Shivers : le forum du chlex

D'abord unique forum français entièrement dédié au couple Chloé/Lex de Smallville, Shivers se tourne aujourd'hui vers l'écrit sous toutes ses formes !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Captivité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sixpence
Pigiste
avatar

Messages : 634
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 29
Localisation : Rennes (pour le moment)

MessageSujet: Captivité   Sam 21 Aoû 2010 - 15:07

Disclamer : Rien n'est à moi
Catégorie : Chlex PG13



_Mets tes mains derrière ta tête et avance !
Lex obéit aux ordres qu’on venait de lui lancer avec réticence en essayant toujours de marcher plus rapidement. Il ne supportait plus de sentir le bout du revolver de son agresseur dans son dos qui tenait son arme avec le doigt vigoureusement posé sur la gâchette, prêt à tirer.
Tout à coup, il vit une porte s’ouvrir devant lui dont les escaliers en face de lui semblait mener droit en enfer. Il faisait si sombre qu’il était impossible de voir où les marches conduisaient.
Quatre heures auparavant, il était en voiture et revenait tranquillement de Metropolis, sans dépasser la limitation de vitesse pour une fois ! Arrivé aux abords de Smallville, il s’était fait arrêté par un autre véhicule qui lui barrait complètement le passage en se mettant en travers de la route. Nonchalant, il était sortit de sa porshe, avait retiré ses lunettes de soleil et avait vu sortir trois hommes de l’autre voiture. Au départ il ne s’était absolument pas méfié, ces types auraient pu passer pour des vacanciers allez savoir. D’une voix calme, il leur avait simplement demandé de déplacer leur belle voiture de sport pour libérer la voie. Mais il n’avait pas vu l’un des hommes se faufiler discrètement derrière lui. En revanche ce qu’il avait vu, c’était l’ombre d’une matraque sur le bitume sortir d’une poche, puis un bras s’élevé pour le frapper à la nuque. Le jeune milliardaire s’était rapidement écarté, tentant de désarmer le premier homme mais le deuxième l’avait frappé d’un violent coup de poing dans le ventre. Désarçonné, recourbé sur lui-même, il avait tenté tant bien que mal de rendre les coups, mais ils étaient rendus beaucoup trop forts et il se souvenait avoir perdu connaissance pendant un moment.
Il se retrouvait donc face à cet escalier terrifiant par où on voulait apparemment le faire descendre et il souffrait en silence d’une atroce douleur dans le dos, de multiples contusions au visage et d’une arcade sourcilière ouverte. Le sang coulait toujours le long de sa joue et sur sa chemise mais il devrait supporter tout ça, il ne serait pas soigné avant un bon bout de temps.
Il ignorait pour quelle raison on l’avait enlevé, personne ne voulait rien lui dire alors qu’il s’était tué à leur donné les pires scénarios possibles et imaginables en passant par le paternel toujours en quête d’un nouveau test ou bien d’un complot organisé pour de l’argent.
Encore une fois, dans une tentative désespérée, il tenta de se débattre pour éviter de descendre là dedans, où il était certain de ne pas sortir avant un moment. Seulement, il était loin de s’attendre à ce qu’un des trois hommes vienne en aide à son acolyte pour lui maintenir les bras dans le dos et lui proférer quelques menaces en lui tordant les membres. Lex dû se mordre le langue pour ne pas hurler de douleur, il ne leur donnerait jamais cette satisfaction. L’homme armé le força à descendre et le poussa violemment en avant. Lex s’attendit à faire une grande chute en avant à se blesser davantage qu’il n’était déjà mais l’obscurité était trompeuse. L’escalier ne comprenait finalement que peu de marches et il fit en sorte de ne pas se prendre un mur dans la figure en se protégeant et en plaquant ses mains devant lui pour éviter le choc.
Son premier souci fut d’observer cette cage glaciale dans laquelle on venait de l’enfermer et les seuls minces filets de lumière qui passaient provenaient de la détérioration des murs qui se fissuraient avec les années et de la lumière qui passait sous la porte de sortie. Enfin, plutôt porte d’entrée car pour le moment Lex voyait mal de quelle façon elle pourrait se transformer en porte de sortie.
En cherchant un endroit où s’asseoir, il sentit quelque chose de âpre et chaud dans sa bouche. Sa plaie saignait abondamment encore. Il prit le temps de se plier, se poser à même le sol rugueux et froid et essuya délicatement avec sa manche le sang qui coulait sans retenue. Il sentait déjà les prémisses d’une migraine et grimaça. Il appuya sa tête contre le mur et tenta de faire abstraction de cette douleur qui deviendrait bientôt lancinante.
Cependant, un curieux bruit de métal attira son attention, c’était tout près. Il se releva brusquement et déglutit avant de s’approcher de la source de ce qu’il était certain d’avoir entendu. L’autre bout de la pièce était lui aussi plongé dans le noir complet et la seule zone éclairée se trouvait à deux pas de lui. Il la traversa, fronça les sourcils, cherchant à apercevoir quelque chose et l’espace d’une seconde il crut bien voir une forme se mouver très légèrement, complètement tapie dans le coin. Il s’approcha encore plus près, tentant de se convaincre que s’il s’agissait d’une personne, celle-ci était dans le même situation que lui et depuis plus longtemps. Sa seule crainte était de se retrouver face à un animal enragé qui pourrait en finir avec lui.
Plus il avançait et moins il croyait avoir à faire à une bête, mais bien à une personne, une personne effrayée même qui semblait vouloir éviter tout contact. Il aperçut très clairement des vêtements clairs. Une chemise blanche en tout cas et une chevelure également d’une teinte claire. Une fois habitué à l’obscurité, le petit gabarit de cette personne suffit à lui faire comprendre qu’il s’agissait d’une femme. A présent il pouvait voir une tête enfouit entre des genoux tremblants et le bruit de métal provenait des chaînes qui retenaient cette personne prisonnière par les poignets.
Lex hésita un instant sur la conduite à adopter. A dire vrai, il se moquait pas mal du sort de cette pauvre fille, mais si elle était là depuis un moment il était possible qu’elle en sache un peu sur l’identité de ses kidnappeurs. Il se baissa doucement, sentant sa douleur dans le dos et s’accroupi à côté de cette femme. Pour lui faire part de sa présence tout en essayant de se montrer un tant soit peu prévenant, il posa délicatement une main sur un bras tremblant.
_Qui sont-ils ? Demanda-t-il d’un ton tout à fait calme, mais allant droit au but dans ses paroles.
Bizarrement, il sentit la femme se crisper de tout son corps après qu’elle ait sursauté. L’avait-il effrayée ? C’était impossible, elle savait bien qu’une autre personne avait investi les lieux bien malgré lui. Quelques instants plus tard, il la vit enfin relever le visage, mais il était très loin de s’attendre à ce que ce soit lui qui sursaute, se lève brusquement et ait un mouvement de recul provoquer par l’effarement. Jamais il ne se serait attendu à la trouver ici, elle, enfermée avec lui. Sa présence remettait en question toutes les intrigues farfelues qu’il avait mises en scène dans sa tête. Depuis quand Chloé Sullivan faisait-elle partie de l’équation enlèvement avec Lex Luthor ? Il n’avaient rien en commun et ne se connaissaient que pour les besoins journalistiques de la demoiselle.
_Si j’avais dû parier sur le prochain ou la prochaine sur la liste ton nom ne me serait même pas venu à l’esprit. Dit-elle sur un ton des plus froid et méprisant.
_Je vois qu’un séjour dans les ténèbres ne te rend pas plus douce Chloé !
_Bienvenue dans ton monde alors ! Répliqua-t-elle.
Agacé par le comportement toujours sur la défensive de la petite blonde, il retourna dans son coin, de l’autre côté de la pièce et poussant un soupir de douleur au moment de s’asseoir.

Un bon moment qui parut interminable passa sans qu’une parole ne soit échangée, ni même sans que le moindre bruit ne soit audible dans la pièce. Tout était tellement calme que Lex commençait à se demander si Chloé n’avait pas agonisé. Ce n’était pas comme s’il souciait d’elle, mais il s’inquiétait plutôt des conséquences à rester enfermé avec un cadavre humain pour seule compagnie.
_Chloé ?
_QUOI ?
Elle avait répondu si distinctement et d’une voix si forte que Lex en sursauta. Au moins il avait sa réponse, elle était bien vivante et peut-être même en forme. Il avait oublié qu’elle avait un sacré caractère et un très fort répondant. Elle pouvait faire preuve de tellement de résistance que si l’un d’eux devait clamser le premier se ne serait pas forcément elle. Cette pensée morbide le fit frissonner mais son esprit en était hanté. Avait-il si peur de mourir ? Sans doute puisque avant aujourd'hui il s’était toujours sentit intouchable et invincible avec son argent et son pouvoir.
_Tu sais qui ils sont ? Réitéra-t-il sa question.
_Non. Répondit Chloé d’une voix lasse.
_Depuis combien de temps es-tu enfermée dans ce trou à rats ?
_Deux jours. Et l’interrogatoire va durer encore longtemps ? Arrête de faire semblant de t’intéresser à moi, si tu avais un minimum de jugeotte tu saurais déjà pourquoi on est là !
Enervé de l’attitude si défensive de la jeune femme, Lex chercha appuya sa tête contre le mur et serra les dents. Même dans les pires situations cette harpie blonde était toujours si désagréable et impossible à approcher. Il entendit le bruit des chaînes sur la pierre et des vêtements se froisser. Comment pouvait-elle faire pour supporter cette captivité depuis quarante-huit heures ?

Les poignets en feu, Chloé cherchait une position moins désagréable mais le choix était très limité. Elle ne pouvait ni se lever ni s’allonger. Depuis deux jours elle alternait entre la position accroupie, à genoux ou bien assise mais aujourd’hui quoi qu’elle fasse ou comment elle se mettait, elle souffrait en silence, laissant de chaudes larmes couler sur ses joues. La douleur était autant physique que psychologique et elle se demandait ce que ces hommes feraient d’elle une fois qu’ils auront eu ce qu’ils recherchaient. Elle retint un gémissement en songeant aux projets qu’elle avait pour le week-end.
A 18h pétantes elle était sortie du Daily Planet, prête à enchaîner les trois heures de routes pour rentrer chez son père dans la petite bourgade de son adolescence. Sur la route du retour, la jeune femme ne pensait plus qu’à une seule chose, le bon café tout frais qui l’attendrait, l’inépuisable humour de son père, la chaleur de son foyer et les pancakes à la Sullivan dont l’odeur montait jusque dans la chambre douillette de la journaliste.
Au lieu de ça, un espèce de chauffard lui avait collé au derrière pendant la moitié du trajet et avait dû faire exprès d’attendre que les deux véhicules s’engagent sur une route déserte pour lui rentrer dedans. Elle se souvenait encore du double juron qu’elle avait crié en tapant nerveusement des mains sur le volant. Elle était sortie de sa voiture, mais après réflexion elle aurait mille fois préféré repartir en trombe sans se poser de questions.
Un homme l’avait violemment attrapé par les bras et malheureusement pour elle, son petit gabarit ne lui permettait pas de se défendre ou de tenter le moindre mouvement pour se dégager. Un mouchoir imbibé de chloroforme avait été plaqué contre son nez et avant qu’elle ne puisse émettre un son dans l’espoir désespéré que quelqu’un l’entende, Chloé s’était évanouie.
Elle se souvenait avoir eu un instant de lucidité un bref instant, elle s’était réveillée à bord d’un autre véhicule. Ses mains étaient ligotées et Chloé se sentait remuée. Elle était allongée très inconfortablement et en ouvrant les yeux, une crise de panique l’avait rapidement replongée dans les limbes de l’inconscience. On l’avait enfermé dans le coffre d’une voiture.
Lorsqu’elle se réveilla pour de bon, elle était tellement tétanisée par la situation qu’elle avait préféré feindre d’être toujours sous l’emprise du produit et avait su déceler les bonnes paroles dites par un autre homme que son kidnappeur. Et par conséquent, elle savait pour quelle raison elle était ici, contrairement à Lex.
Depuis deux jours, Chloé était donc enfermée, emprisonnée à ses chaînes qui lui ouvraient toujours un peu plus les veines, la vidant de son sang et de son énergie. De plus, la faim se faisait très largement sentir et la déshydratation était proche. En réalité, la seule chose à présent qui la retenait encore de ne pas se laisser aller et tomber dans le coma était cette nouvelle présence à ses côtés. Elle sentait son moral remonter comme jamais, même s’il s’agissait de Lex Luthor. L’impact de sa présence sur son corps lui était bénéfique et elle l’en remerciait, même si elle s’obstinait à rester infecte avec lui. Après tout, elle n’oubliait pas qui il était, et surtout qu’elle faisait partie des gens dont le sort lui importait peu.
Elle lui lança un regard dans le noir, il semblait paisible. Il ignorait encore quel enfer c’était de rester là, prisonnier des ténèbres, perdant la notion de l’heure, des journées et du temps qui s’écoulait. Il ne savait pas encore ce qu’était la peur de mourir et d’être seul.
A bout de force, la jeune femme s’écroula lamentablement sur la pierre rugueuse et ne trouvait pas la force de se relever.

Intrigué par ce bruit lourd, Lex se releva immédiatement et se rendit auprès de Chloé. Elle n’était plus assise, la tête entre les genoux. Elle était tristement allongée sur le sol froid, les yeux fermés et plus aucune résistance ne ressortait de ce corps fébrile. Il la voyait à présent tel qu’elle était, affaiblie, fatiguée, sûrement affamée et assoiffée, mais elle conservait tout de même la force morale de l’envoyer balader. Un rictus se forma sur les lèvres du milliardaire. Ce bout de femme l’étonnait chaque fois que les rares occasions se présentaient où ils se rencontraient, maintenant plus qu’auparavant. Ne la voyant pas bouger, il fronça les sourcils et posa une main sur le bras dénudé de la petite blonde. Il était glacé. Il le longea prudemment jusqu’aux fers qui la retenaient et le jeune milliardaire ouvrit de grands yeux inquiets sur le visage de Chloé qu’il ne pouvait qu’apercevoir. Ses doigts effleuraient à présent ses poignets qu’il devinait dégoulinant de sang. Il n’aurait jamais imaginé que son état puisse être aussi alarmant. Oui, tout à coup il s’inquiétait pour elle qui ne disait rien et qui ne se plaignait d’aucune souffrance alors qu’elle avait besoin de soins.
_Chloé ? Appela-t-il en s’asseyant près d’elle.
Il entendit les chaînes bougées et il poussa un soupir. Au moins elle n’avait pas perdu connaissance comme il le craignait. Lex l’entendit gémir de douleur et la sentait à présent trembler comme une feuille.
_J’ai froid. Dit-elle dans un murmure à peine audible.
Sans réfléchir, Lex retira énergiquement sa veste et recouvrit Chloé du vêtement et passa une main dans sa chevelure si douce. Sous cet aspect si stricte et à la fois réservé, il se rendait compte à quel point cette jeune femme cachait en réalité une nature sensible et aujourd’hui si fragile. La voir ainsi à bout de force suffisait à l’attendrir, il voudrait la libérer de ces chaînes, la prendre contre lui et la réchauffer. Mais il était contraint de la voir souffrir sans que rien ne puisse être fait pour améliorer sa condition.
Au même moment, Lex entendit la porte s’ouvrir et s’écarta légèrement pour tenter de percevoir quelque chose du haut des marches mais tout ce qu’il vit était son premier agresseur, puis un deuxième homme descendre, pistolet en main. Lex se plaça au plus près de Chloé par mécanisme de défense, dans son état il ne laisserait personne la toucher.
_Alors Luthor on continue à jouer les gentlemen !
_Laissez la tranquille ! Elle a besoin de soins !
_D’accord ! Répondit le deuxième homme.
Lex vit venir le coup et s’interposa entre ses deux brutes et la jeune femme gisante au sol.
_Ne l’approchez pas ! Prévint-il.
Le premier homme tira sur la gauche de Lex en le rasant et la balle alla s’encastrer quelque part dans le mur, faisant trembler toute la pièce.
_Ecarte toi Luthor, parce que ça ne me poserait pas de problème de te tirer dans la jambe, et je ne te louperai pas !
_Qu’est-ce que vous voulez ? Cria le milliardaire.
_Quelque chose qui cherche à vous récupérer tous les deux en bon état. Se contenta de répondre le premier homme avant de passer derrière Lex.
Il sortit une petite clé de sa poche et Lex l’entendit défaire les entraves de Chloé, au moins elle avait les mains libres à présent. Il allait laisser un mince sentiment de soulagement l’envahir mais c’était sans compter sur le revolver dont le bout devenait menaçant dans son dos.
_Maintenant tu vas avancer jusqu’au mur et poser tes mains à plat sur la pierre. Tu pourras bouger seulement quand on sera remonter. Ordonna le deuxième homme.
Inquiet, Lex vit Chloé être emmenée à l’étage alors qu’elle venait de perdre connaissance et quelque chose au fond de lui était certain qu’il n’allait rien faire pour améliorer son état.
_Qu’allez-vous faire d’elle ? Cria-t-il.
Il n’eut pour réponse que le son de la porte qui claquait, le plongeant de nouveau dans le noir, mais cette fois priver de la moindre présence.
Lex ne s’en rendit pas compte immédiatement, mais il commençait déjà à faire les cent pas dans la pièce, les mains sur le visage, ne songeant qu’à Chloé et au traitement que ces brutes allaient lui faire subir. Oui, il admettait qu’il s’inquiétait beaucoup pour elle. Chloé était une victime tout comme lui et ne méritait pas d’endurer de telles souffrances, elle ne tiendrait pas longtemps.

Pour faire passer les secondes qui lui paraissaient être des minutes, et les minutes des heures, il répétait à tue tête la réponse qu’on lui avait donné. « Quelque chose qui cherche à vous récupérer tous les deux en bon état ». Ils cherchaient à atteindre quelqu’un par cet enlèvement, une personne que Chloé et lui avaient en commun. Il n’y en avait pas tant que ça et la liste était même courte. Elle se réduisait à Lana, Pete, ou Clark ! Il était doué pour s’attirer les pires ennuis celui-là ! Dans quoi s’était-il encore fourré ?
Sortit brusquement de ses songes, Lex tourna violement la tête vers les escaliers et gravit les premières marches. Avait-il rêvé ce qu’il croyait avoir entendu ? Il tendit l’oreille une fois et perçu un hurlement de douleur à travers la porte.
_Chloé ! Hurla-t-il.
Les cris étaient de plus en plus répétés et de plus en plus souvent. Lex avait de plus en plus de mal à contenir sa rage, il prenait sa tête entre ses mains, se retenait de se frapper contre le mur. Il souhaiterait souffrir à sa place, être torturé lui plutôt que d’entendre de telles plaintes d’horreur juste au-dessus de lui. Il vivait un véritable cauchemar. Ils allaient finir par la tuer ! Si Lex parvenait à se sortir de ce piège, il jura qu’il ferait tout, qu’il traquerait ces monstres et qu’il leur ferait payé le prix de cet enlèvement.
En entendant la porte s’ouvrir à nouveau, Lex se retourna violemment comme aurait pu le faire un animal avant de bondir. Il arriva juste à temps pour prendre Chloé dans ses bras qui allait tomber dans les escaliers, incapable de tenir sur ses jambes. Pour ne pas la blesser davantage, il la tourna de façon à pouvoir placer ses mains dans son dos et sous ses jambes et la soulever. Par chance, il sentait qu’elle était encore consciente mais gardait les yeux complètement clos.
Lex l’emmena dans le seul endroit un tant soit peu lumineux de la pièce et la fit s’asseoir en la gardant contre lui. Il l’installa entre ses jambes, la recouvrit à nouveau de sa veste et se mit à lui murmurer des mots réconfortants.
_C’est finit Chloé. Tu n’as rien à craindre avec moi.
Il ponctua sa phrase par un baiser dans les cheveux et la berça tendrement, une main autour des épaules et l’autre sur sa nuque.
Complètement désarmée et vidée de ses forces, Chloé se laissa aller à l’étreinte que le milliardaire lui offrait, incapable de prononcer le moindre mot. Elle enfouit sa tête contre le torse musclé et laissa quelques larmes silencieuses coulées sur ses joues. Elle souffrait en silence après les tortures qu’on lui avait infligées. Son bras n’avait jamais été aussi douloureux et elle ne pouvait pas le bouger. Avec ses poignets en sang, elle doutait de pouvoir tenir une journée de plus. Alors cette simple assurance de savoir les bras puissants de Lex enroulés autour d’elle et le sentir lui coller à elle lui procurait un grand réconfort moral.
Sur le point de s’endormir, elle se concentra sans s’en rendre compte sur la respiration du jeune homme. Extérieurement il semblait si paisible, si impassible comme à l’ordinaire mais là, Chloé venait de le percer à jour. En réalité il avait peur tout comme elle, lui aussi comptait sur sa présence pour apaiser ses maux. Alors elle fit l’effort de relever la tête et ne tarda pas à rencontrer ses deux grands et beaux yeux bleus. Elle s’y perdit aisément, oubliant l’espace d’une seconde ce cauchemar dont ils étaient tous les deux les prisonniers et elle aperçut une lueur, quelque chose qu’elle n’aurait jamais pu voir dans d’autres circonstances.
Il avait abaissé toutes ses barrières, il ne cherchait plus à se détourner de ses émotions, aujourd’hui il en était incapable. Comme elle le trouvait séduisant, rassurant et fragile à la fois sous cet aspect totalement nouveau. Chloé trouva la force de lui offrir un sourire, impressionnée elle-même de pouvoir se sentir si troublée et attendrie d’être la première à le voir tel qu’il était.
Avec franchise, Lex lui rendit son sourire et sans essayer de comprendre ce qui lui prenait, il commença à pencher la tête, tout doucement et puis il se stoppa à un centimètre du visage de Chloé. Il laissa leur souffle chaud se mêler un instant avant de laisser ses lèvres effleurer les siennes. A présent, seules comptaient les sensations ressenties. Il fermait les yeux pour mieux apprécier cette intimité installée et il pouvait même sentir le trouble grandissant de Chloé. Ses lèvres tremblaient, mais peut-être aussi de froid et de peur.
D’une main, il rapprocha son visage du sien pour l’embrasser du bout des lèvres, caressant sa joue avec son pouce, étonné de faire preuve d’autant de délicatesse. Jamais il n’avait embrassé une femme de cette façon, jamais il ne s’était montré si doux et attentif. D’ailleurs il ignorait qu’il en était capable et découvrir cette nouvelle facette de lui-même le mettait dans tous ses états, accélérant encore son rythme cardiaque. Il se demandait s’il ne s’agissait pas d’un effet secondaire à ce huit clos forcé.
Lex reprit ses esprits en clignant des yeux et reprit les lèvres de Chloé pour un baiser plus marqué et, comme si elle avait le pouvoir de le soumettre à sa volonté, il la couvrit de baisers sans vouloir la lâcher. Sa main commençait à s’affoler sur sa nuque et entama une caresse jusque sur sa gorge et sans s’arrêter, il allait et venait et faisant glisser ses doigts sur cette peau si douce. Sans qu’il ne s’y attende, il sentit le bout de langue de la jeune femme venir faire barrage contre ses lèvres. Lex ouvrit grands les yeux sous l’effet de la surprise mais les referma aussitôt en accédant à la demande inattendue de Chloé. Il ouvrit la bouche et laissa avec plaisir sa langue s’enrouler avec la sienne. De sa main, il maintint avec plus de résistance le visage de Chloé près du sien et approfondit encore leur baiser, trop heureux du moment qu’ils partageaient.
Aucun ne savait ce que ce baiser représentait, mais ils se donnaient l’un à l’autre sans réserve et ne semblaient pas vouloir se séparer l’un de l’autre. Pourtant, le manque d’air les y obligea mais les deux jeunes gens gardèrent leur visage lovés l’un contre l’autre et Lex reprit sa caresse sur la nuque de Chloé avec tendresse.
S’il devait mourir dans les jours à venir, au moins il ne nourrirait aucun regret à avoir partagé ce moment avec elle. Tous les deux s’étaient délectés de cette étreinte et c’était bien simple, qu’on essaye de lui arracher Chloé, il faudrait d’abord lui passer sur le corps. Il l’embrassa sur le front après cette promesse et chercha avec difficulté une meilleure position pour que Chloé essaye éventuellement de se reposer quelques instants, il veillerait sur elle.
Seulement il n’avait pas remarqué qu’elle sombrait déjà dans le sommeil, la tête posée contre son torse, alors il remonta sa veste jusqu’au cou de la jeune femme pour qu’elle n’ait pas froid et la garda bien contre lui.

Lex se concentrait sur la respiration régulière de Chloé depuis un bon moment maintenant mais ne se rendit compte qu’à cet instant que la jeune femme était finalement parvenue à s’endormir. Lui avait laissé ses yeux s’égarer dans le vide, ne songeant plus à rien et s’apprêtait sûrement à s’assoupir à son tour. Mais comme il s’était promis de veiller sur Chloé, il ne se laisserait pas tenter par le sommeil. Il avait aussi perdu la notion du temps et comme leurs agresseurs l’avait dépouillé de quelques bien dont sa montre, il n’avait aucune idée de l’heure qu’il pouvait être.
Il savait en revanche qu’ils n’étaient peut-être pas prêt de sortir d’ici s’ils devaient compter sur les secours. Une prise d’otages comme celle-ci pouvait durer plusieurs jours et Chloé ne tiendrait plus longtemps. Plus il y réfléchissait et plus la solution semblait évidente. Il lui restait suffisamment de forces pour tenter une évasion. Il était peut-être fou voire carrément suicidaire d’imaginer un tel scénario mais s’il restait trop longtemps enfermé ici, c’était précisément ce qu’il deviendrait.
Il y songeait pour lui c’était évident, mais il était prêt à tenter le coup pour Chloé, même si pour ça il devait s’en tirer avec quelques blessures ou pire…
Au moins, il ne regretterait pas d’avoir essayé. Il en arriverait peut-être à la conclusion qu’une telle initiative était vouée à l’échec mais il devait songer à un plan de riposte. En plus, ça aurait le mérite de tuer le temps. Il s’imaginerait faire subir les mêmes tortures à ces malades et en plus il pouvait laisser Chloé dormir un peu.
Lex pouvait déjà barrer une stratégie de sa liste. Faire passer les blessures de Chloé comme vraiment alarmantes pour créer une diversion et attaquer par surprise n’avait aucune chance d’aboutir. D’une part, Chloé était vraiment en mauvaise santé et d’autre part, ces brutes semblaient insensibles à la douleur. Ils ne rentreraient pas dans le panneau.
Pour continuer à serrer Chloé de cette façon dans ses bras et pour ne pas risquer de troubler son sommeil il restait là, immobile. Mais en vérité, il était très mal installé et devait supporter tout le poids de Chloé sur son corps qui souffrait de nombreux hématomes. Il souleva délicatement la tête, commença à se dégager et reposa son visage sur un bras. Il sourit, rassuré de ne pas l’avoir réveillé et se leva, appréciant de pouvoir étirer ses jambes et faire quelques pas dans cet espace froid et insalubre.
Les mains derrière la tête, le milliardaire souffla à plusieurs reprises et tournait les idées en boucles dans sa tête. Il espérait trouver un plan suffisamment fiable pour leur donner une chance de s’échapper. A force de réfléchir, une seule solution lui semblait réaliste et même plus que ça, il avait un espoir que cela fonctionne. Rapidement, il retourna auprès de la jeune femme. Il se pencha, posa sa main sur sa joue glaciale et remonta ainsi le long de sa nuque jusque dans ses cheveux. Chloé émit un bref gémissement mais elle persistait à garder les yeux fermés.
Lex attendit qu’elle soit un temps soit peu réveillée pour la blottir de nouveau contre lui et il la transporta dans un autre endroit et il choisit stratégiquement le coin le plus sombre de la pièce, sous les escaliers. On ne voyait absolument rien à cet endroit et cet effet en serait multiplié sur quelqu’un qui viendrait d’un lieu complètement éclairé. Ainsi, le jeune homme n’avait qu’à attendre que l’un des hommes descende et il n’aurait plus qu’à le prendre par surprise et l’immobiliser. Ensuite, il se servirait de son captif comme monnaie d’échange pour s’échapper.
Lex était parfaitement conscient que ce plan comportait de nombreuses failles. Il fallait déjà qu’un seul homme vienne. Or, cela ne s’était jamais produit. Ensuite, il faudrait trouver les moyens de se montrer plus résistant et pour finir, si cet homme ne portait pas d’arme sur lui leurs chances étaient très minces.
_Lex ? Murmura Chloé.
Le jeune homme s’agenouilla immédiatement auprès de la petite blonde et du bout des doigts et il chercha son visage. Il effleura ses lèvres et fit glisser sa main jusque sur sa joue qu’il caressa un moment. Il lui faisait ainsi comprendre qu’il était tout près d’elle sans avoir besoin de prononcer le moindre mot. Lex fronça les sourcils, sa peau était aussi froide que ses mains. Chloé arrivait au bout de ses forces. Elle ne tiendrait plus longtemps. Ils devaient sortir d’ici à tout prix.
Justement, la porte d’en haut s’ouvrit et Lex se releva rapidement en faisant preuve du maximum de discrétion, il n’avait plus qu’à attendre désormais. Il se colla au mur autant qu’il le put et suivi à l’oreille tous les mouvements de cet agresseur. Par chance, il était seul. Lex l’entendit s’arrêter au bas des escaliers. Pour le moment, tout se déroulait comme il le voulait. L’homme venait de s’apercevoir de l’absence de ses deux otages. A présent, il entendit grogner son nom et quelques pas peu assurés étaient entrepris sur le sol.
Le cœur de Lex battait la chamade à un tel point qu’il se demandait s’il était le seul à en entendre les battements. Le temps lui semblait s’écouler au ralenti. Cette attente de voir se rapprocher son assaillant au plus près de lui était insupportable.
Ça y était, il pouvait apercevoir une silhouette non loin de lui. Un revolver était dégainé et cela n’arrangea en rien l’état du milliardaire. Un frisson d’angoisse lui parcoura tout le corps et il sentit une goutte de sueur perler sur son front. Il patienta encore quelques secondes, quelques pas de plus furent franchis et Lex sortit de sa cachette en sautant sur son agresseur. Il eut le bon réflexe de surprendre l’homme en lui donnant en premier un coup de pied dans la main qui tenait l’arme. Celle-ci glissa par terre quelques mètres plus loin. La réponse ne se fit pas attendre et Lex reçu un coup de poing dans l’estomac et il se tordit de douleur. Il trouva la force de contre-attaquer au moment ou l’arme allait être ramassée et les deux hommes se retrouvèrent étendus au sol, cherchant avidement à récupérer cet objet qui donnerait fatalement l’avantage à celui qui s’en emparerait le premier. Les coups s’enchaînèrent et Lex reçu une autre attaque au niveau de son arcade qui se remit à saigner de plus belle. Il se vengea en frappant son agresseur de la même façon et avec autant de force. Il fut repoussé violemment contre un mur et fut assommé. Sa tête lui tournait seulement, il devait régir immédiatement et il se remit sur ses jambes. Pendant une seconde, il songea à Chloé, c’était surtout pour elle qu’il prenait ce risque. Alors il attrapa l’homme par la taille, l’envoya au sol et lui donna un coup de poing dans le dos. Une fois qu’il fut certain de le dominer, il cogna sa tête contre la pierre suffisamment fort pour lui faire perdre connaissance. S’il s’était écouté, il aurait frappé à plusieurs reprises jusqu’à le tuer, il se fichait du sort de ce kidnappeur.

A bout de forces, Lex se releva difficilement, il tanguait sur ses jambes mais il n’eut pas le temps de reprendre ses esprits à sa guise. Ce qui venait de se passer n’était sûrement pas passé inaperçu et quelqu’un d’autre venait. Rapidement, Lex s’empara de l’arme et se plaça de sorte que Chloé soit bien derrière lui, en sécurité. Revolver en joug, le doigt appuyé légèrement sur la gâchette, Lex regarda deux complices descendre les escaliers et ceux-ci s’arrêtèrent net et levèrent automatiquement leurs mains.
_Restez ici ou je n’aurai aucun scrupule à tuer votre acolyte ! Fit savoir très clairement Lex.
_On se calme Luthor !
_Qui nous dit qu’il n’est pas déjà mort ? Intervint le troisième.
_Oh mais ça peut s’arranger. Assura Lex en pointant son arme sur l’homme inconscient.
Les deux autres se lancèrent un regard, comprenant qu’ils n’étaient pas en position de force cette fois et acquiescèrent pour que l’un d’eux prenne la parole.
_Qu’est-ce que tu veux ?
_C’est une étrange question non ? Renchérit Lex. Pour commencer je veux un téléphone, tout de suite !
Le deuxième homme sortit de suite un portable de la poche sa veste et le balança au milliardaire.
_Maintenant qu’est-ce que tu comptes faire ? Te rendre coupable d’un triple meurtre sous les yeux de cette pauvre fille ? Défia le troisième.
Lex émit un bref rire accompagné d’un rictus et pointa avec plus de précision la pointe de l’arme sur ses agresseurs.
_Ne parler plus jamais d’elle c’est clair ! Imposa Lex d’une voix dure. Je compte prévenir le shérif. Vous pouvez essayé de m’en empêcher mais avant que vous n’ayez le temps de faire un pas j’aurais achevé votre ami. Prévint-il en dirigeant de nouveau le revolver derrière lui.
D’un mouvement habile du bras et du poignet, Lex tira entre les deux hommes devant lui puis sur les côtés et obtint rapidement ce qu’il voulait.
Ça lui était égal qu’ils s’échappent, leur complice les dénoncerait rapidement et s’il ne le faisait pas, lui se chargerait personnellement de les retrouver. Personne ne s’en prenait à Lex Luthor sans en payer les conséquences.
Soudain, Lex eut la sensation de respirer à nouveau, leur captivité semblait prendre fin et il s’accorda un bref instant de répit pour souffler avant de retourner auprès de Chloé.
La jeune femme n’avait pas bougé, il se demandait d’ailleurs si elle était consciente de ce qui venait de se passer. Comme tout à l’heure, il passa sa main le long d’une joue froide et lui murmura quelques mots pour la réveiller.
_Chloé, je vais te sortir de là, c’est finit.
La jeune femme ouvrit à demi les yeux et lui sourit faiblement. Lex lui répondit de la même façon et sentit tous les muscles de la Chloé se détendre. Il passa prudemment ses bras sous son corps meurtri et il prit garde en la soulevant. Il la maintint contre lui tout en gardant le revolver dans sa main et il apprécia de pouvoir monter ces escaliers pour enfin sortir de ce trou. Le milliardaire découvrit sans surprise une maison inhabitée et vide du moindre mobilier excepté une chaise qui traînait dans un coin. Il fut contraint de poser de nouveau la jeune femme sur un sol dur et inconfortable mais il se rassura en l’imaginant dans un lit bien chaud à l’hôpital. Il s’assura ensuite de bien refermée la porte de la cave pour y enfermer l’homme qu’il avait mit KO. Il devinait que les deux autres avaient pris la fuite.
Lex regarda ensuite à travers toutes les fenêtres dans l’espoir de reconnaître cet endroit mais leurs kidnappeurs avaient logiquement optés pour un lieu isolé. Il lança un regard inquiet vers Chloé, s’il était chanceux, l’adresse serait toujours indiquée sur la boîte aux lettres mais l’idée de laissée la jeune femme seule, ne serait-ce que quelques instants le perturbait. Seulement, la situation devenait urgence plus les minutes passaient alors il ne fit qu’un aller-retour rapide et il courut dans l’allée où il trouva ce qu’il cherchait.
De nouveau à l’intérieur, il referma la porte et alla s’asseoir près de Chloé. Comme il l’avait fait plus tôt, il l’installa confortablement entre ses jambes, recouvrit de sa veste avec toujours un geste tendre. Il ne se saisit du téléphone et ne composa le numéro qui l’intéressait qu’une fois certain que Chloé respirait encore.

Très peu de temps s’écoula entre le moment où Lex avait prévenu la police et les urgences et leur arrivée sur les lieux. Sans attendre, il prit Chloé dans ses bras, la souleva avec délicatesse pour ne pas risquer d’aggraver ses blessures au poignet et à son bras gauche.
En ouvrant la porte de la maison, le jeune homme prit conscience que Chloé avait perdu connaissance, il sentit son sang se glacer. Il ne pouvait pas la perdre maintenant, elle devait tenir le coup.
En sortant, il se précipita vers l’ambulance et déjà, deux médecins vinrent à sa rencontre.
_S’il vous plait, elle a besoin de soins ! Cria Lex, affolé.
Deux ambulanciers arrivèrent avec un brancard et la jeune femme fut rapidement prise en charge. On l’allongea et elle fut immédiatement mise sous oxygène.
_On va s’occuper d’elle monsieur. Fit savoir l’un des médecins.
Lex ne réagit qu’au moment où il vit sa main liée à celle de Chloé, il n’avait pas osé la lâcher un seul instant. Complètement déboussolé, il acquiesça et laissa les ambulanciers s’éloigner avec Chloé.
En tournant la tête, il vit les policiers sortirent son agresseur de la maison, menotté, prêt à être emmener au commissariat. Il avait intérêt de dénoncer ses complices et Lex se chargea de se montrer aussi menaçant que possible en un regard noir.
_Lex ?
Le milliardaire releva la tête. Cette voix derrière lui qui l’appelait appartenait à la dernière personne qu’il voulait voir aujourd’hui mais il fit quand même l’effort de se retourner et il puisa au fond de lui pour se retenir de frapper Clark.
_Je peux savoir ce que tu fous ici ?
_Je suis venu avec le shérif.
_Pour soulager ta conscience et voir constater que nous ne sommes pas morts ? Demanda-t-il durement.
_Lex….
_Je sais que tu es mêlé à tout ça, n’essaye pas de le nier ! S’énerva-t-il, un doigt tendu vers le jeune homme.
Clark n’eut pas le temps de répondre. Il vit Lex vaciller et le soutint par les épaules pour le conduire jusqu’à l’ambulance. Le jeune homme en venait presque à remercier ce malaise dû à l’énervement de Lex et à ses blessures. Au moins, il n’avait pas à inventer une explication qui ne tiendrait pas à la route et il n’était pas obliger de mentir. Toute cette histoire était encore une fois liée à ses pouvoirs.
Depuis quelques jours, une bandes de malfaiteurs pillaient une à une les maisons de Smallville seulement, le soir où ils avaient cherché à récidiver à la ferme, Clark les avaient empêché de nuire et les avaient privé d’une partie du fruit de leurs vols. De plus, il avait été le seul à pouvoir donner leur description précise à la police. Il ne pouvait pas s’imaginer que ces hommes chercheraient à se venger en demandant une rançon contre la liberté de Chloé, puis celle de Lex.
Tout près de lui, le milliardaire se laissait soigner par un médecin qui lui appliqua une compresse sur l’arcade dont la plaie n’avait pas cessé de saigner. Lex ne s’était même pas rendu compte de la douleur qu’il éprouvait. Son instinct de survie dans la cave et son inquiétude pour Chloé était passé au dessus de cela. S’il en avait la force, il demanderait à Clark de s’en aller, il n’avait rien à lui dire et il aurait bien le temps de régler ses comptes avec lui à un autre moment.
_Mr Luthor ? Intervint un infirmier.
Surpris, Lex tourna la tête vers son interlocuteur et attendit.
_Mademoiselle Sullivan insiste pour vous voir avant que nous l’emmenions à l’hôpital.
La tension qui l’habitait s’estompa légèrement. Chloé avait reprit connaissance et cela ne pouvait qu’être une bonne nouvelle.
Il se leva, monta dans la camionnette et sourit en voyant Chloé, main tendue vers lui, attendant qu’il la rejoigne. Il croisa ses doigts aux siens, il se pencha vers elle et passa une main dans ses cheveux.
_Reste avec moi Lex, s’il te plait. Implora Chloé en laissant une larme d’émotion glisser sur sa joue.
Lex l’arrêta à l’aide de son pouce et il se contenta d’acquiescer en lui offrant un maigre sourire. Lui non plus n’avait pas envi de la laisser partir sans s’assurer que tout se passerait bien pour elle. Alors il laissa les portes de la fourgonnette se fermer sur eux et essaya de se détendre. Il espérait parvenir à tirer un trait sur cette histoire et que Chloé ne garderait pas de cicatrices intérieures mais dans le cas contraire, il serait là pour la soutenir et l’entourer dans les moments difficiles. Il embrassa la jeune femme sur le front et laissa les médecins s’occuper à nouveau d’eux.


Depuis l’entrée à l’hôpital de Chloé, Lex avait choisit de laisser s’écouler deux jours avant d’aller lui rendre visite. Il avait discuté avec son médecin et la gravité de son état nécessitait que la jeune femme prenne du repos. Elle avait perdu beaucoup de sang avec l’ouverture de ses poignets, était en état de déshydratation et elle avait en plus un bras cassé.
Après avoir passé cet épisode douloureux en sa compagnie, Lex avait préféré laissé à son père et à ses amis le soulagement de la retrouver en vie. Lui, il s’en sortait avec une dizaine de points de suture à l’arcade sourcilière et quelques hématomes sûrement dus à sa bagarre avec l’un de leurs agresseurs.
Lex pénétra dans le hall de l’établissement en fin d’après-midi. Il attendait volontairement cette heure pour rendre visite à la petite blonde, là où il se doutait qu’elle serait seule. Il ne voulait pas gâcher un moment avec Gabe. Celui-ci était déjà suffisamment marqué par le choc des récents événements. Mais ce qui le motivait réellement à attendre aussi longtemps, c’était pour éviter tout face à face avec Clark. Si Chloé pouvait pardonner, lui ne le ferait pas. Il avait assisté à la dégradation de l’état de la jeune femme heure par heure et jamais cet imbécile ne s’était demandé s’il pourrait mettre la vie de ses amis en danger dans ses folles aventures.
En ce qui le concernait, il en avait finit avec tout ça, il ne cautionnerait plus jamais les actions de ce garçon de ferme. Depuis la fin de la prise d’otages, les deux hommes ne s’étaient croisés qu’une seule fois à l’hôpital et Lex s’était contenté de lui lancer un regard accusateur et noir. Il ne donnerait pas de seconde chance.
Le jeune milliardaire ne prit pas la peine de s’arrêter à l’accueil pour demander le numéro de la chambre de Chloé, il était bien encré dans sa tête. Alors, il prit l’ascenseur avec un énorme bouquet de fleurs dans les mains.
Arrivé au troisième étage, il eut une vision en sortant de l’ascenseur. Il revoyait Chloé prendre sa main et l’encourager à monter dans l’ambulance avec elle. Il sourit à cette pensée. Qui aurait pu croire qu’il fallait qu’un drame se produise pour les rapprocher tous les deux ? En apparence c’était un constat facile à établir mais outre cela, cette journée passée dans les ténèbres lui avait permis d’en apprendre davantage sur lui-même.
Au départ, il n’avait porté aucun intérêt à Chloé et ça lui était égal qu’elle puisse mourir, il s’était contenté de renvoyer l’image que tout le monde avait de lui, une personne insensible et froide. Il ne s’attendait pas à pouvoir renouer si rapidement avec sa véritable nature. Il n’avait pas toujours été ainsi et il se souciait bien plus de son entourage que ce que les gens semblaient le croire. La preuve en était qu’il aurait été capable de donner sa vie si ça avait pu aider à sauver celle de Chloé. Et, depuis deux jours, il se sentait tellement en adéquation avec lui-même, il n’y avait plus ce combat permanent entre ses deux personnalités qui s’étaient déchirées jusqu’alors. Il était enfin en mesure de dire qui il était et ce qu’il était avec certitude. Plus rien ne pourrait venir changer cet état de fait.
Ses lèvres s’étirèrent deux fois plus lorsqu’il arriva devant la porte de la chambre de la jeune femme. A travers la vitre, il pouvait apercevoir son corps endormi sur le matelas et son bras gauche reposait dans une écharpe. Cela le rassurait de la voir enfin si sereine. Il pouvait aussi voir que tout autour d’elle n’était qu’une explosion de pétales de fleurs de toutes variétés et il déglutit en se demandant s’il n’aurait pas dû être plus original.
Il frappa à la porte par politesse mais pénétra dans la pièce l’instant suivant. Le milliardaire n’osait pas approcher de trop près et resta dans la pénombre de la chambre en attendant que Chloé sorte de son sommeil. Il ne s’y attendait pas, mais le grand sourire que la jeune femme lui témoigna malgré sa fatigue le toucha profondément. Elle lui fit un signe de la main pour l’inciter à la rejoindre et Lex s’exécuta. Il ne perdit pas Chloé des yeux et fit le tour du lit pour venir s’asseoir sur le bord du matelas.
_Pourquoi n’es-tu pas venu me voir plus tôt ? Reprocha-t-elle en s’emparant d’une des mains du jeune homme. Elle avait ce besoin vital de retrouver un contact physique avec lui.
_J’ai pensé qu’il était bon de te laisser te reposer. Et puis au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, ton père était mort d’inquiétude. Je ne voulais pas m’interposer.
_Menteur ! Tu vas devoir trouver autre chose pour me convaincre. Informa-t-elle.
Lex se mordit les lèvres, espérant pouvoir passer à un autre sujet de discussion et tendu son bouquet de fleurs à Chloé.
_J’espère que tu trouveras de la place pour toutes ces fleurs chez toi ! Plaisanta-t-il.
_Elles sont magnifiques, c’est le plus beau bouquet. Remercia-t-elle en humant le délicat parfum qui se dégageait.
_La seule petite particularité c’est qu’elles ne sortent pas de chez le fleuriste. J’ai demandé à mon jardinier de cueillir les plus belles fleurs pour te composer un bouquet spécialement.
Chloé lui offrit un regard plein d’attention et Lex se sentit même gêné de voir ainsi les yeux de la jeune femme briller ainsi. Tant d’émotions le dépassaient un peu.
_Merci beaucoup. Dit-elle en acquiesçant.
Elle garda sa main bien enfouit dans celle de Lex et osa même une caresse avec son pouce. C’était étrange comme le hasard faisait bien les choses. Avant l’arrivée du jeune homme, elle rêvait du baiser qu’ils avaient échangé dans cette cave sordide et lorsqu’elle avait entendu frapper à sa porte, elle avait espéré que ce soit lui son visiteur.
_S’il te plait, dis-moi la vérité. Pourquoi tu as autant attendu pour venir ? Pria-t-elle avec insistance.
_Tu n’en démordras pas hein ! Capitula-t-il en se rapprochant davantage d’elle.
D’un geste tendre, il déporta une main sur son visage qui avait repris des couleurs et retrouvé sa chaleur et en caressa lentement la joue pour se glisser jusque dans ses cheveux blonds.
_Nous venons de vivre des événements traumatisants. Tout cela m’a marqué et m’a beaucoup fait réfléchir. Je peux donc essayer d’imaginer ce que tu ressens aujourd’hui.
A cet instant, Chloé détourna le regard, Lex avait complètement raison, elle en faisait des cauchemars et ressentait toujours la douleur physique. Mais les plaies les plus importantes étaient encrées en elle et ne guériraient pas facilement. Elle laissa une larme glisser sur sa joue et Chloé consentie à reporter son regard sur Lex.
_T’imposer ma présence ces derniers jours aurait été une torture supplémentaire que je voulais pas te faire subir. M’éloigner de toi t’a sûrement permis de faire le vide, de songer à autre chose.
Troublé d’entendre ça de la part de Lex, Chloé tenta difficilement de se relever et de s’adosser à son oreiller en fronçant les sourcils. Il faisait fausse route, il fallait qu’elle le lui dise tout de suite.
_Lex……..
_Je regrette qu’on se soit rapproché dans de telles circonstances Chloé. Finit-il par avouer.
Voilà, il venait très exactement de dire ce qu’elle ne voulait surtout pas entendre mais elle savait très bien de quelle façon réagir et sans réfléchir une seconde de plus, Chloé puisa dans les quelques réserves d’énergie qu’elle avait récupéré et enroula son bras valide autour de la nuque du milliardaire pour que leur visage se retrouve quasiment collé l’un à l’autre. Cependant, elle hésita un peu avant de fondre sur ses lèvres et elle ne se gêna pas pour l’approfondir et faire danser sa langue avec la sienne. Satisfaite que Lex ne la repousse pas, ils partagèrent un baiser langoureux avant que le manque d’air n’ait raison d’eux.
A bout de souffle, ils se séparèrent avec la seule envie de recommencer et Chloé ne se détacha pas. La moitié du travail était faite, il ne lui restait plus qu’à lui dire ce qu’elle pensait de la situation.
_Ecoute, je peux comprendre que ce que nous avons partagé tous les deux te dépasse par contre, je ne cautionne pas tes regrets. Moi je n’en ai aucun, pas pour ça ! Je préfère encore garder quelque chose de positif de ces deux jours d’horreur.
_Tu es sûre ? Murmura-t-il contre ses lèvres.
_Oui ! Clama-t-elle d’une voix forte.
D’instinct, Lex reprit sa bouche en otage, profitant de la chaleur qui se dégageait de leurs baisers mais ils furent rapidement interrompus par une infirmière qui leur fit savoir que les heures de visites étaient terminées. Tous deux éclatèrent d’un même rire pour faire passer l’évidente pensée qui les tiraillait. Ils n’étaient pas prêts à se quitter si tôt mais Lex fut étonnement raisonnable. Il embrassa une dernière fois la jeune femme et il lui souhaita une bonne nuit avant de quitter la chambre avec un ultime sourire chaleureux, le cœur gonflé de nouvelles émotions.
Chloé se laissa aller et se rallongea, apaisée comme jamais elle ne l’avait été depuis son entrée à l’hôpital. Elle ignorait si elle serait capable d’avouer à Lex tout ce qu’elle ressentait en ce moment et elle se sentait complètement détendue de l’avoir fait. Elle ignorait encore ce qu’il se passerait pour eux dans les jours et les semaines à venir mais elle se recoucha l’esprit apaisé et le cœur plein d’espoir.
Ce qu’elle ne savait pas et qu’elle n’avait pas vu, c’était la petite carte que Lex avait soigneusement glissée entre deux roses où étaient inscrits quatre petits mots qui avait pourtant une grande signification. « Avec toute mon affection. Lex ».



Fin
Revenir en haut Aller en bas
http://six17.webs.com/
Awessou
Nouvelle recrue
avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 14/10/2014

MessageSujet: Re: Captivité   Mar 14 Oct 2014 - 20:12

j'aime beaucoup. J'ai passé un agréable moment de lecture.
Merci
Revenir en haut Aller en bas
quidam2
Assistant de Chloé
avatar

Messages : 329
Date d'inscription : 22/07/2010
Age : 31

MessageSujet: Re: Captivité   Jeu 16 Oct 2014 - 3:19

Merci merci merci enfin du chlex
Je suis en manque de chlex
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Captivité   

Revenir en haut Aller en bas
 
Captivité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rapaces captivité
» Souvenir de captivité
» Le Serpent Vivant en captivité Le Plus Long du Monde.
» Pigeons en captivité
» La liberté selon Ergaïl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shivers : le forum du chlex :: Fanfics :: Fanfics terminées-
Sauter vers: