Shivers : le forum du chlex

D'abord unique forum français entièrement dédié au couple Chloé/Lex de Smallville, Shivers se tourne aujourd'hui vers l'écrit sous toutes ses formes !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les hommes en parlent. (défis de Shivers automne-hiver)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
winnie
Pigiste
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 33
Localisation : Clermont-Ferrand et Paris

MessageSujet: Les hommes en parlent. (défis de Shivers automne-hiver)   Sam 24 Sep 2011 - 18:57

Voici le défi d'Aranya pour les défis automne-hiver de Shivers! Je devais écrire un accouchement alors le valà, avec les points de vue masculin des personnages que je préfère! A Chlo de jouer à présent Wink
Bonne lectuuure!


***



Les hommes en parlent.




« On dit souvent que les hommes sont effrayés par le sexe opposé, simplement parce que les femmes ont le secret de la vie et de la naissance… Je pense qu’il n’y a pas plus vrai. »
Lex L.

*

_ Bonne nuit ma puce, mon trésor.
_ Bonne nuit mon chéri, mon cœur.
Lex serra sa femme dans ses bras, enfouis tous les deux sous la couette. Tous les trois devrait-il dire, neuf mois tout rond que leur fille poussait dans le ventre de son épouse. Et son amour était encore entier, grandissant, explosif.

*

« Ça commence toujours comme ça. ‘Je t’aime mon cœur’, ‘je t’aime mon amour’ ! Et quand la poussée d’hormones grandit et explose, non seulement on se fait taper dessus mais en plus la graine prend notre place dans toute l’attention féminine. »
Bruce W.

*

En plein rêve, Lex sentit brusquement un coup lui tomber dessus.
_ REVEILLE-TOI IDIOT ! JE HURLE DEPUIS DIX MINUTES !

*

« Qu’est-ce que j’disais… »
Bruce W.

*

_ Merde merde merde, pesta Lex alors qu’il cherchait les clés de sa voiture dans ses poches.
Chloé avait l’un de ses regards noirs effrayants qu’elle réservait à ses interviews de sénateurs républicains. Une grosse bouffée de fierté le saisit lorsqu’il mit enfin la main sur la clé et qu’il put ouvrir la porte. Sa femme entra sans un mot, les doigts crispés sur son ventre.
_ Tout va bien aller, fit Lex en démarrant et en tournant dans la rue, direction la clinique dans laquelle ils avaient une chambre réservée.
_ Parle pour toi.
_ Le premier est toujours délicat, mais on va te faire une péridurale et tu n’auras pas mal, je te le promets.
Elle lui jeta un regard noir. Elle avait très probablement deviné qu’il parlait pour se rassurer lui-même.
_ Je dois t’avouer que je suis complètement excité, continua-t-il histoire de détourner son attention de la douleur. Notre petite fille va naître, c’est merveilleux !
_ Tu peux toujours courir avant de me retoucher un jour espèce de monstre… C’est toi qui m’as mis ça dans le ventre ! J’t’en donnerai des « excités » moi ! Et des « merveilleux » ! Tu trouves ça merveilleux de gonfler comme ça et DE HURLER DES QU’UNE SALETE DE CONTRACTION TE VRILLE L’INTERIEUR ?!
_ …

*

« J’me suis toujours dis, ‘Ollie Ollie, jamais mon vieux, JAMAIS de bébé’. Quand je regarde Lex et son amour aveugle pour cette nymphe des îles… Oui c’est le surnom que moi et Alexeï on a donné à Chloé. Donc quand je vois Lex, je souffre pour tous les hommes qui endurent la première maternité. »
Oliver Q.

*

D’une main tremblante, il attrapa son portable alors que sa puce-plus-si-puce-que-ça avait été embarquée sur un fauteuil roulant dans la clinique après plusieurs malédictions. Une infirmière lui avait tapoté l’épaule alors qu’il était au bord des larmes en lui disant que beaucoup de pères vivaient la même expérience de rejet lors de l’accouchement, et que sa diablesse de femme s’apaiserait.
_ Alexeï ?
_ « Lex ! Mon ptit père ! Que fais-tu au beau milieu de la nuit ? »
_ Je vais devenir père justement, j’ai besoin de toi et des autres, Chloé a pété un câble, j’ai jamais eu un tel concentré d’insultes en vingt minutes de voiture.

*

« C’est une convention de meilleur pote : assister le futur père et le rassurer dans ce qu’il croit encore être une merveille de la nature. Lex est un peu le galop d’essai de la bande. Soit, il a déniché la nymphe des îles. Oui c’est un surnom largement mérité… Mais assister à l’accouchement de son épouse, c’est accepter de vivre l’Exorciste en direct. »
Alexeï D.

*

_ C’est simple, tu pousses la porte, tu évites son regard surtout, pas de contact visuel ! Mais tu as de l’élégance, de l’assurance dans la démarche, tu es le père, tu es le boss, tu comprends ?
Lex acquiesça. Les discours d’Ollie étaient soit plein de génie, soit complètement idiots. Il tourna donc un regard interrogatif vers Bruce, la voix de la raison. Ce dernier agitait sa main au niveau du cou comme pour se trancher la gorge.
_ Peut-être que je devrais y aller moi, qu’en penses-tu ? Proposa Alexeï.
_ Sacrifier la vierge sur le bûcher, se moqua Ollie en croisant les bras.
_ Je sais pas si je dois bien le prendre ça, grogna Alexeï.
_ Et toi Bruce, t’en penses quoi ?
Il commença par un petit soupir, puis il déclara d’une voix lasse :
_ Soudoie l’infirmière pour qu’elle dise du bien de toi à ta femme.
Lex cligna des paupières.

*

« … Ben quoi ? »
Bruce W.

*

_ Oh mon chéri, si tu savais combien je suis désolée, chouinait Chloé alors que Lex tenta une approche à distance. Quand l’infirmière m’a dis combien tu étais inquiet et fort et divin, j’ai tout de suite regretté mon comportement.
Elle était allongée en salle d’accouchement privée, les jambes écartées sous un drap blanc, une légère sueur sur le front.
_ Ce n’est pas grave ma puce, je comprends tu sais.
_ Viens, approche mon cœur, c’est le plus beau jour de notre vie.
Il fit quelques pas, rassuré.
_ Ma puce je vais rester près de toi et souffrir avec toi, d’accord ?
_ Oui oui mon cœur, donne-moi la main.
Lex eut un sourire ému et prit la petite main chaude de sa femme dans la sienne. Elle l’agrippa aussitôt et serra violemment les doigts de son mari.
_ Parce que tu crois vraiment que tu vas souffrir COMME MOI EN C’MOMENT ?! JE VAIS TEllement t’exploser la main que tu vas comprendre ma douleur !

*

« A ce moment-là, j’ai vraiment eu peur pour la vie de Lex. Vraiment. Je me souviens un jour, j’ai coincé ma main dans une porte automatique, mon ongle s’est mis à saigner et j’ai tourné de l’œil. Le pire souvenir de ma vie. La douleur… était impressionnante. Mais c’est ça, la vie d’un homme. »
Oliver Q.

*

_ La vache, tu as les doigts de travers non ? Regarde, il va dans le sens contraire celui-là… C’est plutôt drôle…
_ Alexeï, un peu de compassion, réprimanda Bruce. Où est Ollie ?
_ Par terre, il s’est évanoui.
Ils jetèrent un œil sur le sol, le blond grommelait dans son inconscience.
_ Je croyais que vous aviez opté pour la péridurale ? S’enquit alors Bruce.
_ Je le pensais aussi mais finalement elle veut vivre pleinement ce moment intense, répondit un Lex blême alors qu’une infirmière lui remettait les doigts en place avec une attèle.
_ Tu es très brave, s’étonna Alexeï.
_ J’ai plusieurs cachets antidouleurs dans le ventre.
_ Comment tu as fait pour t’extraire de cet enfer ?
_ Le… médecin-là, ce… latino de mes deux… lui a apporté un verre d’eau.

*

« … Ah oui, Alonzo. Une grande histoire ! Vous savez, le genre de mec tellement bien sur lui qu’il n’a même pas besoin d’une invitation au resto pour qu’une nana retire sa robe... J’le déteste. »
Alexeï D.

*

Les quatre garçons étaient immobiles devant la porte.
_ Vas-y ouvre.
_ Tu es sûr ?
_ Fonce !
Lex ouvrit la porte. Une lumière verdâtre et des hurlements monstrueux leur percutèrent violemment la figure.
_ Ferme ferme !! S’affola Ollie.
Lex repoussa l’antre aux horreurs et le silence revint dans le couloir.
_ Bon sang ! C’était quoi ça ? S’éberlua Ollie
_ L’Exorciste, murmura Alexeï, hypnotisé.
_ On parle « accouchement », raisonna Bruce. Il y a forcément une explication scientifique à tout cela.
Les trois garçons se tournèrent vers le concerné, toujours aussi pâle, puis ils le poussèrent sur la porte et reculèrent d’un pas. Lex déglutit et se lança en couvrant son visage de ses mains.
_ J’te fais horreur à ce point ?
Il cligna des paupières et vit Chloé, le visage détendu, une lampe de lumière verte au-dessus de ses jambes, il avait dû être aveuglé le temps qu’ils la règlent. Et puis au côté de la jeune femme, le fameux… Alonzo.
_ Non non, commença par nier Lex en s’approchant.
Et là, sa femme eut un contact visuel avec l’étalon et ils partagèrent ensemble un rire entendu.

*

« … Moi je lui aurais cassé la figure. »
Bruce W.

*

_ Comment va ta main mon cœur ?
_ Euh bien. Et toi, comment… tu vas ?
Il eut subitement peur d’éveiller de nouveau le monstre.
_ Bien mieux, le docteur Mayor m’a fait respirer une herbe bolivienne épatante qui a le don de calmer les nerfs.
_ … Une herbe.
_ Rien d’illégal ! Se dépêcha de dire Alonzo.
Autre rire synchronisé.
Bon sang ! Il lui avait fait un lavage de cerveau ou quoi ?!
_ Helena, où en est la dilatation ? Lança Alonzo.
_ Cinq centimètres docteur.
_ Bien, nous en sommes à la moitié, exposa-t-il en fixant Chloé. Lorsque nous serons à dix, nous devrons pousser.
La blonde acquiesça attentivement.
_ Quand vous dites « nous », entama Lex, perplexe. Vous parlez de vous et de l’utérus de ma femme… ? Non parce que je ne veux pas déranger hein !
_ Te vexe paas, gronda-t-elle doucement.
_ « Nous » serons dilatés à dix quand « nous » serons prêts, reprit Lex.
Il posa ses mains sur les barres latérales du lit, faisant bien face au médecin. Ce dernier tiqua et prit la même position.
_ « Nous » entamons le travail de respiration depuis plus d’une demi-heure puisque « nous » sommes restés seuls ici depuis « plus » d’une demi-heure.
_ « Nous » sommes mari et femme depuis quatre ans et « nous » nous aimons depuis… une éternité au moins !
_ « Nous » avons pourtant partagé une conversation des plus intimes entre un homme et une femme.
Lex se sentit bouillonner de colère.
_ Cette chose qui va sortir est ma fille d’accord ?! C’est moi qui ai planté la graine ! Moi l’abeille butineuse ! Moi qui ai réussi ce miracle de la vie ! En collaboration avec toi bien sûr ma puce, se dépêcha-t-il de préciser.
_ J’ai pourtant vu au plus profond d’elle ! S’exclama Alonzo.
Lex allait répondre et se rendit compte qu’effectivement, il n’avait jamais fait d’auscultation gynécologique à sa femme.
_ Et bien moi je l’ai explorée ! Avec mon glorieux vaisseau !
_ INFIRMIERE ! Hurla Chloé. SI VOUS LES FAITES PAS SORTIR TOUT DE SUITE J’EXPULSE CETTE CHOSE COMME UN BOULET D’CANON !

*

« J’essaie d’imaginer un col de l’utérus à dix centimètres… Dix centimètres c’est quoi ?... Quoi ? La tête d’un bébé ?! »
Oliver Q.

« Non moi j’veux pas y penser. Juste préciser que ma mère c’était quinze centimètres. Le génie ne s’acquiert pas, il est inné. »
Bruce W.

« Ah oui, le ‘glorieux vaisseau’. C’est du Battlestar Galactica, les humains contre les Cylons. Ces héros qui voguent sur des énormes vaisseaux perdus dans l’espace et se battant contre les grille-pains. Après je suis un peu perdu si je dois expliquer pourquoi quand Lex est en rage, il parle comme ça de son ‘Aragorn tout puissant’. »
Alexeï D.

*

_ Mea culpa. Je n’aurais pas dû dire toutes ces choses, s’excusait platement Alonzo. À cause de moi vous allez manquer la naissance de votre enfant. Pour ma défense votre femme est vraiment exquise.
Lex croisait les bras et boudait. Ils restaient silencieux.
_ Et cette conversation intime alors ? Lança Lex, encore irrité à ce propos.
_ Je suis tenu au secret médical.
Le milliardaire poussa un soupir sonore et s’éloigna. Les craintes de ses amis lui revenaient en vagues. Bon sang, finie sa jolie vie auprès de Chloé, elle consacrerait la sienne à cet enfant à présent. Il allait trouver une maîtresse stupide, détruire son couple et envoyer un chèque de pension à une fille qui le détesterait pour avoir trompé sa mère, il sombrerait dans l’alcoolisme et finirait à l’hôpital à quarante-cinq ans avec une dialyse sur les bras.
_ Ça va ?
Le milliardaire leva un visage blême vers ses amis.
_ Ma vie… est foutue !
_ Tout ça à cause d’Alonzo ? S’étonna Bruce.
_ Je ferai un mauvais père, Chloé va demander le divorce et je vais mourir à quarante-sept ans et demi.
_ C’était pas trente-neuf ans la dernière fois ? Réfléchissait Ollie tout haut.
_ Si, trente-neuf ans et huit mois, précisa Alexeï.
_ M’enfin ! Tu vas me faire le plaisir d’entrer dans cette chambre dès que les dix centimètres seront atteints ! Et au trot ! S’emporta Bruce. On est trois à te tirer les oreilles et sans rire, tu es incapable de tromper Chloé ! On a voulu te traîner dans un club de strip-tease la dernière fois et…
_ Et même avec six verres de vodka dans le ventre tu as appelé Chloé pour lui demander les modalités de ce genre de sortie ! S’emporta Alexeï.
_ « Les modalités du strip-tease en tout bien tout honneur en étant marié ! » Cita Ollie en mimant les guillemets.
_ Et tu as de la chance qu’elle te l’aie permis, reprit Bruce.

*

« Elle lui a répondu texto : ‘je te fais confiance mon chou’. Cette femme est idéale. »
Bruce W.

« Je l’ai toujours trouvée très excitante notre nymphe, mais là… l’imaginer en dominatrice à la tête d’une armée secrète de strip-teaseuses !... Vous ne direz rien à Lex hein ? »
Oliver Q.

*

_ Dix centimètres ça y est ! Hurla Helena dans le couloir.
Lex, ragaillardi après un énième café entouré de ses amis, se rua à l’intérieur et surprit son épouse au téléphone.
_ Naaan toi raccroche !... Hiiin nan toiii !... Bon d’accord, à trois. Un, deux, trois !... Hihihi ! Raccroche alleeez !... AAAH NOM DE DIEU ! Se crispa-t-elle subitement sous le coup d’une contraction.
_ À qui elle téléphone là ? Murmura Ollie qui avait passé sa tête dans l’encadrement de la porte.
_ À Loïs, répondit Lex en acquiesçant, l’air fataliste.

*

« Vous ai-je déjà parlé de mes fantasmes de lesbiennes ?... Je sors ? »
Oliver Q.

*

_ Leeex ! Viens vite, je crois que cette fois c’est bon !
Le garçon attrapa la main qu’elle tendait de sa seule et dernière main valide. Il serra les dents mais elle ne le tortura pas.
_ Vous vous souvenez de la procédure ? Interrogea l’infirmière alors qu’un nouveau médecin prenait place. Pour l’expulsion, vous bloquez la respiration et vous poussez.
Le visage de la jeune femme se contracta. Lex l’observait les yeux ronds. Elle avait cessé d’hurler, elle poussait en silence. Il embrassa son front et l’encouragea doucement.
_ C’est bien, on souffle et on reprend, faisait l’infirmière.
Lex leva les yeux sur la fenêtre, le jour se levait à peine. Toute la nuit dans un état pareil avait dû l’éreinter.
_ On voit la tête, elle arrive ! Encouragea le médecin.
_ Vous voulez voir ? Demanda l’infirmière en regardant Lex.
Il ressentit un long frisson le long de l’échine.
_ Envoie-moi ton pire crétin ! S’exclama Chloé.
_ Lequel ?
_ Me force pas à donner un nom, siffla-t-elle.
Lex s’éloigna, attrapa violemment l’épaule d’Ollie et le poussa vers la future maman. Chloé choppa la main du blond et en fit craquer les phalanges, ce qui provoqua un cri suraigu de la victime et une expression de frayeur innommable sur son visage. Alexeï et Bruce se rangèrent discrètement et craintivement à l’opposé du lit.
_ Le premier qui regarde, j’le tue ! Menaça-t-elle en poussant, le visage cramoisi.

*

« On dit ‘le miracle de la vie’, moi j’ai plus vu une chose molle et sanglante sortir d’une couverture verte. Décevant. »
Bruce W.

*

_ La tête est là, plus que le corps.
_ Bon sang, souffla Lex en voyant la petite tête apparaître.
Le médecin attrapa le corps et sortit l’enfant délicatement. Le bébé poussa son premier vagissement alors que Chloé laissait enfin tomber sa tête sur son oreiller, soulagée. Elle relâcha Ollie qui reniflait dans son coin.
_ Vous voulez couper le cordon monsieur ? Fit l’infirmière en lui mettant les ciseaux d’office entre les mains.
_ Ah mais euh, ça ne va pas lui faire mal ?
_ Non non, aucun risque.
Il aperçut les yeux au ciel de sa femme et s’exécuta, un peu ému. Le médecin lui remit le bébé dans les bras et le papa resta baba. Elle était si minuscule, si légère, ses toutes petites mains tremblantes s’agitaient et elle pleurait en fripant tout son visage.
_ Rho là là c’est déjà une chieuse, marmonna Bruce.
_ La ferme Wayne, grogna Chloé. Est-ce qu’elle a tous ses doigts et doigts de pied au moins ?
Lex exécuta un rapide compte.
_ Tout est là.
_ Elle a plus de cheveux que toi, s’enchanta Alexeï, au moins aussi enthousiaste que le père.
_ Elle a tes yeux aussi regarde ! Ajouta Ollie.
Ils gazouillèrent plusieurs minutes en jurant de se conduire comme les fées-marraines Disney… les robes en moins.
_ Hey, protesta faiblement Chloé au bout d’un moment. Je peux la voir moi aussi ?
L’infirmière prit délicatement le bébé des bras du père pour la déposer sur la poitrine de la mère. Avant que Lex ne puisse faire un geste, ses trois amis sortirent leur portable et mitraillèrent la maman de photos.
_ Hey, protesta-t-il à son tour. Oh… Vous m’enverrez les photos hein ?
_ Ouais ouais ouais, marmonna Alexeï après un énième cadrage.
Il se tourna ensuite vers le visage toujours aussi ébahi du père.
_ Tu seras sur mon mur à côté de la photo d’Ollie devant le musée de l’érotisme à Pigalle, assura-t-il.
_ Quand êtes-vous allés à Paris sans moi ? Réagit immédiatement Lex.
_ Puisqu’on y est, intervint Chloé. C’est terminé ce genre de conversation devant ma fille.
Lex poussa un petit soupir comblé. Bon sang, il allait les aimer encore plus. Sa petite gamine ferait les quatre cent coups avec lui, parce qu’il savait que Chloé tenait toute la famille d’une main de fer. Mais il savait aussi qu’il se lèverait la nuit pour biberonner et chouchouter, pour protéger cette nouvelle famille qui se formait sous ses yeux.

*

Quatre ans plus tard.

« Si Louloute fait partie de la bande ?... Oui Louloute c’est son surnom. Enfin oui, elle fait partie de la bande. Je dirais même plus qu’elle nous mène à la baguette… Curieusement. Je me demande encore si elle a oui ou non comploté ça avec sa mère... Tout ça pour dire que si je porte ce costume de calamar, ce n’est pas par goût pour les fruits de mer. »
Oliver Q.

« Bien sûr que c’est un complot avec Chloé, elles sont terribles dès qu’elles sont deux dans une même pièce. Pauvre Lex. »
Bruce W.

« Si l’accouchement me traumatise encore ?... Non… Enfin je mets toujours deux capotes au lieu d’une quoi. »
Alexeï D.

« J’adore ma Louloute oui ! La preuve, Chloé et moi « nous » rempilons ! « Nous » sommes enceints de trois mois ! L’accouchement est prévu pour décembre et « nous » sommes comblés ! »
Lex L.



Fin

_________________
Nouveau site! --> http://www.pantadora.fr/


Dernière édition par winnie le Sam 24 Sep 2011 - 20:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.freewebs.com/winniefanfics/
Chlo
Reporter
avatar

Messages : 3501
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 29
Localisation : Dans la cuisine!

MessageSujet: Re: Les hommes en parlent. (défis de Shivers automne-hiver)   Sam 24 Sep 2011 - 19:59

Winnieeuuuuuuuuuuuuuuhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

J'adore cette fic! Grandement mené et merci, j'ai plein d"idées ^^ je m'y met très vite. Les 'interviews' des mecs sont énormes Laughing

Et puis quel beau couple, quel bel accouchement Laughing Pauvre ollie, à croire qu'il est mort sous le coup Laughing

Je vais me régaler Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Laenan
Chroniqueur
avatar

Messages : 1027
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 30
Localisation : France : Montpellier - Belgique : Liège

MessageSujet: Re: Les hommes en parlent. (défis de Shivers automne-hiver)   Sam 24 Sep 2011 - 20:58


Ah ! C'était bien drôle, merci Winnie !
Je suis fan des "points de vue masculins" ! Laughing


Revenir en haut Aller en bas
Sixpence
Pigiste
avatar

Messages : 634
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 29
Localisation : Rennes (pour le moment)

MessageSujet: Re: Les hommes en parlent. (défis de Shivers automne-hiver)   Lun 26 Sep 2011 - 23:15

ptdr ! tout est trop bon dans ta fic ! et cet accouchement n'est pas sans me rappeler cet épisode de Scrubs avec le premier accouchement de Carla !
le truc des pensées des potes de Lex, enfin plus sous forme de mémo, c'est juste énorme ! ça donne le rythme de ta fic.
et fraaaanchement, Lex s'en sort pas si mal même après s'en être pris plein la tronche par une Chloé furibonde !
mouahahahaha, du grand toi !

et oui ça laisse la porte grande ouverte pour la suivante qui doit faire la partie pensées de Chloé !
Revenir en haut Aller en bas
http://six17.webs.com/
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: Les hommes en parlent. (défis de Shivers automne-hiver)   Mar 27 Sep 2011 - 0:05

Seigneur, ça faisait longtemps que j'avais pas autant ri devant une fic.
Comme je te le disais j'adore ton Oliver, il est complètement con, je suis fan.
J'avoue que sur un tel sujet je m'attendais à un truc sérieux (avec le recul, je vois pas bien pourquoi Very Happy)
Bref, j'ai adoré !

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
pretender
Pigiste
avatar

Messages : 977
Date d'inscription : 29/05/2010
Age : 32
Localisation : Buenos Aires

MessageSujet: Re: Les hommes en parlent. (défis de Shivers automne-hiver)   Mer 28 Sep 2011 - 9:55

PTDRRRRR

fou rire de cinq bonnes minutes toutes les 3 lignes, y m'a fallu des heures pour la finir cette fic

pareil je pensais un truc plus sérieux mais après réflexion, je me demande ce qui m'avait pris lol trop fan du point de vue d'Alexei et de la chute !

Oh, et de ça :
Citation :
_ Envoie-moi ton pire crétin ! S’exclama Chloé.
_ Lequel ?
_ Me force pas à donner un nom, siffla-t-elle.
Lex s’éloigna, attrapa violemment l’épaule d’Ollie et le poussa vers la future maman.

super idée de défi et super bien relevé !
Revenir en haut Aller en bas
Aranya
Pigiste
avatar

Messages : 699
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Les hommes en parlent. (défis de Shivers automne-hiver)   Mar 4 Oct 2011 - 22:35

J'adoooooooooooore ! Je te félicite, tu as répondu à mon défi avec brio, c'est extra !
Le point de vue des garçons et tout ça, c'est juste : génial !
Merciiiii Cheerleader
Revenir en haut Aller en bas
elina
Assistant de Chloé
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 34
Localisation : Hontanx

MessageSujet: Re: Les hommes en parlent. (défis de Shivers automne-hiver)   Jeu 20 Oct 2011 - 21:32

J'ai tout simplement adorée. Quelle idée géniale de faire une espèce d'interview au milieu de l'accouchement. On imagine un peu filmé comme l'émission babyboom.
J'ai pas pu m'empêcher d'éclater de rire à plusieurs reprises dont :

Citation :
Lex ouvrit la porte. Une lumière verdâtre et des hurlements monstrueux leur percutèrent violemment la figure.
_ Ferme ferme !! S’affola Ollie.
Razz

Franchement merci ça fait du bien de vous relire Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les hommes en parlent. (défis de Shivers automne-hiver)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les hommes en parlent. (défis de Shivers automne-hiver)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avec Sergey Dvortsevoy et le documentaire
» Les femmes le vivent (défis automne-hiver de Shivers)
» Pourquoi les hommes reviennent ils ?
» Les 100 plus beaux hommes en une minute
» Hommes bêtes contre Empire 2000 Pts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shivers : le forum du chlex :: Fanfics :: Fanfics terminées-
Sauter vers: