Shivers : le forum du chlex

D'abord unique forum français entièrement dédié au couple Chloé/Lex de Smallville, Shivers se tourne aujourd'hui vers l'écrit sous toutes ses formes !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Funafuti - Paradisiaque I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
emy
Assistant de Chloé
avatar

Messages : 406
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 28
Localisation : dunkerque

MessageSujet: Re: Funafuti - Paradisiaque I    Sam 28 Aoû 2010 - 22:58

une suite j'aime ça
Rosalinda et trop touchante je suis sur moi aussi qu'elle s'entendrait super bien avec Perry
Je me plais à imagine un Lex en bermuda tout mouillé ça doit être hilarant et super sexy lol
Chloé semble être un génie de la poterie qui se révèle, elle pourra toujours avoir une reconversion après le journalisme
et le cookie j'adore c'est bien le première fois que je vois une Lois douée en cuisine mais c'est pour le plus grand bonheur de nos papilles

que dire de plus suite!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: Funafuti - Paradisiaque I    Sam 28 Aoû 2010 - 23:32

C'est ta Chloé qui est particulièrement douée ou c'est le prof de poterie qui est complètement à l'ouest ?
C'était encore un chouette chapitre !

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Sixpence
Pigiste
avatar

Messages : 634
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 29
Localisation : Rennes (pour le moment)

MessageSujet: Re: Funafuti - Paradisiaque I    Dim 29 Aoû 2010 - 20:37

Chloé is in life !
Ptdr c'est marrant cette affection qui s'installe entre eux progressivement.
Ouais comme dit Alexiel le potier....hum, d'abord il croit que lex et elle sont ensemble, ensuite le coup de la peinture....
Aller vivement la suite !
Revenir en haut Aller en bas
http://six17.webs.com/
Chlo
Reporter
avatar

Messages : 3501
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 29
Localisation : Dans la cuisine!

MessageSujet: Re: Funafuti - Paradisiaque I    Jeu 2 Sep 2010 - 13:29

Alors à la question sur le potier, je peux seulement dire que vous le découvrirez bien un jour ou l'autre ^^ Merci les filles pour les reviews Wink Donc, voici le nouveau chapitre! Totalement inédit et plein de vitamines (oui, bon, pas crédible? tant pis :p )

Excellente lecture!

--------------------------------------------------------------------------------


L’influence du cyclone



Cela faisait une semaine que Chloé n’avait plus croisé Lex et Léa. Pourtant, la petitesse de l’île ne donnait pas des masses de cachettes. Elle savait, grâce à une des femmes de chambre que la dessinatrice était sortie de l’hôpital le lendemain de leur sortie sur le lagon et elle avait eu la confirmation par le directeur de l’hôtel que les cookies n’étaient pas responsables de l’état de la jeune femme.

Que diable pouvait-elle avoir ?

Elle n’avait pas eu le temps de mener sa petite enquête, elle était trop occupée avec Tom. En effet, le potier ne la quittait plus d’une semelle et la suppliait en permanence de devenir son élève privilégiée et sa muse.

Perry était plus que ravi des aventures rocambolesques de Chloé sur Funafuti. Le potier fou, les voyages en pirogue et le mystère de l’épouse du King. Les histoires que Chloé écrivait sur les quelques détails de Rosalinda donnait une touche d’humour à ses articles et Perry ne jurait plus que par sa journaliste en vacances et sa journaliste spécialiste des cookies. Le duo Sullivan/Lane avait la cote au journal et ce n’était pas peu dire.

Lorsqu’elle sortit de sa chambre, le ciel était empli de nuages menaçant et Chloé sentit dans l’attitude des Tuvaluans que quelque chose n’allait pas. Bien sur, les autres touristes ne semblaient pas plus préoccupés que cela et prévoyaient leur journée.

Le petit déjeuner se passa rapidement avec un simple café accompagné d’un morceau d’ananas. Tous les Tuvaluans de l’hôtel l’évitaient, elle en était persuadée. Ils ne manquaient jamais un impair et le café-ananas en était un. Elle avala bon gré mal gré l’étrange mélange. Alors qu’elle retournait dans sa chambre pour se changer, Rosalinda, vêtue d’un immense paréo multicolore qui volait au vent, lui attrapa le bras.

- Demi-tour, joli cœur. Ming rode autour de ton bol.

Telle une mère poule, elle avait décidé d’aider Chloé. Elle était devenue une véritable espionne qui surveillait la plupart des allées et venues du potier, ce qui permettait à la jeune journaliste de l’éviter efficacement.

- Cette phrase code me fera toujours rire. Je suis sûre qu’à cent ans, je m’en souviendrai toujours. Et je jure de bassiner mes arrières petits enfants avec !
- On va déjà essayer de survivre à ces vacances, ma chère.
- Vendu, Rosa.

Elles se séparèrent. Chloé partit en direction du bâtiment d’accueil de l’hôtel tandis que Rosalinda se dirigeait droit vers Tom pour le stopper dans sa recherche. Chloé croisa le directeur qui s’empressa de changer de direction. Il lui cachait quelque chose ! Elle le coinça dans un bureau et s’empressa de commencer l’interrogatoire.

- Que se passe-t-il ?
- Mademoiselle Sullivan ! » Il était un piètre menteur et son improvisation était vraiment mauvaise. « Monsieur Tom vous cherchait, il y a à peine cinq minutes !
- Je sais. » Répondit-elle en chassant la sujet d’un geste de la main. « Que se passe-t-il ici ?

Le soupir était puissant et révéla à Chloé qu’elle avait à faire à un gros souci.

- Tempête… Qui peut virer en une horreur.
- Tornade ?
- Cyclone. Les tornades ont lieu uniquement sur la terre ferme.

Chloé se sentit soudain mal. Elle avait vu la vétusté de certaines habitations. Un bon nombre d’entre elle ne tiendrait pas longtemps contre une tempête et encore moins contre un cyclone.

- Est-ce sûr qu’il se dirige vers Tuvalu ?
- Pas nécessairement mais les pluies diluviennes vont faire des dégâts. Pour le moment, il ne fait rien dire. C’est peut-être une fausse alerte.
- Mais vous n’y croyez pas…
- Pas vraiment. Le pire cyclone est passé, il y a quelques années et j’ai vu les dégâts. Nous devrons probablement évacuer des gens vers les grosses îles. Par exemple les Fidji.
- A ce point là ?
- Nous ne voulons pas risquer de perdre encore des vies…
- Quand vous en saurez plus, dites-le-moi au plus vite… Je veux vous aider. Vraiment.

Un sourire léger vint naitre sur les lèvres du directeur.

- Vous êtes une drôle de touriste mais ce n’est pas pour me déplaire.
- Et encore, vous n’avez pas tout vu…

Avisant le potier qui se rapprochait, elle prit vite congé et courut se cacher derrière un palmier. Elle jeta un regard suppliant au directeur pour qu’il ne la dénonce pas.

- Tom ! Justement, j’ai besoin de vous ! Il faut que vous alliez chercher les terres dont vous avez besoin pour vos prochains cours. Je ne peux pas me permettre d’envoyer un de mes employés pour le moment à cause de… » Chloé le vit désigner le ciel d’un mouvement de la tête.
- Mais… D’accord. Juste... Je voudrais parler à Mademoiselle Sullivan mais elle est introuvable.
- Elle est… sur le lagon. Elle travaille sa technique en Va’a. sa technique est catastrophique.
- A ce point là ?
- Pire.

Levant les yeux au ciel, elle retint un juron. Sa réputation était à l’eau, au sens propre du terme, à cause d’un Luthor.

Le reste de son avant-midi se passa tranquillement en l’absence de Tom et c’est le cœur léger qu’elle se rendit au restaurant pour déguster un copieux déjeuner. Elle avait besoin de force pour bien préparer son plan d’aide au Tuvaluans.

A peine fut-elle assise que Lex et Léa s’installèrent quelques tables plus loin. Enfin, ils osaient se montrer. Elle mangea tranquillement mais son regard finissait toujours sur leur table. Léa avait le teint encore un peu pâle et son compagnon lui, semblait la traiter comme une enfant.

Son repas finit, elle remercia la serveuse et la pria de transmettre ses plus vifs compliments au chef. Puis, elle se rendit à la table de Lex et de Léa.

Ces derniers ne cachèrent pas leur mécontentement face à son intrusion. Depuis son « petit problème » Léa la jugeait seule et unique coupable. Même l’intervention du médecin n’y avait rien fait, pour la jeune femme, elle et ses cookies étaient une incarnation du diable. Enfin, c’était ce que Chloé ressentit sous le regard foudroyant de la jeune femme. Lex semblait un peu en retrait comme s’il craignait une effusion de sang.

- Comment vas-tu Léa ?
- Merveilleusement. Tu préfères me donner directement le cyanure ou tu comptes le glisser dans mes plats ?

C’était la voix du milliardaire qui les interrompit d’un doux mais néanmoins ferme « Léa ». Chloé y sentit une certaine menace et elle en fut déstabilisée. Ces deux là mijotaient quelque chose, elle en aurait mis la main au feu.

- Bon, je sens bien que je ne suis pas la bienvenue. Je vais vous laisser. De toute façon, votre escapade se termine bientôt, je vous promets de ne pas me dresser sur votre chemin trop longtemps. Bonne journée.

Elle était vraiment en colère et cela se ressentait dans son discours. Léa était une femme agréable mais là, elle l’avait poussée à bout. Comment pouvait-elle insinuer aussi ouvertement de telles inepties ? Elle leur fit son sourire le plus mesquin et se retourna.

Dans sa chambre, elle hésita longuement sur la marche à suivre. Devait-elle se retourner contre le couple et divulguer en entier et en détails l’histoire de leur escapade ? Elle savait que cette trahison serait sévèrement punie par le milliardaire… et cela leurs donnerait une raison supplémentaire de critiquer son métier.

Un coup bref sur la porte l’avertit de la présence d’un visiteur. Tom devait toujours être à la chasse à la terre de poterie. Elle autorisa donc son visiteur à entrer.

C’était la deuxième fois qu’elle se retrouvait dans cette chambre avec le milliardaire. Il se tenait droit à coté de l’entrée, attendant probablement qu’elle se lève de son lit. Loin de vouloir le mettre à l’aise, elle se mit en tailleur sur l’édredon et attendit.

Le silence devenait de plus en plus étrange et elle sentait un rire nerveux naître dans sa gorge qui fut aussitôt coupé par l’intervention de Lex.

- Léa s’excuse.
- Hein ?! » Elle était stupéfaite, la situation était vraiment ridicule. « Elle s’excuse ? L’enfer vient de périr sous la glace ?
- Bon… » Il la regarda de manière telle qu’elle comprit qu’il n’accepterait aucune remarque. « D’accord. Elle ne s’excuse pas et si elle apprend que j’ai pris cette initiative, elle me tuera sans aucun regret. C’est moi… Je suis désolé de cette attaque qui n’est absolument pas méritée. Enfin, je veux dire que ça m’étonnerait beaucoup de vous voir en Locuste.
- Locuste ?
- L’empoisonneuse des empereurs romains. Elle concoctait des poisons redoutables et pour se protéger, elle avalait un peu de poison tous les jours… » Il eut alors un grand sourire moqueur.
- Quoi ?
- Elle me fait penser à vous. Si c’était réellement un cookie empoisonné, vous vous avez avalé la boîte… peut-être pour vous immuniser.
- Venant de vous, c’est assez flippant. Mais merci pour les excuses.

Elle était étonnée de la sincérité de Lex. Il agissait comme une personne raisonnable et modérée, ce qui contrastait grandement avec ses agissements à Métropolis et aux quelques attaques qu’il avait proféré à son égard. Et son petit discours sur Locuste semblait montrer qu’il avait au moins un minimum d’humour et de connaissances.

- Monsieur Luthor, puis-je vous demander quelque chose de personnel ?
- Non.
- Ce n’est pas pour le journal.
- En tant que journaliste, vous aurez toujours bien un moment de doutes qui vous mènera vers… et bien vers un article juteux sur moi.

Il n’avait pas tord. Cinq minutes auparavant, elle y pensait sérieusement. Pourtant, elle tenta sa chance.

- Vous avez deux personnalités ou bien c’est juste votre manière d’être ?
- Et vous avez l’art de lancer le couteau pile où… Enfin. J’ai parfois des périodes de stress, comme tout le monde et oui, parfois, je n’y vais pas de main morte. Mais c’est vrai aussi que je suis un homme parmi tant d’autres. Ce n’est pas les possessions matérielles qui peuvent y changer quelque chose.

Son stress, si cela était réellement la cause de ses sautes d’humeur, devait être à des niveaux jamais atteint. Il cachait la véritable raison, elle en était sûre. Tout comme elle était sûre qu’il ne se confierait jamais à elle.

Ils sursautèrent lorsque de grosses gouttes de pluie vinrent s’abattre sur les fenêtres. L’atmosphère perdit quelques degrés et Chloé en frissonna.

- Je croyais que ce n’était pas la saison des pluies…
- Ça n’a rien à voir avec une saison des pluies, on dirait plus un gros orage.

Elle était inquiète, si la fameuse tempête était déjà là… Les problèmes sur Tuvalu ne faisaient que commencer. Elle ferma les yeux, espérant que ce n’était pas encore le début de l’apocalypse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aranya
Pigiste
avatar

Messages : 699
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Funafuti - Paradisiaque I    Jeu 2 Sep 2010 - 14:50

Purée moi j'ai hâte à l'apocalypse ! Que Léa soit embarqué par un tsunami et hop ADIEU ! niahahaha.

Toujorus très sympa à lire. J'ai beaucoup aimé Locuste.
Citation :
Si c’était réellement un cookie empoisonné, vous vous avez avalé la boîte… peut-être pour vous immuniser.
J'adore c'est du Lex tout craché de croire des trucs comme ça.

La suiteeee ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Funafuti - Paradisiaque I    Jeu 2 Sep 2010 - 19:58

J'aime!!
Un décor de rêve, une Chloë remplie d'énergie et un Lex fidéle à lui même: jadore!!!
La reflexion de Perry sur les cookies de Lois m'a bient fait rire, ¨trop fort ce Perry ^^
Je sens que les visites guidées ne vont pas être de tout repos...c'est Lex et Chloë quand même.... Smile
J'ai hâte de te lire à nouveau! Bonne continuation!
Revenir en haut Aller en bas
emy
Assistant de Chloé
avatar

Messages : 406
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 28
Localisation : dunkerque

MessageSujet: Re: Funafuti - Paradisiaque I    Jeu 2 Sep 2010 - 21:08

une suite super j'ai adoré
je suis d'accord un cyclone et plus de lea plus que du chlex lol
que dire d'autre c'est super touchant que Chloé veuille les aider et c'est vrai que le comportement de Lex diffèrent de d'habitude mister Luthor et doctor Lex Very Happy

suite!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: Funafuti - Paradisiaque I    Dim 5 Sep 2010 - 21:41

Le potier psychopathe !!!!!!!! Il fait trop rire, je sais pas pourquoi.
Bref, j'ai hâte de voir ce que va donner la tempête. J'aime bien les histoires de tempêtes !

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
Chlo
Reporter
avatar

Messages : 3501
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 29
Localisation : Dans la cuisine!

MessageSujet: Re: Funafuti - Paradisiaque I    Sam 11 Sep 2010 - 17:06

Et bien voilà! Une suite Smile Merci pour les commentaires, je vois que mon ami Tom fait grande impression sur vous ^^ Enfin, vous verrez... Vous allez aimer Very Happy et... vous verrez ce que vous verrez ^^

Donc toujours immense merci pour votre soutien et votre lecture Smile Gros bisous et bonne lecture!

----------------------------------------------------------------------------------------------

Le pacte de Tuvalu

La pluie avait cessé pour quelques instants. Chloé ouvrit légèrement la parka qu’elle avait dénichée dans les stocks de l’hôtel. Dieu qu’il faisait chaud. Elle pensait que le vent permettrait de diminuer la température mais les vents étaient encore bien chauds. La tempête était doucement en train de se muer en cyclone et les Tuvaluans étaient contraints de quitter les motus les plus fragiles le temps que le ciel se calme. Les derniers évènements météorologiques avaient déjà fait des ravages sur Tuvalu et le gouvernement avait jugé préférable de rassembler les habitants sur le plus grand motu de Funafuti.

- Suivant !

Chloé attrapa le sac d’un enfant puis l’aida à monter à bord du bateau. Tout en le rassurant, elle lui expliqua ce qu’il devait faire et ne pas faire. C’était le troisième bateau de la journée et elle était devenue une véritable experte en accueil des passagers. La majorité des habitants de ce motu seraient à l’abri à la fin de la journée et elle en était soulagée.

Elle fut surprise d’entendre le bruit caractéristique de l’envol d’un avion. Levant les yeux, elle l’aperçu peu après dans le ciel. Elle venait de rater sa dernière occasion de partir. Cet avion était surement le dernier à pouvoir s’envoler, le temps devenait de plus en plus incertain.

Elle avait volontairement choisi de ne pas partir de cet atoll tant qu’un habitant ne serait pas en sécurité. Ce n’était pas pour flatter son ego mais elle se sentait proche de ces gens. Elle avait vu dans sa vie des fermiers perdre espoir face à des tornades. Les Tuvaluans, eux, pouvaient voir leur état détruit par un cyclone. Elle se refusait de les abandonner à leur sort.

Lorsque le bateau se lança sur lagon, Chloé attrapa le bras Nohoarii et l’entraina à l’avant. Ce n’était pas vraiment la chose la plus prudente à faire mais elle devait lui poser une question loin des oreilles indiscrètes.

- Le lagon devient plus dangereux, n’est-ce pas ?
- Disons plutôt que les vagues se font plus fortes. Ne t’inquiète pas.
- Plus facile à dire qu’à faire… Le cyclone va être nommé ?

Il posa ses mains sur les épaules de la jeune femme dans un signe évident de réconfort.

- Il y a des risques oui, sa puissance semble se renforcer, donc oui, il se peut qu’il soit nommé.

Que pouvait-elle répondre à ça ? Qu’elle était désolée ? Elle n’y était pour rien et pourtant, elle aurait voulu en faire plus. La nomination du cyclone impliquait qu’il était dévastateur. Elle reprit contenance puis alla amuser les enfants qui se trouvaient là. Au moins, elle pouvait toujours leur changer les idées pour un instant.

Lorsqu’ils arrivèrent sur Fongafale, Nohoarii tenait trois enfants dans ses bras sous l’œil amusé de Chloé. Ils aidèrent ensuite les habitants à descendre et leur indiquèrent la direction à suivre.

- Chloé, on va aller chercher encore quelques personnes mais tu ferais mieux d’aller voir comment vont les autres.
- Mais…
- Non, aucune contestation possible.

Elle leva les yeux au ciel pour montrer sa désapprobation. Puis, assez agacée, elle retourna à l’intérieur de l’hôtel. Le grand hall était vide et ses pas résonnaient dans la pièce. Soudain, Rosalinda lui tendant un peignoir de bain arriva dans son champ de vision.

- Mais… » Elle était atterrée.
- Tu es trempée, je refuse que tu tombes malade. Sèche-toi un peu. » L’ordre était sans appel.
- Mais tu devais être dans cet avion !
- J’ai préféré rester. Sèche-toi un peu, jeune fille.
- Mais… » Elle frottait énergiquement ses cheveux. « Mais c’est de la folie !

Perry allait lui passer un savon. Et pas un petit. Elle avait laissé le scoop du siècle sur un atoll menacé par un cyclone. Un gros cyclone. Il allait la tuer. La massacrer. Littéralement.

- Chloé… Tu es restée aussi. » Rosalinda se voulait clairement sarcastique.
- Oui, mais ça n’a rien à voir ! Moi je veux les aider !
- Moi aussi.
- Rahhhh… Il va me tuer !
- Qui ?
- Mon boss ! Perry quoi…
- Tu veux dire que cet homme est violent ? Alors qu’il aime Elvis ?! Et tu veux que je le rencontre ?!
- Non, pas vraiment, c’est juste que… »

Elle cherchait une explication convenable lorsque la voix forte de Rosa vint interrompre le fil de ses idées.

- Je refuse de le rencontrer !
- Rosa ! Non, ce n’est pas…
- Il n’en est pas question.
- Mais non, en fait, il voulait que toi, tu sois en sécurité, il se moque pas mal de ma survie. Mais la survie de la femme parfaite qui aurait épousé Elvis… ça lui importe bien plus.

Rosalinda éclata de rire en voyant la mine dépitée de Chloé. D’un geste presque maternel, elle lui ébouriffa les cheveux.

- Chloé, ce type m’a l’air un peu étrange mais ça m’étonnerait que tu ne lui importe pas. Il t’a quand même envoyée ici. Et tu me trouves donc parfaite ?
- Oui, parfaite, mais il m’a envoyée ici pour le boulot, pas les vacances.
- Plains-toi seulement.
- Tu étais danseuse dans un super… cabaret. Je t’assure que c’est bien plus romantique que mon job. Bon, j’y retourne, ils ont besoin d’aide. Mais toi, tu ne bouges pas d’ici, Rosa.
- D’accord. Mais fais attention à toi, le vent commence à devenir plus fort.

Alors qu’elle retournait dans la ville la plus proche pour aider les habitants, Chloé croisa un homme qui semblait toujours aussi élégant même vêtu d’un immense poncho contre la pluie.

- Luthor ? Mais… et… » Elle indiquait le ciel avec son doigt, incapable de s’exprimer clairement.
- Non Sullivan, je n’ai pas pris l’avion.

Elle était stupéfaite. Un cyclone s’approchait dangereusement et ce foutu milliardaire refusait de partir ! Un coup de vent plus puissant emporta un morceau de tôle et ils se réfugièrent un instant dans une minuscule maison.

- Et Léa ?! Vous avez seulement pensé au danger que vous lui faites courir en restant ici ? Et à vous !
- Elle est dans l’avion en ce moment même. Et je suis un grand garçon, je sais comment faire.

Muette, Chloé le dévisageait. Il avait mis en sureté sa… compagne et lui restait là à…

- Pourquoi ?

Devant son incrédulité, il soupira en passant une main sur son crâne nu. Visiblement mal à l’aise, il ressemblait à un jeune garçon échafaudant une excuse à une énième bêtise.

- Une intuition. Quelqu’un doit bien veiller sur vous.
- Sur moi ? » Elle était purement et simplement stupéfaite. Il se souciait d’elle ? C’était tellement ridicule ! « Je ne vous comprend plus. Sincèrement.
- Moi non plus, ça nous fait une chose en commun.

Après quelques instants de silence, il se remit à parler.

- Bon, disons simplement que Perry ne me laisserait pas vivant si je laissais sa petite protégée seule au milieu de l’océan face à un cyclone.
- Je ne partirai pas avec vous. Je reste pour aider ces gens. Et Perry ignore que vous êtes ici ! Pourquoi diable…
- Chloé… Vous allez rentrer avec moi. Dans le prochain bateau.
- Non et ce n’est pas négociable. J’ai appris à connaître ces gens, leur vie et ce que ces désastres naturels ont comme impact. Et je ne peux décemment pas les abandonner à leur sort.
- Et il a fallut que je tombe sur une journaliste avec des scrupules. Et vous n’avez vraiment rien dit à White me concernant ? » Il parut impressionné quand elle hocha la tête. « Et puis, Sullivan, vous ne pesez pas lourd dans la balance. Votre impact ici va être minime.
- Peut-être mais j’aurai un impact. Et c’est bien mieux que de fuir.

Elle ne l’avait pas dit avec méchanceté. Elle ne le visait pas en particulier, c’était un simple constat mais il avait tiqué. Elle l’avait vu dans son regard, pour une fois qu’il n’arrivait pas à masquer ses sentiments. Il se reprit pourtant très vite. Penché en avant, il accrocha son regard au sien.

- On va faire un pacte, Sullivan. Je consens à vous aider disons, pendant… disons encore un jour sur l’atoll. Mais ! Car il y a un mais, au moindre signe que la situation devient trop dangereuse, nous serons évacués comme les autres. C’est un cyclone qui approche, pas une mini tornade.
- Et en échange ?

Il sourit comprenant qu’elle n’était pas totalement dupe.

- En échange, vous continuerez à ne rien publier me concernant. C'est-à-dire, pas de résumé de mes vacances, aucune mention de ma relation avec Léa, aucun sous-entendu à propos de moi et des BD, ni de mes rapports avec la navigation sur pirogue. A ça, s’ajoute que je ne veux en aucun cas que mon aide sur l’atoll soit divulguée. Rien de rien. Nous ne nous sommes jamais rencontrés en vacances. C’est bien compris ?

Elle savait qu’elle était au pied du mur, il n’autoriserait aucun refus. Et puis, elle avait bien besoin d’un allié pour aider les Tuvaluans.

- C’est d’accord.
- Dernière close : nous ne nous retrouverons plus jamais en même temps sur une île. Pas même sur une île aussi géante que l’Australie. Je doute que Léa vous pardonne un jour. Elle semble… » Il hésita et elle se demanda s’il craignait de lui révéler des choses ou s’il cherchait à ne pas l’énerver. « Elle croit que vous cherchez à me séduire, que vous êtes jalouse,… Depuis quelques temps, elle a des idées un peu… étranges. Seul un continent pourrait nous contenir tous les trois.
- Vous êtes ridicule.
- Jamais. Vous acceptez ?

L’accord fut conclu d’une poignée de main qui dura plus longtemps que nécessaire selon Chloé.

- On commence par quoi, Sullivan ?

***

Ils aidaient une dame et ses enfants à s’installer lorsque la silhouette de Rosa se dressa devant l’entrée de l’hôpital. Elle était trempée et échevelée mais ce fut son apparente colère qui étonna le plus le duo.

- Rosa ! Que se passe-t-il ?

Elle leur indiqua d’un signe de la main qu’elle voulait reprendre un peu son souffle, puis, dans un mouvement que Chloé qualifia de théâtral, elle entama un monologue passionné et colérique.

- Ce sale petit potier ! Je jure qu’il ne s’en sortira pas aussi facilement ! Foi de Rosalinda Kiening ! Si je l’attrape, il ne pourra jamais s’échapper ! Je vais le découper en morceau puis les faire frire pour ensuite les donner à manger à des pingouins… » Elle s’arrêta en constatant l’air interloqué du milliardaire et de la journaliste. « Vous n’êtes pas encore au courant, c’est pour ça. Nous allons être transférés d’urgence en hélicoptère. Avec interdiction de revenir ici tant que tout ne sera pas remis en ordre.
- Quoi ?! » Le cri de Chloé fit sursauter un bon nombre de Tuvaluans.
- Ce sale petit potier de mes deux a eu la bonne idée de demander notre départ immédiat pour nous protéger ! Il a trop peur que tu sois blessée et dans l’incapacité de… comment a-t-il dit cela encore… hum… ah oui ! Dans l’incapacité de faire partager ton don inné au monde entier. Et je crois qu’il a été tellement persuasif qu’ils ont acceptés ! Nous devons partir dans une heure.
- Non… Non ! Il n’en est pas question.
- Je crains que nous n’ayons pas le choix, Sullivan. » Lui répondit Lex en lui montrant quelques policiers qui attendaient à quelques pas de là.
- Vous êtes milliardaire ! Vous pouvez y faire quelque chose, non ?
- Je suis riche, pas au dessus des lois.

Résignée, Chloé soupira. Une heure plus tard, ils étaient tous les trois dans un hélicoptère qui survolait l’atoll. Le cyclone était clairement visible au loin. Selon les dernières données, sa puissance diminuait mais les dégâts seraient importants.

Elle soupira et un coup de coude gentil de Rosalinda lui indiqua que ce n’était pas approprié. De l’autre coté, Lex écrivait dans un carnet qu’il lui tendit.

« Au moins, ce départ est original. J’attends avec impatience de lire l’article que vous pondrez de cette histoire. Et pas de mention de mon nom, n’oubliez pas notre pacte. »

----------------------------------------------------------------------------------------------

Fin du premier tome de Paradisiaque ! A bientôt pour la suite !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sixpence
Pigiste
avatar

Messages : 634
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 29
Localisation : Rennes (pour le moment)

MessageSujet: Re: Funafuti - Paradisiaque I    Sam 11 Sep 2010 - 18:42

départ forcé !! j'aime !
moi j'adore la femme du King, elle a un comportement un peu en décalé par rapport à son statut mais ça montre que c'est une femme forte.
Luthor je comprend pas qu'il reste avec une pouf' pareille, mais faut plus chercher à comprendre à ce stade.
Elle en a bien du courage ta Chloé pour aider tout le monde tout en fuyant un potier fou et supporter les délires d'un Lex complètement égocentrique.
Revenir en haut Aller en bas
http://six17.webs.com/
Aranya
Pigiste
avatar

Messages : 699
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Funafuti - Paradisiaque I    Dim 12 Sep 2010 - 11:59

Fin du premier tome ?! A quand le deuxième ? héhéhé

Lexou est super gentil de rester pour Chloé. Rosalinda est marrante, je l'aime bien cette femme du King.
Je commence à détester Léa de plus en plus... mais en même temps elle pimente cette histoire !

la suiteee !
Revenir en haut Aller en bas
emy
Assistant de Chloé
avatar

Messages : 406
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 28
Localisation : dunkerque

MessageSujet: Re: Funafuti - Paradisiaque I    Dim 19 Sep 2010 - 14:20

super suite merci que j'avais pas eu le temps de feeder avant mon départ de chez moi et oui pour l'instant pas de net à l"appart je sais c'est cruel
alors que dire c'est trop mimi lex qui reste pour chloé et le potier est un homme mort pour se départ précipite je crois bien
et rosalinda est super, tu as réussit à lui faire une place bien a elle dans la fic

suite...enfin prochain tome bientôt j'espère
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Funafuti - Paradisiaque I    

Revenir en haut Aller en bas
 
Funafuti - Paradisiaque I
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» île déserte
» chapitre 1 de mon roman, dites ce que vous en pensez svp
» Khamal's Art
» Argelès, Collioure ....
» Chittorgarh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shivers : le forum du chlex :: Fanfics :: Fanfics terminées-
Sauter vers: