Shivers : le forum du chlex

D'abord unique forum français entièrement dédié au couple Chloé/Lex de Smallville, Shivers se tourne aujourd'hui vers l'écrit sous toutes ses formes !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réponse au challenge de Pretender : Jamais sans toi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sixpence
Pigiste
avatar

Messages : 634
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 29
Localisation : Rennes (pour le moment)

MessageSujet: Réponse au challenge de Pretender : Jamais sans toi   Dim 20 Juin 2010 - 23:40

Disclamer : Rien n'est à moi à part les idées

Réponse au challenge de Pretender : Jamais sans toi

Contexte : Après six mois de vie commune, Chloé et Lex se séparent, initiative de Chloé car elle a l’impression qu’ils n’ont plus un moment pour eux et qu’ils n’en font pas non plus les efforts. Elle ne veut pas vivre comme ça et part s’installer chez sa cousine.

Complètement détendue après un bon bain bouillant, Chloé sortit de la salle de bain, enveloppée dans son peignoir blanc. Machinalement, elle passa une main dans ses cheveux mouillés, marcha pieds nus dans le salon et chercha son bouquin entamé resté sur la table basse ou coincé entre deux coussins du canapé, elle ne savait plus.
-Ah non ! S’écria une Lois toute dynamique qui passait tout juste la porte d’entrée.
La jeune femme se débarrassa rapidement de son manteau, de ses dossiers et de ses clés.
-Tu m’avais promis que tu ne me lâcherais pas ce soir ! Continua-t-elle.
Chloé se laissa tomber sur le canapé en râlant. Ça faisait des semaines que sa cousine la tannait pour la faire sortir le soir et aujourd’hui se tenait un important gala de charité où le gratin de Métropolis se presserait pour des dons qui redorerait leur image.
-Arrête de faire ta vieille fille qui ira se coucher à 21h, qui lira deux pages de son bouquin avant de piquer du nez, tu n’as que 25 ans ma chérie ! Alors enfile ta plus jolie robe de cocktail, débarrasse toi de cet air de chien battu sur ton visage, on va s’amuser !
Avait-elle réellement le choix après tout ? Sa cousine tentait de la secouer de toutes les façons possible mais cela dissimulait une véritable inquiétude pour elle, cette attention la touchait.
Elle compta donc jusqu’à trois avant de se décider à se lever. Après tout, elle n’aurait rien à faire à part se gaver de petits fours et de champagne. Elle ne conduisait pas, ne travaillait pas. En fait cette sortie n’était pas une si mauvaise idée et elle serait une seconde paire d’yeux pour sa cousine chargée de faire un article.
Dans le fond de son armoire, elle redécouvrit avec mélancolie une robe de soirée sobre mais d’une élégance sans pareil. Noire, fines bretelles, un décolleté évident mais parfaitement taillé et dont la longueur descendait aux chevilles. Avec, elle avait une paire d’escarpins de la même couleur dont les lacets se nouaient autour de la jambe. Elle n’avait pas tellement portée cette tenue et pourtant elle était synonymes d’énormément de souvenirs. Malgré tout, elle porterait cette robe. Elle s’occupa ensuite de son apparence. Ses cheveux au carré se coiffaient d’eux même et pour faire ressortir ses yeux, elle se maquilla avec juste ce qu’il fallait de mascara et de crayon.
-D’un extrême à l’autre ! S’écria Lois en voyant Chloé sortir de sa chambre.
La petite blonde ne put s’empêcher de sourire à la remarque et complimenta également sa cousine qui avait mis le paquet. Sûr qu’on la remarquerait.

Une fois sur place, Chloé sentit immédiatement qu’elle regrettait déjà d’avoir mis les pieds ici. Toutes les raisons pour lesquelles elle avait justement refusée cet article lui revinrent en mémoire dans un hochement de tête significatif, un affaissement de la tête et un mordillement des lèvres. « abrutie » pensa-t-elle. Elle réalisa qu’elle faisait simplement l’effort pour sa cousine qui prenait tant soin d’elle et qui l’hébergeait.
Histoire de se donner du courage, la jeune femme avala cul sec une coupe de champagne mais elle faillit le recracher en entendant une voix bien trop familière. Nerveuse au possible, elle se hâta d’aller se fondre au milieu d’une foule et une fois à l’abri elle scruta la salle des yeux pour apercevoir la seule personne dont la présence serait évidente et à laquelle elle n’aurait pourtant jamais pensée. Soudain elle maudit sa cousine sur ce coup là. Elle avait volontairement omis de l’informer de la présence de son ex compagnon. Un rire nerveux lui échappa, elle la voyait venir gros comme une maison la réplique du « tu ne m’as jamais demandé qui serait présent ou non. » .
Plantée là, elle ferma les yeux et joignit ses mains, priant très fort pour ne pas avoir à croiser Lex trois mois après leur rupture. Mais, avec sa cousine dans les parages il était quasiment impossible qu’elle y échappe. D’ailleurs, la journaliste pleine de fougue s’approcha dangereusement du milliardaire et Chloé doutait qu’il soit sa proie pour une interview. Elle regrettait un peu d’être aussi loin, elle aurait voulu savoir ce qu’ils allaient se dire. Elle serait le centre de la conversation s’était forcé mais elle n’était pas folle, elle n’allait pas s’approcher davantage.

-Mr Luthor !
-Lois je t’en pris même ce soir je t’autorise à m’appeler Lex.
-Hum intéressant ! Alors accepterais-tu de jouer le poisson fraîchement ferré ?
-Pour toi oui. Répondit-il sans hésitations.
-Fais attention à ce que tu dis, je ne suis pas venue seule. Révéla-t-elle.
-Quoi ? Tu as amené Clark ? N’en revint pas Lex en le cherchant du regard.
-Aux dernières nouvelles Clark n’est ni blond, ni plus petit que moi ni en mal d’amour.
C’est là que Lex trouva Chloé mais il ne s’attarda pas à la fixer, le malaise était évident.
-Comment va-t-elle ?
-Tous les indices tendent à prouver que le fond est proche. Mais tu la connais, elle est trop fière pour l’avouer. Et puis même à moi elle n’en parle pas.
Un rictus s’étira au coin de la bouche du milliardaire, pas vraiment surpris par ce qu’il apprenait.
-Tu devrais la rejoindre. Je sais que c’est un risque pour ton égo mais après tout, n’est-il pas à prendre ? Encouragea Lois. Je ne suis pas naïve tu sais ! Tu crèves d’amour pour elle ça se voit. Et puis sinon les tabloïds auraient eu plus de choses à se mettre sous la dent ces dernières semaines. Rajouta-t-elle.
-Tu as toujours le dernier mot pas vrai ? Dit-il, camouflant son déni par une question rhétorique.
-Il va falloir t’y faire !
Le jeune homme lui sourit et s’éloigna en direction de la petite blonde avec qui il n’avait plus eu de réel contact depuis trois mois. En s’approchant, il remarqua qu’elle enfilait trop rapidement les verres d’alcool et il la surprit en arrivant dans son dos.
-Je m’étonne de te voir à ce genre de réception que tu disais tant détester et que tu te plaisais à fuir.
Chloé se retourna et lui lança un regard noir.
-D’habitude je suis harcelée par une meute d’hypocrites avides de connaître en long en large et en travers la vie privée de Lex Luthor. J’étais comme une charogne que les vautours avaient hâte de dévorer.
Sans réagir à cette réplique cinglante, Lex prit son verre à Chloé que se saoulait sans vergogne et il refusait de la voir se mettre dans cet état.
-Qu’est-ce qui te prend ? Rugit Chloé face à l’attention du milliardaire.
-Je me fais du souci pour toi, ce n’est pas plus compliqué. D’ailleurs il y a là bas une jeune femme qui s’inquiète encore bien plus. Fit-il savoir en désignant Lois d’un signe de tête.
En détournant le regard, Chloé eut un rire amer.
-Je n’ai pas envie que tu t’inquiètes pour moi, je ne le souhaite plus. Fit-elle bien comprendre.
Exaspéré par son comportement, Lex surveilla à ce que personne ne soit à les observer de trop et il traîna la jeune femme jusque dans le couloir qui était désert. Celle-ci ne fit pas de résistance face à la force exercée par Lex et alors qu’elle voulut lui crier dessus pour lui exprimer sa façon de penser, elle se retrouva plaquée contre le mur. Lex se colla à elle autant qu’il le put et fonça sur la bouche de Chloé pour l’embrasser passionnément. Surprise et pas du tout à la hauteur pour repousser un tel assaut, la jeune femme ne se débattit pas longtemps et l’instant suivant elle se retrouvait en train d’enrouler ses bras autour de la nuque du milliardaire. Elle ne put même pas s’empêcher de gémir tant ce baiser prenait des proportions énormes. Des étreintes ils en avaient partagées mais pas de si sauvages et désespérées. Sa tête lui tournait atrocement et elle sentait les mains expertes de son ancien compagnon partout sur son corps.
Lex s’amusait des effets de l’alcool qui la désinhibaient quelques peu mais il avait surtout la preuve qu’elle n’avait pas tiré un trait sur lui, sinon elle aurait fait plus de résistance et ne participerait pas si activement. A bout de souffle, il accepta de délivrer ses lèvres gonflées et rougies mais il ne s’éloigna pas pour autant. Il en profita pour humer son parfum, retrouver la douceur de sa peau et apprécier son trouble qui la rendait tellement adorable. D’une main, il s’appuya contre le mur.
-Je pourrais te ramener si tu veux. Proposa-t-il en lui chatouillant les tempes du bout de son nez.
Un frisson la ramena à la réalité et son visage détendu une minute plus tôt se retrouva aussi tendu que tout à l’heure. Elle leva la tête et jeta un regard noir au milliardaire.
-Il est hors de question que je tombe dans ton piège.
Face à ce ton de voix si froid et dur, Lex reprit son sérieux et fronça les sourcils.
-Je n’avais pas de mauvaises intentions, pourquoi te méfies-tu autant tout à coup ? J’espérais vraiment passer un peu de temps avec toi et discuter. Tu me manques.
-Ça il fallait y penser plus tôt en essayant de me consacrer du temps justement et de me sauver des situations embarrassantes dans lesquelles j’ai pu me retrouver. Je ne voulais pas de cette vie là.
Sur ces dernières paroles, Chloé s’écarta de lui et elle marcha jusqu’à la sortie où elle pu prendre l’air. Dans la rue qui lui faisait face, elle aperçut un homme rejoignant une femme à la hâte. Celle-ci semblait attendre au pied d’un immeuble depuis un moment car elle grelottait frénétiquement. L’homme embrassa cette femme, s’excusant d’être en retard. Curieusement elle ne lui fit aucun reproche. Tout près de Chloé, un couple enlacé quittait le musée. Elle entendit une voix féminine dire combien la soirée avait été ennuyeuse mais la fin de sa phrase troubla la petite blonde. Malgré tout, la femme dit que le plus important c’était qu’ils soient ensemble. Ces mots eurent l’effet d’un électrochoc. En les regardant s’éloigner, Chloé laissa couler ses larmes. Jamais elle n’avait prit cet aspect en compte. Jamais elle n’avait eu ce genre de réflexion gentille envers Lex. Enervée, elle se prit la tête entre les mains. Elle ne voulait pas gâcher le reste de sa soirée avec ce genre de pensées. Elle sécha ses larmes une fois pour toute et elle retourna à l’intérieur pour y retrouver Lois.

Du balcon extérieur, Lex surveillait les allers et venues de Chloé, le film de leur relation passant à toute vitesse dans sa tête. Il réalisait en effet qu’ils avaient passé leur temps à se croiser au petit déjeuner et le soir au moment du coucher, chacun trop occupé à ses propres affaires. Lui, chef d’entreprise était un homme débordé souvent en déplacement à l’étranger. Elle, journaliste appelé à toute heure du jour ou de la nuit. Evidemment une vie de couple était difficilement envisageable mais il pensait qu’avec Chloé ils surmonteraient ces obstacles. Il s’était pourtant toujours assuré qu’elle allait bien, il lui libérait du temps rien que pour elle dans son emploi du temps, il savait qu’il avait fait des efforts pour maintenir son couple à flot et il avait toujours eu une petite attention pour elle. Ce qui le dérangeait s’était qu’il ignorait ce qui avait cloché et cela le perturbait au point qu’il n’en dormait plus. Bien sûr, il n’était pas dans la tête de Chloé, il ne pouvait pas savoir comment elle avait vécu les événements. Apparemment ce qui était gênant pour elle c’était sa nouvelle position de compagne de Lex Luthor vis-à-vis des journaux à scandale, mais curieusement il n’y croyait pas. Elle côtoyait tous les jours ce milieu alors la pression elle savait parfaitement la gérer. Qu’avait pu être le catalyseur de son blocage et de son départ ? Il devait le savoir car il l’aimait encore, toujours et même un peu plus. Il ne supportait rester ainsi sur des non-dits.
Enfin de retour chez elle après trois interminables heures passées dans l’enfer du fric et de l’hypocrisie, Chloé n’attendit même pas que la porte soit complètement ouverte pour retirer ses escarpins qui lui faisaient un mal de chien et elle termina sa course en boitant dans le salon. Elle se fit une promesse, plus jamais ça !
-Je mets la cafetière en route, tu te joins à moi ?
Alerte rouge ! Chloé connaissais trop bien ce code de communication. Trop curieuse, Lois n’avait même pas l’audace d’attendre une nuit pour la harceler de questions au sujet de sa rencontre avec Lex. Seulement tout était trop frais et sa colère contre sa cousine ne s’était pas apaisée. Elle ne tenait pas à se montrer désagréable avec la seule personne qui avait eue pitié d’elle, même si c’était légitime.
-Sans moi, je tombe de sommeil, bonne nuit, byebye. Répondit-elle à toute vitesse comme ses jambes qui traversèrent les derniers mètres jusqu’à la chambre.
Morphée fut particulièrement complaisant et Chloé sombra plus rapidement que n’importe quel soir depuis trois mois. Mais, le sommeil pouvait également se montrer bien vicieux…
Il faisait nuit noire et Chloé se retrouvait seule dans un bois, entourée d’une brume dérangeante et pire, elle se sentait suivie. Pieds nus et en chemise de nuit, elle avait froid et cette contrainte altérait son esprit. Elle ne savait quelle direction prendre, tout se ressemblait étrangement ici. Soudain, les branches craquèrent tout près d’elle alors elle courut droit devant elle, la peur au ventre, sans se poser de questions. Mais, comme dans tout rêve, un geste aussi simple et automatique que courir devenait alors une tâche quasiment impossible. Arrivée quelques mètres plus loin, elle était essoufflée. Sa peur la paralysait totalement tant elle avait grandit en elle. Derrière elle, sans qu’elle n’entende quoi que ce soit venir, de puissants bras vinrent l’enlacer. Elle étouffa un hurlement et une bouche près de son oreille vint lui susurrer « tu as besoin de moi ». Reconnaissant la voix de Lex, Chloé put se calmer sans la moindre difficulté, elle se resserra contre lui et ferma les yeux.
Dans son lit, la jeune femme ouvrit brusquement les yeux, prit un instant pour s’extirper complètement de son rêve et elle s’assit au bord de son lit. Le revoir l’avait complètement chamboulé, détraqué même et surtout elle détestait avoir entendu dans son propre rêve ce qu’elle savait être une réalité au fond d’elle. Mais il était hors de question d’y penser maintenant et de gâcher une nuit de sommeil. Déterminée, elle attrapa son baladeur, cala ses oreillettes et elle mit en route sa liste de lecture favorite. Ses yeux se fermeraient tout seul ainsi. Un remède miracle bien efficace contre les perturbateurs de la nuit.

Au petit matin, Chloé s’était levée de bonne heure. Perchée sur un tabouret, la petite blonde tournait sa cuillère dans sa tasse de café depuis au moins cinq minutes. Autant dire qu’elle était complètement déconnectée de la réalité, encore égarée dans les limbes du réveil, les yeux fixes mais plongés dans le vide.
-Eh ben t’es tombée du lit ! Taquina une Lois toute fraîche sortant de la salle de bain.
-C’est pas drôle, j’ai mal dormi, j’ai fait des cauchemars.
-Tu étais dégoutée du café ? Suggéra Lois dans une grimace.
Chloé se contenta de lui faire reprendre un ton plus sérieux en la menaçant silencieusement d’un simple regard blasé avec sa tête de zombi.
Convaincue, Lois arrêta là toute tentative de dialogue et elle s’installa de l’autre côté du comptoir, sa tasse de café dans une main et le journal dans l’autre.
-Tu penses que c’est de ma faute si ça n’a pas marché avec Lex ?
-Est-ce que c’est une question que tu te poses seulement maintenant ? S’étonna sa cousine.
-Lex ne faisait pas d’efforts pour qu’on se voit, nos soirées étaient morbides…
-Combien tu es allée bosser au Planet le week-end ? Coupa intelligemment Lois. Je me souviens aussi de toi refusant tour sur tour les projets de Lex pour vous deux. Tu étais pleine de doutes.
-Donc pour toi c’est moi qui suis en faute. En conclue Chloé.
-Tes arguments sont aussi valables, mais tous les deux vous avez contribué à faire couler votre couple c’est certain !
La grande brune laissa la petite blonde sur ces impressions et la laissa réfléchir tranquillement et toute seule. Décidée, Chloé prendrait le taureau par les cornes. Il fallait qu’elle aille parler à Lex. Elle savait pertinemment quel était son problème et Lois semblait l’avoir deviné mais elle ne disait rien clairement de peur de blesser sa cousine. C’était à elle de mettre un terme à ce qui la bloquait et l’empêchait d’avancer car au fond, elle aimait encore Lex.

Au risque d’être dérangée par les sarcasmes de Lois, Chloé attendit impatiemment que sa chère cousine quitte l’appartement pour empoigner son téléphone portable. D’une main tremblante, elle chercha la lettre « L » dans son répertoire. Elle ne tenterait pas d’appeler le numéro personnel de Lex, il ne répondrait pas à une heure pareille. Il était donc préférable de passer par le standart de son bureau. Elle appréhendait déjà de tomber sur la secrétaire mielleuse qu’elle haïssait plus que toute autre personne sur cette planète. Quand ils étaient encore ensemble Lex trouvait ça « mignon » qu’elle se montre jalouse.
Les trois fidèles sonneries retentirent avant qu’une voix féminine bien connue se fasse entendre.
-« Bureau de monsieur Luthor »
- Je souhaiterai parler à Lex s’il vous plait c’est urgent.
La formule de politesse lui avait littéralement arraché la gorge et elle avait fait exprès de ne pas se présenter, elle trépignait d’entendre quelle excuse bidon allait lui être débitée.
-« Monsieur Luthor est indisponible mais laissez-moi votre message ainsi que vos coordonnées. »
-ET POUR CHLOÉ SULLIVAN PAUVRE GOURDE VOUS PENSEZ QU’IL SERA INDISPONIBLE ?
Lui crier dessus était encore plus jouissif qu’elle n’aurait pu l’imaginer et en plus ça valait le coup puisqu’elle lui transférait l’appel.
-« Chloé ! En voilà une surprise ! Alors comme ça tu martyrises encore ma secrétaire ? »
-C’est de bonne guerre ! Répliqua-t-elle.
-« Cela dépend du point de vu. Quel est le but de ton appel ? »
Il était direct, peut-être le dérangeait-elle vraiment. C’était sans importance, elle n’allait pas reculer maintenant même si faire le premier pas l’intimidait et la rabaissait dans sa fierté.
-Il y a des choses dont je souhaiterais te parler, des choses dont je n’ai pris conscience que récemment et je pense que tu mérites de les connaître. Mais tu as le droit de refuser, je comprendrais.
-« Je ne reculerai pas moi. Il est évident que nous devons parler et si tu estimes que tu te sens prête à le faire, passe à l’appartement ce soir. Vingt heures ça te conviendrait ? »
-Oui, oui c’est bien. Accepta-t-elle en réalisant qu’elle retournerait dans leur ancien lieu de vie commune.
-« Alors à ce soir, passe une bonne journée. »
-Oui, toi aussi.
Et voilà la machine était en marche. Chloé soupira. La journée serait atrocement longue. Elle ne ferait que penser à la discussion qu’elle aurait avec Lex et elle imaginait déjà de quelle façon elle pourrait bien lui dire les choses. Elle se mordit la lèvre, l’esprit rempli d’appréhension et elle quitta l’appartement en traînant les pieds.

Arrivée au pied de l’immeuble, Chloé eut une impression vraiment étrange. Comme si elle n’avait jamais quitté cet endroit et que la routine recommençait et pourtant, trois mois avaient passé, trop vite peut-être.
Elle pénétra à l’intérieur et hésita un instant entre prendre l’ascenseur ou les escaliers. Elle secoua la tête par pur idiotie. Pas une fois elle ne s’était hasardée à monter quinze étages en grimpant péniblement des marches. En appuyant sur le bouton d’appel de l’ascenseur, elle réalisa combien ses mains étaient moites. En fait elle venait ici vidée de tout optimisme. Elle s’apprêtait à se confier comme jamais elle ne l’avait fait et dans sa tête, la seule issue possible était la fermeture totale. Elle était partie la première, Lex acceptait de lui parler mais comprendrait-il ce qu’elle ressentait ? S’il y avait eu des désaccords entre eux, cela venait principalement de leur décalage respectif à concevoir ou non certaines choses ou certains principes.
Tellement absorbée dans ses pensées, elle ne remarqua son arrivée au dernier étage qu’à l’ouverture de la porte. Hésitante, elle s’engagea dans le couloir et prit une profonde inspiration avant de frapper frénétiquement contre la porte impeccablement blanche.
Lex ne mit pas longtemps pour venir lui ouvrir et apparemment il n’avait pas laissé sa répartie dans le fond de sa poche. Ce qui entre parenthèses aurait été préférable vu l’état de nerf dans lequel se trouvait la petite blonde.
-Pile à l’heure !
Chloé ne répliqua rien, de peur d’enflammer directement une conversation qui n’avait pas encore démarrée. Le milliardaire se contenta de l’inviter à entrer.
Une boule se forma douloureusement dans la gorge de Chloé. En pénétrant sur ce territoire qui avait été le sien, elle comprit qu’elle serait mal à l’aise tant qu’elle resterait ici. Elle ne savait pas où se mettre. Et pourtant, neuf mois plus tôt, lorsque Lex lui avait demandé de venir vivre avec lui pour plus de commodité, elle s’était directement sentit chez elle, avait littéralement envahie les lieux tant elle avait trouvé cet appartement lumineux et confortable.
-Met toi à l’aise. Encouragea Lex, percevant parfaitement son malaise.
Chloé ne sut si elle agissait uniquement pour lui tenir tête où si elle était tellement gênée qu’elle n’osait bouger mais dans tous les cas elle resta plantée au milieu de la pièce principale comme un poteau.
Lex ne saurait dire si Chloé s’en rendait compte mais il se sentait parfaitement serein depuis qu’elle était là. Il craignait vraiment qu’une occasion pareille se reproduise, la voir ici, dans ce qui avait été leur appartement pendant quelques temps. Il espérait énormément de cette rencontre et il comptait bien lui faire comprendre, subtilement mais de façon assez claire pour elle, qu’il tenait encore à elle et qu’il n’avait pas renoncé à leur histoire. Oui il était entêté, non il n’acceptait pas la défaite et encore plus lorsque que c’était son cœur qui en souffrait.
-Veux-tu boire quelque chose ?
Chloé appréhenda la question puis regarda Lex d’un œil suspicieux avant de répondre négativement. Elle fulminait. Cette invitation n’était rien d’autre qu’un déguisement pour que lui aille se préparer un verre de scotch. Elle ne supportait pas le voir boire. Il y prenait tellement de plaisir qu’à chaque fois qu’elle l’avait vu apprécier un verre d’alcool elle avait une horrible image en tête de Lex, une bedaine à la place du ventre et plus tard, des problèmes de foie qui auraient raison de lui.
La tentation était grande mais un éclair traversa l’esprit de Lex. Il n’irait pas se servir un verre, il se souvenait trop bien des remarques cinglantes de Chloé à ce sujet, du genre « tu finiras par en crever ». Il rictus se dessina au coin de sa bouche et il renonça. Il était hors de question de faire un pas de travers ce soir.
Presque naturellement, Chloé s’était rapprochée de la baie vitrée d’où elle avait une vue imprenable sur la ville, de là elle dominait tout. Elle s’était souvent égarée sur le fil de ses pensées ici et plongées dans d’intenses réflexions tout en ayant ressenti la peur de dominer. Tout près d’elle, une main se posa sur la vitre, Chloé aurait presque sursautée de cette apparition. Désormais elle savait que Lex se trouvait juste derrière elle. D’ailleurs, elle crut sentir son souffle rebondir sur sa nuque, c’était électrisant.
-Tu as toujours aimé ça, être au sommet, avoir le pouvoir.
-Là n’a jamais été la question. Démentit-il. J’ai été conditionné tu le sais. Le pouvoir il m’a été transmis rien de plus. Si j’avais grandi dans un autre milieu social rien ne dit que j’aurai cherché à être l’homme que je suis devenu.
-Moi je ne me suis jamais faite à ce statut. Mais ça tu n’as jamais pu le concevoir. Soit disant que j’avais la force de caractère pour supporter tous ces changements.
-Regarde moi quand tu me parles Chloé, tu n’es pas venue jusqu’ici pour parler à une vitre.
Surprise par le ton employé, la jeune femme s’exécuta immédiatement mais elle ne pouvait pas lui en vouloir, ils devaient se parler franchement maintenant.
-Pourquoi tu m’as cru résistante à toute épreuve ?
-C’est une pression avec laquelle je me suis habitué à vivre, je pensais que tu en ferais autant.
-Ça n’a jamais été le cas, je ne demandais qu’un peu de soutien.
-Est-ce la principale raison de ton départ ?
Chloé secoua lentement la tête.
-Tu avais de nombreux projets pour nous.
-Oui. Répondit-il naturellement sans voir où elle voulait en venir.
-Lex nous n’étions ensemble que depuis six mois ! D’abord je t’entendais parler de mariage, que l’été était une période idéale, puis de déménager en vue d’avoir plus d’espace pour notre famille. Que crois-tu que j’ai pu ressentir ?
Elle ne le laissa pas répondre même si elle voyait son visage se décomposer au fur et à mesure qu’il cernait le problème.
-J’admets ne pas avoir été clair à ce sujet. Mais, dès que j’entendais le mot projet ou avenir ça me paralysait, j’ai fui sans cesse.
Tout doucement, Lex posa ses mains sur les épaules de Chloé.
-J’ignorais que tout ça pouvait autant t’effrayer. Nous avons passé notre temps à nous méprendre, pensant comprendre mais au lieu de réfléchir en couple, nous restions chacun de notre côté.
-Je sais que tu as plusieurs fois tenté de te fonder un avenir avec la femme qui d’après toi te suivrait et qu’avec moi tu en avais peut-être encore plus envi. Moi en revanche je ne m’étais jamais investie dans une relation aussi sérieuse. Tu as brûlé les étapes là où moi j’aurai préféré prendre mon temps. Mais j’ai ma part de responsabilités. Je t’ai toujours laissé parler sans oser m’imposer, je te laissais penser que tout allait bien et fatalement je me suis éloignée.
Soulagée d’avoir enfin parlé et de s’être libérée de ses maux, elle laissa volontiers couler ses larmes qu’elle retenait depuis tout à l’heure.
-Nos erreurs sont-elles encore réparables ?
-J’aimerais bien !
-Je t’aime toujours.
Il ponctua ses paroles en emprisonnant le menton de Chloé entre ses doigts et il se pencha juste pour goûter à ses lèvres.
Poussée par le désir, la jeune femme enroula ses bras autour de la nuque du milliardaire pour approfondir cette délicieuse étreinte. Collés l’un à l’autre, Lex saisit les jambes de Chloé qui s’enroulèrent autour de sa taille.
-Reste cette nuit. Implora-t-il.
-J’allais le demander.
Ils s’échangèrent un sourire, apprécièrent de pouvoir lire à nouveau dans les yeux de l’autre tout le désir ressenti et Lex ne tarda pas à les conduire jusqu’à leur chambre.


Fin
Revenir en haut Aller en bas
http://six17.webs.com/
Alexiel
Chroniqueur
avatar

Messages : 2330
Date d'inscription : 24/05/2010
Age : 35

MessageSujet: Re: Réponse au challenge de Pretender : Jamais sans toi   Lun 21 Juin 2010 - 13:01

Rhalala, elle était trop bien cette petite fic, elle m'a beaucoup plus.
Je constate aussi qu'on pense un peu pareil, lol !
J'aurais presque envie de dire suite !

_________________

« Le système nous veut triste et il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister »Gilles Deleuze
Revenir en haut Aller en bas
http://www.scarletandfree.fr
kfn
Pigiste
avatar

Messages : 732
Date d'inscription : 26/05/2010

MessageSujet: Re: Réponse au challenge de Pretender : Jamais sans toi   Lun 21 Juin 2010 - 15:54

hihi j'adooooore !
j'aime vraiment beaucoup ce que tu as fait de lex et chloé, j'aime beaucoup la chloé désabusée, quand toutes les fautes n'combent pas uniquement à lex !
c'est toujours un plaisir de te lire dis moi !!!

par contre, comme dirait alexiel, suiiiiiite faut pas plaisanter non mais !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Chlo
Reporter
avatar

Messages : 3501
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 29
Localisation : Dans la cuisine!

MessageSujet: Re: Réponse au challenge de Pretender : Jamais sans toi   Lun 21 Juin 2010 - 19:29

joli joli joli! Rahhhh j'aime le coté désabusé des deux qui s'aiment pourtant toujours Smile

Et puis, tant de tendresse c'est chou ^^

je suis pas contre une suite non plus ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
winnie
Pigiste
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 33
Localisation : Clermont-Ferrand et Paris

MessageSujet: Re: Réponse au challenge de Pretender : Jamais sans toi   Sam 26 Juin 2010 - 18:50

Dis donc ma petite, c quoi cette fin là? pourquoi qu'on s'arrête sur le pas de la chambre hein hein? Evil or Very Mad pas bieeeeeeeen!!
ahem ahem, sinon que dire, Loïs a toujours la pêche et sait toujours mener son monde par le bout du nez à c'que j'vois Wink ça fait plaisir de les voir régler leur différend tiens! j'm'attendais pas à une peur de la sorte de chloé, sur ce coup j'ai été étonnée! pour une fois que ça vient d'elle et que lui fait tout pour être zentil lol Bien joué miss! pas facile de faire court comme on se disait, mais finalement t'y arrives plutôt bien! Surprised

_________________
Nouveau site! --> http://www.pantadora.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.freewebs.com/winniefanfics/
pretender
Pigiste
avatar

Messages : 977
Date d'inscription : 29/05/2010
Age : 32
Localisation : Buenos Aires

MessageSujet: Re: Réponse au challenge de Pretender : Jamais sans toi   Mar 29 Juin 2010 - 20:15

rho pareil qu'est-ce que c'est que cette fin ! si j'aurais su, j'aurais pas imposé une oneshot mdr

super participation, je remarque que dans les 3 fics du challenge, ils sont pas épargnés par les épreuves, MAIS y'a la happy end, ou au moins une lueur d'espoir au bout du tunnel, et finalement c'est très crédible tout ça, après tout quel couple ne traverse jamais de mauvaise phase ?

y'a deux passages qui m'ont particulièrement marquée dans cette fic :

Citation :
-Tu penses que c’est de ma faute si ça n’a pas marché avec Lex ?
-Est-ce que c’est une question que tu te poses seulement maintenant ? S’étonna sa cousine.
là ça fait genre okkk merci pour le soutien mdr j'aime que les torts soient partagés et que les deux le reconnaissent, ça rend la relation très mature et très réelle je trouve.

et celui là :
Citation :
-Regarde moi quand tu me parles Chloé, tu n’es pas venue jusqu’ici pour parler à une vitre.
cette réflexion m'a scotchée, parfaite à la virgule près, je pouvais limite entendre Lex balancer ça !

en bref bravo pr cette fic, super contente que t'aies participé ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Snuamdmiear
Pigiste
avatar

Messages : 527
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Réponse au challenge de Pretender : Jamais sans toi   Jeu 1 Juil 2010 - 0:05

*Au bureau, je me mets en pause juste après que le directeur a fait ses salutations au service*

Super sympas, la preuve que mettre tout à plat est une solution...

Mais c'est vrai ça, on a pas le droit d'entrer dans la chambre ? lol !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réponse au challenge de Pretender : Jamais sans toi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réponse au challenge de Pretender : Jamais sans toi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jamais sans ma Jeager. Chronique d'un sauvetage.
» JAMAIS SANS MA FILLE de Betty Mahmoody
» PLUS JAMAIS SANS ELLE de Mikaël Ollivier
» Jamais sans ma fille
» Do comeco ao fim/jamais sans toi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shivers : le forum du chlex :: Fanfics :: Fanfics terminées-
Sauter vers: