança Éric.
_ C’est votre femme ? Demanda Loïs.
_ C’est ma progéniture.
_ Vous êtes son papa ? Grimaça Chloé.
Il s’éclipsa pour foncer sur elle, la petite blonde se mit à hurler en tremblant. Loïs eut du mal à suivre les mouvements rapides du vampire, elle mit quelques secondes à s’interposer entre sa cousine, terrorisée au premier sens du terme, et la haute stature du vampire qui se tenait devant elle.
_ Qu’est-ce que vous faites ?!
_ Elle a été hypnotisée.
_ Quoi ?
_ Chloé a été kidnappée par le roi des vampires du Kansas et a été séquestrée pendant un temps indéterminé, elle était son met de choix. Et puis le shérif de ce secteur l’a délivrée et hypnotisée pour qu’elle réagisse violemment si un vampire l’approche.
_ C’est impossible, contra Loïs. Chloé n’a jamais disparu, elle a toujours été auprès de moi.
_ Tu as été hyptonisée toi aussi, pour que la disparition passe inaperçue.
Éric se baissa lentement et apposa ses mains sur les joues de la blonde qui s’agita un peu plus.
_ Je vais arranger ça.
Doucement, Chloé se calma, l’attention absorbée par les yeux du vampire. Il en profita pour relâcher son visage.
_ Désormais tu n’auras plus peur de notre race, tu as le droit d’être suspicieuse, mais pas avec moi.
Elle acquiesça.
_ As-tu peur de moi ?
Elle acquiesça de nouveau.
_ Tu n’as pas à avoir peur de moi, tu ne me crains pas, au contraire tu désires ma présence. Tu veux que je reste ici ?
Elle acquiesça avec plus d’empressement.
_ Bien. Dis-moi, je sens quoi ?
Loïs haussa un sourcil réprobateur. Chloé plongea son nez dans son cou.
_ L’océan glacé.
Appelez ça une sorte de test. Aux humaines qui attiraient son attention, il posait toujours cette même question. Très peu donnaient cette bonne réponse. Leurs nez se touchèrent.
_ Que veux-tu à présent ? Murmura-t-il.
Complète hypocrisie, il en avait conscience. S’il ne l’ordonnait pas à haute voix, l’humain hypnotisé n’obéirait pas, mais un vampire avait le pouvoir de suggestion, et il orientait légèrement sa volonté en la fixant du regard. Cependant, si l’être charmé se refusait complètement à l’idée, rien ne se passerait. Or, cette curiosité de la nature humaine ne se fit apparemment pas prier pour jeter ses bras à son cou et l’embrasser. Il se redressa avec aisance, le petit singe blond toujours accroché à lui, les pattes dans le vide. Il arracha ses lèvres des siennes pour se tourner vers la brune, scotchée au canapé, bouche-bée.
_ Bon, tu nous laisses ? On va être occupés quelques heures.
Loïs bondit sur ses pieds et attrapa le col de sa cousine pour la décrocher de force du vampire. Elle la jeta sur le canapé et sortit son index tueur pour marteler l’épaule de l’intrus.
_ Oui oui je suis très impressionnée par votre numéro de mentaliste mais ça ne se passe pas comme ça le géant ! Lorsqu’il s’agit de garçon ma cousine à la cervelle d’une poulette et je me dois de jouer la fermière !
_ « Poulette » ? Contesta faiblement Chloé.
_ Exactement, « poulette », tu as bien entendu, sermonna Loïs avant de reporter son attention sur Éric qui allait esquisser une défense. J’ai pas fini ! Apparemment vous êtes une grande menace pour le peu d’équilibre mental qui lui reste alors je vous conseille fortement de sortir d’ici et de rentrer chez vous !
_ Hey, grogna Chloé, le visage cramoisi. Je suis pas aussi folle hein, précisa-t-elle en regardant Éric.
Ce dernier restait impassible mais intérieurement, il se disait qu’il était tombé dans le repère de deux vieilles filles complètement dingues, à la limite des sorcières. Pourtant son désir pour la blonde ne cessait de croître.
_ Bien sûr que si, fit Loïs en serrant les dents et en grimpant sur le canapé pour étrangler sa cousine dans le creux de son coude et frotter sa tête avec son poing. Méchant petit poulet ! Méchant ! Méchant méchant !
_ Arghhhgagagah !
Éric recula lentement.
_ Nous dormirons dans la cave, dit-il avant de sortir en préférant faire le piquet dehors.





à suivre...



_________________
Nouveau site! --> http://www.pantadora.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.freewebs.com/winniefanfics/
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Dim 18 Déc 2011 - 15:14

Bon j'étais fan avant d'avoir lu et la lecture n'a fait que confirmer ce que je savais déjà, c'est trop bien.
T'as super bien fait le lien entre les différents univers, le mélange des styles est pas du tout gênant, au contraire (en fait dans les bouquins certains vampires peuvent user de télépathie, en particulier avec le progéniture, c'est le cas de Sophie-Anne, la reine de Louisiane). (Le coup de la bague l'est aussi dans Buffy)
Et puis j'aime trop ta Chloé en mode chat-boudin ! Elle me fait trop rire !

En plus tu m'offres Eric pour Nowel, que demander de plus !

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Laenan
Chroniqueur
avatar

Messages : 1027
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 30
Localisation : France : Montpellier - Belgique : Liège

MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Dim 18 Déc 2011 - 16:21


Je connais pas TrueBlood et les vampires pour Noël j'étais sceptique mais je dois avouer que tu m'as bluffée ! C'était vraiment très drôle ! Alors, du coup, j'en redemande ! Laughing

La suite ! La suite ! La suite ! ^_^


Revenir en haut Aller en bas
winnie
Pigiste
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 33
Localisation : Clermont-Ferrand et Paris

MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Mar 20 Déc 2011 - 19:37

Merci beaucoup les filles! Contente et soulagée que ça passe, et de voir également que ça peut bien coller tous mes empreints vampiresques lol
Voici la suite, plus qu'un chapitre pour conclure cette micro-trilogie! Bonne lecture!!



Nuit du 23 au 24 décembre


La nuit ne tarderait plus. Chloé avait terminé son dernier travail pour la fac et le soir même, ils fêtaient tous Noël avec un peu d’avance dans le grand pub du campus. Soirée costumée sexy oblige, elle avait tant bien que mal façonné un déguisement de renne de Noël : mini-short marron, bottes fausse-fourrure, débardeur et petit blouson, serre-tête avec des bois.
_ Alors ?
Loïs touillait sa pâte à gâteau dans le saladier, les lèvres pincées.
_ Je pense que je ferais des bénéfices si je te mettais sur le trottoir.
Les épaules de Chloé s’affaissèrent.
_ Tu m’en veux encore parce que deux vampires se sont incrustés dans notre cave ? Parce que euh, je te signale hein, que ces deux vampires m’ont sauvée hier soir et qu’ils crament au soleil !
La brune soupira en levant les yeux au ciel.
_ Soit. Ton costume est réussi. Mais tu n’as pas encore vu le mien ! Je ne vais pas être la Mère Noël, mais la petite cousine dévergondée ! Crois-moi, Kevin ne m’offrira pas de l’argent mais de l’or en me voyant !... Chloé ?
La blonde était figée, les yeux sur la petite télé de la cuisine. Loïs pivota.
_ Doux Jésus, murmura-t-elle.
Lex Luthor visitait le marché de Noël et répondait aux questions d’un reporter en direct. Chloé n’était pas juste folle de ce type, c’était une sorte de maladie complètement irrationnelle. Le temps que Loïs reporte son attention sur elle et elle lui faisait déjà les yeux de chat potté.
_ Il faut qu’on aille au marché de Noël Loïïïïs !
_ Tu oublies qu’on te menace et que les suppots d’un roi vampire veulent te reprendre !
_ Rho mais il fait encore jour !
_ Plus pour longtemps !
_ S’il te plait s’il te plait s’il te plait… Entama la blonde en joignant les mains.
_ Pas question !

*

Loïs souffla de nouveau des volutes de buée en se traitant d’idiote. Sa cousine la menait trop bien par le bout du nez. Mais après la disparition de leurs parents, elle ne cherchait pas tellement à la contredire pour ne jamais se retrouver en conflit avec elle. Et puis Chloé ne poussait jamais le bouchon bien loin. Elle avait beaucoup pris sur elle après le drame qui les avait secouées. Résultat, Loïs se retrouvait dans le froid, sur le marché de Noël, à tenter de calmer les ardeurs débordantes de sa cousine. À vrai dire, elle ne comprenait pas pourquoi Chloé se réservait comme ça pour un type qui ne lui témoignait qu’une indifférence flagrante. Combien de fois elle aurait pu sortir ou même juste coucher avec l’un de leurs camarades d’université qui lui tournaient autour ? Mais dès que le garçon se montrait un peu entreprenant, elle le repoussait méthodiquement. À présent Chloé était une bombe à retardement. Peut-être que c’était dû à son enquête chez les Amish…
_ Regarde, il est là, fit la blonde en serrant son avant-bras entre ses doigts.
Le journaliste n’était plus là depuis longtemps, mais Lex discutait encore avec des notables de Métropolis. Il finançait les installations du marché de Noël, il devait s’y montrer à l’approche des fêtes.
_ Chloé, promets-moi que tu resteras calme.
_ Qu’est-ce que tu racontes, je suis toujours d’un calme olympien avec Lex.
Loïs acquiesçait en la regardant rougir à vue d’œil, ses pupilles se dilataient aussi sûrement qu’un junkie qui venait de se piquer. Dès que l’interlocuteur du milliardaire s’éloigna, Chloé accourut auprès de lui.
_ Lex !
Il se tourna vers elle et lui accorda un demi-sourire.
_ Chloé, comment vas-tu ?
_ Il faut que je te parle du couple bizarre sur lequel on enquête.
Lex attrapa son bras pour marcher avec elle et éviter ainsi qu’une oreille indiscrète ne suive la conversation.
_ Et bien ?
_ Ils m’ont attaquée hier soir et…
_ Tu n’as rien ? Est-ce qu’ils t’ont…
Comment dire « mordue » ?
_ Oh non je n’ai rien ! Ils n’ont rien eu le temps de faire, tes deux amis de Louisiane sont miraculeusement intervenus.
Le milliardaire leva les yeux au ciel. Au moins les faits et gestes d’Éric étaient encore prévisibles. Parler de Chloé et de son sang devant cet ancien toxico d’AB-, c’était s’assurer qu’il lui tourne autour. Heureusement, Godric lui avait inculqué un code de conduite, et on ne vidait pas une humaine appartenant à un autre. Enfin, Lex espérait que le Viking ne découvrirait pas son bluff. Chloé n’était pas réellement sienne, il ne lui avait jamais demandé son avis et ne lui avait jamais fait boire de son sang. Il ne souhaitait vraiment pas imposer des fantasmes et une attirance factice à Chloé, il préférait largement qu’elle tombe amoureuse de lui le plus normalement possible.
_ Bon, je ne pourrais que te conseiller de rester auprès d’eux cette nuit.
_ Ce sont des vampires, annonça-t-elle immédiatement.
_ Je le sais aussi.
Autant ne pas tergiverser.
_ Ah bon ? S’étonna-t-elle en s’immobilisant.
_ Oui, mais ils ne te feront pas de mal. Ils sont les mieux placés pour intervenir contre tes assaillants.
Chloé cligna des paupières.
_ Ce sont des vampires Lex, répéta-t-elle. Je ne comprends pas pourquoi tu ne m’en as jamais parlé.
_ Crois-moi, j’aurais préféré que tu l’ignores mais je ne veux pas te mentir.
Cette simple phrase suffit à la faire sourire.
_ Alors je ne vais pas te mentir à mon tour, ils m’attaquent à cause de mon sang. Figure-toi qu’un AB- est hyper rare de nos jours et que je représente une sorte de viagra ambullant pour eux.
La formulation le fit sourire à son tour. À vrai dire, c’était plus un millésime qu’une pilule bleue.
_ Ce n’est pas étonnant. Écoute, je vais devoir m’absenter jusqu’à demain, je vais te demander de rester très prudente.
Pendant une seconde, Chloé se fit la réflexion suivante : qu’il soit là ou pas, qu’est-ce que ça pouvait bien changer au juste ? Et puis elle oublia bien vite son interrogation passagère lorsqu’il posa sa main sur son épaule.
Il devait partir voir la Ligue des Vampires, une convocation subite. Son sang synthétique commençait à interroger en haut lieu. Ça et le meurtre de Severus resté en suspens. Aucun roi ne gouvernait au Kansas pour le moment.
_ Rentre avant que la nuit tombe, conseilla-t-il en se penchant sur elle.
Il déposa une bise sur sa joue, elle resta transie.
_ Ne le laisse pas te mordre, glissa-t-il avant de se redresser.
Elle acquiesça, béate. Son cadeau avant l’heure. Un bisou.
_ Lex ! S’exclama une bombasse blonde platine en lui attrapant le bras. On y va ? J’ai froid ! Tu m’as promis qu’on irait dans un endroit chaud maintenant !
_ J’arrive Marnie.
_ Mindy.
_ Oui, si tu veux.
Lex entoura les épaules de l’intruse. Bien qu’il soit en adoration devant la seule et unique blonde à ses yeux, il n’oubliait pas que de toute façon il était un vampire éternel et elle une humaine éphémère.
_ Alors à plus tard Chloé. On se tient au courant d’accord ?
_ Oui oui, confirma-t-elle avec un large sourire.
Il tourna les talons avec sa groupie et disparut dans la foule du marché. Loïs avait tout observé de loin, elle s’avança prudemment, la blonde n’avait pas perdu son indécrottable sourire. Le milliardaire se tapait évidemment tout ce qui traînait, Chloé avait tendance à zapper ce détail.
_ Il est parti depuis un moment, tu peux arrêter ta poker face.
_ Rentrons.
Loïs la suivit, s’attendant à tout instant à une crise de larmes, mais rien ne franchit son visage figé jusqu’à la voiture.
_ Tu veux conduire ? Proposa Loïs, de plus en plus inquiète.
_ Nan, je ne maîtrise pas aussi bien que toi ton automobile.
Ah, premier signe du chagrin, l’utilisation de termes un peu dépassés. La brune tourna la clé et elles firent le chemin de retour dans un silence pesant.
_ Sa couleur est horrible, lança Loïs alors qu’elles atteignaient leur rue. Et ses nichons sont tellement faux qu’elle ne passera jamais la douane à l’aéroport.
_ Mmh.
Loïs tourna dans leur allée et gara la voiture. Chloé sortit, entra dans la maison, grimpa les escaliers et s’enferma dans sa chambre. La brune verrouilla la porte, la nuit venait de tomber. Et puis elle tressaillit. Les sanglots bruyants de sa petite cousine retentissaient depuis l’étage. Autant elle compatissait pour son chagrin d’amour sans cesse renouvelable, autant elle haïssait le milliardaire pour trois raisons : primo, il lui avait caché le fait que Chloé avait enquêté durant un mois dans une obscure communauté Amish pour ne pas mettre en péril sa couverture ; deuxio, depuis que sa cousine était amoureuse de lui, à savoir depuis le lycée, et encore, elle ne faisait que ramasser les déceptions de Chloé sur son passage ; et enfin tercio, il préférait des bimbos peu graciles et très stupides à sa cousine ! Qu’il aille au diable !
Loïs se remit en cuisine en espérant que son Noël ne serait pas gâché par une Mindy insipide.

*

Chloé dévala les escaliers, costume de renne sur le dos. Elle savait bien que Lex avait des copines de passage, pour rester élégante, mais elle ne l’avait encore jamais vu avec l’une d’elles. Et puis quelle idée de lui demander d’être prudente parce qu’il devait partir au soleil avec cette pouffiasse !
_ Je suis prête ! Lança-t-elle avec détermination.
Loïs pivota. Kevin était déjà là. Chloé ralentit son entrain. Ce garçon était bête et méchant. Ni Chloé, ni Pete et encore moins Clark, ne pouvaient le supporter. Mais Loïs craquait pour les mauvais garçons loosers dans son genre. Ils devaient patienter le jour où il ferait l’énorme gaffe qui ouvrirait les yeux de la brune.
_ Tiens un petit renne, commenta-t-il en laissant ses yeux se balader de bas en haut. Coquine Chloé.
Le renne retint un grognement. Loïs était en beauté, veste rouge avec col et manche en fourrure blanche, mini-jupe sur le même modèle et bottines noires sur talons aiguilles. De quoi donner des complexes à toute la gente féminine.
_ Ça va ? Demanda-t-elle en refermant le frigidaire.
_ Oui ! Le premier type qui m’aborde ce soir, il y passe ! Se résolut-elle avec fermeté.
Il fallait faire un pied-de-nez à Luthor une bonne fois pour toutes !
Kevin allait ouvrir sa bouche pour une autre réplique obscène mais la vision d’un grand blond sorti de nulle part et arrivant derrière Chloé le bloqua.
_ Tu m’en vois ravi, dit Éric en posant son bras sur les épaules de la blonde.
_ Le géant s’est réveillé, murmura Chloé en frissonnant.
_ Je n’apprécie pas ce genre de remarque, déclara-t-il en fixant Kevin.
_ Dans ta face ! Se moqua la petite blonde en pointant un index moqueur sur le copain de Loïs.
_ Je parlais de la tienne, répliqua froidement le vampire en raffermissant son emprise sur elle. Traiter ton petit ami de géant, ce n’est pas très gentil, ajouta-t-il avec un léger sourire forcé.
Chloé leva un regard perplexe sur la tête lointaine au-dessus d’elle.
Éric sentit un doigt lui gratter le menton et il baissa les yeux.
_ En tendant le bras je peux à peine vous tripoter le nez. Comprenez ?
_ Je pense que tu seras à la hauteur pour tripoter autre chose.
Chloé ouvrit de gros yeux.
Loïs fit trois pas sur le côté et attrapa le rouleau à pâtisserie resté sur la table.
_ Enlève tes sales pattes de là !
_ Non Loïs pas le rouleau ! Intervint immédiatement Chloé.
_ J’te laisserai pas sortir avec un pervers pareil !
La blonde voulut répliquer que Kevin était bien pire que ça, mais elle ne voulait pas faire de mal à sa cousine.
_ On va se calmer et partir à la fête. Et il n’est pas question que vous soyez mon petit ami, reprécisa-t-elle en se détachant d’Éric. En route !
Loïs reposa lentement son arme en montrant les dents en signe de menace.

*

Le pub était plein et tout le monde avait joué le jeu du déguisement. Loïs et Kevin avaient rapidement faussé compagnie à la blonde pour retrouver leurs camarades, Chloé elle, salua Pete et Clark et se mit en chasse. Éric s’assit à une table désertée, sur une banquette, et observa les lieux. Les humains étaient si puériles, si fatigants. Leur vie n’était qu’un cercle à l’infini. Combien de fêtes d’adolescents il avait vues ? La jeunesse semblait illimitée et elle s’épuisait comme une allumette craquée, quelque secondes seulement. Tout ce qu’il voyait à présent, c’était des gigots qui dansaient. Des canards rôtis. Des cuissots fondants. Et elle, elle était la cerise sur le gâteau, la jolie fille du coin au sang délectable, la truffe blanche d’Alba, le caviar Almas ! Lex ne le savait peut-être pas, mais faire l’amour avec une AB- suffisait à provoquer une transe si merveilleuse qu’il n’était pas nécessaire de la vider de son sang ensuite.
Où était passée l’amaretto dans la glace ? Ah, elle dansait avec une cuisse de poulet. Qu’elle frottait un peu trop à son goût d’ailleurs. Une saucisse mal fagotée l’approchait également de l’autre côté. Éric retint un grognement. Il eut un mouvement agressif en voyant le poulet tenter quelque chose et puis subitement, Chloé le repoussa violemment. Elle sembla ne pas croire ce qu’elle faisait, mais elle le faisait. Le vampire souffla. Brave Lex. Bonne hypnose. La saucisse subit le même sort que le poulet, et la brindille de cannelle s’éloigna, apparemment chiffonnée. Elle disparut et réapparut avec une pinte de bière.
_ J’me demande bien c’que c’est mon problème, grommela-t-elle en prenant place en face de lui.
Il ne fit aucun commentaire, bien trop satisfait.
Pete et Clark s’incrustèrent à sa table, tous deux avec leurs verres.
_ Il faut qu’on écarte Kevin, il est bien trop nul pour Loïs ! Tempétait Clark.
_ J’aimerais bien, mais on ne peut rien faire, dit Chloé avant de boire plusieurs gorgées de bière.
Éric restait absorbé par l’idée que du AB- à la bière pourrait avoir un goût intéressant. Comme ces celtes qu’il avait bus à l’époque, saoulés à la cervoise, parfumés au sanglier et à l’hydromel. Il avait beau être vampire, il était aussi gastronome.
_ On pourrait le piéger, proposa Pete. Le pousser dans les bras d’une fille et prévenir Loïs.
_ Pourquoi pas oui, mais je préfèrerai que Loïs ne se prenne pas une telle image en pleine figure, contra Chloé. Et puis elle serait capable d’attaquer la fille pour le défendre.
_ Ce rustre ! Pestait Clark. Ce pignouf !
Éric s’accouda, menton au creux de la main. Il ne concentrait son ouïe que sur le pouls doucereux de cette confiture de groseille, il battait régulièrement, un peu emballé mais sans plus, sans doute par la musique forte et l’alcool. Rythme ennivrant.
_ Je ferais tout pour qu’elle se trouve un type normal, geignit Chloé en terminant sa pinte.
Clark poussa un lourd soupir en guise d’accord. Éric lui, se redressa.
_ Tu ferais tout ?
Elle allait grogner un « oui bien sûr » mais se souvint rapidement de qui il était.
_ Non pas forcément, c’est une façon de parler.
_ Si je t’en débarasse, tu viens t’asseoir à côté de moi, décréta Éric sans attendre la réponse de la blonde.
Chloé bredouilla une protestation et observa, les yeux ronds, le géant blond sortir des banquettes, poser sa main sur l’épaule de Kevin, lui parler en tout et pour tout trois secondes, revenir à table et s’asseoir avant de tapoter la place libre à ses côtés.
_ C’est qui lui ? Finit par émerger Pete.
_ Regardez ! S’exclama Clark.
Ils suivirent tous son regard, Loïs et Kevin semblaient agités, elle finit par le repousser en hurlant un « c’est terminé ! » puis elle se posa lourdement aux côtés d’Éric, en face d’une Chloé, d’un Clark et d’un Pete abasourdis.
_ Quel idiot ! Lança-t-elle avant de se mettre à chouiner dans ses mains.
Chloé donna immédiatement des tapes à Clark.
_ Ouverture de câlins ! Ouverture de câlins ! Pressa-t-elle avant de disparaître sous la table et de réapparaître de l’autre côté.
Éric put approcher son nez de l’extraordinaire cru alors qu’elle consolait sa cousine avec l’obscur fermier du coin. Ô doux arôme, parfum des milles jardins suspendus, délice des délices…
Pete cligna des paupières, se sentant vraiment à l’écart et incompris.
_ Mais c’est qui lui ?!
La musique changea subitement et le renne leva le museau.
_ Oh j’adore cet air !
Elle disparut de nouveau sous la table et réapparut à plusieurs mètres sur la piste, exécutant une danse du robot assez particulière. Les étudiants s’écartaient un peu d’elle, perplexes et moqueurs à la fois. Pete secoua la tête lentement. Combien de fois il lui avait dis « Chloé, Chloé, jamais en public ».
Éric se redressa subitement. D’abord sceptique par l’art que possédait la délicieuse crevette de casser l’ambiance romantico-culinaire, il devint rapidement méfiant. Ça sentait le vampire, et le vilain Père Noël qui s’approchait de Chloé lui semblait peu sympathique. Comme il ne pouvait pas sortir sans envoyer balader la cousine épleurée de son petit canard laqué, il grimpa sur la table, bondit dans la salle et s’apprêta à l’un de ses micro-sprints flash lorsque le Père Noël tendit le bras pour capturer la blonde et probablement l’étrangler pour l’enlever. Mais sa chouquette au miel se baissa d’un coup, à la recherche de l’un de ses bois qui venait miraculeusement de tomber. Éric put alors observer le cochon en pâte d’amande échapper sans le savoir à un vampire, pour grogner en poursuivant un bois que les danseurs se renvoyaient du pied. Le Père Noël, destabilisé, se mit également à quatre pattes et un jeu de cache-cache s’engagea dans la foule.
_ Ah aaah ! Entendit-il.
L’exclamation était masquée par la musique, mais lui il l’avait très bien perçue. Elle tendait le bras avec sa prise, devant la porte des toilettes. Le Père Noël l’agrippa et la fit disparaître derrière la porte. Éric se précipita, reprit le bras de Chloé, tendit l’autre et repoussa violemment le vampire. Il vola dans les airs et brisa un urinoire en retombant.
_ Woooooh ! Fit Chloé en revissant son bois. Vous êtes trop foooort !
Éric se surprit à sourire, très discrètement, mais tout de même.
_ Mais alors pourquoi avoir tabassé le Père Noël ?
_ C’est un vampire.
_ Sérieux ? C’est un nouveau style ?
_ La preuve tu n’as rien vu. Tu t’attendais à quoi au juste, en te faisant harponner par un Père Noël ?
Chloé cligna des paupières en cherchant une raison béton.
_ Euh ben…
_ C’est bien ce que je disais.
_ Peut-être qu’il voulait des pièces pour les pauvres.
Le Père Noël se releva en un battement de cils, et il montra ses crocs. Chloé eut un sursaut. Éric resserra son emprise sur son bras avant de montrer les siens. C’était un peu comme un combat de coqs pour la fondante poule-au-pot. Au même instant, les battants de la porte des toilettes s’ouvrirent et deux étudiants entrèrent en riant. Les crocs se retroussèrent automatiquement.
_ Hey Sullivan ! T’es super sexy ce soir ! Lança l’un d’eux.
Chloé ricana, les joues rouges. Ils s’enfermèrent dans les cabines et le Père Noël ne bougea pas d’un pouce.
_ Elle est à nous.
_ Je n’ai pas l’impression qu’elle soit d’accord. Ni même votre shérif.
_ Ce n’est plus notre shérif.
_ Insubordination.
_ Le Kansas n’a plus de hiérarchie.
_ Tu veux dire qu’une poignée de vampires accro au AB- a décidé de se rebeller contre l’autorité ? Tu appelles ça une absence de hiérarchie ?
_ Il a tué notre roi.
_ Oui, et il aurait dû prendre sa place.
Deux chasses d’eau retentirent au même moment, suivies de rires synchro. Apparemment amochés, les deux garçons chantonnèrent en chahutant le Père Noël et Éric afficha son sourire le plus forcé de tous. Chloé n’avait encore rien dis, elle ne comprenait pas tout dans l’histoire sauf la nécessité de suivre ces deux types bourrés pour en finir avec son célibat. Parce que bon, un roi au Kansas, c’était tout de même un peu fort de café. Surtout pour qu’elle ne s’en souvienne pas du tout ! Lorsque les deux garçons poussèrent la porte, elle les intercepta.
_ Hep ! L’un de vous est célibataire ?
_ C’est quand tu veux Sullivan ! Répliqua l’un d’eux en sortant.
Elle commença par un grognement satisfait, se frotta les mains et avança d’un pas déterminé.
_ Niark niark niarghhagagagah !
Éric la retenait par le col de sa veste quitte à l’étrangler.
_ Tu restes ici toi.
Chloé croisa les bras, contrariée.
_ On va en finir maintenant, siffla le Père Noël.
_ Avec plaisir, répliqua Éric en sortant de nouveau ses crocs.
_ Ouais ouais ouais, qu’on en finisse, grommela Chloé.
Éric allait lui faire un sort quand il se dit qu’elle ne serait pas forcément rassurée avec lui si elle était témoin d’un bain de sang total. Alors il la relâcha, agrippa le Père Noël, s’enferma dans une cabine et le décapita, le tout en une seconde. Il n’eut plus qu’à tirer la chasse car quand un vampire crevait, il se transformait en bouillie immonde. Et visiblement, ce Père Noël était bien jeune, probablement créé dans les années soixante-dix, à boire et boire du AB-.
_ C’est bon, on peut rentrer chez toi, dit-il en sortant.
Les toilettes étaient vides. Tss, petite fourbe, pensa-t-il en passant un peu d’eau sur ses mains, sa veste en cuir et son visage pour nettoyer le sang. Une fois propre, il sortit pour chercher la blonde. Cette dernière, sans honte, se déhanchait auprès du garçon célibataire des toilettes.
_ … alors voilà je cherche un mec quoi ! Ça te dit de rentrer avec moarghhagagagah !
_ On rentre, décréta Éric en la traînant par le col à l’extérieur.
_ Mais la fête n’est pas finie !
_ Les méchants attaquent, on sera plus en sécurité chez toi.
Le silence dehors était surprenant. Et pour cause, la neige s’était mise à tomber, de gros flocons soyeux glissaient lentement du ciel.
_ Woa, il va neiger à Noël, murmura Chloé, ravie, en remontant la fermeture éclaire de sa veste.
Elle s’avança sur l’avenue pour se mettre en route mais Éric la retint.
_ Attends, j’hésite sur le chemin à prendre.
Chloé cligna des paupières.
_ Et bien d’un côté nous avons l’avenue éclairée et sur laquelle on peut trouver des bornes d’appel police secours tous les vingt mètres, et de l’autre nous avons le raccourci à travers le parc plongé dans l’obscurité. Je crois que la question ne se pose pas.
_ On va passer par le parc.
_ … Je crois que tu n’as pas bien saisi ce que je viens de dire.
Il se contenta d’attraper son bras pour traverser l’avenue et s’engager dans le parc. Chloé se montra plutôt réticente mais elle ne pouvait pas lutter contre sa force.
_ Tu n’as rien à craindre, j’ai mille ans. Les vampires du coin sont des nouveau-nés à côté.
_ Mille ans ?! Sérieusement ? T’es trop bien conservé !
_ Je suis un vampire. Normal.
_ Certes. Et alors, pourquoi le chemin le plus inquiétant ?
_ Si je dois tuer des vampires, il vaut mieux que nous soyons à l’écart des humains.
Ils marchèrent un moment.
_ Comment tu as connu Lex ?
Ne pouvait-elle pas demander qui était le shérif ? Il aurait pu balancer tout ce qu’il savait de Lex ainsi ! Mais il était tenu au serment de non-divulgation, si la question n’était pas directe.
_ En Europe, longue histoire.
_ Et je sens quoi moi ?
_ Pardon ?
_ Tu m’as demandé ce que tu sentais, mais et moi ?
Il jeta un œil sur elle, le petit cochonnet s’était apparemment calmé.
_ Tu sens la celte.
_ Ah oui ? Sourit-elle.
_ Et un peu la saxone aussi.
_ Tu peux remonter mon arbre généalogique avec l’odeur ?
_ Entre autres oui.
_ Et tu as dis que tu avais mille ans ?
_ C’est exact.
_ Mais qui es-tu ?
_ J’étais le fils d’un chef viking.
_ Un viking ?! Mais bon sang vous mangiez quoi à cette époque, ajouta-t-elle à voix basse en jaugeant sa taille.
Éric s’immobilisa avec un soupir.
_ Je ne suis pas un géant.
_ Oh j’ai rien dis.
_ Chut.
Il s’était redressé. Ils étaient sept. C’était encore jouable. Il avait envoyé Pam suivre Lex pour en savoir un peu plus, il pensait encore pouvoir contrôler sept vampires, mais mieux valait rester prudent.
_ Quoi ?
Il disparut à nouveau et réapparut, une gorge de vampire dans chaque main.
_ Nous sommes encerclés. Ferme les yeux.
_ Hein ?
_ Ferme les yeux.
Chloé eut quelques secondes d’hésitation, puis elle s’exécuta. Éric exerça alors une pression sèche qui décapita les deux proies. La blonde ne put entendre qu’un « splatch ». Elle ouvrit donc les yeux et remarqua deux tâches brunes dans la neige, malgré la nuit.
_ Qu’est-ce qui s’est passé ?
Éric s’était baissé pour passer ses mains dans la neige.
_ Ils sont morts mais il en reste cinq.
_ Morts ? Ils sont devenus quoi ?
_ Ça, ce n’est pas très ragoutant, mais c’est ainsi que termine un vampire.
Chloé grimaça. Finalement les cinq autres se retirèrent. Ils comprirent qu’ils n’avaient pas affaire à n’importe qui. Éric se redressa et tiqua.
_ Oh non, merde.
_ Quoi ? S’étonna la blonde en contournant les deux flaques de bouillie.
Il ouvrit sa veste en cuir.
_ Pam va me tuer.
Il avait une petite tâche de sang sur son pull de cachemir bleu ciel.
_ Tu as de telles considérations malgré ce qui s’est passé ? Reprit Chloé avec perplexité.
_ Je ne suis pas que vampire, je gère un club et Pam me fait des cadeaux, fit-il nerveusement.
_ Hin hin, je vais voir c’que je peux faire à la maison.

*

Ce n’était pas une super idée finalement d’avoir demandé au viking de retirer son pull. Il ne portait plus qu’un tee-shirt moulant blanc, c’était comme avoir une pub dans son salon. Chloé ne bougeait pas d’un pouce, coincée au fond d’un fauteuil du salon. Le vampire restait statique en face d’elle.
_ Je vais te laisser le choix, se décida-t-il finalement. Soit tu te laisses mordre, soit tu montes toute nue dans ta chambre pour une nuit de débauche.
Chloé croisa les bras en fronçant les yeux.
_ Tu appelles ça un choix ?
_ Sans vouloir t’influencer, la morsure pour un humain n’est pas aussi transcendante que le sexe.
La petite blonde haussa les sourcils. Son attachement pour Lex répugnait à l’idée, mais bien franchement, elle en avait assez de l’attendre.
_ Ah et ma patience est très limitée. Elle est déjà dépassée d’ailleurs.
Très bien, elle devait se lancer. Elle bondit sur ses pieds en retirant ses bois de renne.
_ Ok, on monte ! Mais j’te préviens, je suis bonne ! C’est toi qui seras sur les rotules !
Elle retira sa veste et se dirigea vers les escaliers. Avant qu’il ne la perde des yeux, il vit son débardeur toucher le sol. En deux mouvements elle lui avait coupé le souffle. Il suivit à la trace le short, les bottes, le soutien-gorge. Il n’eut qu’à pousser la porte pour la trouver debout, jambes écartées, mains sur les hanches.
_ À ton tour.
Comment une humaine pouvait passer du ridicule total sur une piste de danse à cette puissance sensuelle en une soirée ? Il crevait d’envie de sentir sa peau chaude contre lui, alors il se dépêcha d’enlever son tee-shirt, mais sans utiliser sa vitesse de vampire, il fallait bien qu’elle en profite elle aussi. Et en effet, Chloé posa ses mains sur sa bouche pour pouffer.
_ Est-ce que c’est naturel ou c’est parce que t’es un vampire ?
_ On reste généralement comme on était avant notre transformation. Et avant j’étais chasseur, dit-il en faisant un pas. Un guerrier, ajouta-t-il en en faisant un autre. J’avais l’habitude de partir des jours dans la montagne.
Il posa ses mains sur sa taille et se surprit à déglutir. Sa chair était brûlante, il sentait ses veines charier le sang de plus en plus vite.
_ Et je détroussais la plupart des femmes que je croisais.
Chloé se mit à rire, à la fois amusée et complètement excitée. Elle passa ses bras autour de son cou. Sa peau était particulièrement tiède, elle déchaînait les frissons.
_ Mon dernier copain était un geek obsédé par les héroïnes de manga et qui ne tenait que trois minutes.
Il acquiesça en comprenant le message et en se retenant de répéter qu’il pouvait très bien tenir six heures si ça le chantait. Il l’embrassa et la bascula sur le lit sans traîner. Après un traitement de caresses durant lequel il la sentit se détendre et soupirer, il tenta une exploration de ses doigts. Elle était plus que prête et sa main tâtonnait la table de nuit avant de sortir un préservatif. Elle ne craignait vraiment pas grand-chose avec lui, mais autant se sentir le plus humain possible cette nuit-là. Et puis il ne se posa pas plus de questions lorsqu’elle le lui mit elle-même. Il mit sa main sur son sein gauche et la pénétra avec rudesse, comme à son habitude. Elle poussa un petit cri qui le retint. Il se repositionna pour prendre un rythme un peu plus délicat. La nuit serait longue, et peu importait les positions, il conserverait cette main sur ce sein, pour ressentir l’indescriptible sensation du cœur battant.

*

Chloé reposait sur le ventre, un large sourire aux lèvres. La tête d’Éric restait lovée au creux de ses reins, sa main allait et venait le long de sa cuisse. Il s’était complètement adouci.
_ Je suis fascinée.
_ Les humains, murmura-t-il les yeux encore clos.
_ Tu représentes une telle tentation.
Il se contenta d’un sourire fier jusqu’à ce qu’il se mette à douter de ses paroles.
_ Il n’y avait aucune hésitation à avoir.
_ Tu ne serais pas en train de…
_ Cette nuit fut une telle révélatiooon, continua-t-elle de se moquer.
Il roula ses yeux alors qu’elle gloussait. Chloé Sullivan, la fille pour qui le shérif de ce secteur avait tué son roi, restait un chat-boudin. Il lui infligea une fessée qui ne la fit que rire aux éclats.

*

_ Et gnagnagna et Twilight est un sujet sensible pour un vampire et blablabla, grognait Chloé en descendant les escaliers, vêtue du long tee-shirt blanc d’Éric.
Il avait tout de même fini par la mettre à la porte de sa propre chambre. Elle en avait profité pour ramasser ses vêtements et les jeter en boule dans la chambre avant de redescendre pour manger quelque chose. Alors qu’elle grillait du bacon en chantonnant, elle entendit la porte d’entrée claquer. Loïs était suivie de Clark et elle fut à moitié étonnée de voir sa cousine dans la cuisine à cette heure-là.
_ Quand es-tu rentrée ? Je ne t’ai pas vue partir.
Chloé haussa les épaules avec un demi-sourire railleur.
_ Et vous ? Taquina-t-elle immédiatement.
_ Clark ne faisait que me raccompagner, se dépêcha-t-elle de justifier.
_ Hin hin.
_ Où est le pot-de-colle géant ? S’agaça Loïs.
_ Il est dans la ch… cave, corrigea Chloé en reportant son entière attention sur sa poële de bacon.
_ Mmh. Pourquoi portes-tu ce tee-shirt… géant ?
Oh seigneur, Loïs savait ! Chloé déglutit. Sa cousine pouvait être terrible.
_ Vous voulez manger un morceau ? Je peux faire des œufs brouillés si vous voulez ! Clark tu adores ça, tu en veux ?
Des pas dans les escaliers retentirent. Si Clark sembla réellement surpris en voyant débarquer le grand type blond du pub, nu, un drap autour de la taille, Loïs elle, s’y attendait.
_ Oooh Chloé ! Je ne peux pas te laisser cinq minutes hein !
_ Mais j’ai rien fais de mal, geignit la blonde en tapant du pied.
_ Dans notre propre maison en plus !
S’engagea alors une sorte de poursuite autour de la table, Loïs avec une fourche à dinde, Chloé avec sa spatule à bacon.
_ Reviens ici poulette !
_ Ouh nan tu fais bien trop peur !
_ Je vais te cuisiner pour le réveillon de Noël !
_ J’pense pas être très à ton goût malheureusement !
_ Je m’en contenterai !
Elles firent une pause, de part et d’autre de la table. Loïs jeta un œil assassin sur le vampire, il tapotait impatiemment le chambranle de la porte. Mais ce ne fut pas ce détail qui garda captive son attention. Clark avait cru bon de dénuder et bomber le torse à son tour pour tenter de combler la différence de taille.
_ Ce n’est pas un concours Kent, commenta Loïs sans pour autant détourner les yeux.
_ Bon, trancha Éric. On remonte ?
Chloé se faufila sous la table et gravit les escaliers en quelques bonds tout en lançant un « bonne nuit ! » des plus précipités.
Loïs se tourna vers Clark.
_ Convoque les autres demain après-midi, il faut qu’on parle.




à suivre...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.freewebs.com/winniefanfics/
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Mar 20 Déc 2011 - 21:00

Bon, j'adore et j'adore. Le Lex version vampire, Éric et Pam, Chloé chat-boudin, tous.

Vivement la suite !

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Laenan
Chroniqueur
avatar

Messages : 1027
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 30
Localisation : France : Montpellier - Belgique : Liège

MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Mar 20 Déc 2011 - 23:15


Je me marre toute seule, je suis fan. Laughing



Revenir en haut Aller en bas
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Mar 20 Déc 2011 - 23:27

Winnie tu fais des émules, tu vas voir que dans pas longtemps elle va se convertir à la série ! Very Happy

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
elina
Assistant de Chloé
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 34
Localisation : Hontanx

MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Ven 6 Jan 2012 - 13:59

ça y est j'ai tout lu !!!
Rhaaa mais comment c'est trop bon. Se moquer comme ça de twilight...MDR. Et ton Eric encore plus sexy que dans true blood. Nan mais en fait ta fic c'est carrément un piège parce que trop accro à Eric (d'ailleurs Lex parait même fade à côté) je veux une suite !!!!

Et puis j'adore tellement ta Chloé version miss-cata mais accro au sexe.

Franchement bel essaie t'as eu raison de l'écrire.
Revenir en haut Aller en bas
winnie
Pigiste
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 33
Localisation : Clermont-Ferrand et Paris

MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Dim 8 Jan 2012 - 14:39

Merci beaucoup les filles pour vos feeds et vos encouragements! Elina, c'est vrai que Lex est un peu fade et c'est dur de le mettre en valeur face à Eric... aaah Eric... ^^" Ah! j'oubliais, clin d'oeil à Chlo pour la poêle, elle comprendra!

Et sinon pour ce dernier chapitre qui n'est pas pour Nowel, ni pour le Nouvel An, mais allez! pour les rois mages lol, j'ai un peu beaucoup trop regardé de How I met your mother, j'espère que ce dernier chapitre vous plaira tout autant que les autres! Wink



Nuit du 24 au 25 décembre


La journée de Chloé avait bien commencé, longue grasse matinée dans l’empreinte laissée par le Viking dans son lit, bain fumant, déjeuner brûlant et dernières courses les pieds dans la neige. Sur son petit nuage en poussant la porte de chez elle, un sac en papier dans les bras, elle déchanta subitement en découvrant la petite réunion dans son salon. Lana, Pete, Clark et Loïs étaient debout, alignés sous une banderole portant l’inscription en lettres capitales rouges : INTERVENTION.
_ Ceci est une intervention Chloé, annonça Loïs.
Seigneur, ils lui en avaient fait tellement qu’elle ne les comptait plus.
_ Pour quelle raison cette fois ? Demanda-t-elle en retirant son bonnet, ses gants, et en posant son sac de courses sur la table basse.
_ J’espère que c’est pas pour avoir volé les slips de Lex, fit Pete avec un œil critique.
_ Mais j’ai jamais fait ça.
Clark et Pete levèrent les yeux.
_ C’était un malentendu ! S’exclama Chloé, le visage pourpre.
_ Ben voyons, ce caleçon s’est miraculeusement retrouvé entre tes mains, critiqua Clark avant de croiser les bras.
Pete l’imita avec un « mh-mmh » de circonstance.
_ Je suis allée voir Lex dans son petit appartement de Métropolis et il prenait sa douche ! Je suis tombée « par hasard » sur son caleçon « propre » et je l’ai pris POUR m’asseoir et l’attendre et je n’ai pas eu le temps de le reposer, il est sorti et je me suis dépêchée de le cacher dans mon sac ! J’étais trop nerveuse ! Et voilà il a voyagé avec moi jusque-là !
Les garçons, apparemment soucieux de l’intégrité masculine et craignant la voleuse de dessous, se contentèrent d’un regard noir.
_ J’ai déjà volé un slip, déclara Lana, pensive.
Loïs secoua la tête.
_ Revenons à notre intervention !
_ Quoi, c’était pas ça ? S’étonna Chloé.
_ Non, tu couches avec un vampire.
Ses trois acolytes pivotèrent vers la brune avec un « hein ?! » général.
_ Vous avez bien entendu ! Alors préparez une petite bafouille, moi je commence l’exposé.
La petite blonde n’eut pas l’autorisation de protester et ne put que se laisser choire lentement sur le canapé, pas très emballée par l’idée. Loïs avança un tableau avec un grand bloc de feuilles. La première portait le mot « intervention ».
_ Tout d’abord, chère poulette, si tu as une aventure avec un vampire, tu vas devenir…
Elle tourna la page et dévoila une affiche du film Twilight.
_ Un cliché !
_ Edward, gazouilla Lana.
_ J’peux pas être comme Bella, je suis blonde.
_ C’est encore pire si tu veux tout savoir. Veux-tu devenir comme cette fille ? Une désespérée de la vie qui tombe amoureuse du maladif du coin ?
Chloé cligna des paupières.
_ Mais Éric n’est pas du tout comme ça. Et je ne connais aucun loup-garou qui court à poils dans une réserve.
Loïs passa à la deuxième feuille, tous eurent un mouvement de recul.
_ Bien souvent, ceux qui approchent les vampires finissent très mal.
_ C’est quoi ce truc ? Grimaça la petite blonde.
_ Un cadavre mordu dans je-ne-sais-plus-quel-film.
_ Mais on n’est pas dans un film.
_ Avant-hier on ignorait bien que les vampires existaient pourtant ! Tu n’as pas encore vu un cadavre laissé par un vampire mais crois-moi ça ne doit pas être très joyeux ! Que crois-tu qu’il fera de toi quand ce sera fini hein ?
Cette fois-ci Chloé déglutit. Elle avait vu comment Éric avait massacré deux des siens dans le parc, il n’avait démontré que de la préoccupation à propos d’une tâche de sang sur son pull.
Loïs ne tarda pas à montrer sa troisième et dernière page, une photo de Lex.
_ Qu’est devenu ton inébranlable amour pour lui ?
Chloé baissa les yeux. Peut-être s’était-elle laissé emballer par cette simple nuit. Elle l’aimait encore, toujours, bien sûr. Son troisième objectif était bien trop difficile à atteindre. Mais elle comprit la leçon de Loïs. Mieux valait un amour pour lequel se battre que la facilité avec un être qui tuait pour se nourrir.
_ Et maintenant le coup de grâce, décida la brune en voyant sa cousine fléchir.
Clark s’éclaircit la gorge avant de lire les deux lignes qu’il avait écrites sur son papier. Tous devaient y passer.
_ Chère Chloé j’espère de tout cœur que ta charmante cousine Loïs, douce et intelligente qu’elle est, aura réussi à t’ouvrir les yeux sur l’effroyable vérité. Car Loïs a toujours raison, Loïs incarne la perfection féminine, tu devrais en prendre de la graine.
_ Merci Clark, fit discrètement Loïs en récoltant son papier.
Elle allait le conserver précieusement avec les autres sauf qu’elle jetterait les derniers et encadrerait le premier.
_ Pete ?
_ Chère Chloé, entama le garçon avec cérémonie. Au nom du FLSVM, le Front de Libération des Sous-Vêtements Masculins, nous te remercions d’avance d’abandonner toute relation avec le dit vampire et de ne pas chercher à conserver un trophée de cette conquête de la honte qui tue.
La blonde lui lança un regard noir.
_ Ce Front est une légende urbaine Pete, siffla-t-elle. Tu bluffes.
_ Essaie pour voir, répliqua-t-il en pointant son index et son majeur sur ses yeux puis sur elle. On te surveille.
_ Lana ? Encouragea Loïs pour couper court aux menaces.
_ Chère Chloé, les vampires sont dangereux. J’espère que tu vas quitter le tiens et ainsi échapper à une mort sanglante et douloureuse comme ça m’est arrivé plusieurs fois.
_ Super Lana, à mon t...
_ PS ! Coupa Lana qui n’avait pas terminé. Est-ce que le kiki d’Éric scintille dans la nuit ?
Elle releva des yeux avides de curiosité vers Chloé.
_ C’est marrant que tu poses cette question parce que je lui ai demandé la même chose cette nuit et il m’a mise à la porte, encore une fois. J’ai dû attendre une heure dans le froid.
Chloé soupira.
_ Mais non, le bâton magique n’est pas scintillant. Malheureusement.
Loïs laissa tomber son papier pour attraper sa cousine et lui faire de nouveau un shampoing en frottant son poing sur ses cheveux tout en la traitant de poulette et de chat-boudin.

*

Pete et Lana étaient rentrés chez eux pour le réveillon. Clark ferait de même lorsqu’il aurait terminé son travail de séduction sur Loïs en l’accompagnant faire son « jogging ». Code secret bien sûr pour emballer les cadeaux et ne pas éveiller de soupçons chez sa cousine. Cette dernière n’avait pas bougé du salon, atterrée. Foutue intervention ! Elle finit par se lever pour ramasser le papier de Loïs resté à terre.
« Chère Chloé, j’espère simplement que nous passerons un joyeux Noël toutes les deux sans qu’un obscur vampire à deux balles ne viennent occuper toute ton attention. »
La petite blonde regarda leur sapin de Noël et ses épaules s’affaissèrent. Mais pourquoi se lançait-elle toujours dans des histoires saugrenues aux dépens de sa cousine qui tentait de conserver un esprit de famille durant les fêtes ? Elle n’allait tout de même pas envoyer balader son deuxième objectif hein ?
Éric sortit de la cave à la nuit tombée. Il entra dans le salon et ouvrit la bouche pour la fermer aussitôt. La blonde avait une boule de cheveux emmêlés au sommet du crâne, il valait mieux ignorer ce détail pour ne pas déclencher un autre accès de folie. Il l’avait suffisamment punie la nuit dernière pour toutes ses bêtises. Ce qui l’étonnait le plus, c’était que Lex, qui avait toujours été quelqu’un de sophistiqué, puisse tomber amoureux d’une nouille pareille. Douce, exquise, drôle, mais nouille quand même.
_ Tout nu dans la chambre ? Lança-t-il avec l’espoir qu’elle s’exécute sans discuter.
Chloé pivota et tendit la main.
_ Ouh nan ! C’est fini tout ça !
Éric grogna, tout était toujours à refaire avec elle. Il tiqua sur le poster de Lex sur le tableau et prit place sur le canapé en lui tournant le dos.
Chloé inspira. Le tout était de ne pas craquer une nouvelle fois... Mais zut crotte flûte ! Lex s’éclatait au soleil avec sa bimbo ! Alors oui, elle s’éclatait avec son Viking de son côté ! C’était pourtant fair-play hein ? Elle ne comptait pas l’épouser non plus ! Tant que Loïs était absente il fallait en profiter, et surtout se rhabiller et jouer la totale indifférence. Actors Studio.
Agacé, Éric voulut entamer de nouveau son fameux chantage mais la blonde lui atterrit dessus sans qu’il ne comprenne pourquoi. Elle l’embrassa sans attendre. Moui non, autant ne pas chercher. Il glissa ses mains sous son pull, sa peau était si chaude qu’il en avait déjà des vertiges.

Lex sortit de sa voiture et s’avança jusqu’à la porte. Le rendez-vous à la Ligue l’avait conforté dans son projet. Ils pensaient déjà à la Grande Révélation, et il leur servait le facteur essentiel sur un plateau grâce au travail de Louis Pasteur. Le scientifique, transformé après ses grandes découvertes dans le monde des humains, travaillait pour Lex depuis plusieurs années. Brave Pasteur, songea le milliardaire en pressant la sonnette une première fois. A présent il avait hâte de voir Chloé. Comme lorsqu’il venait jusqu’à elle. Il se disait que ses pouvoirs pourraient largement faciliter quelque chose entre eux, mais à quoi bon presser les choses et oublier les simples frissons d’une romance ?
Il pressa la sonnette une seconde fois, surpris de ne voir personne. La voiture de l’étudiante était encore là pourtant. Il laissa ses sens sonder la maison, il détecta la présence d’Éric et d’une montée de phéromones tellement typique lorsque le Viking était dans le coin qu’il n’hésita pas un quart de seconde à défoncer la porte et à se retrouver dans le salon. Comme il le craignait, le vampire et la jeune femme s’embrassaient à plein bouche sur le canapé.
Il y eut quelques secondes de battement. Chloé s’était redressée en sursautant, elle fixait à présent le milliardaire, blême. Pourquoi fallait-il qu’il débarque en démontant sa porte pour la surprendre dans les bras d’un autre ! Elle bondit sur ses pieds pour tenter d’expliquer qu’elle avait glissé et que leurs lèvres s’étaient accidentellement rencontrées, mais curieusement il disparut pour réapparaître quelques mètres plus loin, tenant bras tendu, la gorge d’Éric contre un mur.
_ Allons, tu ne vas pas faire ça à ton frère ? Fit calmement le fautif.
_ Ce n’est pas parce que nous avons le même créateur que je vais te considérer comme mon frère ! S’exclama Lex, crocs à découvert.
_ Père, frère, fils, répéta Éric en songeant à la devise de Godric, leur créateur.
La phrase sembla faire mouche, Lex desserra légèrement son emprise.
_ Tu n’aurais pas dû la toucher !
_ Tu ne l’as pas faite tienne, j’avais tous les droits.
Sur ce point-là, il ne pouvait effectivement rien dire.
_ Elle était consentante, jugea bon de préciser Éric en la désignant du regard.
Ce ne fut qu’à cet instant que Lex se rendit compte qu’elle était témoin de la scène. Il laissa tomber son frère, et s’approcha prudemment d’elle. Chloé recula d’un pas, les yeux ronds.
_ Dehors, finit-elle par dire.
Il s’immobilisa.
_ Dehors ! Tous les deux ! Hurla-t-elle. Je ne veux plus jamais vous voir chez moi !
Le retrait de l’invitation fut si prompt qu’ils furent tous deux projetés à l’extérieur en roulant dans la neige, secoués. Chloé claqua la porte derrière eux. Lex resta sur le dos et soupira. Il n’aurait pas cru que les choses se passeraient ainsi. Éric lui tendit sa main, il la saisit et se releva.
_ Allons boire un verre.

*

Ils se retrouvèrent assis au bar d’un club quasi vide en ce 24 décembre. Les deux doubles scotch ne bougeraient pas de leurs verres mais permettaient une couverture infaillible. Éric l’avait suivi sans discuter. L’endroit était proche de la maison de Chloé, ils pourraient intervenir dès qu’ils sentiraient la présence de vampires dans les parages.
_ Alors, tu m’expliques ? Engagea le Viking, curieux.
_ Quoi donc ?
_ Comment tu as tué Severus, pourquoi tu n’as pas pris sa place. Pourquoi tu ne cherches pas à me tuer après ce que j’ai fait.
Lex soupira.
_ Ce n’est pas l’envie qui me manque, mais d’un autre côté je suis rassuré.
_ Pardon ?
_ Elle n’est pas contre coucher avec un vampire.
Ok, il avait servi de test en fait.
_ Pourquoi aurait-elle été spécialement contre ?
_ Le subconscient des humains peut être puissant. Après ce qu’elle a vécu, je me suis toujours demandé si elle en garderait une trace au fond d’elle...

* Flash-back *

Le manoir de Severus, en dehors de la ville, n’avait absolument rien du château de Dracula. Le roi vivait dans l’opulence et dans un intérieur moderne. Sa cour se composait de quelques fidèles vampires, ses domestiques étaient tous des humains, la plupart sous hypnose. Depuis quelques temps, l’atmosphère était un peu étrange, Lex se méfiait toujours lorsqu’il venait le voir en qualité de shérif, mais ce jour-là, il avait un étrange pressentiment. Cette convocation sans motif apparent le laissait sceptique. Un homme le fit entrer et lui montra le chemin du sous-sol. L’endroit était bien aménagé, dédale de vastes couloirs, chambres, petits salons.
Plus il avançait et plus il sentait son corps de transir par l’appréhension. Il n’aimait vraiment pas ça. Quelque chose clochait. Et lorsqu’un cri déchirant retentit, il s’arrêta. Au début il préféra ignorer sa première idée et se dire que Severus avait trouvé une autre humaine de compagnie à torturer, comme il l’avait déjà fait malgré les avertissements de la Ligue. Mais le second hurlement confirma le nœud au fond de son estomac.
Elle avait disparu depuis près d’un mois. Aucune trace d’elle, nulle part. Loïs était venu le voir au bout de vingt-quatre heures, désemparée que la police ne puisse rien faire. Il avait tenté de la rassurer, de lui dire qu’il se lançait lui-même à sa recherche, et de ne venir lui en parler qu’à lui. Depuis qu’il avait rencontré la blonde, au lycée de Smallville, alors qu’elle avait quinze ans, il n’avait eu d’yeux que pour elle. Il n’avait fait que la regarder de loin, n’avait pas spécialement recherché son contact, mais il avait suivi ses choix et déménagé à Métropolis quand elle était partie à l’université. Il ne s’attendait pas vraiment à la retrouver dans le manoir de Severus, dans son sous-sol si favorable à la luxure, aux tortures et à toute autre abomination qu’il avait mises de côté il y a bien longtemps.
Lorsqu’il posa le pied dans la grande salle aux murs blancs, entourés de chaîne d’argent en guirlandes, faute d’un cœur ce fut sa respiration qui s’emballa. La longue table de bois sombre au centre était entourée des figures pâles de vampires, tous proches du roi. Il avança lentement.
_ Lex ! S’exclama Severus en s’approchant de lui pour l’accueillir. Il me manquait un shérif dans mon cercle. Tous tes collègues sont déjà présents.
Les autres shérifs étaient effectivement là. Lex s’aperçut seulement à cet instant que tous avaient un air hagard, empressé, avide. Que se passait-il bon sang... Il avança encore un peu et put enfin apercevoir ce qu’ils couvaient des yeux : Chloé était bien là, allongée sur la table, complètement nue, les bras et les jambes sanglées, le corps tenu à l’extrême.
_ Que se passe-t-il ? Souffla-t-il.
_ Cette humaine est un peu spéciale, se réjouissait Severus en posa sa main dans son dos pour l’entraîner à ses côtés.
Le roi avait-il découvert ses sentiments ? Que voulait-il exercer comme pression ?
_ Majesté, pouvons-nous commencer ? S’impatienta l’un des invités.
_ Un instant, somma Severus. Reculez.
Ils se détachèrent avec peine de leur place. Chloé semblait consciente, elle haletait, paniquée, les larmes débordant de ses yeux. Et puis subitement elle l’aperçut et s’agita de nouveau.
_ Lex ! Lex ! Aidez-moi ! Pitié aidez-moi ! S’égosilla-t-elle.
_ Oh, tu la connais ? Sembla s’amuser le roi.
_ Un peu oui, répondit-il à voix basse.
Elle continuait à l’appeler, voyant probablement en lui un salut infaillible.
_ Pourquoi n’est-elle pas sous hypnose ?
Severus s’approcha d’elle et caressa son visage de sa main. Chloé cessa d’appeler pour sangloter.
_ La peur donne un goût spécial au sang.
_ Pourquoi elle ?
_ Je te présente ma réserve personnelle d’AB-.
Lex serra les poings. Bon sang, il ne l’avait pas vu venir ça. Sur tous les humains qui peuplaient cet Etat, il avait fallu que la seule qui attirait son attention soit AB- ! Donc depuis des semaines, Severus devait la vider de son sang, lui donner le sien pour qu’elle se régénère et recommencer. Il pouvait le faire à l’infini. Et comme le AB- provoquait une addiction sérieuse, il tenait entre ses mains tous les shérifs et quelques vampires importants de l’Etat, se permettant ainsi une omnipotence plus qu’inquiétante.
_ Approchez, invita le roi en posant sa main sur les yeux de Chloé pour tourner doucement sa tête.
Les vampires s’emparèrent de leur morceau de choix en apposant leurs mains sur les chevilles, les genoux, les cuisses, le ventre, les bras, les poignets. Lex n’osait pas bouger, incrédule. Ils plongèrent tous leurs crocs dans la chair fragile de la jeune femme qui hurla de nouveau, mais de désespoir.
_ Lex je te réserve la meilleure part, invita Severus en lui présentant la gorge.
_ Pas tout de suite, refusa-t-il immédiatement avec un mince sourire.
Il allait se mettre à dos le roi et toute sa cour, c’était certain. Mais il ne pouvait plus simplement rentrer chez lui après cela. Tout ce qu’il devait faire, c’était attendre que Severus la soigne pour qu’il n’ait pas à le faire. Le sang des vampires était sacré, certes, mais il ne souhaitait pas soumettre Chloé à sa surveillance. Cependant, à présent qu’il savait la vérité sur son sang, ce ne serait peut-être pas du luxe. Peut-être. Il sortit de la salle en laissant Severus boire sa part puis repousser ses invités pour qu’une probable orgie commence.
Une fois à l’extérieur, il comprit que tout son corps bouillonnait de colère. Il allait faire un carnage de vampires et pour cela, il allait attendre que le soleil pointe, pour qu’ils soient bien tous assommés, et pour traîner le corps du roi à l’extérieur et le regarder brûler.
Tandis qu’il ruminait une vengeance impitoyable, les lueurs de l’aube tombèrent sur son visage. « Merci l’anneau » songea-t-il. Il entra de nouveau dans le manoir, dévala les marches du sous-sol et bouscula les portes. Chloé n’était plus dans la grande salle, seul un couple nu restait, ivres de sensations, allongés sur le sol. Sans hésiter, il brisa une chaise contre le mur et empala les deux vampires avec les morceaux de bois. Deux de moins, se félicita-t-il en constatant les deux flaques visqueuses. Il partit à la recherche de Chloé en sondant chaque porte.
N’en restait qu’une au fond du couloir, fermée à double tour. Il était au moins clair que Severus ne l’impliquait pas dans ses orgies, il se contentait de la boire. Lex défonça la porte d’un coup d’épaule. Chloé était bien là, recroquevillée sur le lit, une chemise de nuit blanche sur le dos. Déjà guérie et consciente, mais bouleversée. Elle se leva et recula dans un coin en murmurant des supplications. Bon, elle se souvenait bien de lui, qu’il était un vampire et qu’il n’avait pas fait grand-chose pour l’aider.
_ N’aie pas peur de moi, je viens t’aider, dit-il en retirant son manteau.
Il s’approcha lentement d’elle, elle ne montrait que de l’effroi.
_ On va sortir de là ensemble et plus jamais tu ne les reverras, tu m’entends ? Loïs m’a envoyé, ajouta-t-il en songeant que ce détail la rassurerait probablement.
Quelque chose changea dans ses yeux.
_ Loïs ?
_ Oui, on te cherche depuis longtemps. Viens.
Elle avança prudemment, des chaussons aux pieds. Severus prenait soin de sa « réserve » apparemment. Lex posa son manteau sur ses épaules avec délicatesse, puis il se dirigea vers la sortie. Il s’engagea dans le couloir et ouvrit toutes les portes pour assassiner tous les vampires endormis. Lâche, certes, mais efficace. Il n’eut absolument aucune pitié pour ses collègues. Il savait bien de toute façon que s’il laissait des survivants, ils chercheraient Chloé à nouveau.
Ils débouchèrent sur la grande salle où cette fois un shérif et deux vampires semblaient les attendre, près des deux restes.
_ Tu ne pensais pas t’en tirer ainsi ? Fit la voix de Severus.
Il arrivait des étages, il devait s’être fait construire, comme beaucoup de rois, des appartements bien isolés du jour pour vivre dans le luxe d’une vraie demeure. Lex se plaça devant Chloé.
_ En fait si, répliqua-t-il simplement.
Il avait près de mille ans, il ne pouvait pas craindre grand-chose de la part de tous ces jeunes vampires. Seul Severus pouvait être craint. C’était un Florentin issu de l’aristocratie du XIIIe siècle, il avait tout de même quelques centaines d’années. Et il n’était pas roi pour rien.
_ Tu vis un peu trop parmi les humains pour ressentir de la pitié pour elle. A partir de maintenant, tu ne pourras plus vivre parmi eux ni même marcher au soleil. Tu vas me donner l’anneau que tu portes.
_ Pourquoi je ferais ça ? Demanda-t-il en misant sur la précaution.
_ Donne-moi l’anneau et repars avec l’humaine. Tu pourras la garder et la boire comme tu veux.
Il le prenait vraiment pour le dernier des idiots. S’il faisait ça, il irait le chercher dans son sommeil, le traînerait à l’extérieur et récupèrerait Chloé. Alors Lex eut un rire moqueur.
_ Viens le chercher, on parlementera après.
Les trois subordonnés se jetèrent sur lui. Les deux plus jeunes furent aisément éliminés, le troisième, shérif lui aussi, fut plus difficile. Ils échangèrent de sacrés coups. Pour un humain, le combat restait peu perceptible, leur vitesse s’accroissant rapidement. Jusqu’à ce Lex finisse par lui fracasser le crâne contre un redent du mur, ce qui l’assomma un instant et permit au milliardaire de lui arracher la tête. Par contre, il ne vit pas immédiatement un quatrième vampire débarquer, l’œil hagard, probablement réveillé par le boucan, et qui ne fixait que Chloé, tapie dans son coin. Il s’abattit sur elle avec envie, Lex ne put que le tuer d’un coup de pied de chaise dans le dos, alors qu’il se trouvait à quelques centimètres de la blonde. Sa chemise de nuit se retrouva maculée de sang. Lex scruta ses réactions pour être sûr qu’elle aille bien, elle releva vers lui un regard toujours aussi effrayé mais vivant.
Severus le frappa et l’envoya contre le mur avec force. Il attrapa la chevelure de sa proie et la fit s’agenouiller devant lui. Sonné sur le coup, Lex se redressa difficilement.
_ Ce n’est donc pas pour ta consommation personnelle, aurais-tu des sentiments pour elle ?
_ Tu ne lui feras rien, tu as bien trop besoin d’elle, fit Lex en se relevant.
_ Je pourrais aussi apprendre à m’en passer et à retrouver le soleil, donne-moi l’anneau. Ou je lui tranche la gorge.
Il restait une solution, mais il n’était pas sûr de s’en sortir lui-même. Enfin, la vie de Chloé lui importait plus que cela, et pour lui assurer un futur, il fallait se débarrasser du roi. Alors Lex bondit sur le mur et s’empara de deux chaînes d’argent qui lui brûlèrent automatiquement les paumes des mains. Il serra les dents et les jeta sur Severus qui ne put bouger, ne s’attendant pas du tout à ce genre d’action. Lex enroula les chaînes autour de son cou et le ramena à lui. Le roi relâcha aussitôt Chloé, paralysé par le métal.
_ C’est fou tout ce qu’on peut faire pour les beaux yeux d’une humaine hein ? Fit Lex avec rage. J’aurais eu des scrupules en temps normal mais là, je vais le faire avec plaisir ! Suis-moi Chloé !
Il traîna le roi avec lui dans les escaliers jusqu’au rez-de-chaussée. Chloé avait un peu hésité, puis elle l’avait suivi, probablement incrédule. Une fois dans la grande entrée du manoir, le milliardaire se retrouva confronté aux humains qui travaillaient pour Severus, les domestiques d’une part, qui disparurent rapidement en voyant le roi dans une si mauvaise posture, et d’autre part le service de sécurité qui empêchait toute intrusion extérieure.
_ Laissez-moi passer.
Aucun des quatre hommes ne bougea. L’un d’eux sortit son arme, prêt à tirer. Aussi Lex ne se laissa pas devancer. Il lança les chaînes sur le lustre et pendit Severus. Il noua le lien à la rambarde de l’escalier principal et se tourna vers les humains encore indécis.
_ Tuez-la ! Tuez-la ! Réussit à prononcer le roi.
Lex se précipita devant Chloé pour la protéger et prit plusieurs balles dans la poitrine. Heureusement pas en argent, il baissa les yeux sur sa chemise et soupira.
_ Si seulement les chemises étaient immortelles… ça ne me coûte pas grand-chose mais c’est plutôt long de les faire faire sur mesure depuis l’Italie.
L’un des gardes du corps de Severus décida de tirer à nouveau, aussi Lex se téléporta devant lui et plongea sa main dans sa poitrine pour en sortir le cœur. Les trois autres lâchèrent leur arme, révulsés.
_ La plupart des vampires ont une patience limitée, grogna-t-il agacé. Votre maître a bien dû vous apprendre cela, ajouta-t-il en mordant l’organe pour se sustenter.
Chloé avait plaqué ses mains sur sa bouche, reprenant peu à peu ses esprits. Elle n’avait pas compris au premier abord que Lex était également un vampire. Il était revenu à la charge pour la sauver et en voyant son comportement, elle ignorait si elle devait se sentir effrayée ou rassurée.
_ Le prochain humain qui tentera de la toucher, ne serait-ce qu’un cheveu, je lui arracherai d’autres morceaux avant de finir par le cœur.
Le service de sécurité ne se fit pas prier pour déguerpir. Lex décrocha le roi, ses mains se blessèrent à nouveau à cause de l’argent, et il le traîna à l’extérieur.
_ Attends attends ! Je te donnerai tout ! Mon trône ! Le pouvoir !
_ Sa vie n’a aucun prix ! S’exclama-t-il en donnant un coup d’épaule dans la porte d’entrée.
La lumière se jeta sur leurs yeux. Même avec son anneau, le soleil ne semblait pas tellement hospitalier. Seulement sa peau resta la même, celle de Severus commença à se craqueler et à rougir. Au moment où il sentit la fumée, Lex tira un coup sec sur les chaînes, décapitant Severus avant que son corps ne s’embrase subitement. Le milliardaire recula et s’effondra sur les marches. La chaîne s’était incrustée dans ses mains avec l’effet de chaleur. C’était peut-être stupide, mais il était incapable de la retirer seule, l’argent affaiblissait grandement l’organisme d’un vampire. Il allait probablement finir ici, dans quelques secondes, le temps que la chaîne coupe ses mains et donc retire l’anneau. Il brûlerait lui aussi instantanément. Enfin, il avait pu la sauver, c’était le…
Chloé avait saisi l’extrémité de la chaîne et la retirait doucement avant de la jeter un peu plus loin. À présent ils étaient seuls. Contre tous. Il lui prit la main. Sa voiture n’était pas garée loin, le long de la route à l’extérieur du manoir. Son chauffeur sortit dès qu’il le vit arriver. Il ouvrit la portière arrière sans poser de questions sur l’état des vêtements, et démarra.
Lex prit enfin le temps de souffler. Chloé s’était assise à l’autre bout de la banquette, pas tout à fait rassurée. Et bien franchement, rien de ce qu’il pourrait dire ne la rassurerait jamais. Il n’y avait qu’une seule chose à faire, l’hypnotiser. Il posa sa main sur son épaule, elle tenta de s’écarter sur le coup puis se renfrogna.
_ Chloé, appela-t-il en s’approchant d’elle. Chloé.
Il posa ses mains sur ses joues chaudes.
_ J-je vous suis reconnaissante, mais s’il vous plait, ne me faites pas de mal.
_ Jamais tu m’entends ? Jamais je ne te ferais de mal, dit-il en la forçant à le regarder. Tu vas tout oublier, depuis le jour où on t’a kidnappée jusqu’à ce matin, tu m’entends ? Rien de tout cela ne t’est arrivé.
Bien, bon début. Maintenant, trouver une bonne excuse.
_ Tu étais en mission pour moi, je t’ai envoyée un mois…
Un bon, très bon baratin.
_ Chez des Amish. Pour savoir s’ils cachaient bien une réserve de pétrole.
Moui. Comme ça le fait qu’elle n’ait pas donné de nouvelles était crédible.
_ Tu as bien compris ?
_ Chez les Amish.
_ Bien. Tu vas aussi oublier ce que je suis.
Elle acquiesça.
_ Et puis…
C’était la première fois qu’il était aussi proche d’elle, la première fois qu’il la touchait réellement. Elle était là, dans sa voiture, à son écoute, vulnérable. Il embrassa ses lèvres.
_ Il faut que tu oublies chacun de ces baisers.
Il l’embrassa à nouveau, se délectant de ses lèvres si douces, son nez frôlant le sien, ses joues qui s’empourpraient, ses mains qui se posaient sur les siennes. Elle participait timidement, probablement parce qu’il le lui suggérait plus qu’autre chose. Il posa son front contre le sien, se retenant avec peine de fermer les yeux pour ne pas rompre plus son lien d’hypnose.
_ Bon, nous devons parler du pourquoi nous sommes ici tous les deux, dans cette tenue. Disons que tu m’as accompagné à une soirée d’Halloween qui a un peu dégénéré. Après tout, c’est dans deux jours.
Chloé acquiesça, il recula. Après quelques secondes de silence, elle reprit la parole.
_ C’était quand même la fête la plus bizarre que j’ai jamais vue ! S’amusait-elle avec un large sourire.
Il n’eut vraiment aucun doute sur l’hypnose, son sourire le réconforta.
_ Non mais regarde-toi, riait-elle.

* Fin flash-back *

Éric cligna des paupières.
_ Et c’est tout ?
_ Pourquoi ? Répliqua Lex, sur la défensive.
Le Viking se contenta d’un regard lourd.
_ Bon bon...

* Flash-back *

Après tout, que pouvait-il craindre ? Elle était si souriante, à moitié nue dans sa seule chemise de nuit, près de lui, dans une limousine aux vitres fumées, et il avait le pouvoir de tout lui faire oublier. Il l’avait déjà fait avec d’autres. Oui il n’avait rien à craindre. Il fallait juste savoir si elle était ouverte à l’idée car le but n’était pas la violence. Lex attrapa le combiné pour communiquer avec son chauffeur.
_ Faisons le tour de la ville, ordonna-t-il simplement.
_ Pourquoi ? S’étonna Chloé.
_ On va avoir besoin d’une petite heure.
_ Pourquoi faire ? On a vraiment besoin d’une douche à mon avis.
_ … On en prendra une oui.
Chloé acquiesça avec un demi-sourire avant de se crisper. Une douche avec Lex. C’était le combientième fantasme sur sa liste ça ? Peut-être bien le sixième. Wow, le top 10 atteint !
_ Et donc tu veux regarder la ville pendant une heure.
_ Pas vraiment non.
Il s’approcha d’elle et posa sa main sur son genou dénudé. Elle eut un frisson et tourna la tête vers lui pour tomber nez à nez avec le milliardaire. Il avança seulement ses lèvres pour lui laisser tout de même le choix de le repousser. Mais Chloé était trop estomaquée pour bouger. Sans sommation, comme ça, il attaquait ! Jamais il n’avait témoigné quoique ce soit pour elle et bam !
_ Si tu n’en as aucune envie, dis-le maintenant.
Rho là là mais quelle question !
Elle se jeta sur ses lèvres, il la hissa contre lui et souleva immédiatement sa chemise de nuit…

* Fin flash-back *

_ D’accord d’accord ! Interrompit Éric. Donc au bout de quelques minutes, tu as…
_ En vérité nous avons fait trois fois le tour de la ville. Je n’étais pas très en forme après les blessures de l’argent tu vois.
_ Hin hin. Et tu n’oublies rien ?
_ … Ok.

* Flash-back *

Le souffle court, ils finirent de remettre un peu d’ordre dans leurs vêtements, puis Chloé posa sa tête sur son épaule, assommée par un bonheur débordant.
_ Chloé ?
_ Mmh.
_ Tu veux bien me regarder une seconde ?
Elle releva un regard plissé de fatigue.
_ Tu vas tout oublier, commanda-t-il.
Elle se redressa, hypnotisée.
_ Vraiment ?
_ Oui oui. N’insiste pas. Et puis euh.
Rho honteux.
_ Voilà, si un garçon t’approche de trop près… tu l’envoies bouler.
Honteux, honteux.

* Fin flash-back *

Éric secouait lentement la tête.
_ Tss tss tss. Dire qu’on m’a si souvent jugé pour cela.
_ Godric ?
Le blond acquiesça.
_ Comment va-t-il ?
_ Aussi bien que l’on peut au Texas.
Ils relevèrent subitement la tête. Des vampires. Une bonne dizaine. Cette fois-ci tous les derniers fidèles de Severus s’étaient rassemblés.
_ Je vous ai ramené à dîner les garçons, annonça avec un large sourire Pam.
Une brune pulpeuse se tenait près d’elle avec elle aussi un grand sourire.

*

Loïs entraînait sa cousine dans le cimetière, un panier sous le bras. Chaque année elles allaient sur la tombe de leurs parents la nuit de Noël, pour manger des pains d’épices, boire du Champagne et discuter un moment. Habituellement l’ambiance était un peu plus sympathique, mais Chloé n’avait pas dis un mot depuis qu’elle était rentrée.
Elles s’arrêtèrent devant deux pierres côte-à-côte. Loïs déboucha la bouteille sans attendre, refourga une flûte entre les doigts de sa cousine et servit.
_ Mes chers papa maman, mes chers oncle et tante, Chloé ici présente est mal lunée, comme depuis plusieurs jours je dois dire. Mais je fais avec ! Je suis l’aînée ! Seulement si vous pouviez exiger d’elle un peu plus de sourire et de discipline !
_ Loïïïs, geignit Chloé.
_ Et si tu me disais ce qui ne va pas encore hein ?
_ C’est Lex.
_ Quoi Lex ?
_ C’est un vampire.
_ Mais qu’est-ce que tu racontes ! Il sort en plein jour !
_ Je saaais, pleurait-elle. Mais il a des crocs et il est rapide !
Elle vida sa coupe cul-sec. Loïs sauta sur l’occasion pour la resservir.
_ Maudit vampire !
_ Oui ! Répliqua Chloé en reniflant.
_ Ce Lex était trop bizarre aussi !
_ Oui ! Fit-elle de nouveau en buvant cul-sec. C’est promis papa ! J’arrête les hommes !
_ Ouais ! Une petite pause de deux ou trois ans te sera plus que bénéfique ! Approuvait Loïs en la servant encore une fois.
_ Nan j’ai mieux ! Je deviens lesbienne !
_ Mmh, la chance me sourit enfin.
Les deux cousines sursautèrent et pivotèrent. Pam se trouvait juste derrière elles.
_ Tu veux qu’on s’isole un peu pour s’amuser ?
_ J’aurais dû prendre la poêle, pesta Loïs.
_ Ouh non, contra craintivement Chloé. Elle est restée au mur pour nous rappeler les engueulades familiales et seulement dans ce but précis de contemplation.
_ On est bel et bien encerclés, annonça Éric en s’approchant à son tour.
_ Chouette, la compagnie des monstres est au complet, grogna Loïs en refermant son panier.
_ C’était très imprudent de sortir comme ça, dit une troisième voix.
Chloé se transit et attrapa le bras de sa cousine. Lex s’avançait à son tour.
_ Heureusement que je sais où tu vas la nuit de Noël.
_ T’approche pas ! Menteur ! S’exclama Chloé avant de se mettre à pleurer bruyamment sur l’épaule de Loïs.
Pam leva les yeux au ciel.
_ Ça a toujours été ton truc de faire pleurer les filles, se moqua Éric.
_ Chloé je t’en prie écoute-moi, fit Lex en repoussant un peu son frère. Je ne t’ai rien dis pour te garder en sécurité. Tu n’as jamais enquêté sur des Amish !
_ Oui on est au courant, répliqua Loïs.
Lex jeta un regard sombre sur Éric, celui-ci se contenta de hausser les épaules, bras croisés.
_ C’est toi le shérif, se contenta-t-il d’ajouter.
Chloé se redressa, électifiée.
_ Hein ? C’est lui ?!
_ Tu lui as raconté quoi au juste ? S’agaça Lex en fixant le Viking.
_ Peut-être que vous devriez discuter tranquillement dans un caveau, s’énerva Pam. Parce qu’on est encerclés, vous vous souvenez ?
Des vampires s’approchaient lentement tout autour d’eux. Lex attrapa les bras des deux cousines en trouvant l’idée judicieuse. Les bloquer dans un caveau qu’ils pourraient protéger les empêcherait de craindre une action éclaire de la part des assaillants.
_ Ah non hein ! On ne va pas passer Noël dans un caveau ! Se plaignit Loïs.
Éric disparut et réapparut avec un vampire avant de le décapiter et de laisser une bouillie sur le sol.
_ Ok d’accord, on va dans un caveau.

*

Les hurlements, les cris, les voix des trois vampires, ce fut la grande symphonie de minuit. Chloé et Loïs restaient assises dos à dos dans un petit caveau de pierre froide avec un seul cercueil. Muettes, elles n’osaient rien dire, tremblant dès qu’un bruit résonnait près du bâtiment.
_ Si Lex est le sérif alors c’est lui qui m’a délivrée du méchant roi Severus.
_ Arrête ça tu veux.
_ Arrêter quoi, c’est la vérité.
_ Je t’imagine parfaitement en train de penser à lui comme au prince charmant sur son fier destrier.
_ C’est ce qu’il est.
_ C’est un vampire aussi, ça, ça ne fait pas partie des contes.
_ C’est vrai.
Loïs poussa un soupir.
_ Tu penses faire quoi alors ?
_ Je sais pas. J’ai toujours pensé « enfanter grâce à Lex, vieillir avec Lex » et non pas « Vampire Lex me regarde mourir ».
Pam défonça la porte d’un coup de pied, les faisant sursauter. Le calme semblait être revenu.
_ Ces salopards m’ont cassé un ongle ! Je hais ces vampires ! Et puis d’abord laquelle de vous deux a mis de la javel sur un pull en cachemire hein ?! Ce pull m’a coûté la peau des fesses !
_ Désolée, coopéra Chloé. Je croyais que la javel marcherait. Enfin elle a marché à vrai dire, le sang a disparu.
Pam écarta les pans de la veste en cuir d’Éric.
_ C’est une grosse tâche blanche à présent !
Chloé se mordilla la lèvre en se grattant le menton.
_ Peut-être que si on faisait d’autres tâches blanches ici et là, ça rendrait le tout harmonieux, supposa-t-elle simplement.
Pam ferma les yeux en espérant se réveiller au Fangtasia et oublier le Kansas. Loïs elle, s’était subitement reprise.
_ Une minute, espèce de vile poulette, ce n’est ce qui est arrivé à ma robe préférée ? L’apparition des pois blancs dessus ?
_ Dites-moi que ce n’était pas une robe de marque, fit Pam d’une voix basse.
_ Une Valentino soldée 80% !
Les crocs de la vampire sortirent aussitôt et les deux énervées firent face à la petite blonde en croisant les bras.
_ Restons calmes, murmura Chloé en reculant. Je ne suis pas une femme d’intérieur manifestement !
Elles grognèrent pour approuver sans abandonner leurs menaces.
_ Alors c’est toi Thor66 ? Retentit à l’extérieur. Je me disais aussi, cette façon si unique de foncer sur les autres.
_ T’as jamais su tenir un volant.
_ Je ne suis pas si loin dans le classement.
_ Quinzième. Pauvre Wallace99.
_ Tss, t’as rien de mieux à faire que de jouer à la Wii toi ?
Chloé se jeta entre les deux filles et fonça sur la porte pour sortir. Loïs lui fit un croche-patte et la petite blonde se rapa la main sur le battant en fer avant de s’échouer lourdement sur la neige à l’extérieur.
_ Tu vas pas t’échapper comme ça ! S’exclama sa cousine.
Éric et Lex baissèrent les yeux sur elle. Le blond soupira.
_ Tu es sûr de toi ? Vraiment ? Non mais regarde-la hein.
_ Qu’est-ce qui se passe ? Demanda Lex.
La blonde se releva et se planta devant lui, l’esprit encore torturé par les révélations. Éric lui, ne voyait que la trace de sang dans la neige. Il se baissa et ramassa délicatement la boule de neige rougie et la tendit à Pam. Cette dernière posa ses mains sur sa bouche.
_ Oh, comme à Tokyo, fit-elle émue, en prenant la glace parfumée et en la léchant.
Éric lui sourit d’une manière assez humaine. Si bien que Chloé en créa une autre avec sa blessure et la tendit à Lex.
_ Tu veux une glace ?
Sans lui répondre il se mordit la main.
_ Ah mais moi j’en veux pas non, prit-elle subitement peur.
_ Ce n’est pas mon but, répondit-il en appliquant son sang sur sa blessure.
Chloé regarda avec étonnement son bobo guérir en quelques secondes.
_ Wow.
_ Mais j’aimerais que tu boives une goutte de mon sang.
_ Tu veux faire de moi un vampire ?
_ Non, se dépêcha-t-il de dire. Non le processus est en réalité bien plus complexe. Non, je voudrais que tu sois mienne.
Elle cligna des paupières.
_ Quand j’ai appris que Severus t’avait kidnappée, j’ai massacré sa cour et j’ai eu pas mal de problèmes avec la Ligue et je ne parle pas de l’Ordonnateur. Mais j’ai pu prouver qu’il se servait de ton sang pour tous les soumettre. Enfin bref, je t’ai fais oublier tout ça pour que tu ais une vie normale.
_ Et c’est tout ? Provoqua Éric.
_ Oui. Bon il se peut que nous ayons fait l’amour environ trois heures dans la voiture le matin de ta libération.
Chloé tourna un regard noir vers le blond.
_ Pourquoi tu me regardes comme ça ?
_ Trois heures, c’est pas un peu trois fois plus que toi ?
Il tendit immédiatement son index vers elle, la machoire contractée.
_ Hey ! Je m’adapte, tu n’es qu’une pauvre petite humaine hein ! Et on l’a fait trois fois ce qui donne trois heures en tout !
_ Mais pas d’affilée, se vanta-t-elle en balançant la tête de droite à gauche. En plus le crâne de Lex a plus de chance de scintiller que toi.
Les deux vampires se lancèrent immédiatement un regard et Pam soupira en s’éloignant. Lex attrapa l’écharpe de la blonde et l’étrangla.
_ Arghhagagagah !
_ On rentre ! Décréta-t-il.
Ils ne firent que quelques pas dans le cimetière, le temps que Loïs, toujours aussi bougonne, reprenne son panier, jusqu’à ce qu’ils sentirent de nouveau la présence de vampires.
_ Encore ? Grogna Pam.
_ Non, ce ne sont pas les mêmes, fit Lex en reconnaissant des visages. Ce sont les vrais sujets de Severus.
Il grimpa sur un piedestal funéraire et hissa Chloé à ses côtés. Elle put dénouer son écharpe en respirant.
_ Vous manquez tous sérieusement d’humour, souffla-t-elle.
_ Bois et discute pas, imposa-t-il en lui mettant de nouveau sa main coupée sous le visage.
Chloé n’eut pas d’autre choix de boire une gorgée chaude avant qu’il ne se retire. Elle resta éberluée une seconde et voulut protester, mais curieusement elle se sentit plutôt bien, comme sur un nuage. La neige brillait comme le soleil sur un lac.
_ Cette humaine est mienne ! Lança Lex.
_ Ouh ouaaais, murmurait Chloé.
_ C’est moi qui ai éliminé Severus, c’est donc moi votre roi ! Et sachez que le premier qui boira du AB- ou qui vendra son sang sera aussi durement puni que les fidèles de Severus !
Lex attendit quelques secondes, et puis les sujets s’inclinèrent. Les vampires n’étaient pas tous des fous drogués. Beaucoup vivaient dans l’ombre, des vieux, des adultes, des adolescents. Tout ce qu’ils souhaitaient, c’était continuer leur vie dans leur coin sombre.
_ L’affaire est à présent résolue.
_ Majestééé, gloussait Chloé en jetant ses bras autour de son cou. Il faut qu’on rentre tout de suite, je suis en feu.
_ Ahem. Ok.
Loïs serra les poings en se promettant de passer un sacré savon à son chat-boudin de cousine, puis elle décrocha son portable pour appeler Clark et se plaindre sans craindre d’être envoyée boulée.

*

Le lendemain après-midi, jour de Noël, Chloé avait séché le réveillon avec ses amis pour suivre Lex à Métropolis. Mais elle ne s’en faisait pas trop. Clark avait rappliqué au premier appel de Loïs pour l’encenser, la couvrir d’attentions, si bien que la brune avait rapidement zappé ses intentions de meurtre envers elle. Éric et Pam étaient partis en Louisane, sans oublier de lui remettre une petite carte de client premium du Fangtasia.
À présent elle pouvait gazouiller dans les bras de Lex puisqu’ils n’avaient pas grand-chose à faire d’autre en rentrant chez lui. Droguée par le sang de vampire, elle lui avait littéralement sauté dessus depuis la veille jusqu’à ce milieu de journée.
_ Joyeux Noël Chloé, dit-il lorsqu’elle émergea.
Elle se blottit contre lui, ravie de pouvoir regarder la lumière du jour s’échouer sur lui. Elle ne s’était pas plus posé de question sur leur futur. Son récit détaillé sur tout ce qu’il avait fait pour elle lui suffisait pour ne vouloir qu’un clair batifolage sans partage possible avec d’autres humaines.
_ Joyeux Noël. Mais dis-moi, euh, la blonde avec qui tu es parti le…
_ Mon dîner. Rien d’autre.
_ Ah. Genre, elle est morte et enterrée ?
_ Non. La plupart des vampires se nourrissent et hypnotisent leur repas pour qu’ils oublient. Mais tout ça devrait changer avec le Tru Blood.
_ Si tu es roi, alors je suis reine ?
_ En quelque sorte.
Chloé lui grimpa dessus en déposant des baisers sur son torse jusqu’au cou.
_ Et je sens quoi ? Tenta-t-elle en le relevant avec elle.
_ Tu sens quoi ? S’intrigua-t-il.
Elle l’embrassait langoureusement, et il savait parfaitement que maintenant, le sang de vampire n’y était pour rien. Chloé était un doux mélange de bêtise et d’érotisme.
_ Alors ? S’impatienta-t-elle en mordillant son oreille.
Lex eut un petit sourire.
_ Tu sens merveilleusement bon.




Fin


_________________
Nouveau site! --> http://www.pantadora.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.freewebs.com/winniefanfics/
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Dim 8 Jan 2012 - 16:22

T'es vraiment une grande cinglée ! J'ai adoré ! C'était trop drôle, tes persos sont tous plus barjots les uns que les autres. Bref, je suis fan !

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Laenan
Chroniqueur
avatar

Messages : 1027
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 30
Localisation : France : Montpellier - Belgique : Liège

MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Dim 8 Jan 2012 - 16:30


C'était toujours aussi drôle ! Laughing
Mais ce que j'ai sur-adoré dans ce chapitre ce sont les passages plus sentimentaux (ouais, je suis une sentimentale et alors ? Razz ) et plus Chlex aussi ! Quand Lex va sauvé Chloé des mains du grand méchant c'est trop coooooool ! ♥️ Et puis la scène dans le cimetière aussi !!! Et le côté comique de l'histoire n'a fait que renforcer tout ça, je suis vraiment fan.
Bref j'ai A-DO-RE cette histoire ! Smile


Revenir en haut Aller en bas
elina
Assistant de Chloé
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 34
Localisation : Hontanx

MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Lun 9 Jan 2012 - 15:24

mloi y a pas de doute c'est le "kiki qui brille" ...J'ai du le relire 4 fois pour être sure que j'avais pas halluciné.
Bravo Winnie. C'est un chapitre "Grand n'Importe Quoi" comme tu sais si bien les faire.
Snif pour le bel Eric, c'est vrai moi je serai parti avec lui ! Mais bon c'est du Chlex avant-tout, pas du Chléric ^^
Revenir en haut Aller en bas
elina
Assistant de Chloé
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 34
Localisation : Hontanx

MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Lun 9 Jan 2012 - 17:11

Voilà une vidéo qui ne va pas avec le côté loufoque de ta fic Winnie, c'est juste pour le fantasme ^^

Dégustez-la (autour de 2mn50 c'est juste parfait pour nous ^^
Revenir en haut Aller en bas
quidam2
Assistant de Chloé
avatar

Messages : 329
Date d'inscription : 22/07/2010
Age : 31

MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   Lun 9 Jan 2012 - 21:21

super fic merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les trois nuits (cross TrueBlood/SV)
» educatif moto cross
» Mille et une nuits aux comores
» Kit pour changer les pneus d'une moto de cross/enduro
» TNA IMPACT CROSS THE LINE (PSP & DS)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shivers : le forum du chlex :: Fanfics :: Fanfics terminées-
Sauter vers: